Délibération montrée, délibération cachée : l’action du Conseil erfurtois enregistrée dans ses registres de correspondance

L’auteur

Morwenna Coquelin est docteure en histoire médiévale. Elle a soutenu sa thèse de doctorat Les espaces de la ville : pratiques, écrits, identité à Erfurt à la fin du Moyen Age, sous la direction de Pierre Monnet et de Jean-Marie Moeglin (EHESS, CRH-AhloMA). Elle enseigne en section internationale germanophone en lycée à Paris ainsi qu’à l’université Paris Diderot. 

L’article

Version de travail


La ville dont il sera question dans cette communication, Erfurt, ne dispose pas de registres de délibération. Néanmoins, le Conseil y produisit des registres, le Conseil y délibéra, et les modalités par lesquelles les délibérations et prises de décision furent conservées passèrent aussi par ces registres qui ne furent pas de délibérations.
Ce sont ces modalités que je vais présenter aujourd’hui, pour, au-delà de la présentation d’un cas particulier, montrer aussi que l’enregistrement de la délibération put emprunter de multiples formes et chemins, dont les enjeux ne sont pas les mêmes et nous informent aussi sur la manière dont les conseillers concevaient à la fois la délibération, son enregistrement et sa diffusion, partant son rôle dans la formation d’une mémoire et d’une identité urbaine propre. En somme, comment la délibération fut-elle enregistrée, quand ce n’était pas la délibération qu’on enregistrait ?
Je commencerai par présenter rapidement l’état des sources disponibles pour étudier la mise par écrit des délibérations, avant de présenter deux aspects de cet enregistrement écrit : d’une part, la représentation du Conseil que cette mise par écrit transmet et ses enjeux, d’autre part les traces bien concrètes de la délibération que les registres erfurtois recèlent.

1 – La délibération en registres à Erfurt à la fin du Moyen Âge

La ville d’Erfurt fait partie depuis 755 des territoires de l’archevêque de Mayence, dont elle est cependant fort éloignée, à la fois par la distance kilométrique et par la discontinuité territoriale entre le seigneur et sa ville – discontinuité par ailleurs caractéristique du Saint-Empire. La ville a négocié et obtenu de nombreux privilèges lui permettant d’exercer un gouvernement autonome – le Conseil est attesté depuis 1212 (1) , et il a progressivement acquis des droits de justice, de douanes, de battre monnaie, de police, etc. (2) Le Conseil possède également un territoire sur lequel il est souverain.
Aucun registre de délibération n’existe aujourd’hui, et aucune source n’en mentionne la production ou l’existence au Moyen Âge : l’ordo d’élection et d’installation du Conseil, rédigé en 1452, n’évoque que les comptes dont la reddition occupe un temps long du rituel (3). Même chose dans les nouveaux statuts adoptés en 1510 (4). Les inventaires de la chancellerie, produits vers 1490 et 1590, ne recensent que les actes et lettres isolées (5). Aucune épave n’a survécu dans les archives actuelles : certes, les archives municipales ont fortement souffert lors de la destruction de l’ancien Hôtel de ville dans les années 1830 à 1860, mais d’autres séries très mal conservées sont néanmoins présentes par quelques volumes épars – ainsi des sources fiscales ou juridiques, ou des comptes, pour lesquelles on possède un voire deux registres pour le XVe siècle.
On a donc pour Erfurt un Conseil qui semblerait ne jamais avoir délibéré, alors même que l’on possède des traces de son action – registres, actes, correspondance en particulier – et que l’une des scènes fondatrices de l’historiographie moderne d’Erfurt est justement l’irruption de révoltés en pleine séance du Conseil délibérant, en juin 1509, pour réclamer la présentation des comptes (6). En outre, on sait aussi que la chancellerie municipale s’est largement développée au cours des XIVe et XVe siècle, pour compter sous les ordres du protonotaire, puis syndic à la sortie du Moyen Âge, trois ou quatre greffiers et notaires chargés de la tenue des registres et de leur archivage.
La délibération n’est cependant pas absente des archives municipales. On la trouve dans les registres de correspondance de la ville, dont les plus anciens conservés remontent à 1427, et qui forment une série fragmentée pour la première moitié du siècle, et un ensemble bien plus largement conservé pour les années 1475-1500 (7). La conservation de la correspondance s’est faite en deux séries parallèles – la deuxième est conservée à partir de 1472 – dotées dès les plus anciens volumes de titres et de leur cohérence : la première (selon la chronologie de conservation) est celle des libri dominorum, qui rassemblent les lettres envoyées aux princes, laïcs ou ecclésiastiques ; la seconde est celle des libri communium, où sont conservées les lettres envoyées aux Conseils de ville ou aux officiers des seigneurs en ville. Les lettres reçues ont été, quant à elles, conservées sans reliure, et ne m’occuperont pas ici.
Ces registres sont naturellement une source privilégiée pour l’étude du réseau erfurtois, de la place de la ville parmi ses correspondants et notamment par rapport aux autres villes, et pour l’action du Conseil. Mais, prenant acte des nombreuses études sur la scripturalité et des apports de la linguistiques, on peut aussi les étudier moins pour les faits renfermés que pour la composition des messages et les logiques de leur production. On considère alors que le texte n’est pas seulement un vecteur d’information et une source, mais aussi le résultat d’interactions sociales et politiques qu’il reflète. La lecture extensive des registres de correspondance a notamment montré que la délibération y est un motif récurrent, et que si ce n’est qu’un objet second de l’enregistrement des missives, c’est pourtant un élément crucial des registres.

