Séminaire EHESS – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s

L’atelier jeunes chercheur.e.s – « Pratiques sociales de l’écrit » se tiendra à l’EHESS, le jeudi 25 octobre 2018 le jeudi 22 novembre 2018 et les 24 janvier, 21 février, 28 mars et 22 mai 2019.

Organisation :
Serena Galasso (EHESS – CRH/EFR)
Louis Genton (UVSQ – DYPAC/FSP)

AAPESL

Programme :

25 octobre 2018
Écriture en collaboration, collaborer par l’écrit : livre en collection, catalogue-exposition, partition.
Lou Forster, EHESS, INHA
Sara Martinetti, EHESS, INHA
Rafael Souza Barbosa, EHESS, CRH (GRIHL)

22 novembre 2018
Rationalisation par l’écrit et construction d’identités judiciaires
Romain Benoit, Universite de Rennes 2,
Tempera Aurore Denmat-Leon, Sorbonne Universite, CRM
Florian Reverchon, Universite de Lyon, CLHDPP

Continuer la lecture de Séminaire EHESS – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s 

Journée d’étude 13 décembre 2018 – Les mots pour dire la réforme au Moyen Âge

Jeudi 13 décembre 2018, 9h30-17h00
Salle d’Albâtre du CARAN
(Archives Nationales, 11 rue des quatre fils, 75003 Paris)

Organisée par Marie Dejoux avec le soutien de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du Lamop, du Luhcie et avec le concours des Archives nationales.

Marie-Dejou-1-e1539685423564-768x355

Programme :

9h30-10h00- Bilan d’étape du programme (Marie Dejoux, université de Paris 1, Lamop)
10h00-11h00- « Dire la réforme : chronologie et évolution sémantique du lexique réformateur dans la Patrologie et les corpus de chartes numérisées, VIIe-XIIIe » (Nicolas Perreaux, université de Francfort, SFB 1095)
11h-12h00- « Reformatio in absentia – quel champ lexical pour évoquer la réforme en Angleterre à la fin du Moyen Âge ? » (Aude Mairey, CNRS, Lamop)
12h00-12h30- Discussions générales
12h30-14h00- Pause déjeuner

14h00-14h30- « Les registres de chancellerie à la lettre. Le projet HIMANIS et les perspectives offertes par la recherche plein-texte dans les sources » (Jean-François Moufflet, Archives nationales)
14h30-17h00- Table ronde avec l’ensemble des participants (Alexandra Beauchamp, François Foronda, Michel Lauwers, Anne Lemonde, Elisabeth Lusset, Aude Mairey, Olivier Mattéoni, Pascal Montaubin, Gisela Naegle, Thierry Pécout, Nicolas Perreaux, Steven Vanderputten, etc.)

Source : Carnets du LAMOP

Séminaire du Lamop – À la recherche des communautés dans le haut Moyen Âge : formes, pratiques interactions (Ve-XIe s.)

Séminaire de recherche – Université Paris 1
Le jeudi, de 15h. à 17h
Sorbonne, salle Perroy (galerie Dumas, escalier R, 2e étage)

lamop-logo

Programme :

8 novembre
Geneviève Bührer-Thierry, François Bougard, Régine Le Jan
Communautés et mémoire : retour sur la rencontre de Lille

Continuer la lecture de Séminaire du Lamop – À la recherche des communautés dans le haut Moyen Âge : formes, pratiques interactions (Ve-XIe s.) 

Programme du séminaire Histoire & Cultures Graphiques (Université Catholique de Louvain)

Ouverts à tous, ces séminaires visent à présenter les recherches en cours des membres du groupe H37 ou de jeunes chercheurs dont les travaux concernent l’histoire des pratiques de l’écrit.

Pour le premier quadrimestre 2018/2019, ils se tiendront à l’Université Catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) selon le calendrier suivant:

Mardi 13 novembre 2018, 11h-13h – Salle du Conseil de l’ISP
Marie VAN EECKENRODE (Archives de l’État/Université Catholique de Louvain)
Mettre en archives les réactions post-attentats. Mémoriaux éphémères et mémorialisation immédiate » ?

