Colloque International

La voix des assemblées
Quelle démocratie urbaine
au travers des registres de délibérations ?
(Méditerranée-Europe, XIIIe-XVIIIe s.)

13-14 juin 2019, MMSH d’Aix-en-Provence

À l’heure où les formes de la démocratie représentative sont interrogées de différentes manières, que peuvent nous apprendre les expériences développées au sein des communautés urbaines médiévales et modernes du rôle possible dévolu à la délibération ?

Les registres de délibérations communaux forment un corpus extrêmement abondant depuis la fin du Moyen Âge. Leur production, en Europe méridionale puis occidentale, a accompagné le développement des formes écrites de l’administration. Or, à l’échelle du gouvernement des sociétés médiévales et modernes, les écritures des conseils urbains permettent de pénétrer les processus de la prise de décision. Le colloque entend ainsi :

– mutualiser les approches et définir une méthodologie commune pour cette documentation
– forger collectivement les outils d’un comparatisme européen, à l’échelle urbaine
– adopter une perspective de longue durée, en examinant l’évolution politique et scripturale des institutions municipales du XIIIe au XVIIIe siècle.

Cliquez ici pour le détail du programme du colloque

Colloque – Freedom of Speech in Medieval and Early Modern Society

This workshop is the first in a series of three on ‘freedom of speech’ in late medieval and early modern Europe. Drawing together research from several European countries in the period 1300-1700, the series will reveal various perspectives on premodern free speech. Although freedom of speech, ‘the right to express beliefs and ideas without unwarranted government restriction’, was by no means a fundamental right in the late middle ages and early modern period, expressions of critical opinions towards power were always possible and often widespread. They could be uttered verbally, through the spoken or written word, but also through other sign systems and media, ranging from the sound of musical instruments to heraldic languages.

The Ghent workshop will study evidence from literary and prescriptive sources describing the ideals of free speech, and political-historical evidence of cases in which men and women wrote down and orally uttered their opinions within the context of medieval and early modern society. In Europe, urban cultures of ‘subversive speech’ existed from the late middle ages onwards. Cities offered contenders public space in which they could utter conflicting opinions in many different ways. Singers travelled through the countryside to spread news. Public poetry, songs, petitions and the like were popular media to confront ruling elites with contentious thought, but so were bells, musical instruments and visual signs. This workshop invites speakers to present their research into such media and the contents of publicly uttered speech. Case studies will be featured about the use of both written and oral, as well as visual media, and their interconnectedness, during the fourteenth until the seventeenth centuries.

75b6f321-3cd0-40fd-b441-53a8574c55d8

The following questions will be addressed:

  • Which media were used by citizens to express their discontent? What determined the choice of a certain medium?
  • What kind of messages were spread? Were they subversive or did they legitimize power?
  • Were contenders successful in spreading their message? How was the reception and circulation of these messages? How did the urban elite and the authorities react to the utterance of subversive thought?
  • In what way was freedom of speech related to the social class and gender of speakers and listeners?
  • Can a ‘European’ pattern be distinguished? Do we see a trend in the use of media in periods with fundamental political or religious change (such as the 14th or the 16th centuries)?

Programme : here

Informations pratiques :

17-18 May 2019

The conference will be held in the KANTL – The Royal Academy for Dutch Language and Literature. The venue is located in the city centre, within walking distance of public transportation (Koningstraat 18, Ghent)

Contact :
minne.deboodt@kuleuven.be
linde.nuyts@ugent.be

SCIENTIFIC COMMITTEE – W. Blockmans, C. Billen, R. Sleiderink, S. Mareel, J. Oosterman, E. Bousmar, A. Marchandisse, D. Van der Poel

ORGANISING COMMITTEE — M. De Boodt, L. Nuyts, J. Haemers, J. Dumolyn, M. Veldhuizen

Source : UGent

Publication – « Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) », dir. Harmony Dewez et Lucie Tryoen

Cet ouvrage propose une série d’études fondées sur des travaux de jeunes chercheurs éclairant la façon dont l’essor de l’écrit documentaire au cours d’un long XIIIe siècle a transformé en profondeur les pratiques administratives des sociétés médiévales occidentales. Continuer la lecture de Publication – « Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) », dir. Harmony Dewez et Lucie Tryoen

Transcrire et reconstruire le débat. De la prise de notes à l’enregistrement de la parole en conseils : l’exemple de Fucecchio (XIIIe-XIVe s.)

