Bourse – Bourses de recherche de la Société Mabillon

Règlement relatif à l’attribution de bourses de recherche par la Société Mabillon (arrêté par le Conseil d’Administration du 24 juin 2019)

  1. Pour contribuer au développement des études dans son champ d’activité, la Société Mabillon institue des bourses de recherche en faveur de jeunes chercheurs de toutes nationalités.
  2. Ces bourses, d’un montant de 500 à 1 000 €, sont destinées à apporter une aide financière à des recherches dans les archives et bibliothèques, notamment pour la préparation d’articles.
  3. Les bourses sont attribuées à des chercheurs préparant le doctorat ou titulaires de celui-ci depuis moins de quatre ans à la date de candidature. Exceptionnellement, pourront aussi être retenus des candidats n’entrant pas dans ces catégories.
  4. Les dossiers de candidature, rédigés en français, sont à adresser avant le 31 janvierà la Société (aux deux adresses suivantes : querol@cnrs-orleans.fr et sebastien.barret@cnrs-orleans.fr). Ils comporteront :
    1. Un curriculum vitae du candidat, incluant une liste de ses travaux et publications antérieurs ;
    2. Une note de présentation du projet pour lequel il sollicite une bourse (max. 5000 signes) ;
    3. Une évaluation des coûts prévus pour la réalisation du projet ;
    4. Une attestation du directeur de thèse ou d’une personnalité scientifique appuyant le projet.
Jean_Mabillon

Continuer la lecture de Bourse – Bourses de recherche de la Société Mabillon

Cycle de conférences – Pratiques médiévales de l’écrit. Séminaires-conférences 2019-2020

Séminaires-conférences organisées par le Centre « Pratiques médiévales de l’écrit » de l’Université de Namur (Institut PaTHs).
Les séances se tiendront de 16h15 à 18h15 dans le local L34 (Séminaire d’Histoire) de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Namur.
Adresse : 61, rue de Bruxelles – 5000 Namur
Entrée libre Continuer la lecture de Cycle de conférences – Pratiques médiévales de l’écrit. Séminaires-conférences 2019-2020

Colloque – Reformatio ? Dire la réforme au Moyen age (XIIIe-XVe siècle)

En prônant la « réparation » du système de santé voire le « reengineering » de l’État tout entier, le premier ministre et le président actuels font tomber en disgrâce l’expression de « réforme de l’État » et rappellent que les mots ont en politique un passé et, dans certains cas, un passif. Cette éclipse temporaire ne doit cependant pas faire illusion : incantatoire, le terme de réforme continue d’être brandi tour à tour par les gouvernants et leurs détracteurs. Il sature et oriente discours et représentations politiques actuels. L’histoire du Moyen Âge occidental est quant à elle narrée selon une trame « réformiste », sans doute depuis l’époque moderne,  : réforme carolingienne, réforme clunisienne, réforme grégorienne, réforme cabochienne, etc. Pour autant, le terme de « réforme » n’est que très rarement un objet de discussion, voire de recherches, même si les historiens du fait religieux ont récemment pris une longueur d’avance en la matière.

Apparu sous la plume d’Ovide dans ses Métamorphoses et repris par Sénèque, le terme désigne à partir de saint Paul le principe d’être ré-formé, re-formé selon l’image du Christ. Il faudrait ensuite attendre le XIe siècle pour que le terme de réforme commence d’être, très sporadiquement, utilisé pour désigner en contexte monastique des changements organisationnels et institutionnels et non plus individuels : la reformatio ordinis ou la reformatio ecclesiae. Un premier tournant décisif serait atteint sous Innocent III, comme l’indique le 12e canon de Latran IV qui fait entrer, selon J. Barrow, la réforme dans le «  mainstream » de la pensée catholique. Devenue selon elle un « catchword » avec le concile de Constance (1414-8), la reformatio serait bientôt délaissée au profit de la « restauration » à partir de la Réforme.

Mais depuis quand les pouvoirs princiers et leurs opposants ont-ils revendiqué la reformatio ? À la manière du pape, l’empereur germanique « réformait » peut-être son empire depuis le XIIe siècle, mais dans une historiographie pourtant toute entière structurée autour de la Reichsreform, une enquête lexicale proprement dite n’a, comme ailleurs, jamais été menée.

