Journée d’études « Enregistrer les conflits » – Programme

Journée d’études
24 novembre 2017
Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme

Enregistrer les conflits
Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise
(XIIIe-XVe siècles, Europe méridionale)

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)
Axe 2 « Individus, Identités, Corps social »
Groupe 4 « Lien social, lien moral. Éthique et politique en Europe méridionale, XIe-XVIIe s. »

Les productions documentaires des assemblées délibératives et conseils urbains témoignent des tensions internes et des crises multiformes de la fin du Moyen Âge. Pourtant, l’institutionnalisation du gouvernement des villes cultive l’image du consensus vis-à-vis de l’extérieur. Les registres de délibérations parlent volontiers d’une seule voix, en particulier dans l’énoncé des ordonnances adoptées après discussion – les reformationes. La construction de cette unanimité en temps de crise mérite d’être examinée comme un objet historique, afin de percer le secret des assemblées délibératives, de mettre au jour les rapports de forces qui les traversent.

 

9h30 Ouverture de la journée – Laure Verdon, François Otchakovsky-Laurens

9h45 Lectio inauguralis – La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Age: entre ritualisation et conflits – Lorenzo Tanzini (Université de Cagliari)

10h30-12h
Des registres stéréotypés ?
Présidence Noël Coulet (Telemme-AMU)

10h30 La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite – Matthieu Allingri (Telemme-AMU)

11h Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1349) : entre réaffirmation de l’autonomie locale et instrument d’assujettissement à Florence  – Solal Abélès (Université du Luxembourg)

13h00-15h
Enregistrer la violence
Présidence Pierre Chastang (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines – Dypac)

13h Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303 – Daniele Bortoluzzi (Universités de Florence et Sienne)

13h30 Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379 – Vincent Challet (Université Paul Valéry-Montpellier-III – CEMM)

14h Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472) : the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations – Laura Miquel Milian (Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona)

15h15-16h30
Comparaisons et circulation des pratiques documentaires
Présidence Jean-Paul Boyer (Telemme-AMU)

15h15 Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 : mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve – Auderic Maret (EHESS -Centre Norbert Elias)

15h45 Les registres de délibérations comme instruments de l’affirmation seigneuriale :

le cas de Gubbio à la fin du XIVe siècle – Alberto Luongo (Université de Pise)

16h30-17h30
Conclusions
par Thierry Pécout (Université de Saint-Étienne Cercor)
suivies d’une Table ronde avec les participants de la journée.

Organisation : François Otchakovsky-Laurens, Laure Verdon.

JE RegiDEl 24 11 2017

« Enregistrer les conflits » – Appel à communications

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’études
24 novembre 2017
Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme

Enregistrer les conflits
Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise
(XIIIe-XVe siècles, Europe méridionale)

UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)
Axe 2 « Individus, Identités, Corps social »
Groupe 4 « Lien social, lien moral. Éthique et politique en Europe méridionale, XIe-XVIIe s. »

Les assemblées délibératives et conseils urbains médiévaux participent, à partir du XIIIe siècle, à la formidable expansion de la scripturalité de gouvernement[1]. À partir de l’émergence des gouvernements populaires italiens, se systématise l’enregistrement des réunions[2]. Que ce soit sous la forme d’instruments publics ou de registres tenus de façon continue, la mise par écrit de procédures essentiellement orales les formalise et leur donne une validité juridique.

Une première journée d’études tenue l’an passé Aix-en-Provence a permis d’identifier les spécificités des registres de délibérations urbains méridionaux[3]. La réflexion portera cette fois-ci sur les tensions et conflits traversant les assemblées délibératives. Pour cela, seront examinées des périodes-clés dans la gestation, l’évolution et la diversification des écritures urbaines.

