Journée d’étude – Histoire du papier et de la papeterie. Actualités de la recherche

Vendredi 11 octobre 2019 de 8h30 à 18h00
INHA, Institut National d’Histoire de l’Art
6, rue des Petits champs 75002 Paris
Salle Vasari, 1er étage

L’étude du papier, son apparition, son développement, son commerce, son organisation au sein des sociétés et ses implications sociales, son importance économique et ses échanges commerciaux, ses progrès techniques et son développement industriel, enfin la diversité de ses usages, sont autant de thèmes étudiés par l’historien.

Papier - Hisca

L’intérêt pour le papier n’est pas récent. Les travaux de Charles-Moïse Briquet, marchand papetier genevois, marquent les débuts de l’étude scientifique des papiers à la fin du XIXe siècle. D’autres érudits comme Louis Le Clert, poursuivent ces recherches et plus tardivement l’imprimeur américain Dard Hunter, dont les observations lors d’expéditions pendant l’entre-deux guerres vont permettre la publication en 1939 de Papermaking, the history and technique of an ancient craft, une histoire mondiale du papier.

L’International Association of Paper Historians (IPH), créée en 1959, ne réunissait dans ses débuts qu’une poignée d’historiens et d’ingénieurs papetiers qui avaient saisi l’importance de l’étude historique du papier. Depuis sa création l’IPH s’est développée et diversifiée, attirant un public plus large de chercheurs, conservateurs, restaurateurs. Les associations actives à l’échelle nationale, telle l’AFHEPP en France depuis 2008, encouragent des recherches qui demeurent encore relativement peu structurées dans le cadre des formations universitaires. En partenariat avec l’INP et l’AFHEPP, l’HICSA a ainsi proposé en 2018 une journée consacrée à l’étude des filigranes. C’est dans cette perspective que s’inscrit la journée d’étude de 2019. Son thème élargi, Histoire du papier et de la papeterie : actualités de la recherche, permettra aux divers acteurs oeuvrant dans le domaine, historiens, papetiers, restaurateurs, de présenter leurs travaux, révélant ainsi la diversité et la richesse de l’étude contemporaine sur le papier.

Comme lors des précédentes manifestations la parole sera donnée aux professionnels mais aussi aux étudiants. Continuer la lecture de Journée d’étude – Histoire du papier et de la papeterie. Actualités de la recherche

Publication – H. Dewez et L. Tryoen (dir.), Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XII-XVe siècle)

Cet ouvrage propose une série d’études fondées sur des travaux de jeunes chercheurs éclairant la façon dont l’essor de l’écrit documentaire au cours d’un long XIIIe siècle a transformé en profondeur les pratiques administratives des sociétés médiévales occidentales. De la Sainte-Trinité de Caen au Mont-Cassin, de Paris au Midi toulousain, ces textes interrogent la façon dont l’écrit administratif est produit, utilisé, archivé. Écrire, est d’abord une façon d’appréhender le territoire, par l’inventaire des ressources d’une institution, par l’enquête, par l’enregistrement d’actes, renvoyant aux préoccupations propres au contrôle d’un espace éclaté, ou dans l’affirmation d’une personnalité institutionnelle. Les formes prises par ces documents administratifs et leur place dans les processus de gouvernement dépendent des hommesqui en gouvernent lagenèse, de leur conception à leur rédaction, que ces dynamiques soient collectives, comme dans l’administration du comte de Toulouse, ou individuelles, comme dans la pratique toute personnelle de l’artisan Jean Teisseire. L’objet-document ainsi produit résulte d’une stratification de pratiques évoluant dans le temps, que seule une étude codicologique minutieuse et rigoureuse peut restituer, comme dans le cas du livre-outil de Saint-Martin de Pontoise. Enfin, la dimension archivistique de l’écrit apporte un recul sur la constitution de mémoires documentaires indissociables de certaines transformations sociales de la fin du Moyen Âge. L’étude des cartulaires de Notre-Dame de Paris et des regards croisés sur la documentation de la Sainte-Chapelle, par exemple, viennent ainsi compléter notre compréhension des mécanismes d’archivage et de la fonction des archives au sein des institutions. Continuer la lecture de Publication – H. Dewez et L. Tryoen (dir.), Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XII-XVe siècle)

Publication – « Du nouveau en archives. Pratiques documentaires et innovations administratives (XIIIe-XVe siècles) », dir. Harmony Dewez – Médiévales, t. 76, 2019

Ce volume est dédié aux processus d’innovations documentaires qui sont à l’œuvre aux XIVe-XVe siècles dans les sociétés occidentales et qui ont facilité l’essor de l’imprimerie et la construction des États modernes.

