Bibliographie Regidel

Cher·e·s lecteurs et lectrices,

Cette rubrique propose la mise en ligne d’une bibliographie indicative concernant les registres de délibérations urbains et plus largement les écritures urbaines ainsi que les pratiques d’assemblées. Elle est composée et mise à jour régulièrement par une équipe de jeunes chercheurs travaillant sur ces champ de recherches.

Cette bibliographie est organisée selon les catégories suivantes :

La bibliographie complète et mise à jour de REGIDEL se trouve sur Zotero : https://www.zotero.org/groups/regidel

La présente bibliographie est conçue de façon participative. Les usagers du carnet, sans restriction, peuvent proposer une référence nouvelle, ainsi qu’une recension/présentation de cette référence.

Vous pouvez donc suggérer toute nouvelle référence bibliographique en commentaire à cette page. Merci !

Équipe bibliographique Regidel : Daniele Bortoluzzi (U. Florence et Sienne). Matteo Magnani (U. Aix-Marseille et Turin). Laura Miquel-Milian (Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelone), François Otchakovsky-Laurens (U. d’Aix-Marseille, coordinateur). Cléo Rager (U. Paris 1 – Lamop et U. Strasbourg), Marie-Emmeline Sterlin (U. Paris 1 – Lamop), Pierluigi Terenzi (U. Padoue). Florie Varitille (U. Paris 1 et Savoie-Mont-Blanc)

Pour citer cet article : François Otchakovsky-Laurens, « Bibliographie Regidel », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 08/02/2018, http://regidel.hypotheses.org/300.

Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations

L’auteur

Laura Miquel Milian est doctorante à l’Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona, sous la co-direction de Pere Verdés and Pere Orti. Thème de recherche : Construire les communautés en temps de guerre au travers du discours public.

L’article

(version de travail / draft)

 

  1. General Context

1.a. Barcelona’s medieval council: its structure and running

Barcelona’s council was born in the second half of the 13th century. Since then, its structure changed frequently until the end of the Middle Ages, mainly because of its dirigents pursuit of an institution that was representative, yet functional and useful to their own interests. By the time the Catalan Civil War began, in 1462, the council’s last modification had been done less than ten years before, and it had been quite a radical one.[1] From then until the end of the century, Barcelona’s municipal government remained as follows: at the top were five counselors, consellers, who were in charge of most of the city’s public management and were elected each year. They were not alone, though, as they frequently sought the assistance of the Consell de Cent, or Council of One Hundred, the governmental institution formed then by 128 men who, again, changed every year. However, having to reunite frequently so many people was not practical, that resulting on the creation of a Tentenari, or Council of Thirty, formed in 1462 by 32 of the men of the Consell de Cent. The members of this smaller council changed every three months.

The three institutions, that is, the consellers and the two consells, had their members organised according to their social origins. Thus, during the years of the war they were divided in four groups: honorable citizens, merchants, artists and artisans.[2] Even though they were theoretically equal, the honorable citizens had some precedence, since two of the five consellers were always among them. Continuer la lecture de Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations 

Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303

L’auteur

Daniele Bortoluzzi est doctorant aux universités de Florence et Sienne sous la direction des professeurs Andrea Zorzi et Duccio Balestracci. Il est déjà intervenu en novembre 2015pour la 1ère journée du cycle « Registres de délibérations. Publication : « I rapporti diplomatici tra le città italiane alla fine del Duecento: il caso di Bologna e Firenze », Reti Medievali, 18, 2017 <http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/5152>

L’article

(version de travail/draft)

Mon intervention d’aujourd’hui vise à montrer comment un événement pour ainsi dire traumatisant peut laisser des traces dans la documentation produite par les conseils municipaux. Ce que je veux souligner, en particulier, c’est que les écritures publiques n’ont jamais eu un langage et une structure de formulaire rigides ; au contraire, elles étaient grandement influencées par les circonstances.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je vous exposerai le fonctionnement des délibérations du Conseil à Bologne.

Pendant la période analysée, c’est-à-dire au début du quatorzième siècle, Bologne était gouvernée par un régime populaire. Le pouvoir politique était détenu par environ 10 000 personnes enregistrées dans les associations des arts et des armes. Tous les mois, certains membres de chaque société étaient élus au Conseil des Anciens. Les anciens consuls représentaient le lien entre les sociétés populaires et le Conseil populaire, qui était le conseil municipal le plus important, étant composé d’environ 600 membres, bien que seulement une partie d’entre eux était présente à chaque session. Il avait l’obligation de voter sur les propositions soumises par les anciens consuls. Continuer la lecture de Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303 

Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1336) : entre affirmation d’une autorité seigneuriale, contradiction codifiée et instrument d’assujettissement à Florence

L’auteur

Solal Abélès a soutenu en 2015 une thèse de doctorat en histoire médiévale à l’Université Paris I en co-tutelle avec l’Università degli Studi di Firenze sous la direction de J.-P. Genet et A. Zorzi sur les ressorts matériels et idéologiques de l’expansion territoriale de la commune de Florence au XIVe siècle. Il est actuellement assistant-chercheur à l’Université du Luxembourg où il enseigne aux niveaux Bachelor et Master et mène des recherches sur les pratiques politiques de la fin du Moyen Âge, notamment à travers l’étude des relations entre la dynastie des Luxembourg et les cités communales italiennes.

L’article

Je voudrais d’abord remercier les organisateurs non seulement pour m’avoir donné l’occasion de participer à cette rencontre, mais surtout pour avoir accepté d’échanger avec moi en amont autour de l’étude que je vais vous présenter ici sous une forme encore très incomplète. Je me dois en effet de préciser d’emblée qu’il s’agit de l’esquisse d’une recherche que je débute seulement, et que, plutôt que des résultats tangibles, c’est un questionnement et des pistes de recherches que j’aimerais partager à partir d’un cas précis, celui de l’enregistrement des délibérations dans une petite commune toscane, Colle val d’Elsa durant le premier tiers du XIVe siècle.

 

1°) Présentation de l’objet et de l’organisation de l’étude

Je commencerai par donner rapidement quelques indications de base sur l’évolution politique générale de Colle[1]. Cette communauté constitue un exemple typique, presque paradigmatique, de ce que les historiens italiens ont appelé, après G. Chittolini, une quasi-città[2]. Issue d’un processus d’incastellamentum au cours du XIe siècle, commune autonome à partir de la fin du siècle suivant, Colle a en effet vers 1300 tout d’une petite ville (population supérieure à 5 000 habitants, organisation institutionnelle structurée, activités artisanales et commerciales développées, contrôle d’un petit territoire adjacent) – tout donc, sauf la cathédrale et par conséquent le statut juridique de civitas puisque celui-ci est réservé en Italie aux sièges épiscopaux. Il faut cependant souligner que l’église locale jouit depuis 1115 d’un statut de nullius diocesis, et qu’elle a à sa tête un archiprêtre qui est une figure politique importante. Au plan des relations extérieures, la commune est depuis les années 1270 solidement arrimée à l’alliance guelfe qui domine en Toscane, et subit jusqu’aux années 1310 une forte influence politique de Florence et dans une moindre mesure de Sienne, ainsi que l’indique la provenance des magistrats étrangers (podestats et capitaines du peuple) : durant cette période, environ 66 % sont issus de la première, le reste de la seconde[3]. La descente impériale d’Henri VII en 1310-1313 ouvre toutefois une séquence politique nouvelle et très agitée pour une vingtaine d’années, à Colle, où la proportion d’officiers originaires de Florence et de Sienne chute alors brutalement, comme dans les autres communes de la région. Je n’ai pas le temps ici de m’étendre, et je retiendrai donc simplement deux caractéristiques essentielles de cette séquence : la relance à l’échelle régionale du conflit entre guelfes et gibelins, et l’avènement dans plusieurs centres de régimes seigneuriaux de plus ou moins longue durée[4]. Ces deux points sont ainsi bien observables à Colle : en avril 1322, un petit groupe d’exilés gibelins aidé par des rebelles florentins tente un violent coup de force mais est finalement repoussé par la milice communale ; quelques mois plus tard, et sans doute en lien direct avec cette tentative, la charge de capitaine du peuple est confiée, en dépit des règles statutaires, au plus important membre de la plus puissante famille locale, Albizzo Tancredi, qui occupe déjà par ailleurs depuis plusieurs années la fonction d’archiprêtre.

Albizzo va alors parvenir à déployer sa seigneurie sur la commune, en deux étapes. Durant la première qui s’étend entre 1322 et 1326 et qu’on pourrait qualifier de seigneurie voilée, il parvient à être constamment réélu comme capitaine du peuple. Puis s’ouvre une seconde phase, celle de la seigneurie « officielle » ou du moins institutionnalisée lorsqu’en septembre 1326 un parlamentum de tous les hommes de Colle confie le merum et mixtum imperium sur la commune à Albizzo et à ses héritiers. Cette seconde phase se termine dans le sang : moins de cinq ans plus tard, en mars 1331, le seigneur et une partie de sa famille sont lynchés sur la place principale lors d’une révolte populaire très probablement en partie fomentée par les Florentins, dont les rapports avec Albizzo s’étaient nettement dégradés dans les mois précédents. Cet appui probable des Florentins est confirmé par le fait que la restauration du régime communal va très vite de pair avec le début d’un assujettissement progressif de la commune de Colle à celle de Florence, assujettissement définitivement acté en 1349. Il faut donc retenir de ce bref aperçu que la commune de Colle connaît une évolution politique très riche au cours de la première moitié du XIVe siècle, avec donc deux grands bouleversements, l’expérience seigneuriale puis la soumission à la commune de Florence.