Les villes de la fin du Moyen Âge connaissent des tensions internes multiformes : rivalités et conflits entre grandes familles aristocratiques ou marchandes, pouvant aller jusqu’à des processus de faide et vendetta ; rapports de force entre groupes sociaux aux intérêts concurrents ou contradictoires ; jeux de pouvoir entre les institutions urbaines et les représentants d’une tutelle extérieure (seigneuriale, souveraine, papale) ; montée des seigneuries urbaines s’associant de larges parts du corps civique[4]. Pourtant, l’institutionnalisation du gouvernement urbain sous sa forme communale offre aux regards l’image d’une construction politique spécifique, cultivant le consensus vis-à-vis de l’extérieur. Les registres de délibérations parlent volontiers d’une seule voix, en particulier dans l’énoncé des ordonnances adoptées après discussion – les reformationes.
Davantage que comme une façon de tronquer les dissensions, la construction de cette unanimité mérite d’être examinée comme un objet historique : comment percer le secret des assemblées délibératives, connaître le déroulement des débats et des affrontements, comment mettre au jour les rapports de forces qui les traversent ?
Dans la continuité documentaire des enregistrements de séances, certains moments de crises majeures cristallisent et mettent en évidence ces jeux de pouvoirs, en participant à la structuration des assemblées et du matériau documentaire produits par celles-ci.

Le terme de crise est ici principalement entendu comme définissant des conflits politiques, diplomatiques et militaires affectant la ville. Vécues comme paroxystiques par les acteurs, les crises durent le plus souvent de quelques semaines à quelques mois, quelques années tout au plus. Ces crises, souvent multiformes et touchant progressivement plusieurs domaines de la vie publique, créent une situation nouvelle et incertaine, parfois incontrôlable, poussant les acteurs à se déterminer et à se manifester[5]. Il s’agira d’observer les effets de ces crises dans les assemblées urbaines au travers des délibérations enregistrées. Comment évoluent leur forme et leurs usages, en tant qu’outils quotidiens du gouvernement ?
Ainsi, l’apparition des enregistrements systématiques constitue un temps fort de l’institutionnalisation des assemblées délibératives et correspond souvent aux nécessités d’une période de troubles : émergence d’un gouvernement populaire (Italie du Trecento), prérogatives nouvelles obtenues d’un pouvoir princier mis en difficulté par les communautés citadines (ainsi en Provence lors de l’avènement disputé de la seconde maison angevine en 1385-1387). De quelle manière les grands conflits internes aux villes, puis les étapes décisives de la progression des pouvoirs seigneuriaux ou souverains sur les institutions urbaines sont ils retranscrits, enregistrés. Quels effets ces contextes troublés ont-ils sur la production documentaire urbaine ?

Bornes chronologiques et géographiques :
L’amplitude géographique et chronologique assez large (l’Europe méridionale, du XIIIe au XVe siècle) permet d’envisager des périodes précises au sein de la documentation délibérative produite depuis l’émergence des gouvernements populaires italiens jusqu’aux crises politiques des derniers siècles du Moyen Âge. L’ensemble méditerranéen de l’occident chrétien sera pris en compte, au sens d’une aire culturelle, politique et juridique dans laquelle les conseils urbains développent une administration par l’écrit appuyée sur le notariat et l’expertise en droit. La circulation, l’adaptation et l’hybridation des modèles documentaires, en particulier pour l’enregistrement des délibérations, est un marqueur de cet ensemble géographique dans lequel les villes entretiennent des relations permanentes.
Le choix de l’échelle urbaine correspond à l’hypothèse que la ville constitue un cadre pertinent pour l’étude des conflits politiques. Il s’agit aussi de prolonger la perspective comparatiste dans laquelle s’inscrivait la rencontre précédente. Confronter la documentation de plusieurs gouvernements urbains doit permettre de dégager des logiques institutionnelles et scripturales communes.

Les propositions de communication devront s’insérer dans les axes de réflexion suivants :

Axe 1 : Crises, institutions et documentation délibérative
Ici seront examinés les effets des crises sur les institutions et sur la documentation communale. Quel rôle les crises jouent-elles dans la structuration et l’institutionnalisation des assemblées délibératives et, conjointement, dans la structuration des productions écrites du gouvernement urbain ? Quelle présence (ou dissimulation) des crises et conflits peut-on observer dans les enregistrements de délibérations ? Quelle en est la tonalité (explicite, évasive, unanimiste) ? Des modifications ou transformations apparaissent-elles alors dans les séries et dans la tenue des délibérations ?