Dans les derniers siècles du Moyen Âge, de nouvelles pratiques administratives se développent pour accompagner le changement de mentalité d’une société de l’oral à une société de l’écrit. Du pays de Galles au Bordelais, en passant par les villes du Nord de la France, tous les secteurs de la société sont touchés : institutions urbaines, princières, monastiques, ou simples particuliers produisent de nouveaux types d’outils documentaires nés de la combinaison de techniques d’enregistrement et de compilation, nourris d’emprunts et d’expériences passées. L’étude des mécanismes de ces transformations, qui font suite à la « révolution documentaire », révèle l’institutionnalisation progressive de l’administration et la rationalisation pragmatique de l’ordinaire.

img_687

Continuer la lecture de Publication – « Du nouveau en archives. Pratiques documentaires et innovations administratives (XIIIe-XVe siècles) », dir. Harmony Dewez – Médiévales, t. 76, 2019

Publication – Paul Bertrand, « Documenting the Everyday in Medieval Europe. The Social Dimensions of a Writing Revolution, 1250–1350 »

This book explores the complex relations between the written word and medieval society by focusing on the proliferation of administrative and business documents during the so-called ‘long thirteenth century’. It deals with northern France and the area covered by the historic Low Countries, but places these regions in a broader European context and in the general history of literacy.

Based on an exhaustive first-hand analysis of numerous archives and many document types, and featuring over a hundred illustrations, this book presents the reader with a large sample of documentary sources. But it also presents important hypotheses regarding literacy and the sociological dimensions of writing in the Middle Ages. Using codicology, palaeography, and diplomatics, it offers a general outline of a key period in the history of literacy which, with hindsight, can be shown to have transformed the Middle Ages.

Further, as the documents that are discussed were used in everyday life, they also have a significant social dimension. At first, these documents were not backed by a clear legal authority; there were no extant rules, formulas, or structural frameworks to which they needed to conform. Thus they shed new light on the men and women who had to learn to make, keep, and use them.

dIS-9782503579900-1

Continuer la lecture de Publication – Paul Bertrand, « Documenting the Everyday in Medieval Europe. The Social Dimensions of a Writing Revolution, 1250–1350 »

Appel à contribution – Les lieux de délibérations. Espaces, décors, dispositifs en Europe du Moyen Âge au temps présent

Université de Franche-Comté, Besançon
14-16 mai 2020

Le projet sur les délibérations en leurs lieux rassemble historiens, historiens de l’art et politistes dans la longue durée, des assemblées communales aux ronds-points. Il s’agit d’étudier les interactions entre les délibérations politiques sur le bien commun et les lieux qui les accueillent ou structurent, du Moyen Âge au temps présent.

Poser la question des lieux de la délibération politique revient à postuler qu’ils ne sont pas des décors neutres, sans effet de performativité ou sans incidence sur le climat d’une communauté délibérative. À l’inverse, les lieux participent à fabriquer le débat. Ce projet invite ainsi à se demander comment ces lieux deviennent eux-mêmes objets de décisions et portent à leur tour une représentation du politique.

ouverture-Etats-de-Bretagne Continuer la lecture de Appel à contribution – Les lieux de délibérations. Espaces, décors, dispositifs en Europe du Moyen Âge au temps présent

Journée d’étude – L’édition critique et ses méthodes

En raison de ses spécificités (reproductions nombreuses de manuscrits sur tous supports ; bibliothèque et documentation spécialisées sur les manuscrits, les bibliothèques, les écritures, les langues, les textes et leur histoire), l’IRHT est un lieu de rencontre privilégié pour les éditeurs de texte, qu’ils soient structurés ou de passage.

