Frontières perméables et espace documentaire. Les Libri Consiliorum de Turin : pratiques de gouvernement et de l’écrit entre Piémont et Méditerranée au XIVe siècle

L’auteur

Matteo MAGNANI : docteur à l’Université de Turin, il est actuellement chercheur associé au laboratoire TELEMMe (UMR 7303,  Aix-Marseille Université-CNRS). Sa thèse porte sur l’administration judiciaire à Turin et au Piémont entre 1379 et 1383. Il est auteur d’une série d’articles scientifiques concernant l’administration de la justice au Moyen Âge à Turin et en Crète vénitienne au XIVe siècle. Il travaille aussi sur l’histoire des institutions, l’histoire des villes du Sud de l’Italie et l’histoire byzantine.

Article

Avant tout, je voudrais remercier beaucoup François Otchakovsky-Laurens et tous les organisateurs de cette journée d’études de m’avoir permis d’être parmi vous pour discuter autour d’un thème si passionnant. Dans le cadre de cette rencontre, je souhaiterais présenter une contribution portant sur la question des pratiques de gouvernement et de l’écrit dans le Piémont au XIVe siècle.

La ville sur laquelle sera centrée notre enquête est celle de Turin qui dispose d’une longue série des actes du conseil, les Ordinati selon la dénomination archivistique d’époque moderne employée encore aujourd’hui. Rédigés en latin, ils permettent de cerner l’identité politique de cette communauté urbaine, comprise entre plusieurs pouvoirs concurrents, à savoir les Princes de Savoie-Achaïe et la dynastie comtale de Savoie. Notre analyse sera à la fois d’ordre diplomatique et historique, avec pour objectif de saisir les traits qui lient le Piémont savoyard au « Midi ».

Les Archives communales de la Ville de Turin conservent, pour le Moyen Âge, les délibérations du conseil de Credencia pour une période couvrant les années 1325-1400. Il s’agit de 48 registres. Les premiers registres présentent des lacunes, alors qu’à partir de 1372 la série est presque complète. À partir des années quatre-vingt du XXe siècle, la ville a pris en charge l’édition des livres des conseils. Cette entreprise est maintenant arrivée au volume n°33, correspondant à l’année 1392 (J’ai apporté ici deux exemplaires correspondent aux registres couvrant les années 1342-1349 et 1380-1383. Ces derniers registres furent très précieux dans ma recherche de thèse et ont permis, comme on le verra tout à l’heure, de cerner des épisodes très graves qui avaient aussi laissé des traces dans les actes judiciaires de la commune.

Or, comme l’appel à contribution de cette journée l’a mis en exergue, à Turin aussi les actes du conseil ont été utilisés dans le passé pour reconstituer l’histoire événementielle de la ville ; ce qui a amené les historiens à cristalliser une vision assez stéréotypée de la position de la ville dans le cadre des institutions princières savoyardes. Néanmoins, récemment, les historiens ont corrigé un peu cette vision en redonnant à l’histoire de Turin son poids, qui était – il faut tout de même le dire – en rapport avec l’importance de la ville sur les plans politique et économique[1]. De ces études il est sorti une nouvelle définition de la ville donnée par Giuseppe Sergi : « une commune à autonomie limitée »[2].

Restituons la ville quant à sa taille et à son rôle. Dans quelle mesure ? Turin était une petite ville (500 feux à peu près si l’on se penche sur les cadastres communaux). Elle était tout de même un centre épiscopal important et son évêque étendait son pouvoir sur la presque totalité de l’actuelle province de Turin. La géographie faisait donc de la ville un point névralgique et stratégique considérable. Pendant le XIXe et le début du XXe siècle, les évènements tirés des Ordinati étaient décontextualisés au détriment de leur valeur réelle, même s’il faut souligner une certaine précocité des recherches menées sur les livres de conseil par Mario Chiaudano dès le début du XXe siècle. L’intérêt pour la reconstruction du tissu urbain était central, et les aspects intrinsèques des libri consiliorum étaient négligés. L’une des explications de cette façon de lire les sources est la volonté de célébrer le rôle de capitale que la ville serait amenée à assumer durant les siècles suivants. L’autre explication est d’ordre historiographique et diplomatique. Comme Paolo Cammarosano l’a bien souligné, les actes de conseils des villes n’ont pas fait l’objet d’une étude étendue, à cause de la préférence toujours accordée aux écritures « fermées », à savoir les livres des coutumes ou les statuts, à détriment des sources ouvertes et plus humbles du point de vue formel[3].

