Les actes du conseil municipal d’une communauté à la frontière des États d’Este et Visconti-Sforza à la fin du Moyen Âge (XV-XVIe siècles). Le cas de Guastalla

L’auteur

David SALOMONI : chercheur et chargé de cours aux universités de Rome 3 et de Parme, Docteur des universités de Rome 3 et d’Avignon, il a soutenu en mai 2017 une thèse sur le thème de l’éducation pré-universitaire dans les communautés des États Gonzague et Este au cours de la Renaissance, sous la direction des Professeurs G. Castelnuovo et F. Mattei.
Publications :

  • D. Salomoni, Guastalla e le comunità delle bassa nel tardo medioevo, Reggio Emilia, Antiche Porte, 2017.
  • D. Salomoni, «  Guastalla nel corso del lungo ‘400. Mobilità sociale e proprietà fondiaria », dans La mobilità sociale negli stati del Tre-Quattrocento: la vicenda della Lombardia, Andrea Gamberini (dir.) ; Rome, Viella, 2017.

Article

Introduction

L’étude et l’analyse des registres des délibérations des conseils municipaux permettent de lire, en utilisant une clé d’interprétation très spécifique, des situations de gouvernement encore peu connues, en les comparant avec d’autres qui ont été mieux étudiées. Les registres dont je voudrais vous parler aujourd’hui viennent d’un centre mineur: Guastalla, situé dans un cadre géographique très particulier de l’Italie du nord. Cette petite ville est placée au cœur de la vallée du Pô, sur les rives de la grande artère fluviale qui traverse le nord de la Péninsule. Cette zone est située entre deux formations politiques seigneuriales très bien étudiées: les États des Este et des Gonzague. Les caractéristiques de cette aire géographique sont toutefois particulières, au point de pouvoir en donner une définition de “centrale” et “périphérique” dans un seul et même temps. La centralité de la région est due aux intérêts stratégiques et commerciaux concentrés dans une zone frontalière entre plusieurs états: République de Venise, états des Visconti-Sforza, des Este et des Gonzague. Par contre les caractéristiques périphériques de cette même zone sont perceptibles dès lors que l’on s’intéresse aux petites villes et aux communautés qui longent ces entités étatiques plus puissantes, et je pense notamment à Guastalla.

Cela dit, Gian Maria Varanini, dans un article récent, a souligné l’importance « of the powers on the ‘periphery’ either geographical […] or institutional […] of the territorial states of the fifteenth century, or in the interstices between the different states », en disant qu’il s’agit de « one of the most significant novelties of recent research »[1]. Varanini insiste sur le fait qu’il y a deux concepts clés pour expliquer l’origine et les caractéristiques des archives dans les centres mineurs. Le premier concept concerne le processus d’ « intensification administrative », par rapport à la vie sociale et politique de la communauté. Le second concept concerne l’imitation des écritures urbaines.

En relation avec ce processus d’ « intensification », il est nécessaire de vérifier l’ampleur des archives publiques dans les centres mineurs pris en compte. Il devient ainsi possible de vérifier la diffusion et l’homogénéité d’une culture administrative commune, en allant à l’essence même de la notion de l’État comme un territoire dans lequel les fonctions publiques sont exercées de manière uniforme. Beaucoup de ces centres mineurs, en fait, bien que politiquement indépendants et capables de résister à la force d’expansion des grandes villes et des états seigneuriaux, parfois jusqu’aux dernières décennies du xive siècle, se sont tournés spontanément en direction des puissants modèles documentaires et archivistiques élaborés au cours de l’expérience communale urbaine du xiiie siècle. Quelques exemples de cette dynamique sont représentés par les centres de Monselice, dans le territoire de Padoue, de Conegliano, dans la région de Trévise, ou de Colle Val d’Elsa, de San Miniato et de San Gimignano dans les territoires de Florence et Sienne[2].