2 – Le Conseil en majesté : les délibérations lissées

Cela se voit d’abord dans la composition des lettres : une partie non négligeable de ces dernières est consacrée non à la décision ou la demande du Conseil mais au résumé des épisodes précédents et des étapes menant à l’écriture de la missive.
Il peut s’agir du résumé des échanges précédents, de façon à resituer la lettre dans son contexte et à affermir, aussi, la demande du Conseil dans une suite d’événements logiques. Les missives comportent ainsi une quantité importante de discours rapporté, qu’il s’agisse de celui du correspondant dans des lettres antérieures ou de celui de bourgeois venus se plaindre auprès des conseillers et solliciter leur intervention pour les défendre, en tant que membres jurés de la commune.
Mais ces étapes précédentes sont aussi les actions du Conseil avant la lettre et débouchant sur son écriture et son envoi : c’est le récit de la prise de décision et de ses modalités, qui occupe souvent un tiers voire la moitié de la lettre, et dans lequel le Conseil se met en scène comme Conseil agissant selon les règles.
Tout en délivrant un message final univoque, les missives rappelaient aussi très fréquemment ce moment de débat. Chaque missive contenait en elle-même sa propre préhistoire et la chronologie servait aussi d’explication logique et causale au message envoyé par la ville, justifié par les éventuels échanges antérieurs avec le destinataire et par la procédure de décision. Les registres de correspondance articulaient ainsi le temps de la parole, celui de la fixation par l’écrit et celui de l’envoi.
Cette unité est manifestée dans les lettres envoyées par l’usage du pronom « wir » qui n’est pas un pronom de majesté mais bien l’expression de la collectivité bourgeoise assemblée et responsable du destin de la commune. L’unité est marquée dans l’ensemble du corpus, sans évolution chronologique ; c’est toujours un collectif qui parle, écrit, prend une décision et présente une demande. Ce collectif était en outre montré en action, lorsque les conseillers énuméraient les étapes qui avaient amené à la rédaction de la missive. Le Conseil se montrait alors en assemblée qui écoutait des témoins ou des plaignants, puis en assemblée délibérative, avant d’agir en assemblée gouvernante exprimant sa volonté dans la lettre. Avant d’en venir au « bitten wir » qui introduisait la dernière partie des lettres, on pouvait ainsi lire d’autres formules marquant la réunion des conseillers. Des hommes étaient « vor uns gekommen », voire « vor uns in uns[er]n Rate », « uns haben bericht » ; le Conseil avait interrogé les hommes concernés par l’affaire portée devant lui (« dasz wir mit deme uns[ere]n geret haben ») ; puis le Conseil avait délibéré : « wir haben mit uns[e]r[e]n fr[e]und[e]n geret » (8).
Ces mentions servaient à établir la chronologie de l’affaire et à situer la lettre dans un échange ou dans un conflit, et elles rappelaient les conditions de production des missives et en arrière-plan l’organisation politique de la ville.
Une lettre de 1430 adressée à Adolphe de Gleichen-Tonna détaillait ainsi les différentes étapes amenant à la prise de décision du Conseil, décision qui prenait forme ensuite dans la missive et son envoi. Le Conseil intervient dans une affaire opposant l’un de ses bourgeois, Hans Hatz, agissant pour le compte d’une femme nommée « die Schalkeberge », à qui l’un des sujets du comte devait de l’argent en vertu d’une rente qu’elle détenait à Tonna. Cette femme serait cependant morte sans que Hans Hatz en ait été informé, ce qui, aux yeux du comte de Gleichen, semblait rendre la dette caduque. La lettre conservée dans les archives d’Erfurt est une réponse de la ville dans un échange qui compte déjà au moins deux lettres : « als wier uch nest schr[ieben] von wegen… da uff ir uns widder schr[iebt] daz… han wier wol verstande[n] und thun uch wissen daz » (9).