Axe 2 : L’assemblée urbaine, lieu d’expression et/ou de règlement des conflits politique ?
Les assemblées délibératives sont-elles le lieu d’expression et/ou de règlement des conflits, s’affirment-elles comme centre de la vie politique à l’occasion des crises ? Ou bien d’autres institutions parallèles ou ajoutées (conseils restreints, commissions spéciales devenant pérennes) concentrent-elles la prise de décision, vidant peu à peu de leur substance les assemblées et conseils à participation civique plus large ? Peut-on observer une corrélation entre la vitalité de la participation politique dans les assemblées urbaines et la forme des enregistrements ?
Ici aussi seront interrogées les relations entre les crises politiques et les mutations documentaires constatables sur les registres de délibérations. Ces questions seront examinées au regard de l’état et du contenu de la documentation, du point de vue du paysage documentaire communal dans son ensemble : assouplissement ou rigidification des formes d’enregistrement, insertion de pièces justificatives, hybridation avec d’autres types de documents (correspondance, comptabilité, registres de défense) ou apparition de séries nouvelles.

Procédure de participation :
Les propositions de communication devront parvenir sous format électronique à François Otchakovsky-Laurens et Laure Verdon (f.otchakovsky.laurens@gmail.com + laure.verdon@univ-amu.fr) avant le 25 septembre 2016. Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1000 caractères espaces compris maximum et mentionneront le lieu de rattachement institutionnel de leur auteur.
Les propositions émanant de jeunes chercheurs doctorants et post-doctorants sont bienvenues. Après examen des propositions, le comité scientifique retiendra 6 communications ; une réponse personnalisée sera apportée pour chaque proposition avant le 2 octobre 2017.

Organisation :
Coordination : François Otchakovsky-Laurens, Laure Verdon.
Comité scientifique : Jean-Paul Boyer (AMU), Pierre Chastang (U. Versailles Saint-Quentin), Noël Coulet (AMU), Michel Hébert (UQAM, Canada), François Otchakovsky-Laurens (AMU), Thierry Pécout (U. Saint-Etienne), Lorenzo Tanzini (U. Cagliari, Italie), Laure Verdon (AMU).

 

[1] L. Tanzini, A consiglio, la vita politica nell’Italia dei comuni, Rome, 2014. Id., Delibere e verbali. Per una storia documentaria dei consigli nell’Italia comunale, dans Reti Medievali Rivista, 14, 1 (2013), p. 43-79.

[2] Albert de Gandino, Quaestiones statutorum, ed. H. Solario, dans Scripta anecdota glossatorum vel glossatorum aetate composita, Bologne 1901, p. 157-214. Jean de Viterbe, Liber de regimine civitatum, G. Salvemini (éd.), Scripta anecdota glossatorum, Bologne, 1901 (Biblioteca iuridica medii aevi, III), p. 217-280.

[3] Les registres de délibérations urbains au Moyen Âge : le « Midi » en questions, 25 novembre 2016, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

[4] A. Zorzi (dir.), Conflitti, paci e vendette nell’Italia comunale, Florence, 2009. D.L. Smail, « Hatred as a Social Institution », Speculum (76), 2001, p. 90-126. R. Rao, Signori di Popolo. Signoria cittadina e società comunale nell Italia nord-occidentale, Milan, 2011.

[5] M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, [1986] 1992.

Le « Midi » en questions – Novembre 2016

Une journée d’études s’est tenue le 25 novembre 2016 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence, sur le thème : Les registres de délibérations urbains au Moyen Âge : le « Midi » en questions.

Cette première rencontre consacrée spécifiquement aux registres de délibérations a permis de tracer de nombreuses perspectives comparatives, notamment entre le « Midi » (Provence comprise), le nord du royaume de France et l’Italie centro-septentrionale.