Reformatio - Colloque

Continuer la lecture de Colloque – Reformatio ? Dire la réforme au Moyen age (XIIIe-XVe siècle)

Colloque du RMBLF – Philologie sur mesure. Approches de la stratigraphie du texte et du document médiéval – 13-14 novembre 2019

Que l’on songe à la définition de la philologie donnée par Paul Zumthor dans l’Encyclopedia Universalis ou par Jean Rychner dans ses Remarques sur les introductions phonétiques aux éditions de textes en ancien français, au parcours à travers les différents sens que revêt le mot dans les langues modernes proposé par Alberto Varvaro au début de sa Première leçon de Philologie, ou plus récemment encore à la définition de Frédéric Duval dans Les Mots de l’édition de textes, au gré des pratiques ecdotiques observées dans les différentes traditions nationales, la discipline semble marquée par des limites relativement lâches. Chaque œuvre requiert ainsi une approche sur mesure, et le travail de l’éditeur est finalement guidé par les contours de l’objet d’étude lui-même, qui contrarient parfois certaines intuitions ou conjectures préalables à toute entreprise de recherche. Par ailleurs, la représentation d’une réalité textuelle en mouvement, voire en points de suspension, représente souvent l’un des enjeux de l’édition d’un texte du Moyen Âge.

Cette journée d’étude portera sur des cas où la stratigraphie de l’objet d’étude impose de tordre les méthodes philologiques traditionnelles : soit parce qu’elle implique une remise en question et un dépassement des perspectives ecdotiques généralement adoptées, soit parce que la spécificité d’une tradition textuelle invite à exploiter ou à envisager un format de publication moins canonique, voire les deux à la fois.

On abordera l’œuvre ancienne selon une perspective double : d’une part, en tant que document, témoin individuel, extrait d’un livre et d’un cadre socio-culturel, marqué par un ductus et des particularités dialectales propres, que le travail du chercheur s’attache à rendre accessible et exploitable ; d’autre part, en tant que texte, matérialisé par un ou plusieurs témoins, que l’entreprise philologique tend à interpréter dans la diachronie d’une tradition plus ou moins vaste.

L’interrelation entre ces deux approches sera au centre des échanges. Les intervenants présenteront des cas concrets, des expériences et des expérimentations philologiques invitant à renouveler les pratiques traditionnelles.

Philologie sur mesure

Programme : Continuer la lecture de Colloque du RMBLF – Philologie sur mesure. Approches de la stratigraphie du texte et du document médiéval – 13-14 novembre 2019

Publication – « Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval formations, carrières, réseaux », dir. Xavier Hermand, Jean-François Nieus, Étienne Renard

Contrairement aux scribes « de bibliothèque », les scribes « d’archives » – l’étiquette désigne ici de façon ouverte tous les acteurs de la pratique scripturaire dans le champ foisonnant des sources documentaires – sont très souvent les auteurs intellectuels des textes qu’ils tracent sur le parchemin ou le papier. Pour beaucoup d’entre eux, l’acte quotidien d’écrire n’est donc pas une fin en soi, ni même forcément un aspect prédominant du labeur ; ils exercent une ou plusieurs fonction(s) qui dépasse(nt) parfois très largement le cadre de cette activité technique. La palette de leurs profils socioprofessionnels présente une infinie variété, marquée par d’énormes écarts de statut et de prestige que le seul maniement commun de l’écriture ne saurait gommer. Qui étaient-ils vraiment ? Même si les médiévistes à l’œuvre dans les archives les côtoient intimement à travers leurs productions écrites, bien peu de recherches leur ont été dédiées : l’historiographie se contente trop souvent d’images d’Épinal qui masquent la complexité et la diversité des situations de terrain. Certes, la plupart des scribes se dérobent à l’historien, frappés d’anonymat. D’autres, cependant, se laissent saisir à la faveur d’une carrière saillante ou d’un dossier loquace : en reconstituant leurs parcours, ce volume collectif vise à jeter les fondements d’une histoire sociale des « scribes d’archives » dans l’Occident latin du second Moyen Âge.

dIS-9782503584331-1

Table des matières : Continuer la lecture de Publication – « Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval formations, carrières, réseaux », dir. Xavier Hermand, Jean-François Nieus, Étienne Renard