Les conseillers détaillaient ensuite les actions qu’ils avaient entreprises pour éclaircir l’affaire et résoudre le conflit : « thun uch wissen daz wier mit dem g[e]n[an]t[en] unserm burger gereth darvone gereth haben unde on uw[er]n brieff laszen hore der spricht daz… » (10). La formule « nous avons parlé avec » évoquait à la fois les institutions urbaines et leur fonctionnement : « wier », c’était le groupe des rédacteurs de la lettre, réunis en séance et conduisant les débats. Ce groupe, soudé et indivisible, avait reçu en Conseil le bourgeois Hans Hatz et l’avait invité à exposer son cas : le Conseil de ville fonctionnait bien comme un tribunal chargé de garantir l’ordre en ville mais aussi de protéger les intérêts des bourgeois de la commune.
Le rappel des étapes précédant la lettre et conduisant à son écriture était l’occasion de représenter le fonctionnement des procédures et des institutions urbaines. Les Conseils de ville étaient investis d’une autorité judiciaire ; les bourgeois se tournaient ainsi vers lui pour faire valoir leurs droits. Ce rôle fut illustré notamment dans le Salbuch de Volkach où figuraient des représentations des procédures judiciaires sous l’autorité des conseillers (11).
La mention des institutions du gouvernement urbain était fréquente : cela pouvait être la mention du Conseil, comme dans une lettre ouverte de 1450 commençant par « Wir Ratismeister unde Raid der stad erffurte » et expliquant que quatre des bourgeois de la ville s’étaient présentés « vor uns in unsern siczinden Raid » pour attester de la bonne naissance d’une fille de bourgeois (12). Cela pouvait être aussi la mention du droit urbain, comme dans une lettre à Guillaume de Henneberg : les conseillers avaient faire lire les livres de droit en présence du plaignant, dépendant du comte (« haben wir unsnser Stadbuch In des uw[er]n kegenwertigkeyt lasz[e]n lesen ») et s’étaient appuyés dessus pour prendre leur décision et la justifier dans un conflit d’héritage entre un bourgeois d’Erfurt et un sujet du comte(13).
Les missives juxtaposaient ainsi un discours direct, celui du Conseil, et un discours indirect émanant de trois instances : les citoyens qui s’étaient présentés devant le Conseil, pour y chercher une défense ou pour s’y plaindre d’un bourgeois d’Erfurt ; les correspondants du Conseil ; ce dernier, à travers ses réponses aux citoyens ou ses écrits précédents. Les missives étaient donc formées de plusieurs couches superposées qui rappelaient le déroulement des événements et les évolutions de l’affaire, et qui formaient une mémoire de chaque cas, mémoire dont les éléments étaient sélectionnés par le Conseil et utilisés ensuite dans son argumentation. Non enregistrées comme telles, les délibérations apparaissent cependant dans les lettres de façon recomposée pour former un portrait du Conseil en action, en tant qu’autorité souveraine d’une commune unie.
Ces éléments antérieurs à la décision annoncée dans la lettre représentaient même souvent l’essentiel du message, quantitativement parlant. On le voit par exemple dans une lettre de 1510 à Hermann von Pock, capitaine du duc de Saxe à la Sachsenburg, pour une affaire opposant Herman Krosz, bourgeois d’Erfurt, et Herman Rehard von Atzmannsdorff, sujet saxon. La décision du Conseil, cœur du message, n’occupe que deux lignes sur les treize. Mais le récit des actions du Conseil en séance en occupe plus de cinq, soit le tiers (la moitié si l’on ôte les formules de salutation initiales et finales)(14).