Registres de délibérations urbains au Moyen Âge

Les registres de délibérations urbains représentent des fonds documentaires importants en volume et présents dans de très nombreuses villes européennes, particulièrement dans l’aire méridionale. Leur production a accompagné le développement des gouvernements urbains et l’essor des formes écrites de l’administration. Ces registres ont depuis longtemps fourni nombre d’informations événementielles et servi aux recoupements factuels, grâce à leur composition diachronique généralement continue.
À la suite des travaux précurseurs de Paolo Cammarosano puis de Pierre Chastang, une attention nouvelle est à présent prêtée à ces documents. Les études récentes examinent le contenu, le langage, mais aussi la place des registres de délibérations dans les pratiques politiques et leur insertion au sein des ensembles documentaires communaux. Ainsi, la logique documentaire de ces registres est questionnée, pour en discerner la signification politique, dans une perspective englobante permise par l’abondance de ce type de sources.
Le carnet Hypothèses REGIDEL s’inscrit dans ce renouvellement historiographique, et s’appuie sur l’activité et les manifestations scientifiques portées par le laboratoire Telemme (Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale – Méditerranée – UMR 7303 CNRS-AMU).

De la naissance d’un gouvernement urbain à la fixation de l’écrit délibératif. Digne, fin XIVe-début XVe s.

L’auteur

Florie VARITILLE : Doctorante, Florie Varitille prépare une thèse intitulée De la tutelle provençale à la tutelle savoyarde. Gouvernement, communautés urbaines et pouvoirs princiers en pays niçois (v.1350-v.1450), sous la direction de MM. Olivier Mattéoni (Paris 1 – LaMOP) et Laurent Ripart (Savoie Mont-Blanc – LLSETI).
Ses recherches portent sur les pratiques de gouvernement urbain, sur leur gestion des relations avec le pouvoir princier et sur les modalités de l’écrit urbain. Cette thématique a fait l’objet d’une publication : Benoît Grévin et Florie Varitille, « Mémoire municipale et culture notariale : le cartulaire doré de Digne », Provence historique, 259 (2016), p. 217-238.

Article[1]

Support de la présentation : Varitille -De la naissance d’un gouvernement urbain à la fixation de l’écrit délibératif. Digne

L’analyse des registres de délibérations dignois proposée ici s’inscrit dans un important renouvellement des études sur la pratique de l’écrit urbain. Les travaux provençaux ont été influencés par les historiens italiens, et notamment par Paolo Cammarosano[2]. Les analyses envisagent désormais les documents urbains sous les angles de la langue, de la forme et de leur place dans le gouvernement des villes. L’appellation « registres de délibérations » est elle-même interrogée, ce terme désignant des manuscrits de nature très variée selon les espaces. Dans les documents provençaux et les procès-verbaux de réunions, rares sont les renseignements sur les pratiques délibératives. Les décisions, ou ordinationes, sont inscrites sans que soient retranscrits les débats : cette constatation a amené Noël Coulet à nommer « registres d’ordonnances » un certain nombre de documents de l’espace provençal[3]. Cette appellation permet de distinguer certains registres par leur contenu, sur cet espace restreint.

Pour envisager une étude comparative, certains historiens proposent de réfléchir à un terme générique, apte à nommer ces documents tant dans le Midi que dans le nord de la France. L’hétérogénéité des registres de délibérations est trop importante pour permettre une caractérisation par le contenu : chaque communauté inscrit des documents variés propres à sa pratique gouvernementale (procès-verbaux de réunion, d’élections, éléments de comptabilité…). Il n’y a que très rarement une unité scripturale à l’échelle du registre entier. Certaines pistes envisagent la recherche de cette uniformité au sein d’un même cahier plutôt qu’au sein d’un même registre[4]. Néanmoins cette perspective est trop aléatoire pour définir ce type de document. Une piste proposée ici serait de caractériser les registres de délibérations par leur origine. En effet, certains écrits urbains médiévaux les appellent des cartularii consilii : cette dénomination replace l’énonciateur du document, le conseil, au centre de l’analyse et évacue toute complexité de caractérisation par le contenu[5]. Le gouvernement communal donne son unité au volume : sa parole et ses décisions sont progressivement enregistrées dans un document authentifié. Continuer la lecture de De la naissance d’un gouvernement urbain à la fixation de l’écrit délibératif. Digne, fin XIVe-début XVe s. 