L’auteur

Carole Mabboux est membre de l’École française de Rome. Elle a soutenu sa thèse en histoire médiévale, intitulée Cicéron et la Commune. Présences d’une autorité rhétorique et politique dans la culture civique italienne (XIIIe-XIVe s.), en décembre 2016 (dir. G. Castelnuovo et E. Artifoni, Université Grenoble Alpes/Università di Torino). Son projet post-doctoral porte sur les formes scripturaires de restitution du débat politique au sein des communes italiennes aux XIIIe et XIVe siècle. Plus largement, ses recherches se sont orientées vers les cultures civiques et les pratiques rhétoriques communales, ainsi que sur la réception médiévale des figures et concepts antiques.

L’article

L’étude ici proposée appartient à un travail en cours plus large, lequel porte sur la construction du débat politique en norme gouvernementale et identitaire des communes toscanes aux XIIIeet XIVesiècles. Cette recherche prend en compte des sources didactiques, historiographiques ainsi qu’un corpus d’archives (registres de délibérations) sur lequel la présente communication se concentre. Pourquoi s’intéresser aujourd’hui au cas de Fucecchio, commune peu connue et sur laquelle peu d’études ont été réalisées[1] ? Continuer la lecture de Transcrire et reconstruire le débat. De la prise de notes à l’enregistrement de la parole en conseils : l’exemple de Fucecchio (XIIIe-XIVe s.)

En « nombre suffisant » ? Quelques observations sur la participation des élus au gouvernement urbain à Nice (1454-1457)

L’auteur

Doctorante, Florie Varitille prépare une thèse intitulée De la tutelle provençale à la tutelle savoyarde. Gouvernement, communautés urbaines et pouvoirs princiers en pays niçois (v.1350-v.1450), sous la direction de MM. Olivier Mattéoni (Paris 1 – LaMOP) et Laurent Ripart (Savoie Mont-Blanc – LLSETI).
Ses recherches portent sur les pratiques de gouvernement urbain, sur leur gestion des relations avec le pouvoir princier et sur les modalités de l’écrit urbain. Cette thématique a fait l’objet d’une publication : Benoît Grévin et Florie Varitille, « Mémoire municipale et culture notariale : le cartulaire doré de Digne », Provence historique, 259 (2016), p. 217-238.

L’article[1]

            « Unum corpus tota una civitas ». Une cité, un seul corps, voici une affirmation qui apparaît en marge d’un recueil niçois[2]. Alors que les communautés urbaines entendent démontrer dans le discours leur unicité à des fins de légitimation, les éléments recueillis dans la documentation témoignent souvent d’une grande diversité dans sa composition, de ses divisions internes et de ses problèmes à prétendre à la représentativité de ses élus. Les ordonnances urbaines permettent d’aborder ce difficile équilibre entre un gouvernement urbain aux mains de notables et le besoin de mobiliser la communauté urbaine dans son ensemble. De plus, ces conseils, interlocuteurs des pouvoirs princiers pour leurs populations, se trouvent au contact d’officiers locaux, avec lesquels ils peuvent administrer les communautés, légiférer, ou encore négocier. Continuer la lecture de En « nombre suffisant » ? Quelques observations sur la participation des élus au gouvernement urbain à Nice (1454-1457)

Les mutations des écritures municipales à Marseille dans les années 1540 : construire des monuments de papier

L’auteur

Auderic Maret est chercheur associé à l’EHESS (Centre Norbert Elias), où il a soutenu en mars 2017 une thèse intitulée Marseille et sa classe dirigeante à la Renaissance (1460-1560). D’une principauté méditerranéenne au royaume de France (dir. J. Boutier).

 

L’article

Il s’agit dans cette contribution d’évoquer la production des archives par le conseil de ville de Marseille dans les années 1540. Rappelons, à tout hasard, que la finalité des registres de délibérations municipales est de consigner sous forme écrite et authentique les dispositions réglementaires du conseil de ville, dans le cadre du droit édictal urbain, la potestas statuendi[1]. L’historiographie a longtemps considéré les conseils de ville à l’aube des Temps modernes comme de simples chambres d’enregistrement des décisions princières. Deux ouvrages récents ont montré que ces sources offrent au contraire une richesse documentaire ignorée[2]. Cette inflexion avait déjà été amorcée par Caroline Fargeix[3]. C’est donc dans cette perspective que je me place, afin de montrer qu’il existe bien aux xvᵉ et xviᵉ siècles une véritable culture politique municipale. Continuer la lecture de Les mutations des écritures municipales à Marseille dans les années 1540 : construire des monuments de papier