Le récit des actions du Conseil structure ainsi les lettres et construit une représentation du Conseil en action à destination des partenaires. Les lettres étaient l’un des lieux, mobiles, dans lesquels la ville se représentait en tant qu’unité politique et l’une des modalités de représentation, par l’usage du discours qui redoublait un discours s’étant prononcé plus tôt. Les valeurs mises en avant par les conseillers sont les valeurs classiques de la ville : une décision collective, le respect du droit, des procédures et des coutumes, l’enquête pour permettre une décision juste et non arbitraire. Le Conseil est une institution souveraine et supérieure qui protège les bourgeois ou les autres membres de la commune lui ayant prêté serment. Le fondement de la ville est le droit, garanti par le bon fonctionnement d’institutions librement choisies.
Cette représentation était aussi un élément de validation des décisions du Conseil présentées dans les lettres : le rappel des étapes permettait d’affirmer que tout s’était déroulé lors des séances du Conseil selon les règles. Par conséquent la décision et le message étaient justes et légaux. L’enregistrement supprime les échanges entre les conseillers pour ne retenir que le fait qu’il y eût bien délibération. Ainsi les oppositions internes sont-elles effacées. La fabrique du consensus n’est pas montrée ; au contraire, la ville met en scène un consensus toujours déjà là.
Par ailleurs, et c’est doublement important pour Erfurt à la fin du Moyen Âge, ce portrait du Conseil en tant que Conseil rappelle aussi que la ville est bien une commune, autonome, et dotée d’une capacité politique propre. Elle est ainsi légitime à intervenir pour ses bourgeois, mais aussi à faire jeu égal avec ses interlocuteurs. C’est doublement important, car la ville n’est pas une ville libre, c’est-à-dire qu’elle reste sous l’autorité d’un seigneur quand bien même elle a acquis un Conseil, et car la fin du Moyen Âge est un moment défavorable aux villes dans le rapport de force face aux seigneurs : il importe alors de réaffirmer la capacité politique de la ville.