Les délibérations des conseils montrent un caractère que Cammarosano définit comme « mixte » en soulignant l’un des aspect les plus significatifs de ce type de source, à savoir le désordre et la rigidité structurelle. Le désordre naît du fait que les actes des conseils assemblent d’une façon « chaotique » les éléments qui relevaient des dispositions de nature générale et législative, voire judiciaire et dispositions occasionnelles, circonstancielle et d’ordre administratif. L’aspect « chaotique » des registres se reflète dans la succession des enregistrements ; la mise en page du document met en relief un usage de la page plus soucieux de l’économie de l’espace que de l’équilibre esthétique ou de la clarté dans l’exposition.

Le cas de Turin reflète cette tendance et il n’est pas rare de trouver dans l’ensemble des décisions du conseil des renvois aux façons particulières dont se nouait la vie quotidienne de la commune. Du point de vue historiographique, les informations tirées des Ordinati ont été d’un côté disjointes du contexte politique général de l’époque et, de l’autre côté, aucun intérêt n’a été porté à la constitution interne des sources même et aux divers éléments qui composent et concernent toutes les délibérations.

Une nouvelle vague d’études, comme je disais, a renouvelé la manière d’étudier les libri consiliorum à partir des années 1990, même s’il manque toujours une recherche concernant l’aspect diplomatique et historique de l’ensemble des livres conservés aux archives des principales villes soumises aux princes de Savoie. De toute façon, l’histoire sociale et institutionnelle a bien mis en lumière, pour Turin, les formes d’exercice du pouvoir et a aussi réévalué les rapports de force entre la communauté urbaine – qui trouvait son expression dans l’ensemble des membres de l’oligarchie citadine qui présidait le conseil – les princes d’Achaïe et le comte de Savoie. Politiquement, Turin était donc une commune assujettie au pouvoir de la dynastie savoyarde et dépendait du centre administratif de Pignerol (Pinerolo). Les deux villes étaient insérées dans le cadre des domaines savoyards dépendant des comtes de Chambéry. Cette soumission avait été par contre remise en cause. En 1334 une révolte très grave avait troublé les équilibres sociaux de Turin : une conjuration animée par les familles nobiliaires des Sili et des Zucca avait essayé de « vendre » la ville de Turin au Marquis de Montferrat. La rébellion anti-Savoie fut éteinte avec un procès. Une fois la révolte jugulée, les tensions se déplacèrent sur le plan interne à la dynastie. La lutte entre les deux branches de la famille comtale trouva dans la période que nous étudions son apogée. (Deux mots sur la question : je rappelle qu’à partir des années 1350 Jacques d’Achaïe déclara avec une force considérable sa ferme opposition à Amédée VI de Savoie, qui résolut la question par les armes, en imposant finalement sa tutelle, après la mort de Jacques en 1367, sur le petit prince d’Achaïe, Amédée. Après quoi, la principauté d’Achaïe fut privée de l’autonomie dont elle jouissait auparavant). Turin et les autres villes ou communautés piémontaises étaient désormais insérées dans l’État de Savoie.

Cette façon de gouverner ne privait pas toutefois les villes d’une participation semi-active à la vie politique de la Comté, et si l’on se penche sur les Ordinati de Turin après 1360, on s’aperçoit que les membres de l’oligarchie urbaine – soi nobles soi populaires – recherchaient le prestige de l’exercice du pouvoir à partir du conseil. Les très récentes études de Marta Gravela portant sur la composition de l’oligarchie turinoise (dont les sources étaient les Ordinati et les cadastres) ont éclairé le rôle des credendarii en tant que prêteurs des princes d’Achaïe, leur participation aux appels d’offres et aux adjudications des revenus et des biens communaux[4]. Il en ressort un cadre complexe – qui ne se limite pas à l’énumération des activités des membres de la « Credencia » – mais qui définit une oligarchie détenant le contrôle politique et économique de la vie citadine, ainsi que la médiation entre le prince et l’ensemble de la communauté urbaine.