Au plan archivistique, c’est au début du XIVe siècle que les fonds d’archives communaux commencent à se densifier nettement, en particulier ceux qui concernent directement le fonctionnement institutionnel de la commune : la première compilation statutaire parvenue jusqu’à nous date ainsi de 1307-1308[5]. Elle est certes conservée de manière incomplète, mais elle permet quand même de saisir précisément les structures institutionnelles. En sus de la présence des deux grands magistrats étrangers, le podestat et le capitaine du peuple, le principal organe de gouvernement est l’office des Douze gouverneurs et défenseurs. Cet office, dont les membres sont nommés pour deux mois peut ratifier directement certaines décisions, notamment la nomination d’officiers destinés à des charges spécifiques, mais sa principale activité reste de formuler des propositions qui doivent ensuite être examinées et validées après délibération par le conseil du capitaine du peuple. Selon la norme fixée par les statuts de 1307-1308, ledit conseil est composé de 36 hommes âgés d’au moins 25 ans et disposant d’un patrimoine d’au moins 300 livres, ce qui correspond selon les calculs de Paolo Cammarosano à environ 25 % du total de la population masculine[6]. Ils sont désignées selon un mécanisme de cooptation : huit jours avant la fin de chaque mandat, les Douze gouverneurs et les 36 conseillers se doivent se réunir pour élire à une majorité de deux tiers des voix 16 boni homines de plus de 30 ans qui étaient adjoints aux premiers pour former un comité électoral de 64 hommes. Ce comité procède alors au choix des prochains conseillers en soumettant au vote chaque nom de candidat proposé par n’importe quel membre du comité, avec là aussi l’obligation d’obtenir une majorité de deux tiers des voix pour être élu. On dispose de séries des registres de délibérations de ce conseil à partir de l’année 1311 ; elles restent relativement fragmentaires jusqu’en 1331, année à partir de laquelle elles sont complètes sauf exceptions[7]. On observe toutefois entre-temps un grand vide documentaire, directement liée à la chute violente d’Albizzo : dans la foulée de son lynchage, les émeutiers mirent le feu au palais de la commune, qui était aussi sa résidence et brûlèrent également un grand nombre d’actes produits lors de sa seigneurie, si bien qu’on a pratiquement rien conservés des documents communaux produits entre 1324 et 1331.

J’appréhenderai ici les délibérations enregistrées du conseil du capitaine du peuple de Colle en trois temps : d’abord, j’analyserai l’impact éventuel de la seigneurie d’Albizzo sur l’évolution structurelle et thématique de ces documents, en en comparant des échantillons tirés de leur édition partielle par Paolo Cammarosano et par Leonardo Mineo, et répartis sur trois périodes découpées en fonction de leur rapport chronologique à l’avènement du seigneur : 6 délibérations antérieures (1312-1316, échantillon 1[8]), 6 contemporaines à la première phase de la seigneurie (1322-1324, échantillon 2[9]) et 6 ultérieures à la fin de celle-ci (1331-1333, échantillon 3[10]), puis je m’arrêterai sur l’étrange contradiction systématiquement portée par le crieur public de la commune au sein du conseil en élargissant le nombre de délibérations enregistrées prises en compte, et je reviendrai très brièvement pour finir sur le rôle d’une délibération enregistrée dans le cadre du processus d’assujettissement de Colle à Florence.

 

2°) L’impact de la seigneurie d’Albizzo sur les délibérations enregistrées

Dans quelle mesure l’enregistrement des délibérations est-il modifié par l’avènement seigneurial d’Albizzo Tancredi ? Je n’ai malheureusement pas eu le temps pour cette présentation d’aller faire des recherches approfondies dans les archives de Colle, et ne suis donc pas en mesure d’entrer réellement dans les détails codicologiques des registres mais je peux tout de même affirmer d’emblée grâce à la très fine présentation de ce fonds par Leonardo Mineo qu’il n’y a aucun changement majeur dans la forme et la composition des registres durant la période étudiée – ils ont, avant, pendant, et après la seigneurie sensiblement les mêmes caractéristiques codicologiques – bien que leur production soit assurée par un notaire différent pour chaque phase[11].

La structure des procès-verbaux

L’analyse des échantillons me permet en revanche de formuler quelques remarques au sujet du fonctionnement structurel des délibérations enregistrées colligianes. On y retrouve globalement une structuration similaire à celle de la majorité des délibérations enregistrées des autres cités communales à la même époque, qui distinguent dans la plupart des cas quatre moments dans la procédure délibérative[12] :

– La convocatio, où le notaire précise que le conseil a été réuni dans le palais communal par le tintement de la cloche dudit palais et la voix du crieur public à la demande du capitaine du peuple ou de son représentant et que les 3/4 des conseillers et des Douze gouverneurs y ont siégé, ce qui correspond au nombre minimal requis de présents pour que le conseil puisse se tenir :

In Christi nomine amen. Consilio domini Capitanei Comunis terre Collis ad sonum campane et vocem preconiam more solito convocato et adunato in palatio dicti Comunis in quo dominus capitaneus pro Comuni moratur de mandato […] capitanei dicti Comunis Collis, presentibus tribus partibus numeri totius dicti Consilii et offitio dominorum XIIcim gubernatorum et defensorum dicte terre[13].

– La propositio, au sein de laquelle est indiqué que le capitaine ou son représentant a soumis aux membres du Conseil la ou les propositions préalablement décidée(s) par les Douze gouverneurs afin qu’ils statuent sur celle-ci :

[idem capitaneo], infrascriptas propositiones primo deliberatas et approbatas per offitium dominorum Duodecim et eorum priores, proposuit in dicto Consilio et a consiliariis ipsius Consilii consilium postulavit si eidem Consilio videtur et placet providere [suit le détail de la ou les proposition(s)].

– Les consilia, soit l’expression de l’avis d’un ou plusieurs conseillers sur la ou les propositions, où il est spécifié que le conseiller qui le souhaitait a, en se levant, prodigué un conseil sur la proposition. Bien qu’une rubrique des statuts de 1307-1308 évoque le fait que le conseiller doit se rendre au dicitorium[14], ceci n’est jamais relevé dans les délibérations enregistrées puisqu’il est écrit que le conseiller se lève – sans que l’on puisse savoir si la mention de cette action renvoie par métonymie à celle d’aller au dicitorium. Cette partie se termine invariablement par l’indication, sur laquelle je m’arrêterai plus avant, qu’un homme, dont contrairement aux autres orateurs la fonction est systématiquement stipulée (il s’agit toujours du crieur public), s’est opposé à l’ensemble des propositions :

[…] unus ex consiliariis dicti Consilii, surgens in dicto Consilio arringando consuluit et dixit super  [prima/secunda/tertia/quarta] proposita […]. Quibus propositis et dictis arringatorum […] publicus preco Comunis publice contradixit secundum formam statuti et dixit et consuluit quod nichil fieri debeat de predictis.

– La reformatio, où le vote du conseil qui donne force de loi aux propositions est rapporté de la façon suivante : les conseillers ont d’abord voté sur la contradiction du crieur public ; une fois celle-ci rejetée, il est indiqué que leur vote successif a porté non pas directement sur la ou les propositions relayée(s) par le capitaine mais sur la déclaration du ou des orateurs, qui a ou ont été approuvée(s) à la majorité des 2/3, le notaire indiquant la méthode matérielle de la votation (la mise de petits billes de fer toutes identiques, les pallocte, dans deux urnes, les pisside, blanche pour le oui, rouge pour le non, sans que transcrivant le nombre précis de voix pour et contre) :

stantiatum, firmatum, obtentum et reformatum est super dicta proposita in omnibus et per omnia ad dictum et secundum dictum et consilium suprascripti […], qui dixit et consuluit ut supra in suo dicto per ordinem plenius continetur per  […] paloctas missas et repertas in pisside alba de sic, non obstantibus […] palloctis missis et repertis in piside rubea del non, ipsis paloctis datis et recolectis et numeratis secundum formam statuti.

Quelles évolutions ?

Voici donc les grandes structures du formulaire utilisées par le notaire qui rédigeait et enregistrait les procès-verbaux des délibérations durant la première phase. Peut-on repérer des changements dans ledit formulaire en concomitance avec l’avènement seigneurial d’Albizzo Tancredi ou avec sa chute ? Je le dis sans plus attendre, la réponse est assez nette : on observe clairement une très grande permanence si l’on compare les échantillons des trois phases chronologiques, puisque les structures décrites ci-dessus sont les mêmes, à de légers détails près. Il y a en effet deux très subtiles différences dans la formulation notariale, dont une au moins témoigne vraiment, me semble-t-il, d’un changement lors de la domination d’Albizzo.