3 – Le Conseil divisé : les délibérations, affrontements internes

Enfin, les registres de correspondance erfurtois ne sont pas que les lieux d’enregistrement d’un discours achevé au profit des conseillers futurs. Ce sont aussi les lieux où s’élaborent les missives : les textes dont nous disposons ne sont pas figés dans leur état final, lisse et conforme à la perfection selon les conseillers. Au contraire, ils nous donnent à voir, dans certaines lettres, le processus sinon de la prise de décision du moins de sa mise en forme et de son affinage. De très nombreuses lettres sont portées sans bavures dans les registres, ou avec des corrections minimales, d’ordre orthographique ou syntaxique, qui interviennent au fil de la plume ou lors de la relecture par le scribe. Mais d’autres sont passionnantes car leur élaboration fut visiblement difficile et est visible dans les registres grâce aux différentes étapes que montrent les ratures, ajouts et autres modifications.
Je me concentrerai sur une seule lettre, la plus riche à ce propos. Cette lettre fut envoyée à Friedrich von Dühne, capitaine du duc de Saxe à Weimar, dans un contexte de crise. Une révolte a éclaté en ville début juin 1509 (c’est lors de cet épisode que les révoltés firent irruption dans la salle du Conseil). Ces troubles internes ont été provoqués tant par la fiscalité, la banqueroute et la mauvaise gestion des conseillers que par la revendication d’un groupe de bourgeois non patriciens de prendre plus de poids dans le Conseil ou d’y entrer, et ont été entretenus par les divisions internes à la ville comme au Conseil entre partisans de l’archevêque, seigneur de la ville, partisans du duc de Saxe, seigneur tout proche avec lequel les patriciens ont tissé de nombreux lien, et partisans des libertés urbaines. Certains conseillers prirent la fuite, et des vassaux du duc de Saxe profitèrent de la confusion pour mener des faides contre la ville ou tout simplement attaquer et rançonner des bourgeois sur les routes(15) . En octobre 1509, plusieurs bourgeois sont ainsi détenus à Weimar, et le Conseil écrit à Friedrich von Dühne pour les défendre. Suite à une réponse, perdue, du capitaine, les conseillers s’assemblent le vendredi 26 octobre 1509 pour rédiger leur réponse(16). C’est cette réponse que je vais étudier.
Les très nombreuses ratures montrent bien que la rédaction fut difficile et se fit en nombreuses étapes et corrections. On voit clairement les ajouts intra-linéaires ou marginaux, parfois eux-mêmes biffés dans un second temps, les ratures et les hachures. Les différentes étapes d’achèvement sont aussi scandées par la signature « Rath und erwelthe/gewelthe zu Erffurt » qui figure à trois reprises sur le document, montrant ainsi que deux moments de clôture de la rédaction ne furent que provisoires : la lettre fut recommencée, puis complétée par un inseratur. Cela montre assez que la lettre fut difficile à rédiger, ce qui s’explique aisément puisqu’on est en période de crise tant avec l’extérieur qu’à l’intérieur de la ville. Le refus de la convocation était formulé une première fois puis légèrement modifié et complété, avant d’être barré. Une troisième formulation était écrite en marge et annoncée dans le texte par un #, et était enfin complétée par un ajout interlinéaire, introduit dans la phrase par ˄, dans un espace très serré. Il y avait donc premier jet, correction, rature de l’ensemble, note marginale, et sa correction, pour que la ville refusât d’envoyer en mission les deux bourgmestres ensemble. Cette précision rappelait les distinctions internes au Conseil et le poids plus grand, symbolique et politique, de certains hommes que la ville ne pouvait risquer de voir retenus en otage. La demande devait être refusée car elle était illégitime et dangereuse pour Erfurt, et contraire au droit de la ville. Les hésitations au niveau de la formule de salutation ou de celle octroyant le conduit montrent l’élaboration collective d’un rapport de force favorable à la ville et la nécessité de bien rappeler le statut de la ville comme acteur politique.
Les enjeux de la rédaction de cette lettre n’étaient pas simplement d’établir un rapport de force avec le capitaine pour mieux le convaincre : il s’agit aussi de faire émerger une voix unique du Conseil alors même qu’il est totalement divisé et qu’aux conseillers se sont ajoutés les Erwehlten, les Elus, représentants des paroisses et quartiers institués pour porter la parole des bourgeois protestataires en juin 1509. Brisons tout de suite le suspens : la lettre fut inefficace. La réponse du capitaine est perdue, mais le ton en fut suffisamment comminatoire pour que les conseillers avec leurs deux bourgmestres se rendissent le 27 octobre à Weimar.

