Les mutations des écritures municipales à Marseille dans les années 1540 : construire des monuments de papier

L’auteur

Auderic Maret est chercheur associé à l’EHESS (Centre Norbert Elias), où il a soutenu en mars 2017 une thèse intitulée Marseille et sa classe dirigeante à la Renaissance (1460-1560). D’une principauté méditerranéenne au royaume de France (dir. J. Boutier).

 

L’article

Il s’agit dans cette contribution d’évoquer la production des archives par le conseil de ville de Marseille dans les années 1540. Rappelons, à tout hasard, que la finalité des registres de délibérations municipales est de consigner sous forme écrite et authentique les dispositions réglementaires du conseil de ville, dans le cadre du droit édictal urbain, la potestas statuendi[1]. L’historiographie a longtemps considéré les conseils de ville à l’aube des Temps modernes comme de simples chambres d’enregistrement des décisions princières. Deux ouvrages récents ont montré que ces sources offrent au contraire une richesse documentaire ignorée[2]. Cette inflexion avait déjà été amorcée par Caroline Fargeix[3]. C’est donc dans cette perspective que je me place, afin de montrer qu’il existe bien aux xvᵉ et xviᵉ siècles une véritable culture politique municipale.

Le conseil de ville ne produit pas que des délibérations municipales, mais de nombreux autres documents, parfois beaucoup plus volumineux : registres de comptes, registres de privilèges, pièces justificatives associées aux comptes … D’ailleurs la frontière entre actes de la potestas statuendiet les autres actes n’est pas nette, et dans plusieurs séances sont insérées des copies d’actes, qui sont en principe mis en codex dans un cartulaire. Ce lien très fort, entre institution notariale et écrit municipal, a été souligné il y a déjà plus d’un siècle pour l’Italie par Pietro Torelli[4]. Tous ces écrits forment un véritable système documentaire. L’anthropologue Béatrice Fraenkel a développé, pour les périodes postérieures au Moyen Âge, la notion de « chaîne d’écriture » administrative[5]. Il s’agit pour cette chercheuse de l’ensemble des documents produits à partir d’un document source. Selon elle, les pratiques gouvernementales sont avant tout des systèmes de circulation de l’écrit entre différents agents à partir d’un noyau central. Cette notion a le mérite – contrairement à la théorie de la communication de Joseph Morsel[6]– de prendre en compte l’ensemble des formes de circulation de l’écrit, aussi bien les écrits officiels, enregistrés dans les livres des privilèges, que les brouillons qui nous sont parvenus ou encore les criées diffusées dans l’espace urbain. Cette notion rejoint en partie les analyses d’Isabella Lazzarini pour les villes italiennes aux xivᵉet xvᵉ siècles. Cette historienne montre que s’est alors développé un « complesso delle scritture pubbliche » entendu comme un système de pratiques scripturaires mettant en relation tous les professionnels de l’écrit qui gravitent autour du pouvoir municipal[7]. J’emploie dans mes recherches l’expression « écritures municipales » pour rendre compte de ce système scripturaire.

A Marseille, les documents municipaux sont rédigés par les deux notaires du conseil de ville, les notaires des deux juges de la ville et les deux trésoriers de la ville élus chaque année : le « trésorier des deniers communs » et le « trésorier des deniers du port »[8]. Les écritures municipales sont donc une œuvre collective et polymorphe, ce qui implique une grande circulation entre les différentes institutions municipales et pas seulement au sein du seul conseil de ville. En effet, la délibération, une fois adoptée par le conseil de ville, peut « circuler » en ville sous d’autres formes que le registre : instruments publics ou criée au coin de certaines rues. Et c’est cette circulation de l’écrit documentaire qui contribue à instituer le gouvernement municipal.

A ces remarques assez générales, s’ajoute une spécificité concernant Marseille dans les années 1540. Cette décennie est marquée par des mutations soudaines et importantes dans les écritures municipales. L’objet de ma contribution est de proposer une première série d’explications. La question à laquelle j’entends répondre peut se formuler ainsi : « Pourquoi les registres de délibérations municipales à Marseille changent-ils soudainement au début des années 1540 ? ». Mon propos s’articulera en trois temps. Tout d’abord, je décrirai assez rapidement les mutations observées. Puis, j’essaierai de donner une première explication à ces mutations : le changement de la fonction du registre des délibérations en serait à l’origine. Enfin, une autre explication (qui n’exclut pas la première) peut être avancée : la volonté de créer un nouveau système d’écritures municipales, dont le but n’est pas seulement de défendre l’honneur de la ville et de l’équipe municipale, même si les registres répondent en partie à cet objectif.