Appel à contribution – Pratiques sociales de l’écrit 2019/2020. Atelier de jeunes chercheur.e.s

L’atelier Pratiques sociales de l’écrit se propose de créer un espace de réflexion interdisciplinaire et comparative autour des pratiques d’écriture. À travers l’étude de différentes périodes et aires culturelles, l’écrit est appréhendé à la fois comme un acte social et matériel. Nous interrogeons ses usages pragmatiques, symboliques et rituels. Le premier cycle de séances de l’atelier (https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2850/) a permis de mettre en contact de jeunes chercheurs en sciences humaines qui accordent une place centrale dans leurs propres recherches à l’analyse des usages et des significations de l’écrit. Grâce à la confrontation des différents travaux, nous avons pu réfléchir aux rapports qu’entretient l’écrit au travail, au droit, à la mémoire individuelle et collective, aux institutions et au sacré. Les débats qui ont suivi chaque présentation nous ont permis d’enrichir nos connaissances et d’échanger nos méthodes respectives dans l’analyse des différents objets écrits qui ont été présentés. Nous souhaitons poursuivre cette riche discussion en reconduisant l’atelier pour une nouvelle année. Nous invitons toujours celles et ceux qui partagent un intérêt pour ces problématiques, à participer à l’atelier qui se tiendra à l’EHESS en salle A4–47 du Centre de Recherches Historiques, au 54 boulevard Raspail de 17h à 20h les 22 janvier, 13 février, 25 mars, 09 avril, 27 mai 2020. 

cropped-Image-1-2

Chaque session sera animée par un maximum de trois jeunes chercheurs-e-s issu-e-s de disciplines variées. Ils pourront proposer à l’ensemble des participant-e-s, la lecture de travaux de recherche afin de croiser les références bibliographiques et d’enrichir la réflexion commune. Dans un premier temps d’une heure et demie environ, ils présenteront en commun leurs travaux sur la thématique proposée. La deuxième partie sera consacrée à un débat : nous insistons sur l’importance que nous voulons donner à cet échange qui permettra d’apporter des regards différents aux intervenant-e-s du jour. Pour cette année, nous aimerions notamment nous focaliser sur des problématiques concernant les rapports entre la culture graphique et la culture visuelle; les pratiques de conservation, circulation et transmission des textes ; les relations entre l’écrit et la construction des subjectivités. Nous restons néanmoins ouverts à tout autre type de proposition.

Nous invitons celles et ceux qui seraient intéressé-e-s par l’organisation d’une séance à nous envoyer un résumé de la présentation, individuelle ou collective (max. 500 mots), qu’ils souhaiteraient faire avant le vendredi 29 novembre 2019 à l’adresse suivante : atelierpratiquesdelecrit@gmail.com. Cela nous permettra de mettre en contact les chercheur-e-s travaillant sur des sujets de recherche communs ou proches et de programmer les différentes sessions, en fonction des propositions reçues.

Source : Pratiques sociales de l’écrit

Appel à contribution – Le manuscrit médiéval: texte, objet et outil de transmission

Le prochain volume (22/2020) de PECIA. Le livre et l’écrit (Brepols) s’ouvre très largement au manuscrit médiéval, comme objet (de travail ou d’étude, de luxe et d’apparat, pour une approche codicologique) ou comme vecteur de transmission des idées (tradition manuscrite, édition de texte). Toutes les contributions abordant le manuscrit, du Haut Moyen Âge au début de la Renaissance, dans sa diversité, sont ici acceptées.

Résumé et CV jusqu’au 30 octobre à : jldeuffic@gmail.com

00_a_cambrai_620_IRHT_162375-p

The medieval manuscript: text, object and tool of transmission

The next volume (22/2020) of PECIA. Le livre et l’écrit (Brepols) opens itself very broadly to the medieval manuscript, whether as object (of work or study, of luxury and ceremony, or for codicological purposes) or as medium for the transmission of ideas (in the manuscript tradition or as textual edition). All contributions addressing the manuscript in its diversity, from the High Middle Ages to the start of the Renaissance, are welcome.