Cependant, le principal problème d’interprétation concernant la structure des écritures publiques, en général, et, plus en particulier en rapport avec les registres de délibération des conseils municipaux, est d’évaluer dans quelle mesure, et à quelle époque, la structure de ces écrits a changé en raison de l’évolution des conditions politiques. En adoptant ce point de vue, il est possible d’analyser les registres des délibérations des conseils municipaux dans d’autres centres mineurs, notamment celui que j’ai mentionné, à savoir Guastalla. Dans son dernier livre, Lorenzo Tanzini a déclaré que, au xve siècle, l’étude des assemblées des petites communautés rurales ou montagnardes est particulièrement intéressante « proprio perché in quelle situazioni politicamente più periferiche e per certi versi più modeste il consiglio manteneva il suo ruolo di riproduzione della comunità »[3].

Le XVe siècle: un gouvernement des comptes

Pour mieux comprendre la structure des registres de délibération d’un conseil communal il faut commencer par le contexte politique dans lequel la communauté qui l’a produit était insérée, en particulier dans le cas d’un centre mineur ou d’une communauté rurale. Comme l’a écrit Paolo Cammarosano, après l’essor des livres et des cahiers des écritures publiques au xiiie siècle, et en particulier celui des registres des délibérations urbaines, les formes communales de ces écritures ont directement influencé les écrits des centres mineurs[4]. L’historien intéressé par les petites villes, doit ainsi recourir aux registres des délibérations appartenant aux territoires des cités où ces centres étaient insérés, afin de rechercher des informations sur les relations institutionnelles existantes entre ces réalités politiques[5].

Cependant, les centres mineurs n’étaient pas forcement tous inclus dans la domination d’une cité. L’histoire des structures politiques municipales, en Italie, a créé une variété d’entités politiques avec des degrés d’autonomie divers, comme les terre separate ou les quasi città[6]. Un autre type de séparation juridictionnelle entre l’autorité urbaine et le centre mineur pouvait être fondé sur la légitimité du pouvoir religieux, comme dans le cas des territoires nullius diocesis[7].

La communauté de Guastalla possède toutes ces caractéristiques, d’où l’intérêt de son étude. En 1406 Guastalla a été donnée en fief par le duc de Milan, Filippo Maria Visconti, à Guido Torelli. A ce moment là, Guastalla faisait partie du districtus de la ville de Crémone et ce, jusqu’à 1428. Après cette date la communauté fut détachée du districtus de Crémone et érigée en comté par le même Filippo Maria, devenant ainsi une terra separata, c’est-à-dire que Guastalla ne dépendait plus, politiquement, de quelque ville que ce soit. En outre, Guastalla n’appartenait à aucun diocèse, parce qu’elle bénéficiait du statut de nullius diocesis, avec un archiprêtre qui remplaçait l’évêque.

Ce degré de large autonomie politique a donné lieu à des formes et à des structures documentaires très spécifiques, qu’on ne retrouve pas dans des centres urbains. Les écritures publiques, à Guastalla, commencent seulement à la fin du xve siècle, en particulier en 1480. Cette année-là, le conseil municipal subit sa dernière réforme pour plus d’un demi-siècle, à savoir jusqu’en 1539, lorsque Ferrante Gonzaga l’acheta à la famille Torelli, ce qui mit fin à la tradition du gouvernement et de la culture politique que Guastalla avait connu tout au long du Moyen Âge. La réforme du conseil municipal de 1480 avait, en effet, réduit le nombre de conseillers municipaux à 12, tout en éliminant la magistrature des Sindici, qui avait jusqu’alors fonctionné comme un organe exécutif permanent.

Fonds Provenienze varie, enveloppe n. 14, Rationes communitatis guastalle.

Bibliothèque Maldotti de Guastalla (indiquée ensuite BMG),
Fonds Provenienze varie, enveloppe n. 14, Rationes communitatis guastalle.