Les mutations à l’œuvre dans les années 1540

Tout d’abord, le format change. A partir de l’année municipale 1542-1543, les délibérations sont consignées dans des registres plus grands, comme nous pouvons le voir ci-dessous (fig. 1). J’ai mis en parallèle le premier registre au nouveau format (reg. BB 35) et le dernier registre complet précédent d’un format plus petit et qui conserve les délibérations des années municipales 1527-1528 et 1536-1537 (reg. BB 33 M).

Fig. 1 – Archives municipales de Marseille (désormais AMM) – Comparaison des registres BB 33M et BB 35 

Ensuite, apparaissent des grotesques et des lettrines dans les protocoles des séances mais également au début de la plupart des affaires exposées ou des délibérations du conseil. Ci-dessous figure le début d’une délibération avec un grotesque (fig. 2).

Fig. 2 – AMM – Un exemple de la nouvelle présentation des délibérations à partir du registre BB 39

Autre mutation importante : l’apparition de la couleur – en fait exclusivement du bleu – dans les registres. Ci-dessous (fig. 3) figure le premier folio du registre BB 39 avec ma transcription. La lettrine R comporte le blason de la ville « d’argent à la croix d’azur ». Pour réaliser ce blason, le scribe a dessiné les contours d’une croix, noirci les quatre quartiers autour et appliqué ensuite la couleur bleue sur l’ensemble, ce qui explique que le blason apparaît comme une croix bleue sur fond bleu foncé. Le reste de la lettrine est composé de motifs végétaux avec un grotesque.

Fig. 3 – AMM – Lettrine au début d’un registre – BB 39 fol. 1r.

Enfin dernière mutation à l’œuvre : la structure des séances reportées. Je propose ci-dessous une comparaison de la structure de deux séances (12 novembre 1478 et 15 mai 1543), puis une étude plus détaillée de la structure de la séance du 16 août 1480.

Fig. 4 – Comparaison de la structure de deux séances du conseil de ville de Marseille

Fig. 5 – Détail du début d’une séance dans les années 1480

Dans les séances de 1478 et 1480, si l’on se place du point de vue de la diplomatique, il y a tout d’abord une congregatioqui précise le lieu, la date, l’heure du conseil ainsi que différents éléments pratiques. Par exemple, le 16 août 1480 il est indiqué que le conseil s’est réuni dans la grande salle de l’hôpital du Saint-Esprit (« in aula domus Sancti Spiritus ») et en présence du viguier royal Vésian de Loménie (« Vesiano de Lomania »). Ensuite, est indiquée une première expositioavec l’orateur ayant fait la proposition, le 16 août 1480 il s’agit de Bertrand de Candole et enfin est inscrite dans la séance la décision du conseil appelée deliberatioou reformatio. En 1543, la structure de la séance est différente. Première grande différence : l’insertion d’une seconde congregatio, la première assez brève n’indiquant que la date et le lieu. Ces deux congregationesse retrouvent à chaque séance. Seconde différence : la liste de présents. Elle est systématique à partir des années 1540. La liste de présents est rare au xvᵉ siècle, et quand il y en a une, elle est toujours en fin de séance et non en début. Ce n’est qu’ensuite que l’on retrouve le couple expositioreformatio/deliberatio.

Après cette première partie – descriptive mais nécessaire – il convient de chercher les raisons des mutations de la source.

Un changement de la fonction du registre de délibérations municipales

La première explication à laquelle j’ai pensé mais qui s’est révélée infructueuse est que les mutations observées seraient à mettre en lien avec les notaires du conseil de ville. Or, il y a une continuité tout au long du premier XVIᵉ siècle : les notaires des années 1520 et 1530 sont les mêmes que ceux des années 1540 et 1550. On ne peut donc expliquer la mutation de la source par un changement du personnel municipal.