Send a summary and CV before October 30 to: jldeuffic@gmail.com

Source : Pecia

Publication – Armando Petrucci, « Promenades au pays de l’écriture », trad. Jacques Dalarun

« Il ne s’agit pas ici d’histoire du livre ou du document. Il ne s’agit pas d’histoire des textes, d’histoire de la culture intellectuelle ou d’histoire des cultures populaires, pas même d’une histoire de l’écriture ou des écritures stricto sensu. L’aire disciplinaire qui nous intéresse est ou aspire à être plutôt une histoire des processus et des pratiques de fabrique et d’usage des produits écrits, quelles que soient leur nature et leurs fonctions, y compris (voire surtout) dans leurs dimensions anthropologiques et sociales les plus remarquables et les plus significatives. Du fait de ce choix épistémologique assumé, cet ouvrage, alternant réflexions et exemples, se présente comme une invitation à considérer les témoignages écrits (isolés ou en série, anciens ou récents, élégants ou relâchés, publics ou privés, exposés à la vue de tous ou cachés) comme autant d’épisodes d’un des chapitres les plus riches et les plus passionnants de l’histoire de l’humanité : celui de ses expressions écrites. »

Armando Petrucci (1932-2018) est un paléographe et médiéviste italien, considéré comme l’un des plus grands spécialiste de l’écriture du XXe siècle.

petrucci_cover_def_web-1

Table des matières :

Préface
Introduction
1. Lieux et espaces
2. Écrire ou pas
3. Pouvoir ou liberté
4. Typologies et fonctions
5. Techniques et modalités
6. Écrire à…
7. Textes écrits, perdus, retrouvés
8. Conserver la mémoire
Bibliographie
Illustrations

Informations pratiques :

Armando Petrucci, Promenades au pays de l’écriture, trad. Jacques Dalarun, Bruxelles, Zones Sensibles, 2019. 160 p. ISBN 978 293 0601 40 3. 16 euros. Traduction de Jacques Dalarun. Préface d’Attilio Bartoli Langeli.

Source : Zones sensibles

Journée d’étude – Histoire du papier et de la papeterie. Actualités de la recherche

Vendredi 11 octobre 2019 de 8h30 à 18h00
INHA, Institut National d’Histoire de l’Art
6, rue des Petits champs 75002 Paris
Salle Vasari, 1er étage

L’étude du papier, son apparition, son développement, son commerce, son organisation au sein des sociétés et ses implications sociales, son importance économique et ses échanges commerciaux, ses progrès techniques et son développement industriel, enfin la diversité de ses usages, sont autant de thèmes étudiés par l’historien.

Papier - Hisca

L’intérêt pour le papier n’est pas récent. Les travaux de Charles-Moïse Briquet, marchand papetier genevois, marquent les débuts de l’étude scientifique des papiers à la fin du XIXe siècle. D’autres érudits comme Louis Le Clert, poursuivent ces recherches et plus tardivement l’imprimeur américain Dard Hunter, dont les observations lors d’expéditions pendant l’entre-deux guerres vont permettre la publication en 1939 de Papermaking, the history and technique of an ancient craft, une histoire mondiale du papier.

L’International Association of Paper Historians (IPH), créée en 1959, ne réunissait dans ses débuts qu’une poignée d’historiens et d’ingénieurs papetiers qui avaient saisi l’importance de l’étude historique du papier. Depuis sa création l’IPH s’est développée et diversifiée, attirant un public plus large de chercheurs, conservateurs, restaurateurs. Les associations actives à l’échelle nationale, telle l’AFHEPP en France depuis 2008, encouragent des recherches qui demeurent encore relativement peu structurées dans le cadre des formations universitaires. En partenariat avec l’INP et l’AFHEPP, l’HICSA a ainsi proposé en 2018 une journée consacrée à l’étude des filigranes. C’est dans cette perspective que s’inscrit la journée d’étude de 2019. Son thème élargi, Histoire du papier et de la papeterie : actualités de la recherche, permettra aux divers acteurs oeuvrant dans le domaine, historiens, papetiers, restaurateurs, de présenter leurs travaux, révélant ainsi la diversité et la richesse de l’étude contemporaine sur le papier.