Le premier des désaccords concernait la formulation de l’argument juridique opposé à la convocation de Friedrich. Les conseillers invoquèrent d’abord le droit urbain (« Statrecht »), qui devint ensuite les « Stat Bucher » (livres du droit urbain), qui contenaient et prouvaient ce droit, puis les « Statuta » (statuts), avec la mention que le Conseil ne ferait rien qui leur fût contraire, ce qui affirmait la force supérieure de ce droit sur toutes les autres contingences. Le tout fut ensuite barré pour être remplacé par quelques lignes qui justifiaient finalement le refus par les usages de la ville : « wir abber desselben an unser gemeyn keyne volge hab[e]n erlang[en] müegen, auch der geprauch mit esz unser oberst[en] Regent[en] des sittzend[en] Raths zu tag[en] zuschicken »(17). L’incapacité à trancher le désaccord sur la conception du droit est dépassée par le choix de parler des usages : c’est un échec à se mettre d’accord sur le droit, mais c’est une réussite dans le sens où les conseillers trouvent un terme faisant consensus.
La révolte était classiquement une révolte politique sous des habits économiques : les contestataires reprochaient aux conseillers leur gestion et entendaient prendre en charge le bien commun qu’ils considéraient oublié par les patriciens. Octobre 1509 était, aussi, un contexte de crise de la définition du droit erfurtois, les institutions de la ville et la commune elle-même(18). Les contestataires entendaient aussi modifier le droit urbain, fruit d’équilibres et de rapports de force qui avaient été compromis et devaient être renégociés. Des hommes furent élus pour représenter la population auprès des conseillers et conserver le bien commun (les « Erwehlten ») ; ils se présentèrent comme les véritables amis de la commune(19). Finalement, au début de l’année 1510, une nouvelle constitution urbaine (« Regiment ») fut mise en place, qui dura jusqu’en 1516.
Les variations lexicales dans la lettre à Friedrich rendent compte des courants qui s’affrontèrent alors : « Stat Bucher » plutôt que « Stadtrecht » montre la préférence pour un droit qui pouvait être modifié. « Statuta » est un terme qui n’apparaît guère dans les sources antérieures, qui parlaient plus volontiers des privilèges, libertés et coutumes de la ville – « und bey unsern privilegien freiheyten und alten herkomen pleiben », insistait d’ailleurs la lettre un peu plus tard(20). Il est en revanche caractéristique des chroniques du XVIe siècle, qui émanent très certainement du milieu qui entra au Conseil en 1509 et qui était issu du groupe des « Erwelten »(21). Le terme de Statuta était aussi le terme utilisé en 1510 pour désigner le droit urbain lorsqu’il fut amendé après la révolte(22). Le mot semble donc appartenir au vocabulaire du groupe qui s’opposait aux anciennes élites gouvernantes discréditées. La force de ce groupe, présent de façon certaine lors de la rédaction de la lettre, puisqu’elle fut signée par le Conseil et les Élus, ne fut cependant pas suffisante en octobre 1509 pour imposer ce nouveau vocabulaire et le Conseil choisit finalement d’insister sur les coutumes, spécificité urbaine, face à l’arbitraire seigneurial.
Les variations montrent cependant que les Erwehlten étaient en mesure de faire entendre leur voix dans les débats consulaires, même si ce ne fut que provisoire. L’échange portait certes sur l’efficacité ultime du message, mais elle rendait aussi visibles des conceptions variées du droit et surtout des ambitions gouvernementales incompatibles. Les débats que l’on peut lire dans ce brouillon montrent ainsi les divisions internes et la mise en échec de la faction contestatrice dont le lexique ne fut pas adopté. La division très forte entre les patriciens, qui n’avaient pas encore tous quitté la ville, les anciens conseillers moins importants et les nouveaux venus qui contestaient l’autorité ancienne se voit dans le désordre des pages et se lit dans la concurrence du vocabulaire.
On le voit également lorsque les conseillers convoquèrent l’autorité du seigneur de la ville, l’archevêque de Mayence, pour menacer le capitaine de sanctions(23). Dans une situation financière dramatique et militairement affaiblie, Erfurt avait besoin de la protection de l’archevêque et une partie du Conseil le jouait ici contre le duc : Friedrich était un officier du second et ses actions contre la ville visaient aussi à étendre l’influence du duc. Nuire au commerce erfurtois était aussi soutenir l’essor des foires de Leipzig. De plus, les attaques contre les convois marchands erfurtois entamaient l’autorité seigneuriale de la ville et sa capacité à faire respecter l’ordre et la paix des routes par son conduit. En attaquant l’autorité d’Erfurt, le duc de Saxe entendait faire pièce à l’archevêque dont les possessions dans le bassin thuringien constituaient une enclave au milieu des territoires wettins.
Ce rappel de l’autorité et de la protection de l’archevêque n’était pas destiné qu’à Friedrich et au duc. Le Conseil était fortement clivé : les patriciens étaient partisans du duc et d’une intervention de ce dernier contre les émeutiers, alors que les Erwehlten en tenaient pour l’archevêque et étaient opposés au rapprochement avec la Saxe. Pour eux, la collusion des patriciens avec le duc était une trahison du bien commun(24). Là encore, ils ne parvinrent que momentanément à s’imposer : la mention fut supprimée. La majorité des conseillers préféra ménager l’autorité urbaine et ne pas redonner trop de poids à l’archevêque.
Les divisions internes au gouvernement urbain, et soigneusement cachées hors de la salle de réunion du Conseil, sont ici révélées. L’analyse des registres de correspondance plutôt que des lettres effectivement envoyées rend possible l’accès à la fabrique des lettres et à un aspect de la ville mal connu, car caché : les divisions au sein des élites dirigeantes, lors des séances du Conseil. Le même texte, selon qu’il était écrit pour le Conseil ou pour un autre, donnaient tantôt une image dynamique du Conseil, tantôt une image idéale et d’un bloc. La parole du Conseil était peut-être univoque et assurée dans le message délivré, elle était autrement multiple et tâtonnante dans la production du message qui rend visible l’hétérogénéité du Conseil.
La délibération est bien une négociation, un débat contradictoire, et donc l’établissement d’un rapport de force entre plusieurs avis, options de rédaction, émanant de diverses factions. Les équilibres internes sont instables, jamais figés, et évoluent au cours du temps. Lors des séances du Conseil s’affrontaient différentes perceptions de la ville, de son rôle, de son identité, de sa place par rapport aux autres acteurs politiques régionaux et impériaux. Ces différences surgissent avec force lors des périodes de crise, qui sont aussi des périodes de redéfinition de la commune. Elles se marquent dans les registres par la rupture avec une écriture qui semble fluide et aller de soi, sans contradiction. Dans les registres erfurtois, la délibération surgit, partiellement du moins, lorsqu’elle fut difficile.