Comme je l’ai indiqué dans mon introduction, le registre des délibérations n’est qu’un élément d’un ensemble plus vaste qui constitue les « écritures municipales ». Pour montrer l’évolution de la fonction du registre, ma démarche consiste à envisager l’ensemble des séances de la période 1542-1559 pour considérer ensuite les séances d’une seule année municipale avant de finir par une séance spécifique. L’année 1542 correspond à la date à partir de laquelle les registres sont conservés dans des séries régulières. L’année 1559 correspond à la fin de l’année du règne d’Henri II, qui constituait l’extrémité chronologique de ma thèse. Dernière précision pour la période retenue : l’année municipale commence avec l’entrée en fonction des officiers municipaux le 1er novembre, les élections municipales se déroulent le 28 octobre et l’année s’achève le 31 octobre.

Sur les 17 années municipales considérées (de 1542-1543 à 1558-1559), il y a entre 1 et 12 séances reportées, avec une moyenne de 9 ou 10 séances par an, soit moins d’une séance par mois. Dans le dernier quart du XVᵉ siècle, j’ai recensé entre 110 et 130 séances par an soit une dizaine par mois, avec parfois deux conseils tenus le même jour. La baisse du nombre de séances est donc très importante. Si le nombre de séances baisse, la composition du registre change elle aussi, puisqu’elle ne contient plus seulement des délibérations. Dans le tableau suivant (fig. 6) j’ai pris l’ensemble de l’année municipale 1542-1543 pour montrer que les séances ne représentent plus que la moitié du registre de délibérations – 40 folios sur 81 au total. Dans les années 1480 et 1490, l’ensemble des folios est consacré aux délibérations du conseil. Je précise – pour les années 1540 – que le conseil général des 72 conseillers ne prend aucune décision et qu’il s’agit simplement de la présentation des différents collèges électoraux prenant part le jour même aux élections municipales.

Date

Type d’écrit

Référence

Le jeudi 2 novembre 1542

Séance du conseil de ville

Fol 1r.-4v.

Le jeudi 2 novembre 1542

Création des procureurs de la ville

Fol. 5r.-6v.

Le jeudi 2 novembre 1542

Création des procureurs de la ville

Fol. 7r.-8r.

Le mardi 7 novembre

Enchères pour la gabelle du port

Fol. 8v.-11v.

Le dimanche 12 novembre 1542

Enchères pour la gabelle du vin

Fol. 12r.-14r.

Le dimanche 12 novembre 1542

Enchères pour la gabelle des pestres [farines]

Fol. 14v.-16r.

Le dimanche 12 novembre 1542

Enchères du droit de rompre les carènes

Fol. 16v.-17v.

Le dimanche 12 novembre 1542

Contrat pour fournir la nourriture des prisonniers du ponton du port

Fol. 18r.

Le dimanche 10 décembre 1542

Séance du conseil de ville

Fol. 19r.-22v.

Le mercredi 20 décembre 1542

Séance du conseil de ville

Fol. 23r.-25v.

Le jeudi 8 février 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 25v.-29v.

Le mercredi 15 mars 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 30r.-33v.

Le 22 avril 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 34r.-36r.

Le mardi 15 mai 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 36v.-38v.

Le mardi 15 mai 1543

Nouveau règlement de la boucherie de la ville

Fol. 39r.-44r.

Le jeudi 25 mai 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 44v.-49v.

Le 28 mai 1543

Contrat de maître Louis Serre, médecin de la ville

Fol. 50r. et v.

Le 16 mai 1543

Contrat de maître Jean Gentilli, médecin de la ville

Fol. 51r.-52r.

Le 4 juin 1543

Contrat d’Antoine Belaud, maître des écoles

Fol. 52r.-53r.

Le dimanche 8 juillet 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 53v.-55v.

Le dimanche 19 août 1543

Séance du conseil de ville

Fol. 56r.-60v.

Le 30 août 1543

Remboursement des frais de mission d’Amiel Albertas et de Philippe Félix

Fol. 61r. et v.

Le 28 octobre 1543

Conseil général des 72 conseillers

Fol. 62r.-71r.

Le 28 octobre 1543

Elections municipales

Fol. 74r.-81v.