À partir de son insertion dans l’État de Savoie, Turin fut contrainte de transformer sensiblement sa politique interne, presque entièrement absorbée par les requêtes de financement de la part du comte. Ce problème devint le cœur de la politique urbaine, polarisée par la médiation financière avec le prince. On observe une oligarchie faisant preuve d’une cohésion remarquable : les nobles et les populaires étaient la plupart du temps en accord, d’après de ce que l’on peut tirer des seules Ordinati. Ils collaboraient, étaient associés dans les adjudications et dans les activités économiques. Le crédit et les adjudications constituaient un aspect fondamental de la participation politique de l’oligarchie urbaine et l’une de principales voies d’accès à celle-ci. Les individus qui faisaient déjà partie de l’élite y investissaient leurs propres ressources, dans le but de stabiliser leur propre position et d’augmenter leur prestige. L’intervention dans le financement princier – dont témoignent les actes du conseil – revêtait néanmoins une importance majeure pour les familles de rang inférieur, qui par le biais des investissements parvenaient à s’associer aux premières.

À partir de l’étude de registres judiciaires, notre travail de thèse a toutefois mis en évidence – grâce au recours aux livres du conseil – les tensions entre la ville de Turin et les communautés proche de la ville (Moncalieri, Cavoretto et Beinasco), des affrontements présents dans les actes de procès. Mais surtout les conflits qui traversaient contextuellement cette oligarchie ont retenu notre attention. En voici un exemple :

Le 14 décembre 1380, une inquisition menée par le vicaire nous informe qu’un membre du conseil a été poursuivi pour une rixe in Credencia. Le texte d’accusation portait seulement sur la rixe et pas sur d’autres éléments, mais dès le premier témoignage apparaît le cadre à l’origine du fait litigieux : Le noble Nicola Aynardi dans sa déposition affirme que le rumor aurait commencé pendant une séance du conseil de Credencia centrée sur la question des modalités de prélèvement fiscal. Or, grâce aux livres du conseil nous savons que l’objet de la séance du 29 novembre 1380 était la question fiscale. Si les Ordinati nous donnent le cadre dans lequel le fait s’est produit, le procès nous éclaire sur la tension qui traversait le conseil et les camps politiques ; ces mêmes éléments sont passés sous silence dans les délibérations qui se limitent, comme on le verra, à enregistrer le résultat des débats. Grâce à la déposition du deuxième accusé, on découvre d’autres éléments clés : deux membres de l’élite populaire auraient rejoint l’accusé en lui communiquant l’ordre du jour prévu pour réunion du conseil. Ils voulaient forcer la décision du conseil et y imposer le système de prélèvement par tailleper registrum –, c’est-à-dire l’impôt direct qui était calculé proportionnellement à la richesse des contribuables qui avaient enregistré leurs biens dans les cadastres. Aux nobles convenait le prélèvement per taxum qui s’appuyait sur un principe de division par quote-part imposable. Le résultat de la séance est inconnu car dans les Ordinati la question reste ouverte, mais l’on sait que le principe invoqué par la partie nobiliaire eut succès majeur dans les années suivants.

Venons maintenant à aborder la question diplomatique. Comme dans tous les cas connus, à Turin les membres du conseil tenaient des séances régulières et ils avaient recours à formes ordonnées de verbalisation des discussions et des reformationes, c’est-à-dire des décisions prises. Dans les séances on ne discutait – on l’a déjà dit en définissant avec Cammarosano ce type de source comme « mixte » – pas seulement des sujets destiné à se traduire en lois, mais aussi d’autres questions : des choix politiques à prendre aux engagements d’ordre fiscal et financier, des occurrences ordinaires de l’administration aux attributions de citoyenneté. Enfin l’on trouve des traces abondantes des taches spécifiques (les balìe) attribuées aux sapientes qui obtenaient du conseil le pouvoir de délibérer et dont les discussions n’étaient pas verbalisées. D’autres fois, des questions judiciaires plutôt graves y étaient traitées et l’on décidait de renvoyer les décisions au prince et à sa cour, ou de délibérer en accord avec le juge. On dénombre trois moments de la procédure délibérative, dont deux étaient respectés à Turin :