Délibérer à Pézenas au Moyen-Âge, comment se réélabore la politique municipale ? 1373-1379

L’auteur

Charles VAN VEEN : titulaire d’un master 2, CEMM- Montpellier III. Article à paraître prochainement dans les Annales du Midi « Espace public, pouvoir consulaire, et fiscalité royale à Pézenas à la fin du Moyen-âge, 1376-1377 »

Article

Support de la présentation : Van Veen – Pézenas registres de délibération

       Unanimiter. Par ce mot-là justement s’atténue, se camoufle ce que cette ordonnance implacable peut présenter de terrifiant. Pour rendre la discipline supportable, l’inégalité tolérable, il est bon de faire accroire que dans la société chrétienne – de même qu’entre parents et enfant, entre vieux et jeunes, dans toutes les communautés, au monastère comme au palais, dans le village comme dans les groupes de combat – l’affection unit les cœurs.
G. Duby, Féodalité, p. 530.

Si la pratique délibérative, dans le fonctionnement politique de la communauté piscénoise, semble avoir nettement reculé durant la première moitié du XIVe siècle, le contexte fiscal et politique, perturbé au cours de la décennie 1370, autorise à s’interroger sur la nécessité, pour une communauté du Bas-Languedoc, de s’engager dans une nouvelle forme d’enregistrement de ces décisions. Il s’agit de s’intéresser au lien qui existe, entre la réorganisation scripturaire du politique – établie à un moment charnière du développement de la fiscalité d’État – et le réinvestissement politique par la communauté piscénoise dans les conseils. Notre connaissance du consulat piscénois, à partir des procès-verbaux d’assemblées générales conservés pour la période 1275-1350, doit beaucoup aux travaux de Monique Bourin[1]. Or, écrire l’histoire du consulat sur un temps long reste chose peu aisée parce que le mode de consignation s’effectue essentiellement sur parchemins et pièces éparses pour toute la première moitié du XIVe siècle. Mais si l’outil-registre ne s’est pas développé plus tôt, c’est peut-être que la communauté n’a tout simplement pas ressenti le besoin d’utiliser ce mode de consignation et que seuls les procès-verbaux d’élection des consuls, dressés devant un représentant du roi, faisaient l’objet d’un souci réel de conservation par la communauté. De plus, entre le dernier évènement traumatique, à savoir l’élection consulaire contestée d’avril 1345 – considéré comme l’ultime tentative des populares à mettre en échec le pouvoir consulaire – et l’année 1373, la documentation fait défaut à Pézenas. Concernant ce vide documentaire, plusieurs éléments incitent à penser que la décennie 1370 constitue une forme de réélaboration du politique à Pézenas, dont les registres de délibération en tant que support de l’écrit et nouveau mode de prescription du politique, se font largement l’écho. Il est probable que la période antérieure à l’apparition des registres corresponde aussi à un moment d’accalmie des consulats méridionaux et on peut volontiers imaginer une relative stabilité du pouvoir consulaire à Pézenas. Toutefois, la monarchie affiche une réelle volonté d’effectuer un plus grand contrôle sur les communautés languedociennes, car la fin de la décennie 1360 correspond au moment où apparaît en Languedoc une mise à jour des recensements d’habitants par la royauté, que l’on considère comme un prélude à la multiplication de ces demandes de réparations de feux en Languedoc[2]. Continuer la lecture de Délibérer à Pézenas au Moyen-Âge, comment se réélabore la politique municipale ? 1373-1379 

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 115, recto.

Les actes du conseil municipal d’une communauté à la frontière des États d’Este et Visconti-Sforza à la fin du Moyen Âge (XV-XVIe siècles). Le cas de Guastalla

L’auteur

David SALOMONI : chercheur et chargé de cours aux universités de Rome 3 et de Parme, Docteur des universités de Rome 3 et d’Avignon, il a soutenu en mai 2017 une thèse sur le thème de l’éducation pré-universitaire dans les communautés des États Gonzague et Este au cours de la Renaissance, sous la direction des Professeurs G. Castelnuovo et F. Mattei.
Publications :

  • D. Salomoni, Guastalla e le comunità delle bassa nel tardo medioevo, Reggio Emilia, Antiche Porte, 2017.
  • D. Salomoni, «  Guastalla nel corso del lungo ‘400. Mobilità sociale e proprietà fondiaria », dans La mobilità sociale negli stati del Tre-Quattrocento: la vicenda della Lombardia, Andrea Gamberini (dir.) ; Rome, Viella, 2017.