Mardi 4 décembre 2018, 11h-13h – Salle ERAS 61 (FIAL)
Emilie MINEO (Université de Namur)
Exercice de codicologie virtuelle. Reconstituer la matérialité du Petit registre de cuir noir des archives communales de Tournai (début du XIVe s.) après sa destruction en 1940

Lundi 10 décembre 2018, 14h-16h – Salle B.321 (Mercier FIAL)
Nicolas RUFFINI-RONZANI (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)
Production, diffusion et réception des lois au Moyen Âge central : le cas des chartes pénale et féodale de Hainaut (juillet 1200)

Demande d’information: carnet.rescript@gmail.com

Source : Rescript

Colloque – Relire l’histoire des «principautés territoriales» aux XIIIe-XIVe siècles (Lotharingie – Empire – France) : Gouvernance – pratiques de l’écrit – codifications. 20es Journées lotharingiennes

Les Journées Lotharingiennes constituent le colloque final du projet de Recherche ANR-FNR Transscript, et sont organisées par l’Université du Luxembourg et l’Université de Lorraine, en collaboration avec le Centre de recherche «Pratiques médiévales de l’écrit» (PRAME) de l’Université de Namur, avec le soutien du Fonds National de la Recherche, des Archives nationales de Luxembourg et du Centre luxembourgeois de documentation et d’études médiévales (CLUDEM).

Le colloque sera structuré autour de trois axes de recherche :

  • Pratiques de l’écrit : cet axe mettra au centre le document seigneurial au sens large (prince, noblesse et chevalerie, Eglise, villes) et portera sur l’étude des « chancelleries » et des archives, de la typologie des documents, de la terminologie administrative et de l’usage des langues. Elle aura notamment pour objectif d’assembler les éléments d’une nouvelle « diplomatique » de l’écrit institutionnel et princier aux XIIIe-XIVe siècles.
  • Acteurs et « lieux » de l’écrit : à travers l’étude sociale des acteurs impliqués dans l’écrit institutionnel et princier ainsi que des « lieux » géographiques et institutionnels (centres administratifs, institutions, assemblées, communautés), cet axe vise une nouvelle histoire socio-culturelle des institutions des « principautés » comme expressions fonctionnelles du pouvoir.
  • Codifications : le troisième axe aura pour but d’étudier la codification croissante des représentations du pouvoir sous différentes formes directement connectées à l’écrit (vocabulaire du pouvoir, sceaux, armoiries, enluminures, littérature, …). Dépassant ici la vocation pragmatique de l’écrit, elle interrogera ses dimensions politiques, idéologiques et symboliques.
20e JL
Continuer la lecture de Colloque – Relire l’histoire des «principautés territoriales» aux XIIIe-XIVe siècles (Lotharingie – Empire – France) : Gouvernance – pratiques de l’écrit – codifications. 20es Journées lotharingiennes 

Colloque – Les instruments de la représentation politique en Europe (Moyen Âge – Temps modernes) – 11-12 octobre 2018

L’enjeu de ce colloque est d’articuler deux objets d’étude généralement dissociés par l’histoire du droit et les sciences politiques :

D’un côté, la question de la représentation politique, qui renvoie aux procédures électorales et aux assemblées qui en découlent, à des pratiques et à des formes d’organisation politique « horizontales ». De l’autre, la « verticalité » du pouvoir souverain, qui circule de haut en bas, se transmet, se délègue et exige d’être représenté.

Au croisement de ces deux champs d’enquête, explorés de longue date par les historiens, les juristes et les politistes, nous nous proposons d’étudier les procédés et les instruments qui leur sont communs, mais aussi de mettre à jour les influences réciproques entre ces deux modes de représentation politique – avant que n’émerge, au XVIIIe siècle, l’idée d’un « peuple souverain » et d’un gouvernement représentatif.

On s’intéressera tout particulièrement au mandat, à la procuration et autres formes de délégation, ainsi qu’à la nature du pouvoir ou de l’autorité qu’elles permettent d’accomplir et d’exécuter.