Comme lors des précédentes manifestations la parole sera donnée aux professionnels mais aussi aux étudiants. Continuer la lecture de Journée d’étude – Histoire du papier et de la papeterie. Actualités de la recherche

Publication – H. Dewez et L. Tryoen (dir.), Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XII-XVe siècle)

Cet ouvrage propose une série d’études fondées sur des travaux de jeunes chercheurs éclairant la façon dont l’essor de l’écrit documentaire au cours d’un long XIIIe siècle a transformé en profondeur les pratiques administratives des sociétés médiévales occidentales. De la Sainte-Trinité de Caen au Mont-Cassin, de Paris au Midi toulousain, ces textes interrogent la façon dont l’écrit administratif est produit, utilisé, archivé. Écrire, est d’abord une façon d’appréhender le territoire, par l’inventaire des ressources d’une institution, par l’enquête, par l’enregistrement d’actes, renvoyant aux préoccupations propres au contrôle d’un espace éclaté, ou dans l’affirmation d’une personnalité institutionnelle. Les formes prises par ces documents administratifs et leur place dans les processus de gouvernement dépendent des hommesqui en gouvernent lagenèse, de leur conception à leur rédaction, que ces dynamiques soient collectives, comme dans l’administration du comte de Toulouse, ou individuelles, comme dans la pratique toute personnelle de l’artisan Jean Teisseire. L’objet-document ainsi produit résulte d’une stratification de pratiques évoluant dans le temps, que seule une étude codicologique minutieuse et rigoureuse peut restituer, comme dans le cas du livre-outil de Saint-Martin de Pontoise. Enfin, la dimension archivistique de l’écrit apporte un recul sur la constitution de mémoires documentaires indissociables de certaines transformations sociales de la fin du Moyen Âge. L’étude des cartulaires de Notre-Dame de Paris et des regards croisés sur la documentation de la Sainte-Chapelle, par exemple, viennent ainsi compléter notre compréhension des mécanismes d’archivage et de la fonction des archives au sein des institutions. Continuer la lecture de Publication – H. Dewez et L. Tryoen (dir.), Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XII-XVe siècle)

Publication – « Du nouveau en archives. Pratiques documentaires et innovations administratives (XIIIe-XVe siècles) », dir. Harmony Dewez – Médiévales, t. 76, 2019

Ce volume est dédié aux processus d’innovations documentaires qui sont à l’œuvre aux XIVe-XVe siècles dans les sociétés occidentales et qui ont facilité l’essor de l’imprimerie et la construction des États modernes.

Dans les derniers siècles du Moyen Âge, de nouvelles pratiques administratives se développent pour accompagner le changement de mentalité d’une société de l’oral à une société de l’écrit. Du pays de Galles au Bordelais, en passant par les villes du Nord de la France, tous les secteurs de la société sont touchés : institutions urbaines, princières, monastiques, ou simples particuliers produisent de nouveaux types d’outils documentaires nés de la combinaison de techniques d’enregistrement et de compilation, nourris d’emprunts et d’expériences passées. L’étude des mécanismes de ces transformations, qui font suite à la « révolution documentaire », révèle l’institutionnalisation progressive de l’administration et la rationalisation pragmatique de l’ordinaire.

img_687

Continuer la lecture de Publication – « Du nouveau en archives. Pratiques documentaires et innovations administratives (XIIIe-XVe siècles) », dir. Harmony Dewez – Médiévales, t. 76, 2019

Publication – Paul Bertrand, « Documenting the Everyday in Medieval Europe. The Social Dimensions of a Writing Revolution, 1250–1350 »

This book explores the complex relations between the written word and medieval society by focusing on the proliferation of administrative and business documents during the so-called ‘long thirteenth century’. It deals with northern France and the area covered by the historic Low Countries, but places these regions in a broader European context and in the general history of literacy.

Based on an exhaustive first-hand analysis of numerous archives and many document types, and featuring over a hundred illustrations, this book presents the reader with a large sample of documentary sources. But it also presents important hypotheses regarding literacy and the sociological dimensions of writing in the Middle Ages. Using codicology, palaeography, and diplomatics, it offers a general outline of a key period in the history of literacy which, with hindsight, can be shown to have transformed the Middle Ages.