Après 1480, les registres restants représentent donc des formes de délibérations très particulières. Ils se présentent comme un hybride entre un registre des délibérations communales et un registre fiscal. Paolo Cammarosano avait bien souligné la proximité entre ces deux formes documentaires à cause de leur nature complexe et ouverte aux besoins courants de la communauté[8]. A Guastalla, après 1480, ces deux formes sont associées dans un registre unique, devenu lui-même hybride. Ce registre est conservé au sein des Archives Historiques de Guastalla, dans la Bibliothéque Maldotti. Il est le résultat de l’union et de la couture de plusieurs cahiers qui commencent en 1460. Le premier cahier est un registre dans lequel sont notés les individus qui traversaient le Po.

BMG, Fond Provenienze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 1.

BMG, Fond Provenienze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 1.

L’en-tête de la page se lit ainsi:

Liber in quo continentur et descripta sunt omnia valimenta dacii mercantie padi et transit per etiam terre Guastalle incipiendo mensis januari, annus 1460, factus et regolatus per spectabilem et egregius dominus Columbus de Charcano hon. potestatem et locustenentem dicte terre Guastallae pro magnificam et potentem domina Magdalena de Torelli comitissa Guastallae et Montisclariculi[9].

Ce registre, cependant, ne contient que dix feuillets, laissant ensuite la place à une partie proprement délibérative. Cette dernière est composée de deux sections. La première, plus importante, contient les informations concernant le type d’activité exercée par le conseil communal, le calendrier des réunions de l’assemblée et les noms des conseillers qui participaient aux délibérations. L’en-tête nous révèle la vraie nature du document qui, comme mentionné plus haut, est fiscale. On peut en effet lire:

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 115, recto.

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 115, recto.

Rationes comunis Guastalle facta per Zannone Bonatium massario dicti comunis per tribus mensis octobris novembris decembris in presentia notarius et infrascripti de consilio[10].

Nous savons, donc, que la réunion de l’assemblée avait lieu quatre fois par an, tous les trois mois, pour approuver les dépenses budgétaires de la communauté. Nous savons aussi que la réunion se déroulait en présence du Massario à savoir de l’administrateur des finances de la municipalité. Le document nous permet également de connaître les noms des conseillers, tous énumérés en dessous de l’en-tête en trois colonnes.

Le nombre des conseillers présents aux réunion peut varier d’une session à l’autre, le plus souvent de sept à douze. Douze correspond au conseil dans sa totalité, selon la réforme de 1480 ; sept est le nombre qui renvoie à la majorité qualifiée, à savoir la moitié plus un. Bien qu’il puisse arriver, l’une ou l’autre année, que les douze conseillers ne soient présents à aucune de quatre réunions, si nous additionnons les noms qui apparaissent dans les sessions de chaque année, nous trouvons toujours un total de douze noms, renouvelés chaque année.

La deuxième partie du document devient plus directement financière.

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 115, recto.

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 115, recto.

Sur deux colonnes sont répertoriées toutes les entrées et les dépenses de la communauté. La différence entre les entrées et les dépenses de la communauté est toujours proche de zéro. La municipalité ne retenait rien mais tout devait être dépensé dans les services fournis. Les dépenses se rapportent à des chapitres tels que le paiement des salaires aux employés publics, le châtelain de la rocca, le massaro[11], le médecin, le maître d’école, les messagers municipaux; ou le coût de l’entretien des ouvrages d’utilité publique, comme l’horloge de la ville, la cloche et les murs défensifs.

Or, qu’est-ce que ce document de nature hybride, mais surtout financière, a à voir avec les registres des délibérations des conseils municipaux? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de souligner que cette source est le seul et unique document écrit de gouvernement produit par le conseil municipal de Guastalla entre 1480 et 1539. Dans le cas de Guastalla remarquons un point essentiel : gouverner la communauté signifiait gérer ses finances publiques ; voilà pourquoi nous pouvons à juste titre parler d’un véritable gouvernement des comptes.