Dans toutes les délibérations enregistrées entre 1322 et 1324, les propositions sont ainsi, comme durant les périodes antérieures et postérieures, décrites comme « ayant été d’abord délibérées et approuvées par l’office des 12 et leurs prieurs » (infrascriptas propositiones primo deliberatas et approbatas per offitium dominorum XIIcim et eorum priores), mais il est systématiquement ajouté qu’elles ont été « confirmées par le seigneur capitaine » [donc Albizzo] (et per dictum dominum capitaneum confirmatis). Puisque cet ajout ne réapparaît jamais dans le 3e échantillon, on peut affirmer qu’on a bien ici une indication claire de la manière dont Albizzo s’est immiscé dans le fonctionnement du régime communal, sans avoir eu besoin d’en modifier les structures institutionnelles prévues par la compilation statutaire, mais de manière suffisamment nette pour que le notaire, sans doute sur ordre d’Albizzo, prenne le soin de donner à chaque fois cette précision. Reste à savoir, ce que ne permettent pas ces documents, à quelle réalité renvoie ce « confirmées par le seigneur capitaine ». On peut le prendre au pied de la lettre – Albizzo avait un droit de regard sur les propositions des 12 et pouvait refuser celles qui ne lui plaisait pas – ou bien considérer, et je serais plutôt de cet avis au regard de ce que l’on sait par ailleurs de son emprise sur le gouvernement communal, qu’il intervenait davantage encore en amont en formulant lui-même les propositions, qui étaient ensuite relayées par par les Douze, puis par le conseil.

Le deuxième élément de changement dans le formulaire, plus ténu encore et dont la cause me paraît beaucoup plus incertaine, est à chercher dans la séquence de la congregatio, c’est-à-dire dans la description de la convocation du conseil et plus précisément dans la manière d’écrire que le conseil a été rassemblé. Dans l’échantillon 1 (avant l’avènement d’Albizzo), on trouve convocato et adunato, dans l’échantillon 2 (pendant l’avènement) convocato et coadunato, dans l’échantillon 3 (après l’avènement) convocato et congregato. Puisque chaque échantillon est composé de procès-verbaux rédigés par un notaire différent, l’hypothèse la plus simple et sans doute la plus probable pour expliquer cette évolution sémantique serait de s’en tenir à ce changement de notaire. Mais je voudrais quand même proposer une autre hypothèse, selon laquelle adunato/réuni indiquerait une volonté communale, la réponse à un appel de la commune, coadunato/coréuni traduirait une action multiple, celle mise en œuvre conjointement par le seigneur capitaine et la commune, tandis que congregato/regroupé renverrait à une dimension plus restreinte, qui renverrait alors à un resserrement de la société politique locale. Autrement dit, on aurait peut-être dans la manière de décrire le fait que les conseillers se sont rassemblés, un passage sémantique d’une dimension communale à une dimension mixte puis enfin à une dimension de nouveau communale, mais dans un sens plus restreint.

Si dans l’ensemble les structures du formulaire ne changent pratiquement pas à l’exception des deux points que je viens d’analyser, qu’en est-il des matières traitées par les délibérations ? Les échantillons permettent de confirmer le constat souvent fait dans d’autres cas d’une très grande diversité thématique. Je retrouve ainsi beaucoup des différentes catégories identifiées par François Otchakovsky-Laurens dans sa thèse, comme le fonctionnement des institutions communales, la maîtrise de l’espace publique, les interventions économiques et la fiscalité, l’approvisionnement, l’ordre public, l’organisation de la défense militaire du village, les relations avec des pouvoirs extérieurs, qu’il s’agisse de Florence ou d’autres puissances[15]. Et cette diversité est relevable durant les trois phases, sans que l’on puisse percevoir de réels changements. Il y a bien toutefois deux délibérations de l’échantillon 2, c’est-à-dire la phase du seigneur capitaine, qui méritent d’être évoquées plus en détail. Le 26 décembre 1322 puis le 21 décembre 1323, le conseil vote une disposition pratiquement identique. Dans les deux cas, il s’agit d’une modification du système de désignation des conseillers qui implique de déroger aux statuts. La proposition consiste en effet à éliminer l’intégration des 16 hommes extérieurs au conseil, pour laisser aux seuls membres le choix de leurs successeurs immédiats. Il est évident que cette réforme permet sans aucun doute de renforcer le contrôle d’Albizzo sur la composition des organes de gouvernement en éliminant une instance intermédiaire, même s’il faut sans doute ne pas en exagérer minorer l’importance puisque l’on sait par ailleurs qu’il existe déjà à Colle une « classe de gouvernement »[16] stable et relativement fermée, ce qui d’ailleurs encore plus vrai après la chute du seigneur. Surtout, ce type de dérogation aux statuts sur des questions diverses se retrouve aussi bien avant qu’après l’avènement seigneurial. Dans le cadre de la réflexion d’aujourd’hui, je ne crois donc pas qu’on puisse considérer ces deux délibérations comme un indice d’un changement structurel de la matière des délibérations enregistrées lié à la prise de pouvoir d’Albizzo.

Pour ce qui est, enfin, des consilia et de la pratique des votes, aucune différence notable non plus, en tout cas dans la manière dont ces consilia et ces pratiques sont enregistrées. Il y a en revanche une inflexion assez notable dans la proportion de votes contre : très similaire dans les échantillons 1 et 3 (respectivement 20 et 17%), nettement plus faible dans l’échantillon 2 (8%). Cela tendrait à indiquer que l’on ose moins voter contre une proposition à l’époque du seigneur capitaine, mais je ne me risquerai pas à l’affirmer car le comptage nécessiterait pour cela d’être étendu à un nombre beaucoup plus grand de délibérations, l’étroitesse numérique des échantillons réduisant considérablement ici la portée des résultats.

Qu’il s’agisse de la structure de l’enregistrement notarial, des matières examinées dans le conseil ou de la pratique et des résultats des votes, je dois donc constater que la réponse à la question posée à la séance (« des registres stéréotypés » ?) s’avère,  à l’épreuve des échantillons, globalement positive. Mais si on peut par conséquent considérer que le conflit n’a pas été enregistré, il faut en revanche souligner qu’une forme bien précise de contradiction fait l’objet d’un enregistrement systématique

 

3°) Enregistrer le dissensus ? Retour sur la contradiction structurelle du crieur public

L’enregistrement de la contradiction du crieur que j’avais brièvement évoquée se retrouve en effet aussi bien dans tous les échantillons étudiés ici que dans l’ensemble des délibérations enregistrées éditées (soit un total de 47 pour une période qui s’étend de 1312 à 1333). Le fait qu’elle soit systématiquement présentée par le notaire secundum formam statuti indique clairement son caractère structurel, qui perdure d’ailleurs bien au-delà de la séquence chronologique prise en considération : quoiqu’on ne trouve pas de rubrique correspondant dans la compilation statutaire de 1307-1308, une mention l’évoque incidemment dans une réforme statutaire datant de 1384[17]. Comment interpréter cette contradiction structurelle ? Paolo Cammarosano expédie selon moi un peu vite la question : « certains aspects de la rédaction de ces registres peuvent susciter aujourd’hui de l’ironie, dans leur répétitivité et dans le recours à des procédures purement formelles comme l’intervention obligatoire du crieur à demander que nichil fiat de la délibération proposée et le rejet tout aussi obligatoire de la part du conseil »[18]. Personnellement, cela ne m’inspire aucune ironie, mais bien un sujet de réflexion. Lorenzo Tanzini évoque dans son livre sur les conseils communaux des cités italiennes des cas de contradicteur à Pise et surtout à Bergame où les statuts prévoient la présence d’un contradicteur officiel[19]. L’exemple colligian d’un contradicteur officiel n’est donc pas isolé dans l’Italie communale –  bien qu’il soit le seul parmi les cas connus où cette tâche est dévolue à un officier dont le statut principal est celui de crieur public – mais le sens d’une telle fonction reste difficile à discerner. J’avais dans ma thèse proposé de le considérer comme une forme de ritualisation du dissensus, qui permettrait de donner l’illusion que le conseil est un véritable lieu de débat, et ainsi de ne pas enregistrer les véritables contradictions lorsqu’elles existent – on sait d’ailleurs dans le cas d’autres communes que le conseil est parfois réellement le lieu de débats houleux que les procès-verbaux très rigides permettent rarement de saisir, au contraire des chroniques[20].

Mais cette ébauche d’interprétation me paraît à la réflexion très fragile. J’aurais même maintenant tendance à pencher pour l’inverse, à partir d’un élément essentiel que je n’avais guère pris en considération jusque-là : il n’y a à ma connaissance aucune délibération enregistrée où l’on trouve un vote favorable à la contradiction portée par le crieur public. Cette absence de validation de la contradiction pourrait trouver sa cause dans un phénomène qui demeure cependant très difficile à démontrer : je me demande ainsi s’il n’y aurait pas des cas, peut-être nombreux où la contradiction aurait été soutenue par la majorité des participants au conseil, mais aurait alors entraîné automatiquement l’annulation de la séance, laquelle ne laisserait par conséquent aucune trace écrite puisque seules les délibérations validées ont été enregistrées. Une telle hypothèse conduirait in fine à considérer que la contradiction ne constituait point un dissensus fictif, mais offrait au contraire au conseil une possibilité certes codifiée et très encadrée de rejeter la ou les propositions du capitaine du peuple.