Article

Introduction

L’étude et l’analyse des registres des délibérations des conseils municipaux permettent de lire, en utilisant une clé d’interprétation très spécifique, des situations de gouvernement encore peu connues, en les comparant avec d’autres qui ont été mieux étudiées. Les registres dont je voudrais vous parler aujourd’hui viennent d’un centre mineur: Guastalla, situé dans un cadre géographique très particulier de l’Italie du nord. Cette petite ville est placée au cœur de la vallée du Pô, sur les rives de la grande artère fluviale qui traverse le nord de la Péninsule. Cette zone est située entre deux formations politiques seigneuriales très bien étudiées: les États des Este et des Gonzague. Les caractéristiques de cette aire géographique sont toutefois particulières, au point de pouvoir en donner une définition de “centrale” et “périphérique” dans un seul et même temps. La centralité de la région est due aux intérêts stratégiques et commerciaux concentrés dans une zone frontalière entre plusieurs états: République de Venise, états des Visconti-Sforza, des Este et des Gonzague. Par contre les caractéristiques périphériques de cette même zone sont perceptibles dès lors que l’on s’intéresse aux petites villes et aux communautés qui longent ces entités étatiques plus puissantes, et je pense notamment à Guastalla. Continuer la lecture de Les actes du conseil municipal d’une communauté à la frontière des États d’Este et Visconti-Sforza à la fin du Moyen Âge (XV-XVIe siècles). Le cas de Guastalla 

Frontières perméables et espace documentaire. Les Libri Consiliorum de Turin : pratiques de gouvernement et de l’écrit entre Piémont et Méditerranée au XIVe siècle

L’auteur

Matteo MAGNANI : docteur à l’Université de Turin, il est actuellement chercheur associé au laboratoire TELEMMe (UMR 7303,  Aix-Marseille Université-CNRS). Sa thèse porte sur l’administration judiciaire à Turin et au Piémont entre 1379 et 1383. Il est auteur d’une série d’articles scientifiques concernant l’administration de la justice au Moyen Âge à Turin et en Crète vénitienne au XIVe siècle. Il travaille aussi sur l’histoire des institutions, l’histoire des villes du Sud de l’Italie et l’histoire byzantine.

Article

Avant tout, je voudrais remercier beaucoup François Otchakovsky-Laurens et tous les organisateurs de cette journée d’études de m’avoir permis d’être parmi vous pour discuter autour d’un thème si passionnant. Dans le cadre de cette rencontre, je souhaiterais présenter une contribution portant sur la question des pratiques de gouvernement et de l’écrit dans le Piémont au XIVe siècle.

La ville sur laquelle sera centrée notre enquête est celle de Turin qui dispose d’une longue série des actes du conseil, les Ordinati selon la dénomination archivistique d’époque moderne employée encore aujourd’hui. Rédigés en latin, ils permettent de cerner l’identité politique de cette communauté urbaine, comprise entre plusieurs pouvoirs concurrents, à savoir les Princes de Savoie-Achaïe et la dynastie comtale de Savoie. Notre analyse sera à la fois d’ordre diplomatique et historique, avec pour objectif de saisir les traits qui lient le Piémont savoyard au « Midi ».

Les Archives communales de la Ville de Turin conservent, pour le Moyen Âge, les délibérations du conseil de Credencia pour une période couvrant les années 1325-1400. Il s’agit de 48 registres. Les premiers registres présentent des lacunes, alors qu’à partir de 1372 la série est presque complète. À partir des années quatre-vingt du XXe siècle, la ville a pris en charge l’édition des livres des conseils. Cette entreprise est maintenant arrivée au volume n°33, correspondant à l’année 1392 (J’ai apporté ici deux exemplaires correspondent aux registres couvrant les années 1342-1349 et 1380-1383. Ces derniers registres furent très précieux dans ma recherche de thèse et ont permis, comme on le verra tout à l’heure, de cerner des épisodes très graves qui avaient aussi laissé des traces dans les actes judiciaires de la commune.

