Transcrire et reconstruire le débat. De la prise de notes à l’enregistrement de la parole en conseils : l’exemple de Fucecchio (XIIIe-XIVe s.)

L’auteur

Carole Mabboux est membre de l’École française de Rome. Elle a soutenu sa thèse en histoire médiévale, intitulée Cicéron et la Commune. Présences d’une autorité rhétorique et politique dans la culture civique italienne (XIIIe-XIVe s.), en décembre 2016 (dir. G. Castelnuovo et E. Artifoni, Université Grenoble Alpes/Università di Torino). Son projet post-doctoral porte sur les formes scripturaires de restitution du débat politique au sein des communes italiennes aux XIIIe et XIVe siècle. Plus largement, ses recherches se sont orientées vers les cultures civiques et les pratiques rhétoriques communales, ainsi que sur la réception médiévale des figures et concepts antiques.

L’article

L’étude ici proposée appartient à un travail en cours plus large, lequel porte sur la construction du débat politique en norme gouvernementale et identitaire des communes toscanes aux XIIIeet XIVesiècles. Cette recherche prend en compte des sources didactiques, historiographiques ainsi qu’un corpus d’archives (registres de délibérations) sur lequel la présente communication se concentre. Pourquoi s’intéresser aujourd’hui au cas de Fucecchio, commune peu connue et sur laquelle peu d’études ont été réalisées[1] ? Les archives communales de Fucecchio ont la particularité de conserver des documents témoignant de différents stades de transcription de la parole pour plusieurs sessions du conseil urbain, ce qui en fait un cas rare pour cet espace et cette période d’étude. Nous disposons de Libri consiliorum et reformationumrelativement nombreux, qui sont la trace d’un enregistrement officiel des résultats des délibérations ainsi que des votes obtenus ; sont également consultables des registres, plus ou moins bien conservés, dont la rédaction témoigne de degrés de soins divers, correspondant à la prise en notes des interventions des différents conseillers par le notaire. Dans plusieurs cas, nous disposons à la fois de l’enregistrement final et de minutes pour une même série de sessions du conseil[2]. La confrontation de ces sources met en avant le passage d’une parole politique vers une trame scripturaire normée. Elle pointe les conditionnements linguistiques, logiques et ordonnateurs que suppose la transformation des notes en écrit officiel. À travers la mise en parallèle de ces sources, à quels types d’interactions oratoires avons-nous accès ? On observera, dans un premier temps, ce que le registre dit des attentes juridiques et politiques de la délibération. Puis, on insistera sur l’empreinte, à la subjectivité parfois perceptible, du notaire sur ces sources, entre consignation dans l’écrit et homogénéisation des discours. Enfin, on remarquera que l’enregistrement des délibérations donne à voir des rapports de force entre citoyens plus qu’une dialectique politique ou civique.

Fucecchio est située sur l’Arno, à égale distance de Lucques et de Florence. La ville, qui s’est dotée d’institutions communales à la fin du XIIesiècle, compte environ 2500 habitants à la fin du siècle suivant, alors que commence notre étude[3]. Les citoyens inscrits dans les cinquantine, selon des critères censitaires, peuvent participer au parlamentumet ont la capacité d’élire le Conseil, lequel est formé de soixante membres[4]. Jusqu’au début du XIVesiècle, Lucques domine cette ville, dont elle nomme les podestats[5]. Fucecchio se détache de cette tutelle en 1314, quelques mois après que le gibelin Uguccione della Faggiola s’est imposé à la tête de Lucques[6]. Fucecchio affirme alors son appartenance guelfe en s’alliant à Florence, à laquelle elle finit par se soumettre en 1330.

L’Archivio storico comunale de Fucecchio conserve des registres de délibérations (avec de nombreuses lacunes) à partir de l’année 1281. Pour cette communication, un corpus de sept unités archivistiques a été retenu, témoignant de phases différentes de la prise en notes puis de l’enregistrement des délibérations[7].

 

  1. Enregistrer la délibération

On ne connaît que deux phases dans l’enregistrement des délibérations à Fucecchio aux XIIIe et XIVesiècle : d’une part, une minute gardant le maximum de notes possibles, relativement ordonnée, sur papier ; d’autre part, une seconde version, destinée à la conservation, presque toujours sur papier elle aussi, qui intègre le formulaire juridique et supprime une partie des interventions non mises au vote.

Parmi les documents sélectionnés, on peut se pencher sur deux étapes chronologiques pour lesquelles plusieurs phases de l’enregistrement ont été conservées. Elles permettent, de ce fait, une première comparaison :

  • Le début des années 1290, pour lesquelles un enregistrement final est disponible[8], ainsi que deux minutiers, vraisemblablement réalisés par des notaires différents[9].
  • L’année 1331/1332, date à laquelle Fucecchio est déjà sous tutelle florentine et pour laquelle est conservé un enregistrement final (liber consiliorum et reformationum)[10]de même qu’une partie des minutes qui lui correspondent[11].