Fig. 6 – Les séances et autres documents reportés dans le registre BB 35 pour l’année 1542-1543

Le registre de délibérations contient des copies de documents notariés, qui n’étaient pas insérés dans les registres dans le dernier quart du xvᵉ siècle. Par exemple, les registres à partir de l’année 1542-1543 contiennent la copie des contrats passés par le conseil de ville, comme le contrat des médecins de la ville ou celui des maîtres d’école. De même, les remboursements de certaines missions effectuées pour la ville apparaissent, généralement les séjours de l’assesseur ou de certains hommes élus pour aller à la cour du roi ou auprès d’un de ses officiers. Parfois, les séances ne représentent que quelques folios. Durant l’année municipale 1551-1552, les notaires du conseil ont mis par écrit l’exercice politique du conseil en 25 folios (reg. BB 37). Sur ces 25 folios, seuls trois folios concernent les délibérations, les 22 restants sont des copies d’actes divers. A l’échelle d’une année municipale, les séances deviennent moins importantes et les autres actes deviennent prépondérants, ce qui pose d’ailleurs la question de la dénomination du registre. En effet, si l’on peut parler de registres de délibérations municipales pour les années 1480 et 1490, je ne pense pas que l’expression soit judicieuse pour les années 1540, les délibérations devenant minoritaires !

Le registre devient ainsi ce que j’appellerais un « guide de la pratique politique », entendu comme la mise en page de documents utiles à la politique municipale quotidienne et évitant la consultation dans la salle des archives de livres de privilèges ou de comptes. Avec ce registre l’équipe municipale dispose des décisions prises les années antérieures et des documents jugés importants.

Désormais, si l’on « zoome » encore un peu plus et que l’on se place à l’échelle d’une séance que constate-t-on ? Le nombre d’affaires évoquées augmente fortement. Si dans le dernier quart du xvᵉ siècle, il n’y a que deux ou trois affaires évoquées, et parfois une seule, leur nombre augmente fortement dans les années 1540 et 1550, avec une moyenne de 20 affaires par séance. C’est donc la répartition des affaires qui change, leur nombre restant à peu près équivalent quelle que soit la décennie considérée. En effet, étant donné qu’il y a 120 séances par an en moyenne, entre les décennies 1470 et 1490, dans lesquelles sont évoquées deux affaires, cela fait un total de 240 affaires évoquées par an. Dans les décennies 1540 et 1550, il n’y a que 10 séances par an en moyenne mais avec une moyenne de 20 affaires traitées par séance, ce qui nous fait un total d’environ 200 affaires évoquées et traitées par an. Je propose ci-dessous un tableau synthétique (fig. 7) des 19 affaires traitées lors de la séance du 8 février 1547.

Affaire

Exposé

Décision

1èreaffaire

Les maîtres rationaux d’Aix ont installé un maître des ports à Marseille.

La ville va se pourvoir contre la perception d’une traite foraine à Marseille.

2eaffaire

Pierre Cavalier et d’autres « personnages » ont empêché la perception des revenus des gabelles municipales.

La ville poursuivra lesdits individus.

3eaffaire

Barthélémy Candole qui a acheté la gabelle de l’anchorage et du port fait défaut.

La ville nommera des enquêteurs.

4eaffaire

L’assesseur demande remboursement de ses frais pour un voyage à Aix à propos de la traite foraine.

Bullette accordée.

5eaffaire

Problème dans les boucheries de la ville.

Enquêteurs nommés.

6eaffaire

Audition des comptes du trésorier des hôpitaux de la ville et élection d’un nouveau trésorier.

Blaise Doria et Jacques Virelle seront auditeurs des comptes et Jacques Cabre est le nouveau trésorier choisi.

7eaffaire

Frère Marin a prêché tous les dimanches et jours de fêtes de l’année.

Bullette de 100 florins lui est accordée.

8eaffaire

Risque sanitaire exposé par les subrestans de la santé.

Les subrestans devront continuer ce qu’ils ont entrepris.

9eaffaire

Louis Vento s’est rendue deux jours à Aix pour défendre les intérêts de la ville.

Bullette pour un remboursement des frais de 30 sols par jour sera accordée.

10eaffaire

André Verseil et Gaspard Boys se sont rendus à Aix pour défendre les intérêts de la ville.