Un préalable nécessaire à toute opération de reconstruction philologique est la réflexion théorique sur cette opération scientifique et ses méthodes, à l’heure où les nouvelles technologies ne cessent d’apporter des possibilités nouvelles et de modifier ainsi nos pratiques. Cette rencontre naît d’un double constat : d’un côté, l’innovation technologique accélérée a polarisé la réflexion sur des aspects pratiques sans forcément gagner l’attention de ceux qui s’y sentiraient hermétiques ; de l’autre, les réflexions profondes sur les fondements épistémologiques de l’édition critique, que les nouvelles techniques ne manquent de susciter, fleurissent à une échelle internationale d’une manière extrêmement éparpillée, laissant, elles aussi, aux marges ceux qui continuent à pratiquer la méthode acquise comme si rien n’était en train de changer.

Ainsi, les difficultés techniques posées par la technologie masquent et justifient un hermétisme à la réflexion théorique, en raison d’une complexité venue d’ailleurs. Cette rencontre naît du désir d’échanger à propos des différentes approches théoriques et des habitudes pratiques variées propres aux chercheurs de notre laboratoire, provenant de formations hétérogènes et travaillant avec des sources aux problèmes spécifiques. Les questions qui sont au centre du débat tiennent aux finalités de l’opération scientifique qui est la nôtre, à savoir la nature du texte recherché (reductio ad unum des données historiques ou textes multiples ? Le texte le plus proche de l’original ou les textes qui ont réellement circulé à un moment et dans un espace précis, avec les interpolations et les remaniements éventuellement subis ?) ; aux méthodes utilisées pour y parvenir (pour ne citer que les pôles : édition stemmatique ou scribal version) ; aux critères pour présenter les résultats (édition exhaustive ou synthétique) ; aux problèmes qui restent, dans tous les cas, sans solution satisfaisante et qui forcent à reconnaître la place importante de l’éditeur et de ses choix personnels, malgré son désir de se cacher derrière des prétendues évidences.

Les contributions proposées s’articulent selon une double approche : tantôt il s’agit de réflexions générales sur les pratiques propres à un secteur d’études, tantôt il s’agit d’étude de cas spécifiques dont la difficulté a demandé une mise au point théorique. Un atelier pratique conclut la journée, dans le but de partager les dernières avancées technologiques applicables à nos champs de recherche.

amiens-108-137_0

Programme :

Président : Paul Géhin

9h – Francesca P. Barone et Dominique Poirel, Introductions aux travaux
9h30 – Anne Boudhors (section grecque et de l’Orient chrétien), Éditer un texte copte de manière critique : enjeux et limites
10h – Sébastien Barret (section diplomatique), L’édition des textes diplomatiques : problèmes anciens et solutions nouvelles
10h30 – Niek Thate (section latine), Le stemma et la critique historique. Réflexions sur l’histoire de la transmission d’un texte accusatoire

11h – Pause café

11h30 – Flavia Ruani (section grecque et de l’Orient chrétien), L’édition des textes syriaques
12h – Jean-François Goudesenne (section de musicologie), De la variante à la cartographie des différenciations régionales.
12h30 – Discussion générale

13h – Pause déjeuner

Président : François Bougard

14h – Frédérique Woerther (centre J. Pepin), L’édition de la Summa Alexandrinorum
14h30 – Francesca P. Barone (section grecque et de l’Orient chrétien), Ce que le texte critique de la Synopse de la sainte Écriture attribuée à Jean Chrysostome doit à la stemmatique
15h – Dominique Poirel (section latine), Édition critique et informatique douce

15h30 pause café

16h – Emmanuelle Kuhry (section latine) : Atelier de travaux pratiques sur l’édition électronique
17h – Discussion générale

Informations pratiques :

28 mai 2019

IRHT, centre Félix-Grat
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris
Tél. : 01 44 43 90 70
Fax : 01 47 23 89 39

Source : IRHT

Continuer la lecture de Journée d’étude – L’édition critique et ses méthodes

Colloque – Freedom of Speech in Medieval and Early Modern Society

This workshop is the first in a series of three on ‘freedom of speech’ in late medieval and early modern Europe. Drawing together research from several European countries in the period 1300-1700, the series will reveal various perspectives on premodern free speech. Although freedom of speech, ‘the right to express beliefs and ideas without unwarranted government restriction’, was by no means a fundamental right in the late middle ages and early modern period, expressions of critical opinions towards power were always possible and often widespread. They could be uttered verbally, through the spoken or written word, but also through other sign systems and media, ranging from the sound of musical instruments to heraldic languages.