Or, comme l’appel à contribution de cette journée l’a mis en exergue, à Turin aussi les actes du conseil ont été utilisés dans le passé pour reconstituer l’histoire événementielle de la ville ; ce qui a amené les historiens à cristalliser une vision assez stéréotypée de la position de la ville dans le cadre des institutions princières savoyardes. Néanmoins, récemment, les historiens ont corrigé un peu cette vision en redonnant à l’histoire de Turin son poids, qui était – il faut tout de même le dire – en rapport avec l’importance de la ville sur les plans politique et économique[1]. De ces études il est sorti une nouvelle définition de la ville donnée par Giuseppe Sergi : « une commune à autonomie limitée »[2]. Continuer la lecture de Frontières perméables et espace documentaire. Les Libri Consiliorum de Turin : pratiques de gouvernement et de l’écrit entre Piémont et Méditerranée au XIVe siècle 

Riformagioni e Provvigioni a Bologna e Reggio Emilia

Intitulation des registres (Bologna)

L’auteur

Daniele BORTOLUZZI : doctorant, universités de Bologne et Sienne, sous la direction des professeurs Andrea Zorzi et Duccio Balestracci. Publication : « I rapporti diplomatici tra le città italiane alla fine del Duecento: il caso di Bologna e Firenze », Reti Medievali, 18, 2017 <http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/5152>.

Article

Support de la présentation : Bortoluzzi, Les registres de délibération à Bologne et Reggio d’Émilie

Nel corso del Duecento, come è già stato ampiamente dimostrato dai lavori di Lorenzo Tanzini e Massimo Sbarbaro, le pratiche di verbalizzazione delle sedute consiliari nell’Italia centro settentrionale si uniformarono a un modello ben preciso. L’obiettivo del mio intervento è mostrare come in alcune città, in concomitanza con le modifiche istituzionali che si verificarono nel corso del Trecento, quella formalizzazione subì importanti cambiamenti. Per farlo ho scelto di presentare due casi, quello di Bologna – sul quale mi soffermerò più a lungo – e quello di Reggio Emilia. Oltre alla contiguità geografica le due realtà ebbero anche una evoluzione politica simile: nei primi decenni del secolo furono infatti governate da regimi di Popolo e successivamente da diverse.

Dividerò il mio intervento in tre parti: nella prima mostrerò le tipologie e i registri che furono redatti durante i regimi di Popolo. Nella seconda invece mostrerò quelli redatti durante le dominazioni signorili, evidenziando analogie e differenze. La terza parte sarà invece dedicata a un confronto tra Bologna e Reggio Emilia nei decenni finali del XIV secolo, perché nella prima città si riaffermò un governo popolare, mentre nella seconda no. Continuer la lecture de Riformagioni e Provvigioni a Bologna e Reggio Emilia 

Créer du consensus en temps de guerre : les registres de délibérations de Toulouse à la fin du Moyen Âge (1374-1440)

L’auteur :

Professeur d’histoire en classes préparatoires (Lycée Henri IV, Paris), en charge du cours d’histoire médiévale (concours de l’Ecole des chartes), membre associé du Lamop
docteur en histoire médiévale (Université Paris I), auteur de Information et opinion publique à Toulouse à la fin du Moyen Âge, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2013.

Article [1]

Support de la présentation : Nadrigny – Créer du consensus à Toulouse

Les registres de délibérations du Conseil de Toulouse présentent des singularités notables. Les débats des conseillers y sont en effet notés avec force détails tandis que les conclusions du Conseil, celles que les juristes italiens appellent les reformationes, ne sont pas notées systématiquement[2]. C’est un fait rare si on examine les registres de délibérations de l’espace français à la fin du Moyen Âge[3]. La présente communication essaiera de comprendre ces particularités sans se référer à un « modèle italien » des délibérations dont l’influence nous importe peu. Mieux vaut comprendre les logiques politiques, culturelles et sociales propres à une ville qui élabore des recettes appropriées à des enjeux spécifiques. Continuer la lecture de Créer du consensus en temps de guerre : les registres de délibérations de Toulouse à la fin du Moyen Âge (1374-1440)