Bullette pour un remboursement des frais de 30 sols par jour et par personne sera accordée.

11eaffaire

Requête du notaire Jean-Honoré Sicole pour se voir remettre les écritures de feu maître Jean Sicole.

Requête accordée.

12eaffaire

Information d’un procès se tenant au Parlement où Dominique Bilhotte est demandeur.

La ville soutiendra son citoyen.

13eaffaire

Information donnée au conseil : maître Heremite ancien assesseur est en procès devant le lieutenant du sénéchal.

La ville cherchera à avoir de plus amples informations.

14eaffaire

Jaqcues Cartier rend compte de son voyage à Aix.

Le conseil l’enregistre

15eaffaire

Requête de Jean Picard, apothicaire de la ville.

La ville renouvelle son contrat pour une année supplémentaire.

16eaffaire

Requête de Jacques Careffe qui a gardé la chaîne du port du 4 décembre 1542 au 4 février 1543.

Bullette de 4 écus pour deux mois de gages accordée.

17eaffaire

Requête de maître Jaume Dupré, maçon pour 14 jours de travail.

Bullette accordée de la somme due (non déterminée et non inscrite).

18eaffaire

Requête de maître Acasse Rambert pour deux bullettes qui n’ont pas encore été payées.

La somme de 87 florins et 7 sols ainsi que la somme de 48 florins et 8 sols qui lui sont dues seront payées par une bullette de 136 florins et 3 sols.

19eaffaire

Les procès et causes de la ville sont évoqués.

Tout sera fait « au proffict et utillité de la dite ville ».

Fig. 7 – Les 19 affaires évoquées lors de la séance du 8 février 1547, AMM, BB 36, fol. 34v. à 39r.

La question qui reste en suspens peut se formuler ainsi : « Pourquoi répartir autrement un nombre de séances égal ou à peu près égal ? » Cela tient, tout d’abord, au changement de la fonction du registre. Je ne reviens pas sur ce point déjà évoqué précédemment.

Mais une autre raison semble plus déterminante encore. Le registre de délibérations dans les années 1540 devient réellement une réécriture de la parole municipale. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas le cas dans les années 1470, mais le phénomène – qui existait auparavant – est accentué. Le registre ne consigne plus dans les années 1540 qu’une partie des séances et le notaire, qui rédige a posteriorile registre, fusionne des affaires qui se sont tenues vraisemblablement dans des séances différentes. Deux éléments le prouvent. Tout d’abord, le notaire du conseil de ville, qui tient également une étude où il enregistre des actes privés, copie dans certains de ses registres des séances du conseil de ville, qui ne figurent pas dans le registre officiel avec une date différente. J’ai ainsi retrouvé à plusieurs reprises, entre un testament et un contrat de mariage, la copie d’une séance du conseil. Ensuite, il existe des bullettespour la fourniture de vin et de nourriture pour des réunions du conseil qui ne sont pas indiquées dans le registre. Ces réunions sont systématiques avant le conseil général des 72, qui se tient le 28 octobre, jour des élections municipales et sont dénommées « la dinada de las electiones ». Mon hypothèse est donc que le nombre de séances réelles est supérieur au nombre indiqué dans le registre, et que par confort, mais également par discrétion voire par culte du secret, le notaire « charge » les séances reportées avec des affaires antérieures ou postérieures[1].

 

Le registre de délibérations : l’élément d’un système qui est lui-même en pleine restructuration

Si les délibérations deviennent minoritaires dans le registre où elles étaient exclusives auparavant, elles « intègrent » – à partir des années 1540 – d’autres documents produits en dehors du conseil de ville où elles n’étaient pas présentes auparavant. Il s’agit principalement des pièces justificatives des comptes.

Ces pièces justificatives sont principalement composées par les bullettes. La bullette(en latin bolletaou apodixaparfois), est au commencement du processus financier à Marseille. Les trois consuls de la ville donnent injonction à l’un des deux trésoriers – « trésorier des deniers communs » ou « trésorier des deniers du port » – de payer au porteur la somme indiquée sur l’étroite bande de papier présentée. Puis le trésorier concerné inscrit le montant du paiement au dos de la bullette, récupérée auprès du porteur, qu’il conserve. Parallèlement il tient un bulletaireou livre des dépenses, dans lequel il consigne les sommes payées au bénéficiaire de la bullette. A la fin de l’année municipale il remet l’ensemble de ces pièces, qui sont visées par trois à quatre auditeurs quelques mois après la sortie de sa charge. Je propose ci-dessous une bulletteen date du 28 février 1541.