Délibération montrée, délibération cachée : l’action du Conseil erfurtois enregistrée dans ses registres de correspondance

L’auteur

Morwenna Coquelin est docteure en histoire médiévale. Elle a soutenu sa thèse de doctorat Les espaces de la ville : pratiques, écrits, identité à Erfurt à la fin du Moyen Age, sous la direction de Pierre Monnet et de Jean-Marie Moeglin (EHESS, CRH-AhloMA). Elle enseigne en section internationale germanophone en lycée à Paris ainsi qu’à l’université Paris Diderot. 

L’article

Version de travail


La ville dont il sera question dans cette communication, Erfurt, ne dispose pas de registres de délibération. Néanmoins, le Conseil y produisit des registres, le Conseil y délibéra, et les modalités par lesquelles les délibérations et prises de décision furent conservées passèrent aussi par ces registres qui ne furent pas de délibérations.
Ce sont ces modalités que je vais présenter aujourd’hui, pour, au-delà de la présentation d’un cas particulier, montrer aussi que l’enregistrement de la délibération put emprunter de multiples formes et chemins, dont les enjeux ne sont pas les mêmes et nous informent aussi sur la manière dont les conseillers concevaient à la fois la délibération, son enregistrement et sa diffusion, partant son rôle dans la formation d’une mémoire et d’une identité urbaine propre. En somme, comment la délibération fut-elle enregistrée, quand ce n’était pas la délibération qu’on enregistrait ?
Je commencerai par présenter rapidement l’état des sources disponibles pour étudier la mise par écrit des délibérations, avant de présenter deux aspects de cet enregistrement écrit : d’une part, la représentation du Conseil que cette mise par écrit transmet et ses enjeux, d’autre part les traces bien concrètes de la délibération que les registres erfurtois recèlent. Continuer la lecture de Délibération montrée, délibération cachée : l’action du Conseil erfurtois enregistrée dans ses registres de correspondance

Séminaire – Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne. L’espace des archives

Le séminaire propose de s’interroger sur la façon dont les documents écrits ont été produits et utilisés, pour la gestion du patrimoine, le contrôle des hommes et la production de données et d’informations.

Le séminaire est organisé de manière mutualisée par sept institutions : les Archives nationales, le Centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes), l’IDHES, l’IHMC et le LAMOP (université Paris I), DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT. Il est soutenu par le LabEx HaStec. Il est ouvert aux étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux chercheurs.

Les comptes rendus des séances sont consultables sur le carnet de recherche : https://admecrit.hypotheses.org

valenciennesbm536f14v_0

Programme :

Jeudi 8 novembre 2018 (14h-17h) : Lieux d’archives

Julien Briand, « Pluralité des dépôts d’archives, inflation des écrits pratiques et conflits institutionnels (Reims, XIVe-XVe siècles) »
Juliette Deloye (Université de Strasbourg), « En lieu sûr ? La publication du secret des archives des Affaires étrangères (XVIIIe-XIXe siècle) »

Mercredi 19 décembre (14h-17h) : Pouvoir central / pouvoir local – territoires, polarité, réseaux

Elisabeth Lusset, « Rapports documentaires et archivistiques entre Pénitencerie et juridictions ecclésiastiques locales »
Alessandro Silvestri, « A trans-Mediterranean Archive ? Administrative Devolution and Archival Fragmentation in the Crown of Aragon (c. 1300 – c. 1500) »

Continuer la lecture de Séminaire – Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne. L’espace des archives

Séminaire EHESS – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s

L’atelier jeunes chercheur.e.s – “Pratiques sociales de l’écrit” se tiendra à l’EHESS, le jeudi 25 octobre 2018 le jeudi 22 novembre 2018 et les 24 janvier, 21 février, 28 mars et 22 mai 2019.