  1. propositio : la proposition de délibération faite par le vicaire et le juge de Turin (ce couple d’officiers détenait le pouvoir effectif en ville), qui convoquent toujours le conseil de eius mandato et au son de la cloche more solito ;
  2. consilium : la discussion autour des éventuelles corrections à apporter à la délibération proposée. Malheureusement, comme dans toutes les villes soumises à une autorité souveraine on ne dispose pas des procès-verbaux des consilia. Du climat qui régnait en conseil on ne dispose pas de témoignage direct, car dans les cas de discussion, la grille structurale de l’écriture notariée nous fait parvenir assez peu de la véritable tension qui pouvait traverser une décision. L’on a vu toutefois que d’autres sources pouvent nous renseigner sur ce point (cfr. le cas de Bartolomeo Sacco).
  3. reformatio : c’est-à-dire le texte définitif de la délibération qui nous informe du résultat de la discussion entre les parties.

L’enregistrement des discussions est l’un des éléments utilisés par Lorenzo Tanzini qui a tracé dans un article (et dans un livre) récent l’histoire des conseils[5]. Son travail nous rend compte de l’importance de l’extension du domaine de pouvoir et d’action des membres des assemblées dans le tissu social de la ville. À Turin – à partir du premier volume des libri consiliorum excluent entièrement la rédaction des interventions des credendarii en simplifiant la structure de la disposition dans une proposition interlocutoire du viguier et dans une reformatio claire et succincte, privée de clauses ou indications normatives. Nous aussi donc nous sommes d’accord avec Lorenzo Tanzini qui souligne que les conseils du XIVe siècle deviennent  « des lieux de consolidation et de perpétuation de l’éminence politique acquise de qui n’en faisait partie intégrante et donc du patriciat local »[6].

Sous l’angle diplomatique – comme l’ont montré assez récemment les études de Paolo Buffo – les princes d’Achaïe avaient organisé leur territoire de façon centralisatrice, en se présentant comme la référence officielle pour leurs sujets[7]. Les libri consiliorum des villes soumises aux princes montrent dans leur organisation interne une unité de fond donnée par le lien avec la capitale princière piémontaise. De ce point de vue, les lettres que l’oligarchie turinoise échangeait avec les princes – et sur la teneur desquelles le conseil devait se prononcer – étaient incluses dans chaque registre du conseil dont elles faisaient partie intégrante et qui étaient recopiées à la fin des registres. Afin de les lire il fallait renverser les registres mêmes où les lettres suivaient un ordre chronologique. Il s’agit d’une technique documentaire que l’on observe depuis les années 1320 à Chieri (commune à l’est de Turin qui n’était pas encore insérée dans les domaines de Savoie) et qu’à partir des années 1330-1340 on retrouve aussi à Pignerol, Moncalieri et Turin. À partir des années 1350, par contre, cette pratique fut remplacée par une nouvelle méthode d’enregistrement des lettres qui devaient être discutées en conseil. Il s’agit de la rédaction des livres des lettres, enregistrées à part. Durant la seconde moitié du XIVe siècle, la présence des lettres ne manque pas dans les Ordinati, mais dans l’ensemble des registres il ne s’agit que d’une série d’actes séparés et pas organiquement organisés. Avec l’insertion plus formalisée des domaines piémontais dans l’État de Savoie, les livres des conseils s’articulent désormais de la même manière, ce qui nous permet de supposer un acte de gouvernement précis. À savoir l’établissement d’une série documentaire voulue par l’autorité et dédiée à cette tache politico-administrative (à savoir, la correspondance officielle). Était-ce le signe d’un contrôle socio-politique majeur exercé par les comtes ? Sans doute. Toutefois, on peut ajouter que la mise en cohérence est aussi le signe d’un intérêt majeur pour l’insertion des domaines piémontais dans le cadre des territoires savoyards tout court. À la même époque de ce changement l’on observe aussi une nouvelle façon de concevoir la documentation judiciaire (à savoir la parution des livres des grâces, des compositions, des défenses etc.).

