Registres de délibérations urbains au Moyen Âge

Les registres de délibérations urbains représentent des fonds documentaires importants en volume et présents dans de très nombreuses villes européennes, particulièrement dans l’aire méridionale. Leur production a accompagné le développement des gouvernements urbains et l’essor des formes écrites de l’administration. Ces registres ont depuis longtemps fourni nombre d’informations événementielles et servi aux recoupements factuels, grâce à leur composition diachronique généralement continue.
À la suite des travaux précurseurs de Paolo Cammarosano puis de Pierre Chastang, une attention nouvelle est à présent prêtée à ces documents. Les études récentes examinent le contenu, le langage, mais aussi la place des registres de délibérations dans les pratiques politiques et leur insertion au sein des ensembles documentaires communaux. Ainsi, la logique documentaire de ces registres est questionnée, pour en discerner la signification politique, dans une perspective englobante permise par l’abondance de ce type de sources.
Le carnet Hypothèses REGIDEL s’inscrit dans ce renouvellement historiographique, et s’appuie sur l’activité et les manifestations scientifiques portées par le laboratoire Telemme (Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale – Méditerranée – UMR 7303 CNRS-AMU).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Hi, this is a comment.
    To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
    Commenter avatars come from Gravatar.

Répondre à A WordPress Commenter Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.