Organisation :
Serena Galasso (EHESS – CRH/EFR)
Louis Genton (UVSQ – DYPAC/FSP)

AAPESL

Programme :

25 octobre 2018
Écriture en collaboration, collaborer par l’écrit : livre en collection, catalogue-exposition, partition.
Lou Forster, EHESS, INHA
Sara Martinetti, EHESS, INHA
Rafael Souza Barbosa, EHESS, CRH (GRIHL)

22 novembre 2018
Rationalisation par l’écrit et construction d’identités judiciaires
Romain Benoit, Universite de Rennes 2,
Tempera Aurore Denmat-Leon, Sorbonne Universite, CRM
Florian Reverchon, Universite de Lyon, CLHDPP

Continuer la lecture de Séminaire EHESS – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s

Journée d’étude 13 décembre 2018 – Les mots pour dire la réforme au Moyen Âge

Jeudi 13 décembre 2018, 9h30-17h00
Salle d’Albâtre du CARAN
(Archives Nationales, 11 rue des quatre fils, 75003 Paris)

Organisée par Marie Dejoux avec le soutien de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du Lamop, du Luhcie et avec le concours des Archives nationales.

Marie-Dejou-1-e1539685423564-768x355

Programme :

9h30-10h00- Bilan d’étape du programme (Marie Dejoux, université de Paris 1, Lamop)
10h00-11h00- « Dire la réforme : chronologie et évolution sémantique du lexique réformateur dans la Patrologie et les corpus de chartes numérisées, VIIe-XIIIe » (Nicolas Perreaux, université de Francfort, SFB 1095)
11h-12h00- « Reformatio in absentia – quel champ lexical pour évoquer la réforme en Angleterre à la fin du Moyen Âge ? » (Aude Mairey, CNRS, Lamop)
12h00-12h30- Discussions générales
12h30-14h00- Pause déjeuner

14h00-14h30- « Les registres de chancellerie à la lettre. Le projet HIMANIS et les perspectives offertes par la recherche plein-texte dans les sources » (Jean-François Moufflet, Archives nationales)
14h30-17h00- Table ronde avec l’ensemble des participants (Alexandra Beauchamp, François Foronda, Michel Lauwers, Anne Lemonde, Elisabeth Lusset, Aude Mairey, Olivier Mattéoni, Pascal Montaubin, Gisela Naegle, Thierry Pécout, Nicolas Perreaux, Steven Vanderputten, etc.)

Source : Carnets du LAMOP

Séminaire du Lamop – À la recherche des communautés dans le haut Moyen Âge : formes, pratiques interactions (Ve-XIe s.)

Séminaire de recherche – Université Paris 1
Le jeudi, de 15h. à 17h
Sorbonne, salle Perroy (galerie Dumas, escalier R, 2e étage)

lamop-logo

Programme :

8 novembre
Geneviève Bührer-Thierry, François Bougard, Régine Le Jan
Communautés et mémoire : retour sur la rencontre de Lille

Continuer la lecture de Séminaire du Lamop – À la recherche des communautés dans le haut Moyen Âge : formes, pratiques interactions (Ve-XIe s.)

Programme du séminaire Histoire & Cultures Graphiques (Université Catholique de Louvain)

Ouverts à tous, ces séminaires visent à présenter les recherches en cours des membres du groupe H37 ou de jeunes chercheurs dont les travaux concernent l’histoire des pratiques de l’écrit.

Pour le premier quadrimestre 2018/2019, ils se tiendront à l’Université Catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) selon le calendrier suivant:

Mardi 13 novembre 2018, 11h-13h – Salle du Conseil de l’ISP
Marie VAN EECKENRODE (Archives de l’État/Université Catholique de Louvain)
Mettre en archives les réactions post-attentats. Mémoriaux éphémères et mémorialisation immédiate » ?

Mardi 4 décembre 2018, 11h-13h – Salle ERAS 61 (FIAL)
Emilie MINEO (Université de Namur)
Exercice de codicologie virtuelle. Reconstituer la matérialité du Petit registre de cuir noir des archives communales de Tournai (début du XIVe s.) après sa destruction en 1940

Lundi 10 décembre 2018, 14h-16h – Salle B.321 (Mercier FIAL)
Nicolas RUFFINI-RONZANI (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)
Production, diffusion et réception des lois au Moyen Âge central : le cas des chartes pénale et féodale de Hainaut (juillet 1200)

Demande d’information: carnet.rescript@gmail.com

Source : Rescript

Colloque – Relire l’histoire des «principautés territoriales» aux XIIIe-XIVe siècles (Lotharingie – Empire – France) : Gouvernance – pratiques de l’écrit – codifications. 20es Journées lotharingiennes

Les Journées Lotharingiennes constituent le colloque final du projet de Recherche ANR-FNR Transscript, et sont organisées par l’Université du Luxembourg et l’Université de Lorraine, en collaboration avec le Centre de recherche «Pratiques médiévales de l’écrit» (PRAME) de l’Université de Namur, avec le soutien du Fonds National de la Recherche, des Archives nationales de Luxembourg et du Centre luxembourgeois de documentation et d’études médiévales (CLUDEM).