La politique de l’écrit éclaire dans ce cas sa dimension de pratique de gouvernement : à travers l’imposition des nouvelles règles de gestion des rapports socio-politiques – diligentées par le recours à toute une série de procédures standardisées – était mise en œuvre la pénétration de la iurisdictio comtale dans les villes et les campagnes du Piémont.

En ce qui concerne la question d’une réalité typique du « Midi » il nous semble essentiel de se référer directement à la question de la pénétration de la culture notariée en Provence. Déjà au XIIIe siècle, comme l’a bien montré l’historiographie française, la culture écrite avait pénétré en France pas par les voies alpines, mais par la Méditerranée[8]. Les marchands marseillais, génois, pisans avaient besoin d’une uniformité d’écriture capable de permettre les échanges et donc qui devait être comprise par tous. La similitude des pratiques observées entre Provence, Piémont et Italie est le témoignage de la circulation d’une culture notariée qui dépassait désormais le seul instrumentum pour en devenir une pratique de gouvernement.

Pour terminer, on a pu observer comment à Turin – ville soumise à une autorité majeure et à autonomie limitée – le rôle des institutions n’était pas figé. Il exprimait d’un côté la dimension dynamique des élites dominantes et de l’autre côté marquait la haute signification politique de l’écriture, porteuse des valeurs urbaines du XIVe siècle ; des valeurs qui étaient bien partagées par les communes du « Midi » français.


[1] Cf. R. Bordone, « Civitas nobilis et antiqua”. Per una storia delle origini del movimento comunale in Piemonte » , dans Piemonte medievale. Forme del potere e della società. Studi per Giovanni Tabacco, Turin 1985, p. 29-61; A. Barbero, Un oligarchia urbana. Politica ed economia a Torino fra Tre e Quattrocento, Rome 1995; Id., Gruppi e rapporti sociali, in Storia di Torino. vol. II : Il basso Medioevo e la prima età moderna (1280-1536), R. Comba (dir.), Turin 1997, p. 161-213, P. Buffo, La documentazione dei principi di Savoia-Acaia. Prassi e fisionomia di una burocrazia notarile in costruzione, Turin, 2017, p. 58-105.

[2] G. Sergi, Interazioni politiche verso un equilibrio istituzionale. Torino nel Trecento, dans Torino e i suoi statuti nella seconda metà del Trecento, Turin 1981, p. 13.

[3] P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 2012 (1ère édition 1991), p. 159-165.

[4] M. Gravela, L’Élite torinese tra comune e principi d’Acaia: credito e partecipazione politica nel secolo XIV (Mémoire encore inédit), p. 210 et suiv.

[5] L. Tanzini, Delibere e verbali. Per una storia documentaria dei consigli nell’Italia comunale, dans « Reti Medievali Rivista », 14/1 (2013), p. 1-37 ; Id., A consiglio, la vita politica nell’Italia dei comuni, Rome, 2014. Id., Delibere e verbali. Per una storia documentaria dei consigli nell’Italia comunale, dans Reti Medievali Rivista, 14, 1 (2013), p. 43-79.

[6] L. Tanzini, Delibere e verbali cit., p. 35.

[7] P. Buffo, La documentazione dei principi di Savoia-Acaia, op. cit., p. 11-106.

[8] P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIIe siècle), Paris, 2001; É. Anheim et P. Chastang, « Les pratiques de l’écrit dans le sociétés médiévales (VIIIe-XIIIe siècle) », dans Médiévales, 56, (2009), p. 1-6 ; L. Verdon, Les usages du récit dans l’archive judiciaire médiévale, dans Récits et justice. France, Italie, Espagne XIVe-XIXe siècle, L. Faggion et C. Regina (dir.), Aix-en-Provence, 2014, p. 17-24. F. Otchakovsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385), Rome, Collection de l’École française, 2018 (à paraître).

Pour citer cet article : matteomagnani, « Frontières perméables et espace documentaire. Les Libri Consiliorum de Turin : pratiques de gouvernement et de l’écrit entre Piémont et Méditerranée au XIVe siècle », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 25/11/2016, https://regidel.hypotheses.org/152.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search