Avant 1480, en effet, le conseil municipal de Guastalla se réunissait uniquement pour l’élection des quatre Sindici, qui représentaient le véritable organe exécutif de la communauté, rassemblé de façon permanente pour prendre des décisions relatives à l’administration municipale. Le Conseil restreint des Sindici ne nous a laissé aucun registre ni cahier ni aucune trace écrite de ses travaux. Or, la réforme de 1480 a remplacé cette « bicéphalie » de l’assemblée municipale, formée par un grand et un petit conseil, par la création d’un conseil unique renouvelé chaque année et composé de 12 membres, qui n’avaient pas besoin de rester tous à la réunion, car une majorité qualifiée suffisait amplement. Avant cette date, les seules traces écrites témoignant de l’activité du conseil municipal sont les procès-verbaux des assemblées de l’Arengo réunies pour l’élection des Sindici, des procès-verbaux rédigés par le notaire public de la communauté. De ces minutes ne restent aujourd’hui que celles des années 1423, 1448 et 1460[12].

Qui plus est, la structure du cahier analysé permet d’identifier un élément essentiel ; il concerne le moment de la transition, en 1480, entre le conseil des quatre Sindici et la nouvelle assemblée formée de douze membres.

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 13, verso.

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 13, verso

Pour résumer : en 1480, avant que la réforme ne soit mise en œuvre, les réunions du conseil ne sont constitués que de quatre membres. Ceux-ci sont certainement les quatre Sindici, qui gouvernaient la communauté grâce à l’approbation des budgets municipaux. La forme de ces quelques séances de 1480, centrée autour de la figure des Sindici, est, de fait, exactement la même que celle qui caractérisera les réunions du conseil à douze membres qui, elles, se poursuivront jusqu’en 1539. Étant donné que le Conseil des 4 Sindici était l’organe permanent de gouvernement de la communauté, et que la seule trace de son travail s’aperçoit dans ces quelques sessions présentes dans la source, il n’y a aucune raison de douter du fait que la même forme documentaire a continué d’être utilisée par le nouveau conseil de gouvernement comme témoignage écrit de son travail.

Le XVIe siècle: les Gonzague et l’ombre de la ville

Dans ce contexte, l’année 1539 représenta un tournant fondamental dans l’histoire de la communauté de Guastalla. Cette année-là, en effet, le comté fut acheté par Ferrante Gonzaga à Ludovica Torelli, dernière descendante de Guido, à qui le fief avait été concédé par Filippo Maria Visconti en 1406. Ferrante Gonzaga était le fils cadet du marquis de Mantoue Francesco II Gonzaga et d’Isabelle d’Este. Il fut également l’un des principaux capitaines de l’empereur Charles Quint. Capitaine impérial, Ferrante occupa d’importants postes politiques et militaires. En 1527 il participa au Sac de Rome ; l’année suivante il fut engagé dans la défense de Naples, assiégée par le maréchal Lautrec ; en 1530 il dirigea le siège de Florence. La chute de la République Florentine et le retour des Médicis lui valut la reconnaissance du pape Clément VII, qui le nomma gouverneur de Bénévent. Il fut vice-roi de Sicile de 1535 à 1546 puis gouverneur de Milan jusqu’en 1554. Dans le cadre de ses activités militaires il décida aussi d’acquérir Guastalla. La communauté, sur la rive droite du Po, pouvait être utile aux armées impériales pour répondre à la possession française du port fluvial, tout proche, de Mirandola[13].

Dans le même temps, Ferrante Gonzaga amena à Guastalla une nouvelle culture politique : de cour, urbaine et proto-absolutiste. Grâce à ses représentants, le nouveau seigneur de Guastalla mit fin à l’ample degré d’autonomie de gouvernement dont la communauté avait joui jusque-là. Il réforma le conseil municipal, en remplaçant l’élection des conseillers avec leur nomination seigneuriale. Le nouveau modèle amené par le Gonzague, bien sûr, ne manqua pas d’avoir des répercussions profondes sur la structure des sources produites par le conseil municipal.