Initiant l’observation des documents par les formes les plus avancées de l’enregistrement à notre disposition, nous reviendrons dans un second temps sur l’étape de prise de notes qui les précède.

 

Année 1290

Le registre CF 5 réunit 22 folios, qui couvrent une période d’environ un mois. Il n’a pas été placé sous le nom d’un notaire ; on remarque une mise en page soignée et une écriture régulière. Selon un modèle relativement classique, les folios sont toujours organisés de la même façon : formules officielles d’introduction du conseil, présentation de l’ordre du jour, prise en note d’une seule intervention (avec rappel dans la marge du sujet traité) puis approbation de cette proposition par un vote de sedendo ad levandum, sans précision du nombre de voix. Les interventions sont très courtes, résumant au plus rapide la teneur de ce qui sera voté.

Seuls deux types de cas supposent l’enregistrement de plusieurs interventions (qui ne dépassent jamais le nombre de deux) :

  • Soit parce qu’un second orateur apporte un complément à la proposition mise en vote, lequel sera voté conjointement à la première partie de cette proposition.
  • Soit parce que la proposition mise au vote rencontre une opposition directe. Le notaire ne relate pas de seconde proposition et se contente de signifier le refus d’un conseiller à travers une forme préétablie (consulendo dixit quod nichil fiat de predictisou dixit quod nihil inde fiat). En ce cas seulement, le mode de délibération change : au lieu de voter par assis et levé, les conseillers votent en utilisant une urne (pisside). Le décompte des voix est précisé, en nombre de quartasola dans l’urne blanche[12]. Une majorité qualifiée rassemblant au moins deux tiers des voix est nécessaire pour valider une décision.

Les réunions du conseil se tiennent dans des lieux variés, précisés en introduction des délibérations. Le plus souvent, elles sont organisées à l’hospice Sainte-Marie, d’autres fois dans des maisons privées.

 

Année 1331/1332

Lorsqu’on la retrouve une quarantaine d’années plus tard, Fucecchio a changé de tutelle et est désormais soumise à Florence. Le registre CF 124 réunit 102 folios pour couvrir le premier semestre de l’année 1331/1332 (style de Pâques). Le notaire, Ranuccio di Guidone da San Miniato signe son registre, indiquant conjointement le nom des podestats en charge[13]. La structure reste inchangée. Ranuccio ne suit pas strictement l’ordre chronologique dans sa consignation, puisqu’il rassemble les différents actes liés à un vote (transcription d’une lettre ou prestations de serment, par exemple).

Quelques différences apparaissent toutefois par rapport au registre CF 5. Le conseil est désormais doté d’un lieu propre : la logiade la commune[14]. Chaque séance est conclue par un vote ou par l’approbation de la mise en œuvre d’une décision votée lors d’une précédente séance. Désormais, le recours aux urnes est systématique. Suivant une procédure courante dans la Toscane florentine, le vote se fait par pallocta(bille) déposée dans une urne blanche (pour signifier l’accord) ou rouge (signifiant le désaccord)[15]. Tout comme au début des années 1290, une seule intervention est enregistrée pour chaque proposition mise au vote. Néanmoins, le notaire indique dorénavant systématiquement les oppositions de façon chiffrée, en relevant le nombre de votes approbateurs comme désapprobateurs.

Que décide-t-on dans ces conseils ? Les registres cités laissent principalement apparaître des discussions traitant de la distribution des charges et de la fixation des salaires afférents. Les conseillers discutent régulièrement des dépenses de la commune, notamment lorsque des travaux sont envisagés. Enfin, dans les années 1290, se pose parfois la question des rapports financiers et humains entretenus avec Lucques.

Quelle perception des délibérations se dégage de ces registres ?

Ces documents renvoient l’image d’une grande régularité du principe délibératif. Une seule procédure de discussion et de vote est perceptible, toujours répétée de façon identique. Le vocabulaire utilisé est fixe, transmis par un formulaire. Celui-ci décrit des comportements normés (surgens, dixit, consuluit), à travers une parole elle aussi normée : un lexique pauvre et une syntaxe minimale, entièrement fondés sur un référentiel qu’est l’ordre du jour. Toute intervention n’est qu’une variation de cette première formulation. La régularité graphique de restitution des interventions donne également l’illusion d’un rythme de décision cadencé.

Les registres donnent à voir l’efficacité du gouvernement urbain. La restitution du notaire présente toute intervention comme destinée au vote et, généralement, à l’enregistrement légal. Le fait d’assimiler plusieurs séances du conseil et de les grouper derrière un seul vote accentue cette efficience de l’institution – tout en accroissant, fictivement, l’irrégularité du rythme de convocation du conseil.

La collégialité est organisée par une individualité ordonnatrice. Toute séance conduit à une approbation collective, sur la base de solutions émanant individuellement d’un membre du conseil. Sur l’ensemble des sessions, le nombre de citoyens intervenant est très limité. Le formulaire restreint leur rôle à celui d’énonciateurs (d’une proposition soumise à la délibération ou d’un énoncé stéréotypé d’opposition). La collectivité des citoyens est effacée dans l’enregistrement derrière la dimension administrative de la Commune (personnifiée par le podestat) par une structuration hiérarchique de la parole distinguant celui qui la donne de ceux qui la prennent. La forme du registre présente la Commune en institution productrice de droit plus qu’en rassemblement civique.