3ème rencontre du cycle REGIDEL : Au travers des registres, la délibération

     Les registres de délibérations sont longtemps demeurés un volet auxiliaire des études urbaines, alors qu’ils constiuent le plus souvent le seul outil écrit manié et composé quotidiennement au cœur du gouvernement de la ville jusqu’au XVIIIe s.
     La rencontre propose de renouveler l’usage des registres de délibérations sur ce plan. Ces registres sont-ils un outil pertinent pour connaître le déroulement effectif et le fonctionnement oral des débats ? Que doit le fonctionnement des assemblées urbaines aux usages de l’écrit ? L’objectif n’est pas seulement la connaissance approfondie des systèmes urbains d’écriture et de la construction de leur bureaucratie. Il est de comprendre le rapport entre le gouvernement des villes et les populations administrées, d’évaluer le degré de participation civique et à l’inverse celui d’exclusion socio-politique mis en œuvre par les élites au pouvoir.
Programme complet de la journée : 2018.10.12 Registres
Cycle « Registres de délibérations » (2016-2019)

12 octobre 2018, 9h-17h, Aix-en-Provence
MMSH – rue du Château de l’Horloge
Salle de cours n°6, Aix-en-Provence

Appel à candidatures EfR : Semaine d’atelier Recherche pour les Master

Livres et cultures de l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne : compositions, usages, circulations

Date : 28 janvier-1er février 2019
Organisateurs : Pierre Chambert-Protat et Carole Mabboux

Chaque année, les membres de l’École française de Rome (Histoire, Archéologie, Sciences sociales) proposent une semaine d’atelier Recherche à des étudiantes et étudiants de Master inscrits dans une université française.
Vous pouvez trouver de plus amples informations sur l’atelier dans le descriptif que nous joignons à cette annonce. Nous vous serions reconnaissants de communiquer cette information à vos futurs masterants (M1 et M2), afin qu’ils puissent, s’ils sont intéressés, transmettre leur candidature avant le 30 octobre 2018.
Cet atelier, pensé comme un complément thématique à leur formation, est ouvert aux étudiantes et étudiants de diverses disciplines (histoire, littérature, philologie) dont les recherches portent aussi bien sur l’étude du livre en tant qu’objet (analysé dans sa conception, sa rédaction tout comme sa circulation) que sur les cultures de l’écrit, en Europe occidentale du début du Moyen Âge jusqu’à la fin de l’époque moderne. La commission d’évaluation n’attend pas de profil académique particulier ; les dossiers seront évalués avant tout en fonction du bénéfice que les candidats pourront retirer de la formation.

Appel à contribution/Call for papers – Text as object in the Middle Ages

The International Medieval Congress (IMC) is the largest medieval studies conference in the world. More than 2,900 medievalists from more than 60 countries participated in the 25th annual International Medieval Congress (IMC) from 2-5 July 2018.

In line with the Special Thematic Strand in 2019 “Materialities” (https://www.leeds.ac.uk/ims/imc/imc2019_call.html) and the recent creation of the strand “Manuscript studies”, we organize sessions on “Text as object in the Middle Ages”. Texts, indeed, are at the same time an idea and a form. The latter is the result of a combination of inherited social uses and specific intentions by the various actors involved in transmitting the text as idea. This process begins with the authors, continues to the craftsmen (parchment and paper makers, copyists and chancery clerks, painters and illuminators, sculptors and weavers, booksellers…) and then on to possessors, readers, archives and libraries. All textual artefacts are concerned: manuscripts, charters, inscriptions, tapestries, seals, coins, etc.

What scholars can study nowadays is however only one specific, if not final, state of those manuscripts, documents and inscriptions, from which they seek to reconstruct the respective intents of the actors. Under the topic “Text as object in the Middle Ages”, we intend to study the interplay of the original creation act, the possible transformations, and modern scholarship, especially along the following lines: “archaeology of a research concept”, “materiality in scholarly editions”, “genre and materiality”, “fragments”, “imaging techniques and physicochemical analysis”. Continuer la lecture de Appel à contribution/Call for papers – Text as object in the Middle Ages 

Congrès de la Société Française d’Histoire Urbaine – Archives urbaines

24-25 janvier 2019
 Archives départementales du Val-de-Marne, 10 rue des Archives, 94000 Créteil