The Ghent workshop will study evidence from literary and prescriptive sources describing the ideals of free speech, and political-historical evidence of cases in which men and women wrote down and orally uttered their opinions within the context of medieval and early modern society. In Europe, urban cultures of ‘subversive speech’ existed from the late middle ages onwards. Cities offered contenders public space in which they could utter conflicting opinions in many different ways. Singers travelled through the countryside to spread news. Public poetry, songs, petitions and the like were popular media to confront ruling elites with contentious thought, but so were bells, musical instruments and visual signs. This workshop invites speakers to present their research into such media and the contents of publicly uttered speech. Case studies will be featured about the use of both written and oral, as well as visual media, and their interconnectedness, during the fourteenth until the seventeenth centuries.

75b6f321-3cd0-40fd-b441-53a8574c55d8

The following questions will be addressed:

  • Which media were used by citizens to express their discontent? What determined the choice of a certain medium?
  • What kind of messages were spread? Were they subversive or did they legitimize power?
  • Were contenders successful in spreading their message? How was the reception and circulation of these messages? How did the urban elite and the authorities react to the utterance of subversive thought?
  • In what way was freedom of speech related to the social class and gender of speakers and listeners?
  • Can a ‘European’ pattern be distinguished? Do we see a trend in the use of media in periods with fundamental political or religious change (such as the 14th or the 16th centuries)?

Programme : here

Informations pratiques :

17-18 May 2019

The conference will be held in the KANTL – The Royal Academy for Dutch Language and Literature. The venue is located in the city centre, within walking distance of public transportation (Koningstraat 18, Ghent)

Contact :
minne.deboodt@kuleuven.be
linde.nuyts@ugent.be

SCIENTIFIC COMMITTEE – W. Blockmans, C. Billen, R. Sleiderink, S. Mareel, J. Oosterman, E. Bousmar, A. Marchandisse, D. Van der Poel

ORGANISING COMMITTEE — M. De Boodt, L. Nuyts, J. Haemers, J. Dumolyn, M. Veldhuizen

Source : UGent

Publication – « Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) », dir. Harmony Dewez et Lucie Tryoen

Cet ouvrage propose une série d’études fondées sur des travaux de jeunes chercheurs éclairant la façon dont l’essor de l’écrit documentaire au cours d’un long XIIIe siècle a transformé en profondeur les pratiques administratives des sociétés médiévales occidentales. Continuer la lecture de Publication – « Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) », dir. Harmony Dewez et Lucie Tryoen

Transcrire et reconstruire le débat. De la prise de notes à l’enregistrement de la parole en conseils : l’exemple de Fucecchio (XIIIe-XIVe s.)

L’auteur

Carole Mabboux est membre de l’École française de Rome. Elle a soutenu sa thèse en histoire médiévale, intitulée Cicéron et la Commune. Présences d’une autorité rhétorique et politique dans la culture civique italienne (XIIIe-XIVe s.), en décembre 2016 (dir. G. Castelnuovo et E. Artifoni, Université Grenoble Alpes/Università di Torino). Son projet post-doctoral porte sur les formes scripturaires de restitution du débat politique au sein des communes italiennes aux XIIIe et XIVe siècle. Plus largement, ses recherches se sont orientées vers les cultures civiques et les pratiques rhétoriques communales, ainsi que sur la réception médiévale des figures et concepts antiques.

L’article

L’étude ici proposée appartient à un travail en cours plus large, lequel porte sur la construction du débat politique en norme gouvernementale et identitaire des communes toscanes aux XIIIeet XIVesiècles. Cette recherche prend en compte des sources didactiques, historiographiques ainsi qu’un corpus d’archives (registres de délibérations) sur lequel la présente communication se concentre. Pourquoi s’intéresser aujourd’hui au cas de Fucecchio, commune peu connue et sur laquelle peu d’études ont été réalisées[1] ? Continuer la lecture de Transcrire et reconstruire le débat. De la prise de notes à l’enregistrement de la parole en conseils : l’exemple de Fucecchio (XIIIe-XIVe s.)