Le colloque sera structuré autour de trois axes de recherche :

  • Pratiques de l’écrit : cet axe mettra au centre le document seigneurial au sens large (prince, noblesse et chevalerie, Eglise, villes) et portera sur l’étude des « chancelleries » et des archives, de la typologie des documents, de la terminologie administrative et de l’usage des langues. Elle aura notamment pour objectif d’assembler les éléments d’une nouvelle « diplomatique » de l’écrit institutionnel et princier aux XIIIe-XIVe siècles.
  • Acteurs et « lieux » de l’écrit : à travers l’étude sociale des acteurs impliqués dans l’écrit institutionnel et princier ainsi que des « lieux » géographiques et institutionnels (centres administratifs, institutions, assemblées, communautés), cet axe vise une nouvelle histoire socio-culturelle des institutions des « principautés » comme expressions fonctionnelles du pouvoir.
  • Codifications : le troisième axe aura pour but d’étudier la codification croissante des représentations du pouvoir sous différentes formes directement connectées à l’écrit (vocabulaire du pouvoir, sceaux, armoiries, enluminures, littérature, …). Dépassant ici la vocation pragmatique de l’écrit, elle interrogera ses dimensions politiques, idéologiques et symboliques.
20e JL
Continuer la lecture de Colloque – Relire l’histoire des «principautés territoriales» aux XIIIe-XIVe siècles (Lotharingie – Empire – France) : Gouvernance – pratiques de l’écrit – codifications. 20es Journées lotharingiennes

Colloque – Les instruments de la représentation politique en Europe (Moyen Âge – Temps modernes) – 11-12 octobre 2018

L’enjeu de ce colloque est d’articuler deux objets d’étude généralement dissociés par l’histoire du droit et les sciences politiques :

D’un côté, la question de la représentation politique, qui renvoie aux procédures électorales et aux assemblées qui en découlent, à des pratiques et à des formes d’organisation politique « horizontales ». De l’autre, la « verticalité » du pouvoir souverain, qui circule de haut en bas, se transmet, se délègue et exige d’être représenté.

Au croisement de ces deux champs d’enquête, explorés de longue date par les historiens, les juristes et les politistes, nous nous proposons d’étudier les procédés et les instruments qui leur sont communs, mais aussi de mettre à jour les influences réciproques entre ces deux modes de représentation politique – avant que n’émerge, au XVIIIe siècle, l’idée d’un « peuple souverain » et d’un gouvernement représentatif.

On s’intéressera tout particulièrement au mandat, à la procuration et autres formes de délégation, ainsi qu’à la nature du pouvoir ou de l’autorité qu’elles permettent d’accomplir et d’exécuter.

3ème rencontre du cycle REGIDEL : Au travers des registres, la délibération

     Les registres de délibérations sont longtemps demeurés un volet auxiliaire des études urbaines, alors qu’ils constiuent le plus souvent le seul outil écrit manié et composé quotidiennement au cœur du gouvernement de la ville jusqu’au XVIIIe s.
     La rencontre propose de renouveler l’usage des registres de délibérations sur ce plan. Ces registres sont-ils un outil pertinent pour connaître le déroulement effectif et le fonctionnement oral des débats ? Que doit le fonctionnement des assemblées urbaines aux usages de l’écrit ? L’objectif n’est pas seulement la connaissance approfondie des systèmes urbains d’écriture et de la construction de leur bureaucratie. Il est de comprendre le rapport entre le gouvernement des villes et les populations administrées, d’évaluer le degré de participation civique et à l’inverse celui d’exclusion socio-politique mis en œuvre par les élites au pouvoir.
Programme complet de la journée : 2018.10.12 Registres
Cycle “Registres de délibérations” (2016-2019)

12 octobre 2018, 9h-17h, Aix-en-Provence
MMSH – rue du Château de l’Horloge
Salle de cours n°6, Aix-en-Provence