Further, as the documents that are discussed were used in everyday life, they also have a significant social dimension. At first, these documents were not backed by a clear legal authority; there were no extant rules, formulas, or structural frameworks to which they needed to conform. Thus they shed new light on the men and women who had to learn to make, keep, and use them.

dIS-9782503579900-1

Continuer la lecture de Publication – Paul Bertrand, « Documenting the Everyday in Medieval Europe. The Social Dimensions of a Writing Revolution, 1250–1350 »

Appel à contribution – Les lieux de délibérations. Espaces, décors, dispositifs en Europe du Moyen Âge au temps présent

Université de Franche-Comté, Besançon
14-16 mai 2020

Le projet sur les délibérations en leurs lieux rassemble historiens, historiens de l’art et politistes dans la longue durée, des assemblées communales aux ronds-points. Il s’agit d’étudier les interactions entre les délibérations politiques sur le bien commun et les lieux qui les accueillent ou structurent, du Moyen Âge au temps présent.

Poser la question des lieux de la délibération politique revient à postuler qu’ils ne sont pas des décors neutres, sans effet de performativité ou sans incidence sur le climat d’une communauté délibérative. À l’inverse, les lieux participent à fabriquer le débat. Ce projet invite ainsi à se demander comment ces lieux deviennent eux-mêmes objets de décisions et portent à leur tour une représentation du politique.

ouverture-Etats-de-Bretagne Continuer la lecture de Appel à contribution – Les lieux de délibérations. Espaces, décors, dispositifs en Europe du Moyen Âge au temps présent

Journée d’étude – L’édition critique et ses méthodes

En raison de ses spécificités (reproductions nombreuses de manuscrits sur tous supports ; bibliothèque et documentation spécialisées sur les manuscrits, les bibliothèques, les écritures, les langues, les textes et leur histoire), l’IRHT est un lieu de rencontre privilégié pour les éditeurs de texte, qu’ils soient structurés ou de passage.

Un préalable nécessaire à toute opération de reconstruction philologique est la réflexion théorique sur cette opération scientifique et ses méthodes, à l’heure où les nouvelles technologies ne cessent d’apporter des possibilités nouvelles et de modifier ainsi nos pratiques. Cette rencontre naît d’un double constat : d’un côté, l’innovation technologique accélérée a polarisé la réflexion sur des aspects pratiques sans forcément gagner l’attention de ceux qui s’y sentiraient hermétiques ; de l’autre, les réflexions profondes sur les fondements épistémologiques de l’édition critique, que les nouvelles techniques ne manquent de susciter, fleurissent à une échelle internationale d’une manière extrêmement éparpillée, laissant, elles aussi, aux marges ceux qui continuent à pratiquer la méthode acquise comme si rien n’était en train de changer.

Ainsi, les difficultés techniques posées par la technologie masquent et justifient un hermétisme à la réflexion théorique, en raison d’une complexité venue d’ailleurs. Cette rencontre naît du désir d’échanger à propos des différentes approches théoriques et des habitudes pratiques variées propres aux chercheurs de notre laboratoire, provenant de formations hétérogènes et travaillant avec des sources aux problèmes spécifiques. Les questions qui sont au centre du débat tiennent aux finalités de l’opération scientifique qui est la nôtre, à savoir la nature du texte recherché (reductio ad unum des données historiques ou textes multiples ? Le texte le plus proche de l’original ou les textes qui ont réellement circulé à un moment et dans un espace précis, avec les interpolations et les remaniements éventuellement subis ?) ; aux méthodes utilisées pour y parvenir (pour ne citer que les pôles : édition stemmatique ou scribal version) ; aux critères pour présenter les résultats (édition exhaustive ou synthétique) ; aux problèmes qui restent, dans tous les cas, sans solution satisfaisante et qui forcent à reconnaître la place importante de l’éditeur et de ses choix personnels, malgré son désir de se cacher derrière des prétendues évidences.