Appel à communications

Convaincue de l’importance de l’approche historienne de la ville pour répondre aux défis du XXIe siècle, la SFHU souhaite se pencher sur les « archives urbaines ». Formant les sources de l’histoire des villes, celles-ci peuvent être  également considérées comme objets d’histoire. Qu’elles soient publiques, municipales, d’État ou privées, de cabinets d’urbanistes ou d’architectes, de syndicats techniques, d’associations de locataires ou de résidents, de défenseurs du patrimoine ou de l’environnement ou tout simplement de citadins, la diversité de leurs supports et de leurs contenus mais aussi des conditions de leur production, de leur conservation et de leurs usages mérite que l’on s’y arrête. Plus largement, la ville, dans sa matérialité, est parfois assimilée à une archive à travers le bâti, la rue, les espaces publics et privés, la toponymie ou les mémoires individuelles de ceux qui l’habitent ou l’administrent. Aussi paraît-il indispensable de cerner l’ensemble complexe et diversifié des archives urbaines, de faire l’histoire de leur production, de leur conservation et de leur circulation, afin de les replacer dans leur historicité et rétablir les strates de leur composition. Mises à la disposition des décideurs et des citadins, elles participent de la gouvernance et du changement urbain.

Un premier objectif de ces journées concerne la constitution des archives urbaines. Tous les documents produits sur la ville, dans la ville, par la ville ne sont pas nécessairement archivés : s’opère une sélection qui résulte de choix individuels et collectifs, scientifiques et pratiques, sociaux et politiques. Les vifs débats actuels à propos des archives soulignent à quel point il importe de réfléchir aux critères qui président à la conservation et l’archivage de certains documents et à l’oubli d’autres, et de penser les pratiques qui en résultent. Il convient de s’interroger aussi sur les personnes et les institutions qui produisent ces archives et sur la diversité des configurations administratives et politiques qu’elles recouvrent. Au-delà des situations habituelles, les moments de grandes ruptures de l’histoire des villes (catastrophes naturelles, incendies, bouleversements géopolitiques, guerres, révolutions, etc.) mettent souvent en péril les archives et cristallisent les discussions à leur sujet : la réflexion gagnera à ce qu’ils soient évoqués.

Un second objet d’analyse touche les enjeux de leurs usages. Lors des grandes phases de transformation ou de reconstruction des villes, les archives sont régulièrement mobilisées. On en produit certaines (campagnes photographiques, enquêtes foncières ou sociales), on en mobilise d’autres, qu’au besoin on reconstitue. L’accès aux archives n’est pas le même pour tous et ne l’a pas toujours été. Que ce soit d’un point de vue légal ou pratique, celui-ci peut constituer en lui-même un enjeu. Comment faire l’histoire de ces usages et que nous apprend-elle sur le caractère politique des archives ? Comment les différents types de corpus, archives publiques ou privées, archives nationales ou locales, archives écrites ou orales, archives des événements ou longues séries relatives par exemple au fonctionnement des institutions locales, constituent-ils la base d’une compréhension complexe du fait urbain ?

En troisième lieu, signalons que la notion d’archives urbaines s’avère polysémique. Sans revenir sur leur diversité typologique, on constate que l’expression est parfois utilisée dans un sens restreint, comme synonyme d’ « archives des villes », c’est-à-dire « produites par les autorités urbaines », et parfois dans une acception beaucoup plus large, comme équivalent de « documents relatifs au phénomène urbain ». Voire, la ville elle-même est parfois présentée comme sa propre archive. Est-ce seulement l’effet de l’avènement de la notion de patrimoine urbain au cours du XXe siècle ? Jusqu’où peut-on donner suite à cette métaphore ? La ville n’a en effet pas vocation à être systématiquement inventoriée, conservée et fixée comme le sont les fonds d’archives. Certains historiens d’art, géographes, archéologues préfèrent d’ailleurs utiliser d’autres images : les strates, le palimpseste, la ville comme « livre de pierre » ou même comme texte etc., finalement tout aussi discutables. Par une approche réflexive sur les spécificités des archives « de ville », il peut être intéressant de revenir sur ce type d’homologie.

La SFHU, soutenue par l’UPEC (CRHEC et Lab’urba), le collectif « Archival City », le GT Usages de l’histoire et devenirs urbains du labex Futurs Urbains, et les Archives départementales lancent cet appel à communications dans une approche essentiellement pluridisciplinaire et ouverte à toutes les périodes historiques et à tous les champs géographiques pour un congrès qui se tiendra les 24 et 25 janvier prochains aux Archives départementales du Val-de-Marne, 10, rue des Archives 94000 Créteil. Les interventions dureront 20 mn.