Le débat est absent de ces sources. En 1331/1332, les sessions se limitent à une proposition unique, soumise à approbation, dont l’issue est systématiquement positive. La parole retenue est celle qui est qualifiée juridiquement. Le formulairechoisi met en avant une efficacité légale (justifiée par la majorité chiffrée des voix) plus que d’un consensus. En effet, alors que dans le registre CF 5, des années 1290, le notaire aimait régulièrement préciser qu’une décision était prise per maiorem partem consilii ou nemine discordante (sans indication du nombre de voix), ce vocabulaire de l’unanimité est absent des enregistrements dans les années 1330.

Malgré cette structure légale globalement stable, le rôle du notaire n’est pas réductible à une simple transposition juridique.

 

  1. Transcrire le débat : la latitude du notaire

Pour mettre en avant les jeux de recomposition appliqués par le notaire, comparons ces enregistrements à l’étape scripturaire qui les a précédés : la prise de notes transmise par les minutiers.

Pour les années ciblées précédemment, nous disposons de trois minutiers : le cahier CF 4, qui rassemble 42 folios (pour une période de deux mois en 1290), n’indiquant pas un notaire pour l’ensemble des notes mais donnant le nom de Francesco lors d’une séance[16] ; le cahier CF 6, anonyme, qui rassemble 44 folios (pour un semestre, en 1290) ; le cahier CF 125, copie préparatoire au registre CF 124, rédigé par Ranuccio di Guidone da San Miniato en 1331/1332.

Plusieurs points communs réunissent visuellement ces cahiers : leurs nombreuses ratures[17], la pluralité des intervenants[18]et la préparation des pages en amont, que laissent deviner des changements d’encre ou des espaces vides mal évalués.

Parallèlement, tous trois dépeignent une activité délibérative du Conseil sensiblement différente de celle qu’évoquent les registres :

  • Les minutiers mettent en exergue une fréquence soutenue des réunions, bien plus que ne le laissent voir les registres finaux. Le cahier CF 4 indique, par exemple, que le consilium generalede Fucecchio se réunit en moyenne tous les deux jours.
  • Les réunions sont plus fréquentes et apparaissent plus denses. Souvent, l’intervention unique relatée par le registre final n’est qu’une parcelle des prises de parole que transcrivent les minutiers. Non seulement les intervenants sont plus nombreux, mais un même orateur peut intervenir plusieurs fois au sujet d’une même proposition de délibération.
  • Les séances apparaissent peu cadencées dans les minutiers en regard de l’enregistrement final. Certaines réunions trop longues ou infructueuses sont interrompues, avant de reprendre quelques jours plus tard. La longueur des interventions est très variable et la prolixité de certains conseillers respecte mal la division des points abordés proposée par l’ordre du jour. La réorganisation thématique des prises de parole par le notaire dans le registre final tend à atténuer cet enchevêtrement des discours.
  • Les minutiers révèlent des échecs de la délibération. Certaines propositions mises à l’ordre du jour conduisent à une impasse, les conseillers semblant ne pas arriver à se positionner[19]. Leur inaboutissement légal conduit ces échanges à disparaître des registres finaux.

Minutiers et registres ne donnent pas à voir les mêmes expériences délibératives, en raison de leur inégale destination pratique. Cette disparité souligne le rôle de médiation et de reformulation des notaires, qu’ils appliquent collectivement en fonction d’objectifs pragmatiques et légaux mais également selon des habitudes et des cadres culturels individuels.

En effet, malgré une structure et un lexique stéréotypés, la comparaison des minutiers pointe des méthodes de travail distinctes d’un notaire à l’autre. Celles-ci manifestent des parcours professionnels et scripturaires (en chancellerie et au-dehors) ainsi que des espaces de formation variés. Parmi les marqueurs de cette pluralité de pratiques, portons ici notre attention sur trois indices : les formulaires, les marques de copie et la consignation du vote.

  • Les formulaires suivis sont disparates. Nous mettons ici en parallèle les formulaires utilisés pour les années citées précédemment et un minutier de l’année 1320, le cahier CF 31. Celui-ci permet, en effet, par son originalité, de nuancer la permanence des formules utilisées et de souligner l’existence de modes de personnalisation.

 

Formules introductives des séances

CF 4 :Generali consilio communis Fucecchi ad sonum campane et vocem preconis in domo X more soluto congregato de mandato X proposuit fuit in dicto consilio […].

CF 6 (version longue) : Consilium communis Fucecchi in domo hospitalis pauperum sancte Marie de Fucecchio ad sonum campane et vocem preconis ut moris est congregatum, habitum et detentum per nobilem et sapientem militem dominum X, potestatem communis Fucecchi.