Comme vous l’aurez compris, si cette hypothèse interprétative me convainc désormais davantage que la précédente, je ne suis encore qu’à l’orée d’une piste d’explication de la pratique du dissensus dans le conseil du capitaine de Colle. Je demeure de fait un peu dérouté par les résultats des votes dans les procès-verbaux des délibérations de Colle vus à travers le prisme de la contradiction du crieur. Deux éléments en particulier m’interrogent : en général, le rejet de la contradiction du crieur est proportionnellement très nette (plus de 70%), mais à certaines occasions elle peut être beaucoup plus serrée, sans pourtant qu’on ne puisse l’expliquer par la proposition en jeu – on trouve par exemple deux délibérations à 15 jours d’intervalle en 1331 qui concernent des demandes de restitution de biens confisqués par Albizzo, mais le rejet de la contradiction est dans un cas voté à 85 %, dans l’autre seulement à 60%[21] ; en outre, au sein d’une même délibération les résultats du vote sur l’opposition et ceux du vote sur les propositions ne coïncident jamais : ainsi, dans la délibération enregistrée du 26 mai 1316, que j’ai déjà utilisé ci-dessus comme modèle de formulaire d’enregistrement notarial, on compte 18 votes contre la proposition de passer outre l’opposition du crieur, puis, dans la foulée, seulement 5 contre la déclaration de celui qui soutenait la première proposition.

À défaut d’être capable, en l’état actuel de mon travail, d’en dire plus sur cette pratique complexe, je crois pouvoir vous proposer avec plus de certitudes la preuve du rôle dévolu aux délibérations enregistrées du conseil du capitaine colligian au sein du processus d’assujettissement de la commune de Colle à celle de Florence.

 

4°) Le rôle de la délibération enregistrée dans le processus d’assujettissement de la commune de Colle à celle de Florence : un enregistrement de la délibération à usage « externe »

Le processus d’assujettissement est engagé moins d’un an après la fin brutale de la seigneurie d’Albizzo. C’est d’ailleurs par crainte de représailles de ses parents et autres alliés que la commune, après avoir vainement tenté d’obtenir l’aide de Robert d’Anjou, finit par se résoudre à faire appel aux Florentins. Commencent des négociations qui débouchent sur une contractualisation des rapports entre les deux communes : par des délibérations votées dans leurs conseils respectifs, chacune d’entre elles s’engage en effet à respecter un certain nombre d’engagements visant à assurer la custodia, c’est-à-dire la protection, de Colle. De tels engagements sont renouvelés et élargis en 1333, puis en 1336. Si cette tutelle toujours plus étroite est brièvement remise en cause après la chute de la seigneurie du duc d’Athènes à Florence en 1343, ce n’est que partie remise, puisqu’en janvier 1349 la commune de Colle concède la submissio définitive et perpétuelle à celle de Florence.

Il y a justement à Florence un fonds important nommé Capitoli[22], qui correspond à ce que les historiens des cités communales appellent des libri iurium, des registres rassemblant les actes qui attestent des droits dont disposent la commune dans ses relations avec d’autres entités politiques[23]. Un registre précis est particulièrement intéressant pour nous. Il date de la fin du XVe siècle mais comprend des cahiers composés à différentes périodes du XIVe et du XVe siècle, dont plusieurs concernent Colle. Il s’agit aussi bien de copies d’actes produits à Florence, copies réalisées dans un laps de temps relativement court (moins d’un an en général) que d’actes produits à Colle par le notaire de cette commune. Or, l’un de ces actes enregistre justement la délibération du conseil du capitaine de Colle du 22 janvier 1336, celle-là même qui formalise dans le détail le renouvellement et l’élargissement de la custodia concédée à Florence[24]. L’acte est de la main de Vannes da Monterappoli, notaire chargé au même moment de l’enregistrement des délibérations à Colle. Bien qu’il soit très difficile de savoir dans quel contexte documentaire cet acte fut à l’origine conservé à Florence, je pense que l’on peut considérer qu’un tel enregistrement à usage « externe » d’une délibération du conseil colligian répondait à une double fonction, à la fois normative et symbolique : normative parce que l’acte constituait la base juridique formelle de la domination exercée par les Florentins à Colle ; et symbolique parce qu’il témoignait du libre consentement de la société politique locale colligiane, représentée ici par le conseil du capitaine du peuple local, à cette domination.

 

Conclusion

Quelques mots en guise de conclusion générale. Cette esquisse d’étude des pratiques d’enregistrement des délibérations du conseil du capitaine à Colle fournit je crois quelques enseignements :

– L’avènement seigneurial d’Albizzo n’entraîna pratiquement aucune modification dans la structure des registres, qui semblent ainsi effectivement très stéréotypés. Ceci peut toutefois s’expliquer par le caractère voilé de la seigneurie d’Albizzo : en effet durant la phase que j’ai étudiée, son caractère « seigneurial » est circonscrit au fait qu’il occupe sans discontinuer pendant plusieurs années une magistrature normalement limitée à six mois. Le régime seigneurial à proprement parler ne commence que lorsqu’il est nommé seigneur à vie – or, comme je l’ai dit, on ne dispose d’aucune trace documentaire de cette phase institutionnalisée de la seigneurie.

– Si les délibérations enregistrées ne témoignent pas de l’enregistrement d’un éventuel conflit, elle laisse en revanche voir l’enregistrement systématique d’une pratique complexe de contradiction portée par le crieur public de la commune, dont la fonction reste encore largement à étudier, au-delà des premières pistes d’interprétation que j’ai exposées ici.

– On trouve enfin, au-delà du strict cadre local, un cas d’enregistrement qui fit l’objet d’une conservation et donc d’un usage externe qui répond selon moi à une fonction double, à la fois normative et symbolique, dans le cadre d’une contractualisation de la soumission de la commune de Colle à celle de Florence : parce que le processus d’assujettissement de la première à la seconde ne pouvait être mené par les armes, il requérait la mise en œuvre d’une opération de légitimation dont la conservation dans la grande cité d’une délibération enregistrée produite à Colle constitua l’un des précieux instruments.

 

[1]     Sur le développement de la commune de Colle et son évolution jusqu’au milieu du XIVe siècle, voir la brève synthèse de R. Ninci, Colle Val d’Elsa nel Medioevo : legislazione, politica, società, Monteriggioni, Il Leccio, 2003 et surtout celle, beaucoup plus détaillée, de P. Cammarosano, Storia di Colle di Val d’Elsa nel Medioevo, Trieste, CERM, 3 vol., 2008-2012.

[2]     Depuis l’article séminal de G. Chittolini, « “Quasi città”. Borghi e terre in area lombarda nel tardo medioevo », Società e storia, vol. 47, 1990, p. 3-26, de nombreux travaux ont été consacrés à ce thème. On se contentera ici de renvoyer au plus récent : M. Ginatempo, « Vivere “a modo di città” : i centri minori italiani nel Basso Medioevo: autonomie, privilegio, fiscalità », in Città e campagne del basso Medioevo : studisulla società italiana offerti dagli allievi a Giuliano Pinto, Florence, L. S. Olschki, 2014, p. 1-30.

[3]     Pour les détails de la provenance des officiers forestieri à Colle entre 1250 et 1330, je me permets de renvoyer à ma thèse, dont la publication est actuellement en préparation : S. Abélès, Assujettir pour libérer. Les vecteurs matériels et idéels de l’expansion territoriale de la commune de Florence au XIVe siècle, Thèse de doctorat, dir. J.-P. Genet et A. Zorzi, Université Paris I Panthéon-Sorbonne/Università di Firenze, 2015, ici p. 135-164.

[4]     L’impact matériel et idéel de la descente impériale d’Henri VII sur l’organisation politique des communes de l’Italie centro-septentrionale a été largement réévalué par l’historiographie ces dernières années. Voir ainsi Enrico VII e il governo delle città italiane (1310-1313), «Reti Medievali», XV/1, 2014 et G. Petralia, M. Santagata (dir.), Enrico VII, Dante e Pisa: a 700 anni dalla morte dell’imperatore e dalla Monarchia (1313-2013), Ravenne, Longo editore, 2016.

[5]     Pour une présentation très détaillée des archives de Colle, voir L. Mineo, Archivio comunale di Colle di Val d’Elsa. Inventario della Sezione storica, Rome, Direzione generale per gli archivi, 2007. Les textes statutaires ont été édités par R. Ninci (éd.), Statuta antiqua communis Collis Vallis Else : 1307-1407, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 2 vol., 1999.

[6]     P. Cammarosano, Storia di Colle, op. cit., III/1, ici p. 29.

[7]     Archivio di Stato di Siena, Comune di Colle, reg. 68-295.

[8]     P. Cammarosano, Storia di Colle, op. cit., III/1, ici p. 239-241 (6/12/1312), p. 241-244 (07/02/1316), p. 244-247 (26/05/1316), p. 247-251 (11/06/1316), p. 251-254 (27/06/1316) ; L. Mineo, Archivio comunale di Colle di Val d’Elsa. Inventario della Sezione storica, Rome, Direzione generale per gli archivi, 2007, ici p. 134 (25/06/1318).

[9]     Ibid., III/2, ici p. 316-319 (26/12/1322) p. 321-324 (03/02/1323), p. 324-326 (25/02/1323), p. 333-336 (21/12/1323), p. 336-338 (29/01/1324), p. 338-341 (09/04/1324).

[10]   Ibid., III/2, ici p. 341-343 (15/04/1331), p. 355-357 (8/12/1331), p. 377-381 (26/09/1332), p. 381-383 (15/09/1332), p. 391-392 (25/02/1333), p. 400-404 (29/03/1333).

[11]   L. Mineo, Archivio comunale, op. cit., ici p. 123-131 et 142.

[12]   Sur les pratiques d’enregistrement des délibérations des conseils dans les cités communales et leur structuration interne, voir L. Tanzini, A consiglio : la vita politica nell’Italia dei comuni, Bari, Laterza, 2014, ici p. 45-54 et surtout M. Sbarbaro, Le delibere dei Consigli dei comuni cittadini italiani : secoli XIII-XIV, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2005. ici p. 69-109.