Transcription proposée :

« Nous Phelippes de la Sépète, Hector Antelmy et Jehan Jourdam, consulz à présent et déffenseurs des libertéz de la cité de Masseille, mandons à vous, sire Jehan Perrel, trésorier général de ladite cité comme des denyers de votre recepte comme aves à présent ou procuyers aurés donnés et payés à Jehan Planout, garde dépputé des protes du Lauret et du marché et ce tant# [renvoi du texte en marge] #pour ses gaiges ordinayres pour la nuyt, que extraordinayres du jour de ung moys à comencé le premyer jours du présent moys de février et finy le dernyer dudit à raison de cinq florins le moys, à sçavoyr ff V. Donné à Masseille, soubz noz propres scels, le dernyer jour du présent moys de février, l’an mil Vc XLI, prins à l’incarnation. »

Dedieu                                                                                                            Clerc

Jaume Carryer

Michel Teysère                      

Fig. 8 – Une bullette en date du 28 février 1541, AMM, CC 496

Dans cet exemple classique de bullette, il s’agit du paiement des gages mensuels de l’un des gardes de la ville. Toute dépense est l’objet d’une bullette, ce qui m’a permis de reconstituer ce que l’on appelle aujourd’hui la « politique municipale » avec les enjeux jugés prioritaires par les hommes de cette époque. Si ce type de bulletteexiste toujours à la fin des années 1550, l’année municipale 1544-1545 voit l’apparition d’un nouveau type de bulletteoù le texte habituel (fig. 8), est précédé par une copie d’un extrait de la séance qui a justifié ladite mise en paiement. Je propose ci-dessous (fig. 9) la première occurrence de ce nouveau type de bullette, qui apparaît en novembre 1544. La note au crayon, ajoutée par le conservateur ou l’assistant de conservation « nov. 1543 » est erronée, il s’agit bien de novembre 1544. Au xviᵉsiècle, l’écriture en chiffres romains n’est pas aussi figée qu’aujourd’hui et il est fréquent de trouver pour les unités, les dizaines ou les centaines quatre signes à la suite, ce qui est interdit désormais. Or, le début de cette copie commence ainsi : « L’an mil Vc XLIIII et le treiziesme jour du moys de novembre, au conseilh … » A la copie de l’extrait de la séance, s’ajoute dans le texte de la bullette proprement dite la référence à la décision du conseil « ensuyvant la réfformation du conseil cy-devant ».

Fig. 9 – Première bulletteretrouvée dans les archives municipales incluant la copie d’un extrait d’une séance du conseil de ville

Une première explication à ce nouveau type de bullettepourrait être l’influence de la procédure judiciaire sur la pratique municipale. Cette piste me semble intéressante, mais je n’ai pas le temps de la détailler dans le cadre de cette contribution, de plus il faudrait me lancer dans une comparaison avec les sources judiciaires. L’idée générale est la suivante : il s’agirait par la copie de la délibération de prouver que la somme est due. Cependant, l’explication sur laquelle je me suis penché est l’intensification de la circulation des écrits entre les institutions municipales. Si le registre de délibérations inclut progressivement dans les années 1540 des copies d’actes provenant d’autres institutions, l’inverse est également vrai. Emerge alors une intertextualité. Dès lors, le registre de délibérations n’occupe plus une place centrale dans les écritures municipales. Le registre devient exclusivement un outil politique et non plus « LE » document municipal par excellence, dont la seule fonction serait de faire les louanges de la ville, comme une partie de l’historiographie l’a longtemps considéré.

 

Conclusion : De la construction de monuments de papier à la constitution d’un nouvel espace scripturaire

L’appel à contribution de Regidel était limité aux délibérations municipales proprement dites, je m’arrête donc là en ce qui concerne les mutations des délibérations, mais je reste convaincu qu’une étude des délibérations doit inclure celle des écritures municipales dans leur ensemble puisque ces dernières forment un système. Si je file la métaphore des monuments de papier, je dirais que les années 1540 correspondant à une restructuration de l’espace scripturaire municipal car comme dans une ville les écritures circulent entre les institutions et prennent des formes très variables.