CF 6 (version courte) : Consilium communis Fucecchi.

CF 31 :Convocato et congregato generali consilio communis ad sonum campane et vocem preconis ut moris est in lodiam seu apotecam communis in quo grandi consilio interfuerunt due partes et ultra dictorum consiliarium, etc.

CF 125 :Congregato generali consilio communis Fucecchi ad consilium in logia ipsius communis ad sonum campane vocemque preconis ut moris est, mandato nobilis et prepotentis viri X honorabilis potestatis communis Fucecchi, de consensu voluntate et praesentia dominorum Antianorum dicti communis. Dixit et proposuit in eo consilio X quid videtur et placet dicto consilio et hominibus ipsius, fieri et provideri. Cum deliberatione sit […].

Formules introduisant les points à discuter

CF 4 et CF 6 :Item proposuit fuit/est in dicto consilio [per dominum potestatem] quod …

CF 6 :Super…

CF 31 :Provideatur…

CF 125 :Si videtur et placet [dicto consilio et hominibus ipsius] fieri et provideri quod […] eligant et consulant.

Formules introduisant les prises de parole

CF 4, CF 6 et CF 31 : X dixit/consuluit quod…

CF 125 :X, unus de consiliaribus dicti consili, surgens ad consulendum super dicta proposita dixit et consuluit quod…

Formules d’enregistrement

CF 4 :Obtemperatum [et reformatum] est secundum dictum suprascripti X [per maiorem partem consili /nemine discordante]

CF 6 :Victor/signe(en marge)

CF 31 :Victumfuit per […] palloctas repertas in pisside alba.

CF 125 :Obtemperatum per […] palloctas pro sic, non obstantibus […] in contrarium.

 

L’économie de mots est très variable d’un minutier à l’autre. Alors que Ranuccio di Guidone (CF 125) développe presque intégralement ses formules dès sa prise de notes, le notaire du cahier CF 6 structure son texte a minima, concentrant son travail présentiel en conseil sur la transcription de l’inédit et l’imprévisible, c’est-à-dire les interventions orales, aux dépens de l’invariant que constitue le formulaire. Ce dernier est maintenu, chez ce notaire, par d’autres formes que le texte : dans le cahier CF 6, les marges sont régulièrement utilisées pour l’insertion de signes, symbolisant les phrases qui devront être rétablies dans un second temps pour développer la structure de la séance délibérative. La comparaison des minutiers de ces deux notaires pointe des degrés divers d’abstraction de la restitution, à travers un attachement inégal au véhicule textuel. La prise de notes du cahier CF 6 utilise un langage symbolique et idéel que Ranuccio transcrit en mots[20].

  • L’avancée du travail de copiede la minute vers l’enregistrement n’est pas gérée de la même façon par les notaires. Le scripteur du cahier CF 4 maintient son texte intact une fois qu’il l’a consigné en une forme légale normée dans le liber consiliorum. À l’inverse, comme nombre de ses collègues, le notaire du cahier CF 6 raye chaque séance du conseil dans son minutier une fois la copie réalisée. Ranuccio transcrit son travail de sélection préalable à l’enregistrement, en rayant non pas ce qui est copié mais ce qui ne doit pas apparaître dans la forme finale du texte – à savoir les interventions n’ayant pas reçu de validation légale.
  • La consignation du vote manifeste une importance variable donnée au dénombrement des voix. Comme nous l’avons vu, en 1290, le cahier CF 4 consigne le plus souvent des votes de sedendo ad levandum– et dans des cas plus rares, des votes utilisant une urne. Or, le notaire ne donne pas toujours les résultats chiffrés des votes par assis et levé. Étrangement, ces décomptes paraissent aléatoires dans son texte. Aucune règle évidente n’explique pourquoi certains votes justifient un dénombrement : est-ce lié au contenu des interventions ? à l’énonciateur ? Le dénombrement présent dans ce minutier ne correspond pas à une volonté de consignation ; il tient plutôt à la présence en marge de certaines délibérations de signes graphiques servant de support de pointage à l’énumération. Le notaire, durant le vote, facilite son comptage en réalisant à l’encre une série de points correspondant à un nombre de voix, à côté de la proposition concernée. Le cahier CF 6 présente le même type de marques, qu’on ne retrouve plus dans les minutiers postérieurs utilisés ici. Le dénombrement des votes n’étant pas un attendu de l’enregistrement final en 1290, souvent le notaire ne décompte pas les voix en totalité et arrête son comptage dès l’émergence d’une majorité. La valeur légale de l’enregistrement des scrutins est, à l’inverse, présente dans les registres de Fucecchio des premières décennies du XIVesiècle. On peut donc présumer une évolution de l’importance donnée à l’exposition chiffrée duvote.