[13]   Je reprends ici au fur et à mesure le procès-verbal de la délibération du 26/05/1316, à titre d’exemple structurel.

[14]   R. Ninci (éd.), Statuta antiqua communis, op. Cit., I, Livre X, chapitre XXXVII, p. 57 : postquam consiliarius surrexerit et iverit ad dicitorium.

[15]   François Otchakovsky-Laurens, S’assembler, tenir conseil, enregistrer : la construction de l’autorité municipale à Marseille à la faveur des crises du XIVe siècle (1348-1385), Thèse de doctorat, dir. L. Verdon, Université d’Aix-Marseille, 2014, ici p. 373-381, où l’auteur analyse finement la matière des délibérations de l’assemblée communale marseillaise au XIVe siècle et fournit une bibliographie comparative.

[16]   L’expression est employée par P. Cammarosano, Storia di Colle, op. cit., III/2, ici p. 29.

[17]   La mention se trouve dans une réforme des statuts imposés par la commune de Florence en 1384 : Archivio di Stato di Firenze [ASFi], Statuti delle communità autonome e soggette, reg. 251, f. 17r-20v, ici f. 18r : item quod partitum quid per formam statutorum mictitur super contradictione preconis contradicentis super proposita.

[18]   P. Cammarosano, Storia di Colle, op. cit., III/2, ici p. 203.

[19]   L. Tanzini, A consiglio, opcit., ici p. 102-104. Le cas évoqué par l’auteur d’un officier étranger chargé par la commune de Sienne de signaler durant les sessions du conseil d’éventuelles violations des statuts communaux nous semble en revanche un peu différent, car il relève moins d’une contradiction automatique et structurelle que de la volonté de toujours conformer les dispositions votées par le conseil à la législation statutaire.

[20]   S. Abélès, Assujettir pour libérer, opcit., ici p. 239-247.

[21]   P. Cammarosano, Storia di Colle, op. cit., III/2, ici p. 344-346 (30/08/1331) et p. 346-348 (15/09/1331).

[22]   ASFi, Capitoli, Registri [69 volumes]. Les seize premiers volumes ont fait l’objet d’un regeste fort utile :  I Capitoli del comune di Firenze. Inventario e regesto, C. Guasti, A. Gherardi éd., Florence, Cellini, 2 vol., 1866-1893.

[23]   Depuis le livre toujours essentiel de P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, Carocci, 2014 [1991], qui offre une bonne mise en perspective générale des libri iurium communaux p. 144-150, de nombreux travaux ont enrichi notre connaissance de ce type de fonds : afin de ne pas exagérément alourdir cette note, je me contente ici de renvoyer à la bibliographie donnée par P. Merati,  « I libri iurium delle città lombarde: geografia, cronologia, forme », in R. Mucciarelli, G. Piccinni, G. Pinto (dir.), La costruzione del dominio cittadino sulle campagne : Italia centro-settentrionale, secoli xii–xiv, Sienne, Protagon, 2009, p. 123-152.

[24]   ASFi, Capitoli, Registri, 5, f. 106r-109r.

Pour citer cet article : Solal Abélès, « Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1336) : entre affirmation d’une autorité seigneuriale, contradiction codifiée et instrument d’assujettissement à Florence », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 12/02/2018, http://regidel.hypotheses.org/571.

Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379

L’auteur

Vincent Challet est maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier-III, auteur de nombreuses publications portant sur les communautés et les révoltes populaires languedociennes ; il a dirigé la récente édition électronique des Thalami montpelliérains (http://thalamus.huma-num.fr).
– Challet (Vincent) dir., Aysso es lo comessamen: écritures et mémoires du Montpellier médiéval, Montpellier, PULM, 2017.
– Dumolyn (Jan), Haemers (Jelle), Oliva Herrer (Hipolito Rafael) et al., The Voices of the People in Late Medieval Europe. Communication and Popular Politics, Turnhout, 2014.
– Oliva Herrer (Hipolito Rafael), Challet (Vincent) et Dumolyn (Jan), « La communauté comme espace de légitimité politique : bilan provisoire et perspectives de recherches », dans Genet (J.-Ph.) La légitimité implicite, Paris-Rome, 2015.
– Challet (Vincent), Dumolyn (Jan),Oliva Herrer (Hipolito Rafael), Ruiz Carmona (Maria) éd., La comunidad como esfera publica, Séville, Presses Universitaires de Séville, 2014.
– Challet (Vincent), « Un espace public sans spatialité : le dialogue politique entre le roi et ses sujets languedociens », dans Boucheron (P.) et Offenstadt (N.), dir., L’Espace public au Moyen Âge, débats autour de Jürgen Habermas, Paris, 2011, p. 337‑352.
– Challet (Vincent), « Le bien commun à l’épreuve de la pratique : discours monarchique et réinterprétation consulaire en Languedoc à la fin du Moyen Âge », Revue française d’histoire des idées politiques, n° 32, Pouvoir d’un seul et bien commun (VIe‑XVIe siècles) (2e semestre 2010), p. 311‑324.

L’article

(version de travail)

« Item, dimars a XXV d’octobre al vespre et tota la nueg seguent, fon fach un gran insult en Monpeylier per alcus populars en loqual foron mortz et aucitz alcus grans officiers de nostre senhor lo rey e de mossen lo duc d’Anjo (…) per so car fazian grans et importablas demandas et specialment de XII francs per fuoc per an ; et lo pobol era totz guastatz et deseretatz per los grans carcz que longuament avian corregut sus lo paÿs. »[1]

Ainsi commence, dans les annales urbaines de Montpellier connues sous le nom de « Petit Thalamus », le récit consacré par le notaire du consulat, Peire Gilli, aux événements traumatiques qui secouèrent la ville dans la nuit du 25 octobre 1379 et au rétablissement de l’autorité par le duc d’Anjou par le biais d’une cérémonie d’amende honorable à laquelle durent se soumettre les consuls. De cette révolte qui conduisit à la mise à mort des officiers royaux venus annoncer la levée d’un nouveau fouage et au pillage et incendie de plusieurs maisons appartenant à l’oligarchie urbaine, les registres de délibération consulaire ne conservent nulle trace directe, ni évocation. Et pour cause puisque de tels registres n’ont pas été conservés pour l’année 1379, perte irréparable pour l’historien qui aurait tant aimé pouvoir recueillir ne serait-ce que quelques échos des discussions qui ne purent manquer d’avoir lieu aux lendemains de cette émeute, que ce soit en ce qui concerne l’attitude à adopter vis-à-vis des autorités royales ou les modalités de la soumission et de la réception du duc d’Anjou. La question est d’autant plus essentielle ici que les lettres d’abolition délivrées par le pouvoir royal accusent formellement les rebelles d’avoir incité à la révolte les autres villes de Languedoc, rappelé les bannis et mis la ville en état de défense, autant d’indices qui sembleraient pencher en faveur d’un enracinement des Montpelliérains dans une attitude de défi vis-à-vis du pouvoir royal[2]. Nul doute donc que la ville fut, entre le 25 octobre 1379 et le 20 janvier 1380, date de l’entrée du duc d’Anjou à Montpellier, le théâtre de multiples débats et vociférations dont les registres de délibération se firent peut-être l’écho assourdi. Reste que cette irréparable perte documentaire ne doit pas pour autant nous empêcher d’interroger la série des registres montpelliérains à l’aune de cette révolte, non pas pour avoir la fausse illusion d’écouter aux portes closes des conseils montpelliérains mais pour tenter de percevoir une éventuelle influence de la violente action des populares sur le mode de gouvernement et de délibération du corps consulaire dans la mesure où si, le registre correspondant à l’année 1379-1380 a disparu, nous avons en revanche conservé deux registres antérieurs à cette crise – datés de 1363-1364 et de 1364-1365 – et un registre immédiatement postérieur, celui couvrant l’année 1381-1382.

Continuer la lecture de Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379 

La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Age : entre ritualisation et conflits

 

L’auteur

Lorenzo Tanzini  est professeur d’histoire médiévale à l’université de Cagliari. Il est l’auteur de nombreux travaux portant sur le fonctionnement politique et normatif des communes italiennes, notamment :
A consiglio, la vita politica nell’Italia dei comuni, Rome, 2014.
« Delibere e verbali. Per una storia documentaria dei consigli nell’Italia comunale », Reti medievali rivista, vol. 14, no 1 (2013), p. 43‑79.
« “Emergenza, eccezione, deroga”: tecniche e retoriche del potere nei comuni toscani del XIV secolo », dans Vallerani (M.) Tecniche di potere nel tardo medioevo, Rome, 2010, p. 149‑182.

L’article

 (version de travail)

Pour introduire les travaux de cette journée sur l’enregistrement des conflits, il serait difficile de parler en général de la documentation écrite et l’histoire politique de l’Italie communale. On peut dire qu’il n’y a aucune typologie documentaire qui n’ait été profondément exploitée par les études sur l’Italie : les statuts, les sources judiciaires, les écritures fiscales, plus récemment les délibérations des conseils ou les libri iurium – un patrimoine d’études énorme.