En « nombre suffisant » ? Quelques observations sur la participation des élus au gouvernement urbain à Nice (1454-1457)

L’auteur

Doctorante, Florie Varitille prépare une thèse intitulée De la tutelle provençale à la tutelle savoyarde. Gouvernement, communautés urbaines et pouvoirs princiers en pays niçois (v.1350-v.1450), sous la direction de MM. Olivier Mattéoni (Paris 1 – LaMOP) et Laurent Ripart (Savoie Mont-Blanc – LLSETI).
Ses recherches portent sur les pratiques de gouvernement urbain, sur leur gestion des relations avec le pouvoir princier et sur les modalités de l’écrit urbain. Cette thématique a fait l’objet d’une publication : Benoît Grévin et Florie Varitille, « Mémoire municipale et culture notariale : le cartulaire doré de Digne », Provence historique, 259 (2016), p. 217-238.

L’article[1]

            « Unum corpus tota una civitas ». Une cité, un seul corps, voici une affirmation qui apparaît en marge d’un recueil niçois[2]. Alors que les communautés urbaines entendent démontrer dans le discours leur unicité à des fins de légitimation, les éléments recueillis dans la documentation témoignent souvent d’une grande diversité dans sa composition, de ses divisions internes et de ses problèmes à prétendre à la représentativité de ses élus. Les ordonnances urbaines permettent d’aborder ce difficile équilibre entre un gouvernement urbain aux mains de notables et le besoin de mobiliser la communauté urbaine dans son ensemble. De plus, ces conseils, interlocuteurs des pouvoirs princiers pour leurs populations, se trouvent au contact d’officiers locaux, avec lesquels ils peuvent administrer les communautés, légiférer, ou encore négocier. Continuer la lecture de En « nombre suffisant » ? Quelques observations sur la participation des élus au gouvernement urbain à Nice (1454-1457)

Les mutations des écritures municipales à Marseille dans les années 1540 : construire des monuments de papier

L’auteur

Auderic Maret est chercheur associé à l’EHESS (Centre Norbert Elias), où il a soutenu en mars 2017 une thèse intitulée Marseille et sa classe dirigeante à la Renaissance (1460-1560). D’une principauté méditerranéenne au royaume de France (dir. J. Boutier).

 

L’article

Il s’agit dans cette contribution d’évoquer la production des archives par le conseil de ville de Marseille dans les années 1540. Rappelons, à tout hasard, que la finalité des registres de délibérations municipales est de consigner sous forme écrite et authentique les dispositions réglementaires du conseil de ville, dans le cadre du droit édictal urbain, la potestas statuendi[1]. L’historiographie a longtemps considéré les conseils de ville à l’aube des Temps modernes comme de simples chambres d’enregistrement des décisions princières. Deux ouvrages récents ont montré que ces sources offrent au contraire une richesse documentaire ignorée[2]. Cette inflexion avait déjà été amorcée par Caroline Fargeix[3]. C’est donc dans cette perspective que je me place, afin de montrer qu’il existe bien aux xvᵉ et xviᵉ siècles une véritable culture politique municipale. Continuer la lecture de Les mutations des écritures municipales à Marseille dans les années 1540 : construire des monuments de papier

Délibération montrée, délibération cachée : l’action du Conseil erfurtois enregistrée dans ses registres de correspondance

L’auteur

Morwenna Coquelin est docteure en histoire médiévale. Elle a soutenu sa thèse de doctorat Les espaces de la ville : pratiques, écrits, identité à Erfurt à la fin du Moyen Age, sous la direction de Pierre Monnet et de Jean-Marie Moeglin (EHESS, CRH-AhloMA). Elle enseigne en section internationale germanophone en lycée à Paris ainsi qu’à l’université Paris Diderot. 

L’article

Version de travail


La ville dont il sera question dans cette communication, Erfurt, ne dispose pas de registres de délibération. Néanmoins, le Conseil y produisit des registres, le Conseil y délibéra, et les modalités par lesquelles les délibérations et prises de décision furent conservées passèrent aussi par ces registres qui ne furent pas de délibérations.
Ce sont ces modalités que je vais présenter aujourd’hui, pour, au-delà de la présentation d’un cas particulier, montrer aussi que l’enregistrement de la délibération put emprunter de multiples formes et chemins, dont les enjeux ne sont pas les mêmes et nous informent aussi sur la manière dont les conseillers concevaient à la fois la délibération, son enregistrement et sa diffusion, partant son rôle dans la formation d’une mémoire et d’une identité urbaine propre. En somme, comment la délibération fut-elle enregistrée, quand ce n’était pas la délibération qu’on enregistrait ?
Je commencerai par présenter rapidement l’état des sources disponibles pour étudier la mise par écrit des délibérations, avant de présenter deux aspects de cet enregistrement écrit : d’une part, la représentation du Conseil que cette mise par écrit transmet et ses enjeux, d’autre part les traces bien concrètes de la délibération que les registres erfurtois recèlent. Continuer la lecture de Délibération montrée, délibération cachée : l’action du Conseil erfurtois enregistrée dans ses registres de correspondance

Colloque International

La voix des assemblées
Quelle démocratie urbaine
au travers des registres de délibérations ?
(Méditerranée-Europe, XIIIe-XVIIIe s.)