Cette restructuration procède d’une volonté de disposer d’instruments politiques plus efficaces dans la pratique quotidienne, mais peut-être aussi d’une nouvelle idéologie municipale où la discrétion et le culte du secret sont importants. Cependant, cette opacité recherchée n’est pas comme on pourrait le croire le signe d’une classe politique qui cultive l’entre-soi ou qui chercherait à tromper la population de la ville. Il n’en est rien, cette opacité, ou plutôt cette discrétion (le terme me semble moins péjoratif) s’inscrit dans le contexte de basculement de Marseille d’une « commune » à une « bonne ville » dans lequel le roi de France est de plus en plus présent dans le jeu politique local. Il s’agit pour le conseil de ville de donner le moins de prise possible au roi de France, tout en exaltant – par la constitution de registres richement décorés – l’honneur consulaire et en cultivant une certaine munificence.

 

[1]Ce culte du secret est répandu dans les villes européennes à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes. Pour l’espace germanique je renvoie à Wolfgang Kaiser, « Per digitos videre, « Regarder entre les doigts ». Un toposgestuel de la dis/simulation dans l’espace germanique », Rives méditerranéennes, 2004, n° 17, p. 37-61. Une autre étude est disponible à ce sujet pour Venise, il s’agit de Claire Judde de la Rivière, « Du Broglio au Rialto : cris et chuchotements dans l’espace public à Venise (xviᵉ siècle) », in Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt(dir.), L’espace public …, op. cit., p. 119-130.

[1]Pour l’espace français, je renvoie à Albert Rigaudière, « Réglementation urbaine et « législation d’Etat » dans les villes du Midi français aux xivᵉ et xvᵉ siècles », in Albert Rigaudière(dir.), Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993, p. 113-159 et pour l’espace italien nous renvoyons à Massimo Meccarelli, « Statuti, potestas statuendi e arbitrium : la tipicità cittadina del sistema giudirico medievale », inEnrico Menesto (éd.), Gli statuti delle città : l’esempio di Ascoli nel secoloxiv, Spolète, 1999, p. 87-124.

[2]Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, Presses Universitaires de France, 2012 et Olivier christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, et notamment le chapitre I « Des Républiques sans démocratie ? », Paris, Seuil, 2015, p. 13-80.

[3]Caroline Fargeix, Les élites lyonnaises du xvᵉ siècle au miroir de leur langage. Pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon, d’après les registres consulaires, Paris, De Boccard, 2007.

[4]Pietro Torelli, Studi e ricerche di diplomatica comunale, Rome, Consiglio nazionale del notariato, 1980. Il s’agit de la réédition de deux études publiées respectivement en 1912 et 1915.

[5]Béatrice Fraenkel, « Actes écrits, actes oraux : la performativité à l’épreuve de l’écriture », Études de communication, 29/2006, p. 69-93.

[6]Joseph Morsel, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la réponse », inPatrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.), L’espace public…,op. cit., p. 353-365.

[7]Isabella Lazzarini, « Scritture e potere : pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (xiv-xvsecolo) », Reti medievali Rivista, ix, 2008, en ligne, http://www.retimedievali.it.

[8]Chaque trésorerie dispose de ses propres recettes, composées principalement de gabelles et gère ses propres dépenses. A la fin de l’année municipale, le trésorier du port remet ses comptes au trésorier général. Si le trésorier du port  laisse un passif, celui-ci est inscrit comme dépense extraordinaire l’année suivante dans le compte du trésorier général, en cas d’actif, on l’inscrit comme recette extraordinaire. Les archives de ces deux trésoreries sont conservées à partir de 1490, sans que je puisse dire s’il s’agit de la date de la division en deux trésoreries, puisqu’au début du xvᵉsiècle, il n’y a qu’une seule trésorerie. La création a eu lieu entre les années 1400 et 1490 sans que je puisse en dire plus.

Pour citer cet article : audericmaret, « Les mutations des écritures municipales à Marseille dans les années 1540 : construire des monuments de papier », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 30/04/2019, https://regidel.hypotheses.org/1169.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.