La délibération des conseillers erfurtois ne fit probablement pas l’objet d’un enregistrement pour elle-même, mais elle en fut pas moins notée, soit réécrite autant que dans les Ratsprotokolle (registres des Conseils) d’autres villes, soit prise en note à la volée, au rythme des débats et des étapes de la production écrite résultant de ces délibérations.
Elle figurait doublement dans les registres : sous forme d’échos parfois raturés, traces et brouillons qui n’étaient pas envoyés, et grâce au contenu des missives finales, qui circulaient ensuite. La missive finalement envoyée effaçait les tensions internes au Conseil mais conservait les échanges et une contradiction externe au Conseil, ce qui permettait en retour de magnifier le Conseil, représenté comme instance décisionnelle une et indivisible. Le récit des actions du Conseil structure les lettres et construit une représentation du Conseil en action à destination des partenaires. La mise en scène de la délibération est un des enjeux de la représentation. Se montrer en Conseil, et se parer des qualités du bon gouvernement, contribuait à asseoir la légitimité de la domination du Conseil aux yeux des correspondants.
Les registres erfurtois sont en outre des lieux d’élaboration où les variations, cachées ensuite, laissent deviner les échanges entre conseillers et les équilibres mouvants entre factions, et donnent accès aux différentes représentations entre lesquelles les conseillers ont oscillé.
La typologie traditionnelle des sources doit donc être dépassée. L’enregistrement de la délibération a pu emprunter des voies détournées, et servir d’autres buts que la seule mémoire du Conseil. Et c’est bien au travers des registres, quels qu’ils soient, que surgit la délibération, dont l’enregistrement ne sert pas que la mémoire du Conseil et répond à des logiques multiples.

 

Notes

(1) Burgenses, quibus dispensatio reipublice eiusdem civitatis Erfordensis est credita, acte du comte de Gleichen, 1212, Urkundenbuch der Stadt Erfurt, I, C. Beyer (éd.), Halle, Hendel, 1889, n°72 p. 34-36.

(2) Sur la mise en place du Conseil, voir en particulier Stephanie Wolf, Erfurt im 13. Jahrhundert. Städtische Gesellschaft zwischen Mainzer Erzbischof, Adel und Reich, Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau, 2005.

(3) Andreas L. J. Michelsen, Die Rathsverfassung von Erfurt im Mittelalter. Eine Urkundliche Mitteilung als Programm zu der 3., am 30. Juli 1855 in Erfurt zu haltenden Generalversammlung des Vereins für thüringische Geschichte und Altertumskunde, Jena, Frommann, 1855.

(4) Stadtarchiv Erfurt (désormais StAE), 0-1/I-114.

(5) Landeshauptarchiv Sachsen-Anhalt, Magdebourg, Rep. Cop. 1373a (vers 1490) et StAE 1-1/Ia-44 (1589).

(6) Reproduction sur http://www.erfurt-web.de/Tolles_Jahr_von_Erfurt_1509/10 (dernière consultation le 14 janvier 2019).

(7) StAE 1-1/XXI/1a-1a (3 volumes 1427-1456), 1-1/XXI/1a-1b (4 volumes 1475-1500) et 1-1/XXI/1b-1b (t. 1-4, 1472-1511).