La fonction de la parole écrite est au centre des intérêts de l’histoire urbaine pour l’Italie du Moyen Âge, depuis longtemps. Traditionnellement dans l’historiographie italienne cet intérêt s’est focalisé sur les aspects techniques et juridiques des sources. Jusqu’à la seconde moitié du siècle dernier les éditions diplomatiques et les études d’histoire du droit ont monopolisé l’attention. Après les études pionnières de Paolo Cammarosano,[1] Jean Claude Maire Vigueur[2] et Attilio Bartoli Langeli[3] sur la révolution scripturaire de l’âge communal, la production écrite et ses typologies sont devenues l’un des points de vue plus importants pour comprendre l’évolution des pouvoirs urbains. Ces auteurs ont posé la question du rôle de l’écrit, de la structure des sources en tant que miroir des différentes géographies sociales et des différentes stratégies des pouvoirs. Plus récemment encore, l’attention pour cette fonction pour ainsi dire monumentale et architecturale des sources publiques a été flanquée ou compliquée par l’accent mis sur la valeur des sources écrites dans la communication. La parole écrite n’a plus seulement le rôle de construire le pouvoir, mais aussi ou surtout le rôle de moyen de communication politique. Habermas davantage que Weber, pour ainsi dire. Plus que la structure du pouvoir et leur fonctionnement suivant les étapes d’une évolution progressive, il s’agit d’étudier le réseau des relations qui forment la vie politique urbaine : à cet égard évidemment l’écrit est bien plus qu’un outil du pouvoir ; il est la condition même de l’existence de la communication. L’école de Hagen Keller a profondément réfléchi sur la Schriftlichkeit, alors que ces dernières années Christoph Dartmann a travaillé sur la politische Kommunikation dans les villes italiennes.

Pour cette journée, j’ai proposé de considérer la fonction de l’écrit dans la vie politique des villes italiennes entre ritualisation et conflits : l’une comme l’autre pour approcher l’énorme patrimoine documentaire, mais il me semble que la question en général, et les contributions que nous allons écouter aujourd’hui se posent exactement sur cette double polarité.

Continuer la lecture de La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Age : entre ritualisation et conflits 

L’aqueduc alimentant en eau Marseille, au Nord-Est de la ville

Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 : mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve

L’auteur :

Auderic Maret est chercheur associé à l’EHESS (Centre Norbert Elias), où il a soutenu en mars 2017 une thèse intitulée Marseille et sa classe dirigeante à la Renaissance (1460-1560). D’une principauté méditerranéenne au royaume de France (dir. J. Boutier).

L’article

Introduction : la question du contrôle et de l’usage des eaux de l’Huveaune, une mise à l’épreuve parmi d’autres

Toute ville est un système politique où les pouvoirs se réajustent en permanence les uns par rapport aux autres, et le pouvoir municipal n’est qu’un pouvoir parmi et n’est pas toujours dominant dans l’espace urbain.

A Marseille, en 1348, l’union de la ville se fait au profit du pouvoir municipal, écartant de ce fait l’évêque et les chanoines, les deux autres pouvoirs qui se partageaient auparavant la domination de l’espace urbain. Mais à moins de croire que l’évêque et les chanoines aient été des spectateurs passifs, il est difficile d’envisager que ces derniers aient accepté la nouvelle situation sans résistance. Dès qu’ils le peuvent, ces deux pouvoirs cherchent à fragiliser le pouvoir municipal, profitant des crises subies que celui-ci traverse. Les années 1460 et 1470 sont marquées par l’enjeu de la gestion de l’eau dans le terroir et de l’approvisionnement de l’eau en ville, totalement désorganisé après le sac de 1423.

La question à laquelle je vais répondre peut se formuler ainsi : « Comment le conflit entre le conseil de ville et baron d’Aubagne – qui n’est autre que le comte de Provence jusqu’en 1474, puis l’évêque de Marseille – est-il mis en scène dans les délibérations municipales et plus généralement dans les écritures municipales dans les années 1470 ? »

 Les délibérations municipales étant souvent lacunaires, en raison de la destruction d’une partie des archives, il faut considérer l’ensemble des écritures municipales c’est-à-dire les différents écrits produits sur ordre du conseil de ville comme les comptes ou les pièces justificatives des comptes. De plus, comme l’a bien montré Caroline Fargeix pour la ville de Lyon, les délibérations municipales sont « lissées », c’est-à-dire qu’il y a une sélection des éléments reportés dans les registres officiels[1]. Cette constatation vaut également pour le domaine angevin et ne se limite pas au seul royaume de France.

Pour répondre à cette question, je procèderai en trois temps. Tout d’abord, je montrerai que le contrôle de l’eau à Marseille est un des enjeux des pouvoirs locaux. Ensuite, je montrerai que la lutte entre le conseil de ville et le baron d’Aubagne, qui est avant 1474 René Ier d’Anjou, le comte de Provence et après 1474, Jean Alardeau, évêque de Marseille est reportée avec grand soin dans les écrits municipaux. Enfin, je mettrai en évidence que le conflit, qui se règle en faveur du pouvoir municipal, est l’occasion de mettre en scène cette victoire au travers des délibérations et plus généralement des écritures municipales.

Continuer la lecture de Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 : mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve 

Les registres de délibérations comme instruments de l’affirmation seigneuriale : le cas de Gubbio à la fin du XIVe siècle.

L’auteur

Alberto Luongo  est diplômé d’histoire de l’Università degli Studi di Milano et docteur en histoire médiévale de l’Università di Pisa. Il a été titulaire de bourses de recherche à l’Università di Pisa et au Deutsches Historisches Institut de Rome. Il travaille principalement sur l’histoire politique, sociale et économique des villes italiennes aux XIIe-XIVe siècles. Il est l’auteur de Gubbio nel Trecento. Il comune popolare e la mutazione signorile (Rome, Viella, 2016).

Article

L’ultimo quarto del XIV secolo fu per Gubbio, città dell’Italia centrale a nord-est dell’odierna Umbria, un periodo di profondi cambiamenti istituzionali. Tali cambiamenti furono al contempo la causa e l’effetto di periodi più o meno lunghi di crisi politica ed economica, il cui superamento generò lo stabilizzarsi della città nello Stato dei Montefeltro – poi Della Rovere – a partire dal XV secolo. Schematicamente possiamo individuare quattro periodi significativi:

-1375-1379: restaurazione del governo popolare autonomo a seguito della ribellione contro il domino diretto della Chiesa durante la Guerra degli Otto Santi

-1379-1383: diarchia del vescovo Gabriele Gabrielli e di suo fratello Francesco.

-1383-1384: ritorno del governo popolare indipendente.

-1384-1404: formazione della signoria di Antonio da Montefeltro.

Lo schema non rende giustizia di molte cose, prima fra tutte il fatto che il governo popolare non smise mai formalmente di esistere durante i periodi di dominio signorile, venendo tuttavia depotenziato in favore dei vari governi personali, ma ci aiuta a capire l’instabilità politica di quegli anni. In particolare i periodi di costruzione delle due esperienze signorili furono attraversati da conflitti che talora sfociarono in vere e proprie violenze, sia sotto forma di repressione del dissenso, nel caso dei Gabrielli, sia di congiura contro il signore, nel caso del Montefeltro.

Continuer la lecture de Les registres de délibérations comme instruments de l’affirmation seigneuriale : le cas de Gubbio à la fin du XIVe siècle. 

Résumé de l’intervention de Laura Miquel Milian le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Laura Miquel Milian (Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona)
 Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472) :
the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations

In 1462, the year the war between king John II of Aragon and the main Catalan institutions began, Barcelona’s government consisted of three main organisms: five consellers and two councils, one formed by 128 people and the other by 32. All the records of their meetings, except those held by the consellers by themselves, ara preserved in the deliberations’ registers. It is there where we can find a precise account of what happened in the city during the Catalan Civil War, a conflict in which Barcelona played a decisive role. Actually, it was Barcelona’s bank, the Taula de Canvi, the one in charge of sustaining economically most of the conflict. Therefore it comes as no surprise that Barcelona’s leaders opinions were carefully listened to, even by those who, theoretically, played a more relevant role in the war’s affairs.

The high number of members of both councils made them not as efficient as such a situation required. Therefore, a common practice was the creation of normally short-lived small committees that were in charge of dealing with specific issues, such as the creation of new taxes or writing the instructions for an embassy. Among these committees was specially important the setzena de guerra, that lasted for more than a year. Its aim was to help the Consell de Trenta in those times when it had to handle many matters, and it was used as a bridge between the outcoming Consell and the incoming one.

Their decisions, as well as some of those of other institutions, like the Diputació del General, can easily be found in the deliberations preserved in the Historic Archive of the City of Barcelona (AHCB). A quick view to these registers reveals that the Council met during the war with variable frequencies, as well as the fact that the scribe tended to be concise, often omitting what he considered to be unimportant information. In spite of this, sometimes letters, requests or ordinances were duly copied in them. Regarding the language, it was prone to become passionate when writing about the war, traitors or Council’s members. That was probably the transliteration of the language very consciously used during that period of crisis by the Catalan leaders, who through the radicalisation of their discourse seeked to alleviate their lack of legitimacy. That kind of language can be found not only in the deliberations, but also in other series which provide complementary information. Some of them are ordinances, correspondence and even accounts. All of them provide a better understanding of what actually happened in Barcelona’s government during those hectic years.

Résumé de l’intervention d’Auderic Maret le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Auderic Maret (EHESS – Centre Norbert Elias)
Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 :
mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve

Introduction : la question du contrôle et de l’usage des eaux de l’Huveaune, une mise à l’épreuve parmi d’autres

Toute ville est un système politique où les pouvoirs se réajustent en permanence les uns par rapport aux autres, et le pouvoir municipal est un pouvoir parmi d’autres et n’est pas toujours dominant.