Le travail du notaire témoigne des usages en cours, de sa formation, mais également de sa propre insertion dans le corps civique et de sa conception – ou plus largement de celle de ses concitoyens – de ce qui importe dans la restitution finale des conseils : sont-ce les décisions prises ? le fait qu’elles aient suscité le consensus ? la transparence du fonctionnement citadin ? Parallèlement à un rôle de reformulation, le notaire manifeste par son texte un ensemble d’attentes légales et discursives que la Commune a d’elle-même. Il y adjoint des modulations personnelles, par sa mention directe ou par des formulations indirectes.

Le notaire rapporte son propre rôle dans les conseils au détour de quelques séances, par les lectures qu’il réalise pour l’assemblée ou les traductions dont il a la charge[21]. Son travail de reformulation le conduit à sélectionner et organiser les discours tenus en assemblée, opération à travers laquelle s’exprime sa subjectivité, malgré un formulaire contraignant. Parmi quelques expressions indirectes de sa plume, on peut noter dans le cas de Fucecchio :

  • Des explicitations, précisant notamment les modes de réalisation des mesures votées. La transcription des propos d’un conseiller sont alors complétés de façon conséquente dans le registre final par rapport au minutier. On le constate par exemple, en comparant les deux versions écrites de la séance du 2 janvier 1331, durant laquelle les conseillers doivent choisir des crieurs publics et fixer leur salaire. Dans le minutier, la délibération porte seulement sur la somme à verser et sur l’impossibilité des crieurs de quitter la ville sans en informer le podestat[22]. Trois conseillers interviennent : Bertoldo Oddolini (qui exprime un avis sur les salaires), Chello Pardi (dont l’intervention n’a pas été prise en note) et Puccino Cei (qui s’exprime sur les salaires et les absences). Dans la version finale, le notaire insère dans l’intervention de Puccino (qui est la seule retenue, car votée) un ensemble de considérations générales décrivant les charges qui seront demandées au crieur. On peut supposer que ces propos n’ont pas été tenus par Puccino, mais que l’enregistrement est l’occasion d’apposer un visa légal sur la description d’un office.
  • Une réorganisation dialectique et une simplification logiquedes interactions. Au sein des minutiers, on ne rencontre que rarement des oppositions frontales entre conseillers, l’un refusant en bloc la proposition de son adversaire. Si l’on se fie aux transcriptions, les opposants ne s’arrêtent généralement pas à une négation, formulant plutôt une contre-proposition. L’enregistrement modifie la nature des interventions. À travers les minutiers, on observe une dynamique de construction collective des propositions mises au vote, par ajouts successifs de précisions et de modifications. Or, pour l’enregistrement, une seule intervention est retenue – généralement, la dernière prise de parole ayant porté la proposition qui a emporté les votes – et est présentée comme une affirmation, alors qu’elle n’a souvent été formulée que comme une précision ou un ajustement. L’enregistrement final a tendance à effacer toute élaboration collective. Il supprime les formes du dialogue mais également la structure dialectique des délibérations. En outre, le notaire engage, dès sa prise de notes, un ensemble de simplifications logiques, sur lesquelles l’impact de sa subjectivité peut être discuté, notamment lorsqu’il assimile les avis de plusieurs conseillers derrière l’abréviation idem.
  • Une possible sélection des interventions. Il est fréquent que les noms de conseillers apparaissent dans les minutiers, sans pour autant que leur propos ait été transcrit, le notaire laissant un espace vide. Ces manques sont difficiles à interpréter : la personne a-t-elle finalement renoncé à prendre la parole ? est-elle allée dans le sens d’un prédécesseur, n’apportant pas de nouvelles considérations au débat ? ses propos paraissaient-ils non pertinents ?

Face à de telles inconnues, peut-on considérer les sources délibératives comme des témoins des débats en conseil ? Quel éclairage peuvent apporter ces sources sur les interactions sociales au sein du corps civique ?

 

  1. Les registres de délibérations, témoins des débats en conseils ?

Dans le cas de Fucecchio, on ne peut pas considérer spontanément les registres comme des témoins de débats : le contenu de ces derniers est effacé, tout argumentaire est supprimé ou lissé par les reformulations notariales, y compris au sein des minutes. Les registres transcrivent des avis, mais pas des argumentaires. Pourtant, des spécificités du rapport dialogiques se maintiennent : l’opposition est perceptible, une partie des interactions reste visible, perçue notamment à travers la répartition de la parole entre les différents conseillers. Par les tours de parole qui s’organisent, se dégagent des informations sur le rapport des citoyens à l’élocution et à la figure de l’orateur.

En comparant les listes de présence des conseillers et les intervenants recensés par les minutiers, on se rend compte, par exemple en 1290, que peu de conseillers prennent la parole. Dans le cahier CF 4, sur 150 interventions, les deux tiers proviennent de seulement quatre personnes[23]. D’autre part, au moins le tiers des points mis à l’ordre du jour ne suscite pas de débat, si l’on tient pour critère qu’un seul orateur entreprend une proposition, directement votée.