Les propositions de communication, en français ou en anglais, comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, ainsi que les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale). Elles devront être adressées avant le 15 octobre à bourillon@u-pec.fr et à laurent.coudroydelille@wanadoo.fr .

Comité scientifique : outre les membres du comité d’organisation, Laurence Buchholzer, Natacha Coquery, Jean-Pierre Guilhembet, Judith Rainhorn, Thibault Tellier, Mélanie Traversier, Boris Bove, Youri Carbonnier, Catherine Denys, Stéphane Frioux, Laurence Jean-Marie, Frédéric Moret, Jean-Luc Pinol, Dominique Poulot, Olivier Ratouis, Charlotte Vorms.

Comité d’organisation : Jérôme Bazin, Florence Bourillon, Marie-Andrée Corcuff, Laurent Coudroy de Lille, Vincent Lemire, Giuliano Milani, Virginie Mathé, Denis Menjot, Clément Orillard, Loïc Vadelorge.

Journée d’étude – Les journées du LAMOP VI : Paolo Cammarosano

Les Journées du LaMOP, organisées depuis 2012, sont l’occasion de donner la parole à un éminent collègue étranger, qui évoque son parcours académique et scientifique, ses liens avec la recherche française, ses méthodes de travail et ses chantiers en cours. C’est aussi, dans un second temps, un moment d’échange avec des étudiants qui présentent leur travail.

Après Chris Wickham, Hans-Werner Goetz, Wim Blockmans, Serge Lusignan et Barbara Rosenwein, l’historien italien Paolo Cammarosano est à l’honneur le 30 mai 2018.

Continuer la lecture de Journée d’étude – Les journées du LAMOP VI : Paolo Cammarosano 

L’histoire comme archéologie – Séminaire Anachroniques à l’EHESS de Marseille

LIRE & ÉCRIRE L’HISTOIRE AUJOURD’HUI

Emmanuelle Chapron (AMU/Telemme), Jérémie FOA (AMU/Telemme),

Thomas GLESENER (AMU/Telemme) et Jean-Baptiste XAMBO (AMU/Telemme)

Vendredi 18 mai 2018

L’histoire comme archéologie

Discussion autour de :

Didier LETT, Un procès de canonisation au Moyen Âge: essai d’histoire sociale, Paris, 2008.

Joseph MORSEL, « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste »,

Revue Historique, 680 (2016), p. 813-868. Continuer la lecture de L’histoire comme archéologie – Séminaire Anachroniques à l’EHESS de Marseille 

Stage – Stage IRHT d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste

L’IRHT organise un stage annuel d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, destiné aux étudiants de Master I et II (non professionnel sauf professionnalisation dans le domaine des manuscrits) et thèse en lettres, en philosophie, en histoire (notamment de l’enluminure). Le stage aura lieu du lundi 15 au vendredi 19 octobre 2018 au Centre Félix-Grat, Paris.

Continuer la lecture de Stage – Stage IRHT d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste 

Appel à contribution – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s

À la faveur des renouveaux portés par l’histoire culturelle du livre et de la lecture [R. CHARTIER, 1987 ; 1993], par un dialogue renoué avec les sciences auxiliaires [A. PETRUCCI, 1989 ; 1992], et par les études anglo-saxonnes pionnières sur la literacy [M. CLANCHY, 1979 et J. GOODY, 1977, 1986], les chercheurs-ses en sciences humaines et sociales ont désormais intégré dans leurs recherches de nouvelles manières d’appréhender les pratiques d’écriture. Un regard anthropologique s’impose, consistant à remettre en contexte l’acte d’écriture dans le monde social dans lequel il est apparu [B. FRAENKEL, 1992]. En histoire, la source écrite n’est plus perçue comme un simple support de l’information mais constitue en elle-même un objet d’étude important. En opérant un retour sur sa matérialité, on s’intéresse à son contexte de production et aux desseins des acteurs qui l’ont produite. Particulièrement sensibles à ce renouveau, certain-e-s historien-ne-s du Moyen Âge ont contribué au développement d’une nouvelle méthode – si ce n’est un nouveau courant ou un nouveau champ – pour l’étude des pratiques de l’écrit [P.CHASTANG – É. ANHEIM, 2009].

Continuer la lecture de Appel à contribution – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s