Les contributions proposées s’articulent selon une double approche : tantôt il s’agit de réflexions générales sur les pratiques propres à un secteur d’études, tantôt il s’agit d’étude de cas spécifiques dont la difficulté a demandé une mise au point théorique. Un atelier pratique conclut la journée, dans le but de partager les dernières avancées technologiques applicables à nos champs de recherche.

amiens-108-137_0

Programme :

Président : Paul Géhin

9h – Francesca P. Barone et Dominique Poirel, Introductions aux travaux
9h30 – Anne Boudhors (section grecque et de l’Orient chrétien), Éditer un texte copte de manière critique : enjeux et limites
10h – Sébastien Barret (section diplomatique), L’édition des textes diplomatiques : problèmes anciens et solutions nouvelles
10h30 – Niek Thate (section latine), Le stemma et la critique historique. Réflexions sur l’histoire de la transmission d’un texte accusatoire

11h – Pause café

11h30 – Flavia Ruani (section grecque et de l’Orient chrétien), L’édition des textes syriaques
12h – Jean-François Goudesenne (section de musicologie), De la variante à la cartographie des différenciations régionales.
12h30 – Discussion générale

13h – Pause déjeuner

Président : François Bougard

14h – Frédérique Woerther (centre J. Pepin), L’édition de la Summa Alexandrinorum
14h30 – Francesca P. Barone (section grecque et de l’Orient chrétien), Ce que le texte critique de la Synopse de la sainte Écriture attribuée à Jean Chrysostome doit à la stemmatique
15h – Dominique Poirel (section latine), Édition critique et informatique douce

15h30 pause café

16h – Emmanuelle Kuhry (section latine) : Atelier de travaux pratiques sur l’édition électronique
17h – Discussion générale

Informations pratiques :

28 mai 2019

IRHT, centre Félix-Grat
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris
Tél. : 01 44 43 90 70
Fax : 01 47 23 89 39

Source : IRHT

Continuer la lecture de Journée d’étude – L’édition critique et ses méthodes

Colloque – Freedom of Speech in Medieval and Early Modern Society

This workshop is the first in a series of three on ‘freedom of speech’ in late medieval and early modern Europe. Drawing together research from several European countries in the period 1300-1700, the series will reveal various perspectives on premodern free speech. Although freedom of speech, ‘the right to express beliefs and ideas without unwarranted government restriction’, was by no means a fundamental right in the late middle ages and early modern period, expressions of critical opinions towards power were always possible and often widespread. They could be uttered verbally, through the spoken or written word, but also through other sign systems and media, ranging from the sound of musical instruments to heraldic languages.

The Ghent workshop will study evidence from literary and prescriptive sources describing the ideals of free speech, and political-historical evidence of cases in which men and women wrote down and orally uttered their opinions within the context of medieval and early modern society. In Europe, urban cultures of ‘subversive speech’ existed from the late middle ages onwards. Cities offered contenders public space in which they could utter conflicting opinions in many different ways. Singers travelled through the countryside to spread news. Public poetry, songs, petitions and the like were popular media to confront ruling elites with contentious thought, but so were bells, musical instruments and visual signs. This workshop invites speakers to present their research into such media and the contents of publicly uttered speech. Case studies will be featured about the use of both written and oral, as well as visual media, and their interconnectedness, during the fourteenth until the seventeenth centuries.

75b6f321-3cd0-40fd-b441-53a8574c55d8

The following questions will be addressed:

  • Which media were used by citizens to express their discontent? What determined the choice of a certain medium?
  • What kind of messages were spread? Were they subversive or did they legitimize power?
  • Were contenders successful in spreading their message? How was the reception and circulation of these messages? How did the urban elite and the authorities react to the utterance of subversive thought?
  • In what way was freedom of speech related to the social class and gender of speakers and listeners?
  • Can a ‘European’ pattern be distinguished? Do we see a trend in the use of media in periods with fundamental political or religious change (such as the 14th or the 16th centuries)?

Programme : here

Informations pratiques :

17-18 May 2019

The conference will be held in the KANTL – The Royal Academy for Dutch Language and Literature. The venue is located in the city centre, within walking distance of public transportation (Koningstraat 18, Ghent)

Contact :
minne.deboodt@kuleuven.be
linde.nuyts@ugent.be

SCIENTIFIC COMMITTEE – W. Blockmans, C. Billen, R. Sleiderink, S. Mareel, J. Oosterman, E. Bousmar, A. Marchandisse, D. Van der Poel

ORGANISING COMMITTEE — M. De Boodt, L. Nuyts, J. Haemers, J. Dumolyn, M. Veldhuizen

Source : UGent