En outre, certains conseillers semblent jouir d’une autorité supérieure à leurs concitoyens. Toujours dans le cahier CF 4, apparaît rapidement une surreprésentation des interventions de magister Ansidero (plus du quart des interventions lui revient), qui fait figure d’autorité : la moitié de ses propositions ne suscite aucun débat et, quand celui-ci a lieu, dans 80% des cas, ce maître l’emporte. Il est suivi de prêt, en nombre d’interventions, par Jacopo Henrigi, mais celui-ci, bien qu’intervenant beaucoup, est rarement suivi. Cette autorité présumée a-t-elle un impact sur la transcription des délibérations ? On peut penser que c’est le cas, en considérant le fait que le notaire ne compte presque jamais le nombre de voix reçues lorsque Ansidero est dans la balance. C’est d’ailleurs à son sujet qu’on trouve des ratures liées à un enregistrement trop hâtif des résultats des votes.

Fucecchio en tant qu’objet impose des limites quant à ces interprétations : la prosopographie locale est faible et les individus sont mal connus. Il y a donc ici un intérêt particulier à suivre les séries de délibérations sur plusieurs décennies, afin de mieux observer les rapports entre citoyens, ainsi que les filiations. On remarque, par exemple, dans les délibérations des années 1310-1320, qu’Ansidero essaye régulièrement d’obtenir des charges ou des avantages pour son fils. Des personnages semblent s’imposer dans l’assemblée. Peut-on, au-delà d’individus notables, percevoir de véritables stratégies de la prise de parole ?

Pour l’année 1290, l’idée répandue selon laquelle le dernier à parler a plus de chances de remporter le vote ne fonctionne pas ou doit, tout du moins, être nuancée : dans les cas où le dernier à parler remporte le vote, il est l’énonciateur d’une dernière version, amendée, d’une même proposition déjà prononcée et améliorée par plusieurs orateurs en amont. Les stratégies individuelles ne sont pas flagrantes dans le cas de Fucecchio. Les manœuvres collectives ne sont pas, non plus, évidentes dans cette commune en 1290. Pour les années étudiées, on ne trouve pas de grands débats quant au positionnement politique à tenir, ni au sujet des alliances à mener. La majorité des délibérations porte sur une répartition de charges. Après étude des associations de noms, afin de déterminer qui chaque conseiller choisit le plus souvent et avec qui il s’associe, on n’arrive pas à la conclusion qu’il existe une compétition entre citoyens pour tenir ces charges, laquelle impliquerait un jeu d’alliance. Bien au contraire, la plupart des conseillers essayent de se dérober à ces fonctions, qui sont également – on le suppose – synonymes de dépenses. On assiste donc à deux types d’évitement :

  • Des votes en cascade, qui tendent à recentrer la prise de décision sur un groupe limité de citoyens. Dans plusieurs cas de charges non récurrentes (l’envoi d’une délégation à Lucques, par exemple), aucun conseiller ne souhaite proposer de noms. On peut voter une première fois la résolution d’envoyer une délégation, puis, face à l’indécision générale, décider dans un second vote de désigner des citoyens qui auront la charge à leur tour de désigner la délégation.
  • Des interventions permettant au conseiller, à mots couverts, de refuser une charge. On trouve ainsi régulièrement dans les minutiers des propositions telles que :Idem salvo quod, loco sui, elegit X.

L’étude est encore en cours, mais il sera intéressant d’observer si la répartition de la parole et son investissement politique dans les conseils change à Fucecchio à partir de 1314, plus encore dans les années 1330, en raison d’événements politiques modifiant la tutelle de la commune, mais aussi parce que ces événements ont été accompagnés d’évolutions sociales à l’intérieur la ville – laquelle a notamment accueilli des familles guelfes lucquoises en 1314.

 

Conclusion

Dans le cas de Fucecchio, les registres de délibérations donnent peu à voir du contenu des débats, lesquels sont souvent réduits à des listes de noms mises en concurrence. Pourtant, ils donnent à voir des interactions oratoires. Celles-ci sont bien souvent fondées sur une construction collective de la propositionmise au vote plus que sur l’opposition de propositions. On perçoit la construction dynamique de réponses à apporter au podestat, et non une dialectique de l’affirmation/réfutation.

Pour autant, des rapports de force apparaissent dans ces sources :

  • Un rapport médiatisé par l’écriture du notaire, qui confronte la parole spontanée aux attentes juridiques de l’enregistrement.
  • Un rapport direct, au sein du conseil, entre orateurs plus ou moins investis, plus ou moins reconnus, et dont la réputation d’autorité a des conséquences directes sur leur capacité à convaincre mais également sur la façon dont le notaire, en tant qu’intermédiaire, reçoit leur intervention.

Ces registres explicitent, bien évidemment, les normes de la vie civique au sein de cette commune (ce qui est voté, par qui, quand, comment, où) mais ils disent également beaucoup des attentes que nourrit la commune à l’égard de l’enregistrement écrit de cette procédure orale. Les possibilités variées d’utilisation du formulaire permettent d’insister, dans les années 1290, sur la dimension collective des choix communaux. L’enregistrement écrit permet un affichage : la revendication continuelle d’unanimité ou, à défaut, de collégialité. Le formulaire des années 1330 se veut plus légaliste : est créé un outil de transparence du vote, qui anticipe toute contestation. On peut ainsi considérer le registre à la fois comme produit d’une procédure administrative et comme outil d’affichage de la commune. Résumé de prises de paroles, il est un discours en soi.