A Marseille, en 1348, l’union de la ville se fait au profit du pouvoir municipal, écartant de ce fait l’évêque et les chanoines, les deux autres pouvoirs qui se partageaient auparavant la domination de l’espace urbain. Mais à moins de croire que l’évêque et les chanoines aient été des spectateurs passifs, il est difficile de croire que ces derniers aient accepté la nouvelle situation. Dès qu’ils le peuvent, ces deux pouvoirs cherchent à dominer l’échiquier politique local, profitant des crises subies par le pouvoir municipal. Les années 1460 et 1470 sont marquées par l’enjeu de l’approvisionnement en eau de la ville, totalement désorganisé après le sac de 1423.

La question à laquelle je vais chercher à répondre peut se formuler ainsi : « Comment le conflit entre le conseil de ville et l’évêque de Marseille – baron d’Aubagne est-il mis en scène dans les délibérations municipales dans les années 1470 ? »

I. Jeux et enjeux des pouvoirs autour de la ressource et de l’utilisation de l’eau à Marseille

Comme toute ville méditerranéenne, la question de l’eau est un enjeu vital pour la ville. L’approvisionnement de Marseille pose de sérieux problèmes depuis le sac de 1423. Ce n’est qu’en 1446 que le conseil de ville réorganise l’approvisionnement en eau et se dote de moyens de surveillance en ville et dans le terroir. Le notaire expose longuement le nouveau règlement de l’eau et les mesures prises pour garantir un accès à l’eau.

L’Huveaune est la principale source d’approvisionnement en eau mais c’est aussi un axe économique important du fait des moulins destinés à la meunerie qui y ont été construits (7 en 1560). Rappelons que la farine se transporte mal et qu’il y a une volonté de réduire le plus possible la distance entre le grain et le lieu de transformation puis de consommation.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la mise à l’épreuve où le baron d’Aubagne (le comte de Provence jusqu’en 1474, puis l’évêque de Marseille) cherche à s’imposer du fait de la situation d’amont qu’il a sur la ressource.

II. Enregistrer la mise à l’épreuve : montrer les efforts déployés par un pouvoir en lutte

Alors que les délibérations municipales sont généralement « lissées » (cf. C. Fargeix à propos de Lyon), dans cette affaire elles deviennent plus « bavardes », signe de l’importance de l’enjeu de la ville.

Le précédent des années 1460 est évoqué avec l’ensemble des étapes. Pour le conflit des années 1470 c’est exactement la même chose, le notaire évoque l’ensemble de la procédure, les recours, les résultats … mais également la méfiance à l’égard de René Ier d’Anjou, ancien baron d’Aubagne et qui est juge et parti dans cette affaire vis-à-vis de Jean Alardeau.

Le registre montre donc un pouvoir municipal en action, qui déploie des efforts pour rester maître de la ressource en eau et conserver la police des eaux de l’Huveaune.

III.Enregistrer la victoire finale : glorifier le pouvoir municipal

Le registre de délibérations ne contient pas de déclaration de victoire finale, mais reporte que par la suite l’évêque demande l’autorisation, façon tacite d’enregistrer la soumission de l’évêque face au pouvoir municipal.

D’autres documents de la chaîne d’écriture le montre. C’est notamment le livre des privilèges AA5 avec la soumission de l’évêque. De plus, Ogier d’Anglure, successeur de Jean Alardeau, qui est baron d’Aubagne, évêque de Marseille mais également abbé de Saint-Victor ne parviendra pas à revenir sur cette maîtrise de l’eau.

Conclusion : enregistrer les délibérations municipales en temps de crise politique, la construction d’un récit municipal de la mise à l’épreuve à la victoire finale

L’échange de 1474 entre René Ier d’Anjou et Jean Alardeau est l’occasion pour le nouveau baron d’Aubagne de revenir sur le rapport de force avec le conseil de ville. Or loin de l’emporter, il est affaibli dans cette partie du terroir à l’issue de ce conflit.

Les événements sont connus à travers le filtre des délibérations du conseil de ville de Marseille, s’il y a bien effet de source dans la connaissance de la crise, cela montre en tout cas que les délibérations sont non seulement une reconstruction des événements mais également la construction d’un récit municipal participant à l’édification d’un monument de papier.

Résumé de l’intervention d’Alberto Luongo le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Alberto Luongo (Université de Pise)
Les registres de délibérations comme instruments de l’affirmation seigneuriale :
le cas de Gubbio à la fin du XIVe siècle

Durant le dernier quart du XIVe siècle, la commune de Gubbio, en Italie centrale, a connu deux expériences seigneuriales particulièrement importantes : la dyarchie de l’évêque Gabriele Gabrielli et de son frère Francesco (1379-1383) et l’avènement définitif de la domination d’Antonio de Montefeltro (à partir de 1384). Les reformationes communales de ces deux périodes de crise politique, loin d’être de simples miroirs de la réalité, incarnent assez bien ces changements : dans les deux cas, qui se caractérisent par des conflits politiques internes parfois violents, le mot-clé est « dissimulation ».

Dans le premier cas, l’ingérence de l’évêque dans les affaires de la Commune donna lieu à la création pour la première fois d’un notaire reformationum autochtone, mis au service de la chancellerie épiscopale. Si cette innovation témoigne de la rupture institutionnelle qui eut lieu en 1379, la rédaction des délibérations ne connut aucun changement formel, mais continua de se conformer à la tradition locale. Toutefois, l’analyse détaillée des contenus des registres et du contexte politique montre que le notaire chancelier avait en quelque sorte pour mission de superviser la vie politique de la commune en faveur de la dyarchie : la dissimulation des conflits était probablement une façon d’exercer cette fonction dans un contexte où l’évêque attendait d’obtenir le vicariat apostolique sur la ville pour légitimer sa position.

Dans le second cas, le comte de Montefeltro veilla à ne pas heurter la sensibilité communale et populaire de la communauté, en faisant de la rédaction des délibérations un terrain privilégié pour cette stratégie. De même, sous cette nouvelle domination seigneuriale, le chancelier, désormais étranger à la cité, était choisi parmi les membres de l’entourage du comte. Au début ce changement provoqua une transformation matérielle des registres, qui devinrent alors essentiellement des registres privés. Il faut mettre cela en relation avec le caractère encore précaire de la seigneurie du comte de Montefeltro à ses débuts, et avec la nécessité d’élaborer des pratiques scripturales appropriées. Par la suite, les registres reprirent leur aspect traditionnel, mais devinrent aussi un instrument servant à édulcorer ou à dissimuler le processus d’affirmation seigneuriale, alors même que celui-ci privait graduellement les conseils communaux de leur autorité. Dans ce contexte, l’attention était concentrée sur le vicariat apostolique du comte, qui n’est jamais mentionné dans la documentation officielle parce que trop associé à l’expérience seigneuriale précédente. Là encore, la dissimulation des conflits
urbains fut l’un des moyens de cette politique. Rien ne devait changer pour que tout change. Les chanceliers et leur documentation furent, donc, selon deux modalités différentes, un instrument de l’affirmation seigneuriale sur la ville.

Résumé de l’intervention de Daniele Bortoluzzi le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Daniele Bortoluzzi (Universités de Florence et Sienne)
Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303

Mon intervention vise à montrer comment un événement traumatisant a eu la capacité d’altérer la documentation produite des conseils municipaux. Ce que je voudrais souligner, en particulier, c’est que les écritures publiques n’avaient jamais un codage rigide, mais qu’elles étaient grandement influencées par les circonstances.

En temps de paix l’activité du Conseil Populaire (le plus important conseille urbain) a été enregistrée sur de grands livres de parchemin soigneusement écrits, dont les traits diplomatiques sont la présence d’une intitulatio, d’une convocatio, d’une propositio, d’une reformatio et enfin d’un signum notarié: tous ces éléments certifier l’authenticité du document et indirectement son importance.

À partir de 1296 le mode d’enregistrement, à la fois dans ses caractères intrinsèques et extrinsèques, a subi des changements majeurs et profonds. En cette année-là, Bologne fut attaquée par les forces du marquis Azzo d’Este et des Gibelins de Romagne. Les signes de changements dans les registres commencent à apparaître à travers le vocabulaire choisi: l’urgence a été codifiée à travers quelques mots formalisés par la doctrine juridique. Les plus importants étaient necessitas, novitas.

Pendant les phases d’urgence, les délibérations ont été perméables à une série de nouveaux concepts qui témoignent de la volonté de rechercher une légitimité juridique et un consensus sur la citoyenneté. À partir de 1299, sous l’impulsion de l’urgence de la guerre (et du danger d’invasion), les réformes commencent à motiver certaines mesures en recourant au concept de défense de la liberté; en 1302, c’est le premier cas, suite à une tentative ratée de renverser le régime au pouvoir, la compagnie du maçon réclame la verbalisation d’une réforme dans la langue vernaculaire de Bologne.

Pour faire face à la crise, qui a culminé en 1303, le régime a réagi en essayant de créer un sommet gouvernemental plus fort et plus stable, formé par le podestà, le capitaine du peuple, les consoles aînées, le proconsul de la société des notaires, un défenseur des vingt entreprises (qui ont juré une union) et un conseil étroit formé par des juges et des magnats. Le conseil du peuple ait perdu de son importance (en dérogation des statuts); les balies du gouvernement, cependant, ont gagné plus de pouvoir.

De l’activité politique institutionnelle de la période nous sommes informés par d’autres registres qui ont été compilés, ceux contenus dans les fonds Consigli minori. Les principaux registres des conseils mineurs sont très importants pour comprendre l’histoire de Bologne car ils collectent toutes les activités menées par les balié du gouvernement, et pas seulement pendant les situations d’urgence.

Résumé de l’intervention de Vincent Challet le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

 Vincent Challet (Université Paul Valéry-Montpellier-III – CEMM)
Discordances et dissidences. Les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379

Dans le contexte montpelliérain, le fait d’enregistrer les délibérations du conseil politique constitue un fait relativement tardif et quasi consubstantiel à la grave crise des institutions consulaires qui se fait jour à compter des années 1360 lorsque l’entrée dans la guerre de Cent Ans et la considérable augmentation des besoins fiscaux de la monarchie française accroissent les tensions sociales existant au sein de la communauté urbaine. Cette nouvelle forme de consignation du politique est à mettre en rapport à la fois avec l’aménagement de la nouvelle maison consulaire qui substitue au porche des assemblées générales la salle fermée du conseil et avec la nécessité pour les élites urbaines de donner aux représentants des populaires ne serait-ce que l’illusion d’une participation au pouvoir.

Le premier registre de ce type, due à la plume du notaire du consulat Peire Gilli, ne constitue pas, à l’inverse de ce que l’on constate dans maintes autres villes, une mise en forme scripturaire de l’élaboration d’un consensus politique, ni ne vise à présenter une histoire apaisée de la prise de décision. Bien au contraire, il fait d’une certaine manière œuvre de mémoire de certaines dissensions sociales tout autant que politiques en accordant une part non négligeable à l’enregistrement d’avis discordants pouvant émaner des représentants des petits artisans et des ouvriers agricoles qui, par ce biais, ont accès non seulement à la parole vive mais aussi à sa consignation dans les registres consulaires. Dans un consulat urbain si hiérarchisé et dominé par les figures des marchands, drapiers, poivriers et autres changeurs, l’attention portée en maintes occasions à cette expression d’une opinion « populaire » que l’on tente certes de rallier au point de vue des groupes dominants mais dont l’on ne dissimule pas pour autant systématiquement les traces de contradiction semble indiquer que la pratique du conseil ne s’est pas encore totalement dégagée des formes anciennes – et parfois jugées désuètes – de l’assemblée générale des citoyens. En outre, pour toute décision de quelque importance, et notamment en matière de fiscalité et de défense, les portes du conseil ne manquent pas de s’ouvrir pour accueillir en son sein des avis émanant de cercles qui, d’ordinaire, ne sont pas invités à prendre la parole. Dès son adoption donc, la forme même du registre de délibérations se fait l’écho plus ou moins feutré d’une situation qui est déjà de crise.

Toutefois, la grande révolte qui secoue la ville en 1379 et s’accompagne du pillage et de l’incendie de maisons appartenant à l’oligarchie montpelliéraine provoque, à en juger par le registre couvrant l’année 1381-1382, une certaine mutation tant de forme que de pratique dans la mesure où l’expression même d’avis divergents paraît s’atténuer au profit de la construction d’une certaine unanimité englobant au sein d’une seule et même décision à la fois les représentants des métiers les plus éminents et ceux qui relèvent des « subalternes ». Dans le même temps, la tendance est aussi à un élargissement de plus en plus conséquent des individus associés à la prise de décision, sans qu’il soit malgré tout possible de savoir réellement s’ils ont été invités à formuler un avis argumenté ou si, seul, leur consentement a été recueilli. Une chose, cependant, n’en est pas moins sûre : sur les conseils tenus en cette année plane l’ombre de la révolte de 1379 au cours de laquelle les dissensions politiques exprimées dans le premier registre ont trouvé à se manifester violemment dans la rue. Dès lors, la pratique des conseils trahit un élargissement de la consultation politique et les registres de délibération visent, par prudence, à présenter toute décision comme étant le résultat d’un consensus plus que d’un compromis, obtenu en accordant une plus large place aux voix de ceux qui, l’espace d’une nuit, ont pu dominer la ville par les armes.

Résumé de l’intervention de Matthieu Allingri le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Matthieu Allingri (Telemme-AMU)
La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne
Les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite

La révolte de 1318 à Sienne, point culminant des tensions accumulées contre le régime des Neuf, a été la plus sérieuse mise en cause de ses équilibres politiques et institutionnels et un moment clef de son évolution politique, au-delà d’une apparente continuité de 1287 à 1355 et au-delà de l’investissement considérable de ce régime pour renforcer le consensus à travers une idéologie de bon gouvernement. La confrontation des échos du conflit dans les registres de délibérations du Conseil général (conservés avec une exceptionnelle continuité depuis l’instauration d’un enregistrement systématique vers 1249) avec les chroniques citadines et les provisions spécifiques adoptées en réponse au conflit permet d’observer comment les tensions ont été relayées au Conseil, comment le régime y a mis en scène une réponse politique et institutionnelle et comment les unes et les autres ont été traduites par écrit. Dans une période marquée par le glissement des structures politiques de la commune populaire vers un système de gouvernement aux leviers plus concentrés entre les mains de collèges et commissions exprimant les intérêts de l’élite dirigeante, le Conseil apparaît encore comme une arène politique, mais tend à devenir un lieu de légitimation formelle de dynamiques politiques dont l’impulsion lui échappe ; et ce trait sensible dans les débats est plus visible encore dans leur mise à l’écrit, où les enjeux de la contestation – que certaines chroniques laissent clairement entrevoir – apparaissent largement tronqués ou euphémisés. Le nœud entre politique et documentation est d’autant plus central dans ce conflit qu’une partie des notaires citadins sont parmi les principaux instigateurs de la révolte, aux côtés d’un groupe de bouchers et d’autres popolani mécontents de leur éviction politique, et d’une fraction des magnats. En outre, l’un des enjeux du conflit réside dans les tensions entre l’élite dirigeante et la corporation des juges et notaires citadins, qui se sont vu fermer l’accès à la Seigneurie et dont le régime tente d’endiguer l’influence majeure au cœur des institutions par une sévère politique réglementaire ; la corporation est devenue l’un des principaux pôles de résistance à la domination de l’élite novesca. Cependant, les limites du traitement du conflit dans les délibérations du Conseil semblent moins imputables à la mise par écrit des débats qu’à l’évolution même du rôle du Conseil, de la composition de l’assemblée et de la structuration des débats en son sein, que le conflit a conduit à redéfinir en partie.

Résumé de l’intervention de Solal Abélès le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Solal Abélès (Université du Luxembourg)
Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1349)
Entre réaffirmation de l’autonomie locale et instrument d’assujettissement à Florence

 

La commune de Colle val d’Elsa, située à la frontière des territoires siennois et florentin, parvient à maintenir jusqu’au premier tiers du XIVe siècle une forte autonomie politique à l’égard de ses deux puissantes voisines. À l’instar de nombreuses communes toscanes, elle subit cependant dans les années 1320 les conséquences d’une reprise régionale des luttes entre guelfes et gibelins : les seconds tentent ainsi de s’emparer du pouvoir à Colle en 1322 ; bien qu’avortée, cette tentative ouvre la voie à un bouleversement de la vie politique locale puisqu’en réaction directe, le principal membre d’une puissante famille colligiane, l’archiprêtre Albizzo Tancredi, parvient la même année à accaparer la charge de capitaine du peuple, puis à se faire nommer seigneur à vie en 1326. Son éviction violente en mars 1331 entraîne à la fois un retour au régime communal antérieur et le début d’un assujettissement progressif à la commune de Florence, définitivement scellé en 1349.

L’objectif de notre intervention consiste, ainsi que l’invite l’argumentaire de la rencontre, à évaluer les effets de ces bouleversements politiques sur la série de délibérations colligianes la mieux documentée, celle du conseil du capitaine du peuple, à travers deux niveaux d’analyse.

On cherchera d’abord à déterminer l’impact de la seigneurie d’Albizzo Tancredi sur l’évolution structurelle et thématique des délibérations enregistrées, en comparant des échantillons de celles-ci réparties sur trois périodes découpées en fonction de leur rapport chronologique à l’avènement du seigneur : antérieure (1312-1316), contemporaine (1322-1324) et ultérieure (1331-1333). Si dans l’ensemble, l’étude des échantillons indique une certaine permanence, certains éléments de forme et de fond de la deuxième période témoignent nettement de l’extension des pouvoirs d’Albizzo Tancredi.

Le second niveau d’analyse soulignera la centralité des délibérations du conseil du capitaine du peuple dans le processus d’assujettissement de la commune de Colle à celle de Florence. C’est en effet au cours de certaines séances dûment enregistrées qu’est votée la concession en décembre 1331 d’une première custodia aux Florentins, ainsi que son renouvellement en avril 1333 puis en janvier 1336. L’enregistrement de la délibération qui valide ce second renouvellement, lequel se caractérise aussi par un élargissement des prérogatives florentines, est non par hasard recopié dans les Libri iurium de la grande cité. Une telle pratique s’explique selon nous par la volonté des Florentins d’obtenir et de mettre en scène le consentement de la société politique de Colle afin d’assurer une domination pérenne. La copie et la conservation de l’acte de délibération colligian lui confère par conséquent un double rôle : constituer la base normative des nouveaux rapports de domination et témoigner de la libre acceptation locale de l’emprise florentine.