13-14 juin 2019, MMSH d’Aix-en-Provence

À l’heure où les formes de la démocratie représentative sont interrogées de différentes manières, que peuvent nous apprendre les expériences développées au sein des communautés urbaines médiévales et modernes du rôle possible dévolu à la délibération ?

Les registres de délibérations communaux forment un corpus extrêmement abondant depuis la fin du Moyen Âge. Leur production, en Europe méridionale puis occidentale, a accompagné le développement des formes écrites de l’administration. Or, à l’échelle du gouvernement des sociétés médiévales et modernes, les écritures des conseils urbains permettent de pénétrer les processus de la prise de décision. Le colloque entend ainsi :

– mutualiser les approches et définir une méthodologie commune pour cette documentation
– forger collectivement les outils d’un comparatisme européen, à l’échelle urbaine
– adopter une perspective de longue durée, en examinant l’évolution politique et scripturale des institutions municipales du XIIIe au XVIIIe siècle.

Cliquez ici pour le détail du programme du colloque

Séminaire – Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne. L’espace des archives

Le séminaire propose de s’interroger sur la façon dont les documents écrits ont été produits et utilisés, pour la gestion du patrimoine, le contrôle des hommes et la production de données et d’informations.

Le séminaire est organisé de manière mutualisée par sept institutions : les Archives nationales, le Centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes), l’IDHES, l’IHMC et le LAMOP (université Paris I), DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT. Il est soutenu par le LabEx HaStec. Il est ouvert aux étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux chercheurs.

Les comptes rendus des séances sont consultables sur le carnet de recherche : https://admecrit.hypotheses.org

valenciennesbm536f14v_0

Programme :

Jeudi 8 novembre 2018 (14h-17h) : Lieux d’archives

Julien Briand, « Pluralité des dépôts d’archives, inflation des écrits pratiques et conflits institutionnels (Reims, XIVe-XVe siècles) »
Juliette Deloye (Université de Strasbourg), « En lieu sûr ? La publication du secret des archives des Affaires étrangères (XVIIIe-XIXe siècle) »

Mercredi 19 décembre (14h-17h) : Pouvoir central / pouvoir local – territoires, polarité, réseaux

Elisabeth Lusset, « Rapports documentaires et archivistiques entre Pénitencerie et juridictions ecclésiastiques locales »
Alessandro Silvestri, « A trans-Mediterranean Archive ? Administrative Devolution and Archival Fragmentation in the Crown of Aragon (c. 1300 – c. 1500) »

Continuer la lecture de Séminaire – Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne. L’espace des archives

Séminaire EHESS – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s

L’atelier jeunes chercheur.e.s – “Pratiques sociales de l’écrit” se tiendra à l’EHESS, le jeudi 25 octobre 2018 le jeudi 22 novembre 2018 et les 24 janvier, 21 février, 28 mars et 22 mai 2019.

Organisation :
Serena Galasso (EHESS – CRH/EFR)
Louis Genton (UVSQ – DYPAC/FSP)

AAPESL

Programme :

25 octobre 2018
Écriture en collaboration, collaborer par l’écrit : livre en collection, catalogue-exposition, partition.
Lou Forster, EHESS, INHA
Sara Martinetti, EHESS, INHA
Rafael Souza Barbosa, EHESS, CRH (GRIHL)

22 novembre 2018
Rationalisation par l’écrit et construction d’identités judiciaires
Romain Benoit, Universite de Rennes 2,
Tempera Aurore Denmat-Leon, Sorbonne Universite, CRM
Florian Reverchon, Universite de Lyon, CLHDPP

Continuer la lecture de Séminaire EHESS – Pratiques sociales de l’écrit. Atelier jeunes chercheur.e.s