 

Bibliographie

Abélès Solal, « Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1336) : entre affirmation d’une autorité seigneuriale, contradiction codifiée et instrument d’assujettissement à Florence », https://regidel.hypotheses.org/571, consulté le 12 janvier 2019.

Carmignani Giancarlo (ed.), Lo Statuto del Comune di Fucecchio, 1307-1308, Fucecchio, 1989, 148 p.

Luzzatto Mario, « Note di storia medioevale di Fucecchio », Bollettino Storico Pisano, 1952 1951, no 20-21, p. 84‑92.

Malvolti Alberto, La comunità di Fucecchio nel Medioevo, Vicopisano, 2014, 502 p.

Malvolti Alberto, « Gli atti giudiziari dei podestà di Fucecchio tra la dominazione lucchese e la sottomissione a Firenze (seconda metà del XIII secolo – 1330) » dans Associazione culturale Buggiano Castello (ed.), Atti del convegno Giustizia e pratiche giudiziarie in Valdinievole fra Medioevo ed età moderna : Buggiano Castello, 29 maggio 2011, Buggiano, 2012, p. 51-88.

Malvolti Alberto, « Il comune di Fucecchio tra Lucca e Firenze (secoli XIII-XIV) » dans Alberto Malvolti et Giuliano Pinto (eds.), Il Valdarno inferiore terra di confine nel medioevo, secoli XI-XV :  atti del convegno di studi, 30 settembre-2 ottobre 2005, Florence, 2008, p. 339-371.

Meek Christine E., « Della Faggiuola, Uguccione », Dizionario Biografico degli Italiani, 36, 1988 p. 804-808.

Nannipieri Silvia et Orlandi Arianna (eds.), L’archivio preunitario del Comune di Fucecchio, Florence, 2007, 324 p.

Pescaglini Monti Rosanna, « La famiglia dei Visconti di Fucecchio (1096-1254) » dans Istituto storico lucchese (ed.), La Valdinievole tra Lucca e Pistoia nel primo Medioevo, Pistoia, 1986, p. 65-91.

Sbarbaro Massimo, Le delibere dei Consigli dei comuni cittadini italiani (secoli 13.-14.), Rome, 2005, 246 p.

 

Notes

[1]La bibliographie consacrée à la commune médiévale de Fucecchio repose presque exclusivement sur les études menées par Alberto Malvolti. Voir également : Rosanna Pescaglini Monti, « La famiglia dei Visconti di Fucecchio (1096-1254) » dans Istituto storico lucchese (ed.), La Valdinievole tra Lucca e Pistoia nel primo Medioevo, Pistoia, 1986, p. 65‑91 ; Giancarlo Carmignani (ed.), Lo Statuto del Comune di Fucecchio, 1307-1308, Fucecchio, 1989, 148 p ; Mario Luzzatto, « Note di storia medioevale di Fucecchio », Bollettino Storico Pisano, 1951/1952, no 20‑21, p. 84‑92.

[2]Un inventaire détaillé des fonds communaux de Fucecchio a été réalisé récemment : Silvia Nannipieri et Arianna Orlandi (eds.), L’archivio preunitario del Comune di Fucecchio, Florence, 2007, 324 p.

[3]Alberto Malvolti, « Il comune di Fucecchio tra Lucca e Firenze (secoli XIII-XIV) » dans Alberto Malvolti et Giuliano Pinto (eds.), Il Valdarno inferiore terra di confine nel medioevo, secoli XI-XV, Florence, 2008, p. 339.

[4]Alberto Malvolti, La comunità di Fucecchio nel Medioevo, Vicopisano, 2014, p. 307.

[5]Alberto Malvolti, « Gli atti giudiziari dei podestà di Fucecchio tra la dominazione lucchese e la sottomissione a Firenze (seconda metà del XIII secolo – 1330) » dans Associazione culturale Buggiano Castello (ed.), Atti del convegno Giustizia e pratiche giudiziarie in Valdinievole fra Medioevo ed età moderna, Buggiano, 2012, p. 51‑88.

[6]Christine E. Meek, « Della Faggiuola, Uguccione », Dizionario Biografico degli Italiani, 1988, vol. 36, p. 804‑808.

[7]Archivio storico comunale di Fucecchio, Comune di Fucecchio 4 (1289/1290), 5 (1290), 6 (1290), 12 (1314), 31 (1320), 124 (1331/1332), 125 (1331/1332).

[8]ASC Fucecchio, CF 5. Bien que ne présentant pas d’indication d’année, ce registre est daté de 1290 par l’inventaire ou d’une année approchante et postérieure, en raison de l’occurrence de noms de conseillers enregistrés dans divers autres actes de Fucecchio la même année. Le registre couvre une période allant du 25 novembre au 31 décembre. Les sessions qu’il présente ne correspondent pas à celles que retrace le registre CF 6.