Cependant, la transition entre l’ancienne forme du registre municipal, plus élastique, et celle, plus classique, structurée sur le modèle urbain, et bien cette transition n’a pas été immédiate. Malgré la présence des représentants et des podestats nommés par Ferrante, l’absence presque constante du nouveau seigneur de Guastalla dans son fief ralentit fortement la transition de l’ancienne à la nouvelle forme de gouvernement. Dans l’évolution de la structure des sources délibératives produites par le conseil municipal, le véritable tournant eut lieu seulement au milieu du XVIe siècle, peu avant la mort de Ferrante, en 1557. Ce n’est peut-être pas un hasard si les nouveaux registres des délibérations du conseil, après un vide documentaire d’environ 15 ans, datent de 1556, l’année qui précède la mort de Ferrante[14]. La structure du nouveau registre, toutefois, garde une forte continuité avec le livre que nous venons d’analyser, ce qui me permet d’insister sur le fait que, malgré la nature hybride de la source, il s’agissait vraiment d’un instrument de gouvernement et non purement comptable.

Son en-tête, révèle bien sûr, la nouvelle nature formelle de ce registre :

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 235, recto

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 235, recto

Liber in quo descripti sunt ordinis consilis hominis terre Guastalle scriptus per Domenico Cignacchi notarius publicus dicte terre ac notarius[15].

Malgré cela, et bien que les sessions ne soient plus tenues régulièrement quatre fois par an, les pages du registre montrent de forts éléments de continuité avec le passé. Les noms des conseillers sont toujours énumérés sous l’en-tête en trois colonnes, exactement comme dans le registre précédent.

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 235, recto

BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 235, recto

En étudiant la liste nominale des conseillers année par année, nous pouvons également déduire que le renouvellement du conseil avait lieu sur une base annuelle, comme cela avait été le cas auparavant, mais, maintenant, seulement pour la moitié du total[16].

Qui plus est, la main du scribe est la même que celle des dernières pages du registre précédent, ce qui permet, en substance, de souligner la continuité entre ces deux productions documentaires. Il n’empêche, une différence entre les deux registres existe bel et bien. Elle réside dans le fait que, à partir de 1556, le conseil municipal adopte un type de registre plus « urbain ». Chaque page s’ouvre sur l’énumération des conseillers ; suivent des rubriques spécifiques, dans lesquelles les conseillers discutent de diverses questions liées au gouvernement de la communauté. Ces pages nous montrent, en outre, que les réunions étaient organisées de façon irrégulière mais avec une fréquence croissante au fil des ans.

Le modèle documentaire des délibérations municipales qui s’affirme à Guastalla est, maintenant, devenu – et c’est là la grande nouveauté du milieu du XVIe siècle – celui en vigueur à Mantoue, à savoir justement dans la cité où était né Ferrante, le nouveau seigneur de Guastalla. Si l’on compare les origines géographiques des différents officiers de Ferrante, l’on observe qu’ils proviennent tous du territoire de Mantoue.

Dans une perspective de changement des structures documentaires, nous voyons ici la communauté de Guastalla entrer de plain pied dans la sphère d’influence politique de son voisin le plus puissant, la cité de Mantoue, ou, mieux l’état dynastique des Gonzague.

Bibliographie

  • Affò Ireneo, Istoria della città e ducato di Guastalla, 4 voll. Guastalla, Regio-ducale stamperia di Salvatore Costa, 1786.
  • Arcangeli Letizia, Note per la storia della comunità di Guastalla sotto i Gonzaga (1539-1677), in Il tempo dei Gonzaga, a cura di Giorgio Chittolini, Cesenza, Wafra, 1985.
  • Brunelli Giampiero, Ferrante Gonzaga, in DBI, LVII, (2002).
  • