Appel à communications – Cycle Registres de délibérations

Journée d’études
Vendredi 12 octobre 2018
Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme
Au travers des registres, la délibération

Cycle Registres de délibérations – UMR 7303 TELEMMe (CNRS-Université d’Aix-Marseille)
Axe 2, Groupe 1 – DesAncrages

Au cœur de la documentation des villes occidentales, les registres de délibérations communaux forment un très volumineux corpus documentaire en Europe méridionale et occidentale depuis la fin du Moyen Âge. La production de ces registres, centrés sur les assemblées et conseils de ville, a accompagné le développement des institutions urbaines.

Les assemblées délibératives et conseils urbains participent en effet, à partir du XIIIesiècle, à la formidable expansion de l’écrit de gouvernement, lorsque se systématise l’enregistrement des réunions[1]. Sous la forme d’instruments publics ou de registres tenus de façon continue, la mise par écrit de procédures essentiellement orales les formalise et leur donne une validité juridique.

Deux journées d’études précédentes à Aix-en-Provence ont permis d’identifier les spécificités des registres de délibérations urbains méridionaux, puis d’examiner les tensions et conflits traversant les assemblées délibératives[2]. La réflexion portera cette fois-ci plus spécifiquement sur le processus de prise de décision collective, les diverses modalités de celle-ci : degré de préparation des séances et des propositions d’ordonnances, discussion de celles-ci par les conseillers, modes d’argumentation, possibilités de désaccord, aboutissement unanime ou non, parts respectives de l’oralité et de l’écrit dans le processus. Continuer la lecture de Appel à communications – Cycle Registres de délibérations 

Journée d’étude – Les journées du LAMOP VI : Paolo Cammarosano

Les Journées du LaMOP, organisées depuis 2012, sont l’occasion de donner la parole à un éminent collègue étranger, qui évoque son parcours académique et scientifique, ses liens avec la recherche française, ses méthodes de travail et ses chantiers en cours. C’est aussi, dans un second temps, un moment d’échange avec des étudiants qui présentent leur travail.

Après Chris Wickham, Hans-Werner Goetz, Wim Blockmans, Serge Lusignan et Barbara Rosenwein, l’historien italien Paolo Cammarosano est à l’honneur le 30 mai 2018.

Continuer la lecture de Journée d’étude – Les journées du LAMOP VI : Paolo Cammarosano 

L’histoire comme archéologie – Séminaire Anachroniques à l’EHESS de Marseille

LIRE & ÉCRIRE L’HISTOIRE AUJOURD’HUI

Emmanuelle Chapron (AMU/Telemme), Jérémie FOA (AMU/Telemme),

Thomas GLESENER (AMU/Telemme) et Jean-Baptiste XAMBO (AMU/Telemme)

Vendredi 18 mai 2018

L’histoire comme archéologie

Discussion autour de :

Didier LETT, Un procès de canonisation au Moyen Âge: essai d’histoire sociale, Paris, 2008.

Joseph MORSEL, « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste »,

Revue Historique, 680 (2016), p. 813-868. Continuer la lecture de L’histoire comme archéologie – Séminaire Anachroniques à l’EHESS de Marseille 

Stage – Stage IRHT d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste

L’IRHT organise un stage annuel d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, destiné aux étudiants de Master I et II (non professionnel sauf professionnalisation dans le domaine des manuscrits) et thèse en lettres, en philosophie, en histoire (notamment de l’enluminure). Le stage aura lieu du lundi 15 au vendredi 19 octobre 2018 au Centre Félix-Grat, Paris.

Continuer la lecture de Stage – Stage IRHT d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste 

Appel à contribution – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s

À la faveur des renouveaux portés par l’histoire culturelle du livre et de la lecture [R. CHARTIER, 1987 ; 1993], par un dialogue renoué avec les sciences auxiliaires [A. PETRUCCI, 1989 ; 1992], et par les études anglo-saxonnes pionnières sur la literacy [M. CLANCHY, 1979 et J. GOODY, 1977, 1986], les chercheurs-ses en sciences humaines et sociales ont désormais intégré dans leurs recherches de nouvelles manières d’appréhender les pratiques d’écriture. Un regard anthropologique s’impose, consistant à remettre en contexte l’acte d’écriture dans le monde social dans lequel il est apparu [B. FRAENKEL, 1992]. En histoire, la source écrite n’est plus perçue comme un simple support de l’information mais constitue en elle-même un objet d’étude important. En opérant un retour sur sa matérialité, on s’intéresse à son contexte de production et aux desseins des acteurs qui l’ont produite. Particulièrement sensibles à ce renouveau, certain-e-s historien-ne-s du Moyen Âge ont contribué au développement d’une nouvelle méthode – si ce n’est un nouveau courant ou un nouveau champ – pour l’étude des pratiques de l’écrit [P.CHASTANG – É. ANHEIM, 2009].

Continuer la lecture de Appel à contribution – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s 

Séminaire – Patrick Boucheron, “L’expérience communale, 2 : la vie civique”

Le séminaire poursuit la réflexion engagée par l’atelier collectif de l’année précédente, en mobilisant les acquis problématiques d’une redéfinition transdisciplinaire en longue durée de l’expérience communale. Rappelons ici que la notion s’entend ici de trois manières : l’expérimentation politique d’un gouvernement du commun ; la transmission de ces expériences en une mémoire réinventée du devenir historique ; l’expérience sensible du faire commune en tant qu’elle affecte les vies de ceux qui s’y engagent ou s’y
abandonnent. En s’attachant désormais à la notion de vie civique, on cherchera à approfondir cette histoire vécue de la discontinuité des pratiques politiques, et ce à partir d’expériences historiquement situées dans l’Italie communale, celle-ci étant envisagée non comme une exception mais comme une accentuation d’une histoire européenne commune. Depuis l’effervescence précommunale envisagée sous le prisme des émotions politiques ou des improvisations institutionnelles jusqu’aux expériences seigneuriales qui poursuivent peut-être la commune par d’autres moyens, on proposera donc un parcours à la fois historique et historiographique qui, à travers l’histoire sociale, urbaine ou juridique, tente d’affronter la même question : comment instituer le commun ? Continuer la lecture de Séminaire – Patrick Boucheron, “L’expérience communale, 2 : la vie civique” 

La prise de décision dans les sociétés tardo-médiévales – Colloque à Münster, 14-15 juin 2018

ENTSCHEIDUNGSFINDUNG IN SPÄTMITTELALTERLICHEN GEMEINSCHAFTEN

Workshop am SFB 1150

„Entscheidungsfindung in spätmittelalterlichen Gemeinschaften“ steht im Mittelpunkt einer Tagung am 14. und 15. Juni 2018. Organisiert wird die Veranstaltung von Wolfgang Eric Wagner, der zusammen mit Barbara Stollberg-Rilinger das Teilprojekt C03 „Entscheidungen durch das Los in Mittelalter und Früher Neuzeit“ leitet.

Die Tagung geht Prozessen und Verfahren des Entscheidens in verschiedenen mittelalterlichen Gemeinschaften nach. Im Mittelpunkt der Veranstaltung wird die Frage stehen, wie mittelalterliche Gemeinschaften Entscheidungen vorbereitet, getroffen und vermittelt haben. Auch wenn die Entscheidungsprozesse in Gemeinschaften des Mittelalters im Kern ähnlich sein mögen, dürfte ihre Legitimierung und Kommunikation nach Sachbezug und Gruppe jeweils variieren. Der Vergleich von Entscheidungsfindungen in verschiedenen mittelalterlichen Gemeinschaften soll es daher ermöglichen, die Herausbildung von unterschiedlichen Kulturen des Entscheidens in spätmittelalterlichen Gesellschaften genauer zu beleuchten. Continuer la lecture de La prise de décision dans les sociétés tardo-médiévales – Colloque à Münster, 14-15 juin 2018 

Mise à jour de la bibliographie Regidel

La bibliographie REGIDEL a été entièrement remise à jour.

Organisée de façon thématique et régionale, elle comprend à présent 743 titres répartis en  19 sous-catégories :

La bibliographie complète et mise à jour de REGIDEL se trouve sur Zotero : https://www.zotero.org/groups/regidel

La présente bibliographie est conçue de façon participative. Les usagers du carnet, sans restriction, peuvent proposer une référence nouvelle, ainsi qu’une recension/présentation de cette référence.

N’hésitez  donc pas à suggérer toute nouvelle référence bibliographique en commentaire à cette page. Merci !

Équipe bibliographique Regidel : Daniele Bortoluzzi (U. Florence et Sienne). Matteo Magnani (U. Aix-Marseille et Turin). Laura Miquel-Milian (Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelone), François Otchakovsky-Laurens (U. d’Aix-Marseille, coordinateur). Cléo Rager (U. Paris 1 – Lamop et U. Strasbourg), Marie-Emmeline Sterlin (U. Paris 1 – Lamop), Pierluigi Terenzi (U. Padoue). Florie Varitille (U. Paris 1 et Savoie-Mont-Blanc)

Pour citer cet article : François Otchakovsky-Laurens, « Mise à jour de la bibliographie Regidel », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 04/05/2018, https://regidel.hypotheses.org/740.

Appel à contribution – Requérir, délibérer, (se) régler : les acteurs des normes professionnelles

Voici, sans être directement lié à des registres de délibérations municipaux, un appel à contributions engageant la question des pratiques délibératives en milieu urbain :

Université de Paris-Est Marne-la-Vallée
13-14 septembre 2018

On portera attention au(x) vocabulaire(s), c’est-à-dire autant aux différentes catégories marquées par le lexique à l’intérieur du métier qu’à la diversité des appellations et des situations qu’elles peuvent révéler. Existe-t-il des fonctions liées à l’élaboration ou à l’application de la réglementation comme les statutorii ? Distingue-t-on les acteurs en les nommant (gardes, maîtres…) ?
La réglementation peut aussi être considérée comme un processus auto-créateur de catégories, qui fait émerger des acteurs en les définissant et en leur attribuant un rôle (gardes, communauté…). Les acteurs préexistent-ils aux règlements ou surgissent-ils à cette occasion ? Les termes employés prennent-ils un sens de qualification juridique ou reprennent-ils le vocabulaire employé dans d’autres types de sources pour décrire le réel ?

b) En externe :

La réglementation délimite également des acteurs extérieurs aux organisations de métiers, mais qui peuvent participer à l’application de leurs règles : on s’intéressera aux sergents, courtiers ou mesureurs, gardes choisis parmi les bourgeois, dénonciateurs particuliers…

Quelle place est prévue pour les juridictions professionnelles ou ordinaires (perception des amendes, saisies…) dans la réglementation des métiers ?
Éventuellement, on analysera le rôle d’autres groupes professionnels dans la surveillance du respect de certaines règles, à la marge ou au contact de plusieurs organisations de métiers.

Les langues de communication de ces journées sont le français et l’anglais. Si vous souhaitez proposer une communication pour cette rencontre, veuillez faire parvenir un abstract d’environ 2500 signes (ou 400 mots) dans une de ces langues, ainsi qu’une courte biographie indiquant votre rattachement institutionnel aux trois organisateurs de ces journées dont les mails suivent avant le 17 avril 2018.

Philippe Bernardi – Philippe.Bernardi@univ-paris1.fr
Corine Maitte – corine.maitte@u-pem.fr
François Rivière – friviere@univ-paris-diderot.fr

Comité d’organisation de la seconde rencontre : Philippe Bernardi (Paris 1-Lamop) ; Corine Maitte (UPEM-ACP) ; François Rivière (Paris Diderot-ICT)

Comité scientifique de l’ensemble des rencontres : Philippe Bernardi (Paris 1-Lamop) ; Caroline Bourlet (IRHT) ; Robert Carvais (CTAD) ; Corine Maitte (UPEM-ACP) ; Judicaël Petrowiste (Paris Diderot-ICT) ; François Rivière (Paris Diderot-ICT) ; Arnaldo Sousa Melo (Universidade do Minho)

Bibliographie Regidel

Cher·e·s lecteurs et lectrices,

Cette rubrique propose la mise en ligne d’une bibliographie indicative concernant les registres de délibérations urbains et plus largement les écritures urbaines ainsi que les pratiques d’assemblées. Elle est composée et mise à jour régulièrement par une équipe de jeunes chercheurs travaillant sur ces champ de recherches.

Cette bibliographie est organisée selon les catégories suivantes :

La bibliographie complète et mise à jour de REGIDEL se trouve sur Zotero : https://www.zotero.org/groups/regidel

La présente bibliographie est conçue de façon participative. Les usagers du carnet, sans restriction, peuvent proposer une référence nouvelle, ainsi qu’une recension/présentation de cette référence.

N’hésitez  donc pas à suggérer toute nouvelle référence bibliographique en commentaire à cette page. Merci !

Équipe bibliographique Regidel : Daniele Bortoluzzi (U. Florence et Sienne). Matteo Magnani (U. Aix-Marseille et Turin). Laura Miquel-Milian (Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelone), François Otchakovsky-Laurens (U. d’Aix-Marseille, coordinateur). Cléo Rager (U. Paris 1 – Lamop et U. Strasbourg), Marie-Emmeline Sterlin (U. Paris 1 – Lamop), Pierluigi Terenzi (U. Padoue). Florie Varitille (U. Paris 1 et Savoie-Mont-Blanc)

Pour citer cet article : François Otchakovsky-Laurens, « Bibliographie Regidel », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 26/03/2018, https://regidel.hypotheses.org/300.

Table ronde « Les registres de délibérations capitulaires »

Annonce de rencontre scientifique : 

Table ronde des Fasti Ecclesiae Gallicanae, le  23 mars 2018 (10h-13h) :
Les registres de délibération capitulaires
Archives nationales, CARAN, Salle d’albâtre, 11 rue des Quatre-fils, Paris 3ème
Affiche Table-ronde registres capitulaires

Organisation scientifique : Fabrice Delivré (LAMOP/Université Paris 1)
Contact : christine.barralis@univ-lorraine.fr

La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite

L’auteur

Matthieu Allingri est maître de conférences à l’université d’ Aix-Marseille, auteur d’une thèse intitulée Le métier de notaire dans l’Europe méridionale à la fin du Moyen Âge. Étude comparée de deux modèles régionaux (Italie communale, pays catalans, v. 1280-1420), dir. Jean-Louis Gaulin, université Lyon 2, 2014.

L’article

Introduction

             La révolte de 1318 à Sienne, point culminant d’une décennie de montée des tensions, constitue un tournant de l’histoire politique siennoise ; mais l’importance de ce conflit a été longtemps sous-évaluée, et il reste peu considéré par l’historiographie des révoltes urbaines[1]. Il fournit pourtant une clef de lecture essentielle de l’évolution politique du long régime des Neuf (1287-1355). Celui-ci incarne en apparence un cas de continuité des institutions communales au XIVe siècle ; mais cette impression est en partie construite par nos sources, car ce régime a déployé un énorme investissement idéologique pour affirmer cette continuité, par le respect affiché des institutions de la commune populaire et par l’affirmation d’une idéologie de bon gouvernement à travers des réalisations souvent spectaculaires. En réalité, la nature même du système politique a profondément évolué dès la fin du XIIIe siècle, par le resserrement des leviers du pouvoir dans quelques institutions clef, verrouillées par une élite dirigeante dont les contours ont été définis par l’exclusion d’une grande partie des citoyens[2]. C’est précisément cette évolution qu’a mise en cause la révolte de 1318 ; elle a également mis à l’épreuve la continuité revendiquée par le régime avec les mécanismes décisionnels communaux, notamment à travers le rôle dévolu au Conseil dans la gestion de cette crise.

Continuer la lecture de La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite 

Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations

L’auteur

Laura Miquel Milian est doctorante à l’Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona, sous la co-direction de Pere Verdés and Pere Orti. Thème de recherche : Construire les communautés en temps de guerre au travers du discours public.

L’article

(version de travail / draft)

 

  1. General Context

1.a. Barcelona’s medieval council: its structure and running

Barcelona’s council was born in the second half of the 13th century. Since then, its structure changed frequently until the end of the Middle Ages, mainly because of its dirigents pursuit of an institution that was representative, yet functional and useful to their own interests. By the time the Catalan Civil War began, in 1462, the council’s last modification had been done less than ten years before, and it had been quite a radical one.[1] From then until the end of the century, Barcelona’s municipal government remained as follows: at the top were five counselors, consellers, who were in charge of most of the city’s public management and were elected each year. They were not alone, though, as they frequently sought the assistance of the Consell de Cent, or Council of One Hundred, the governmental institution formed then by 128 men who, again, changed every year. However, having to reunite frequently so many people was not practical, that resulting on the creation of a Tentenari, or Council of Thirty, formed in 1462 by 32 of the men of the Consell de Cent. The members of this smaller council changed every three months.

The three institutions, that is, the consellers and the two consells, had their members organised according to their social origins. Thus, during the years of the war they were divided in four groups: honorable citizens, merchants, artists and artisans.[2] Even though they were theoretically equal, the honorable citizens had some precedence, since two of the five consellers were always among them. Continuer la lecture de Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations 

Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303

L’auteur

Daniele Bortoluzzi est doctorant aux universités de Florence et Sienne sous la direction des professeurs Andrea Zorzi et Duccio Balestracci. Il est déjà intervenu en novembre 2015pour la 1ère journée du cycle « Registres de délibérations. Publication : « I rapporti diplomatici tra le città italiane alla fine del Duecento: il caso di Bologna e Firenze », Reti Medievali, 18, 2017 <http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/5152>

L’article

(version de travail/draft)

Mon intervention d’aujourd’hui vise à montrer comment un événement pour ainsi dire traumatisant peut laisser des traces dans la documentation produite par les conseils municipaux. Ce que je veux souligner, en particulier, c’est que les écritures publiques n’ont jamais eu un langage et une structure de formulaire rigides ; au contraire, elles étaient grandement influencées par les circonstances.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je vous exposerai le fonctionnement des délibérations du Conseil à Bologne.

Pendant la période analysée, c’est-à-dire au début du quatorzième siècle, Bologne était gouvernée par un régime populaire. Le pouvoir politique était détenu par environ 10 000 personnes enregistrées dans les associations des arts et des armes. Tous les mois, certains membres de chaque société étaient élus au Conseil des Anciens. Les anciens consuls représentaient le lien entre les sociétés populaires et le Conseil populaire, qui était le conseil municipal le plus important, étant composé d’environ 600 membres, bien que seulement une partie d’entre eux était présente à chaque session. Il avait l’obligation de voter sur les propositions soumises par les anciens consuls. Continuer la lecture de Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303