(8) « venus devant nous », « devant nous dans notre Conseil », « nous ont rapporté », « … que nous avons parlé avec le nôtre », « nous avons parlé avec nos amis », lettres de 1429 au capitaine Burckhard Kerchberg, capitaine de la ville à Kapellendorf, au Conseil de Naumbourg et au comte de Honstein, StAE 1-1/XXI/1a-1a, t. 1, f. 91 et f. 99, f. 99a, f. 80v. Je traduis.

(9) « Comme nous vous écrivions récemment à propos de… et que vous nous avez répondu que… nous avons bien compris et vous faisons savoir que », lettre de 1430 (deuxième quinzaine d’avril ?) à Adolphe de Gleichen-Tonna, StAE 1-1/XXI/1a-1a, t. 1, f. 106v.

(10) « [nous] vous faisons savoir que nous avons parlé avec notre dit bourgeois à ce propos et que nous lui avons fait entendre votre écrit et il dit que… », ibid.

(11) Ce texte, rédigé en 1504, compile le droit de la ville de Volkach (Franconie). On peut consulter les illustrations ici : http://www.hdbg.de/fra-mitt/german/salbuch/index.html (dernière consultation le 14 janvier 2019).

(12) « Nous bourgmestre et Conseil de la ville d’Erfurt », « devant nous en notre Conseil siégeant », « siégeant au Conseil », « avons fait lire en présence de vôtre [sujet] notre droit urbain », lettre ouverte du Conseil, 11 mai 1450, StAE 1-1/XXX/1a-1a, t. 3, f. 76v.

(13) « avons fait lire en présence du vôtre [sujet] notre droit urbain », lettre au comte Guillaume d’Henneberg, 9 août 1452 ou 1453, ibid., f. 288.

(14) StAE 1-1/XXI/1a-1b, t. 4, f. 79.

(15) Sur la révolte : Theodor Neubauer, Das tolle Jahr von Erfurt, Weimar, Thüringer Volksverl., 1948, Robert Scribner, « Civic unity and the Reformation in Erfurt », Past and Present, 66, 1975, p. 29-60, Ulman Weiß « Das Tolle Jahr von Erfurt », Mitteilungen des Vereins für Geschichte und Altertumskunde von Erfurt, 71/N.F.18, 2010, p. 23-35.

(16) StAE 1-1/XXI/1b-1b, t. 4, f. xxivv-xvv.

(17) « Mais nous n’avons rien voulu exiger de notre commune à la suite de cela, l’usage dans ces affaires est aussi de ne pas envoyer aux diètes le Premier bourgmestre du Conseil siégeant », ibid., f. xxivv.

(18) Le dialogue entre les conseillers et les protestataires ayant fait irruption dans la salle du Conseil est à ce titre remarquable : alors que les seconds reprochent au Conseil d’avoir vendu une forteresse sans l’accord de la commune, le conseiller Henrich Kelner, patricien, rétorque « Mais qu’est-ce qu’une commune ? ». Les protestataires outrés lui rappellent que la commune est la réunion de tous les bourgeois, et Heinrich Kelner réplique alors, en se frappant la poitrine, « Là, là est une commune ! », paroles qui lui furent fatales. StAE 5-100/4, f. 271. 

(19) Ibid., f. 262v, f. 269v.

(20) « et de [nous] en tenir à nos privilèges, libertés et anciennes coutumes », StAE 1-1/XXI/1b-1b, t. 4, f. xxvv.

(21) Ces chroniques sont identifiées comme l’Erfurter Bürgerchronik, texte copié de multiples fois, avec des variations d’un copiste à l’autre. Il circula largement dans le milieu des nouveaux conseillers tout au long du XVIIe siècle. Une version est éditée par Friedhelm Tromm (éd.), Die Erfurter Chronik des Johannes Wellendorf (um 1590): Edition – Kommentar – Untersuchung, Cologne, Böhlau, 2013. La chronique du manuscrit StAE 5-100/4 cité n. 18 en fait partie.

(22) StAE 0-1/I-114, f. 2.

(23) StAE 1-1/XXI/1b-1b, t. 4, f. xxivv.

(24) StAE 5-100/4, f. 265v.

 

Pour citer cet article : Morwenna Coquelin, « Délibération montrée, délibération cachée : l’action du Conseil erfurtois enregistrée dans ses registres de correspondance », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 29/04/2019, https://regidel.hypotheses.org/1164.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search