[9]ASC Fucecchio, CF 4 (10 février 1289 au 9 avril 1290) ; CF 6 (7 juillet au 26 décembre 1290). Ce deuxième minutier conservant des sessions parfois éloignées les unes des autres, il semble que ce notaire n’ait exercé que sporadiquement sa charge.

[10]ASC Fucecchio, CF 124 (2 janvier 1331 au 30 juin 1332).

[11]ASC Fucecchio, CF 125 (2 janvier 1331 au 25 avril 1332).

[12]La même procédure de vote est encore appliquée en 1314. Cf. ASC Fucecchio, CF 12.

[13]ASC Fucecchio, CF 124, f. 1r : In nomine domini, amen. Hic est liber consiliorum et reformationum generali consiliorum communis Fucecchii, factus et compositus […] et scriptus per me Ranuccium ser Guidonis de Sancto Miniato notarium et scribam et officialem dicti communis. Sub anno Incarnationis Domini millesimo trecentesimo trigesimo primo et trigesimo secundo, indictione quarta decima, secundum cursum et consuetudinem notariorum terre Fucecchi.

[14]Les réunions du conseil se tiennent déjà dans le palais de la commune en 1314. Cf. ASC Fucecchio, CF 12.

[15]À Florence, le conseiller se voit présenter deux urnes, une blanche et une rouge, dans lesquelles il doit glisser ses mains, l’une des deux renfermant la bille à déposer. Ce système est délaissé à partir de 1318 au profit de fèves de couleur, mais se maintient dans plusieurs communes sous influence florentine. Cf. Massimo Sbarbaro, Le delibere dei Consigli dei comuni cittadini italiani (secoli 13.-14.), Rome, 2005, p. 61.Solal Abélès relevait déjà cette forme de vote à Colle Val d’Esla lors d’une précédente rencontre. Cf. Solal Abélès, Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1336) : entre affirmation d’une autorité seigneuriale, contradiction codifiée et instrument d’assujettissement à Florence, https://regidel.hypotheses.org/571.

[16]In dicto consilio lecte fuerunt lictere Lucae communis per me Franciscum notarium […] : ASC Fucecchio, CF 4, f. 23r.

[17]Les erreurs de formulation et les coquilles sont fréquentes. On remarque également quelques indices d’empressement du notaire ou de rebondissement dans les séances qui impliquent des ratures. Le 16 mars 1290, par exemple, le notaire, ayant hâtivement considéré acceptée la proposition d’un certain Jacopo Henrigi, doit raturer sa formule d’enregistrement (obtemperatum est secundum dictum suprascripti Jacobi)lorsqu’il constate qu’un autre conseiller, Nuovo Aldoni, formule une seconde proposition. La première proposition ayant été retenue, il peut réitérer sa formule, nuancée par une absence d’unanimité (obtemperatum est secundum dictum suprascripti Jacobi per maiorem partem consilii). Cf. ASC Fucecchio, CF 4, f. 26v-27r.

[18]On possède la liste complète des membres du conseil pour les cahiers CF 6 et 124 : ces derniers sont inaugurés par une feuille de présence des conseillers, indiqués absents à certaines séances par un jeu de lettres.

[19]C’est, par exemple, le cas le 27 janvier 1331, lors d’une séance traitant des relations diplomatiques à entretenir avec Florence. Face aux lettres reçues par Fucecchio, trois conseillers font des propositions de réponse. Toutefois, la discussion ne conduit à aucune prise de décision : non fuit reformatum. Cf. ASC Fucecchio, CF 125, f. 23r.

[20]L’attachement de Ranuccio au langage textuel est par exemple visible dans la notification des manques. Le notaire du cahier CF 6 laisse muets (sans texte et sans signe) un ensemble de passages du formulaire, qu’il sait néanmoins à compléter. À l’inverse, Ranuccio, dans le cahier CF 125, comble chaque vide par l’abréviation etc. Il rend, de ce fait, chacune de ses consignations virtuellement complètes.

[21]Puccio, notaire apparaissant dans le registre CF 5, mentionne son rôle à plusieurs reprises dans ses transcriptions. Le 13 décembre 1290, il fait par exemple référence à un texte lectus et vulgariçatus in presenti consilio per me Puccium notarium dicti communis. ASC Fucecchio, CF 5, f. 8r.

[22]ASC Fucecchio, CF 125, f. 5r.

[23]Entre le 10 février 1289 et le 9 avril 1290, magister Ansidero est locuteur de 26% des interventions, contre 19% pour Jacopo Henrigi, 12% pour Telmo Raynaldi et 10% pour Guido Arpini.

Pour citer cet article : Carole Mabboux, « Transcrire et reconstruire le débat. De la prise de notes à l’enregistrement de la parole en conseils : l’exemple de Fucecchio (XIIIe-XIVe s.) », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 02/05/2019, https://regidel.hypotheses.org/1217.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search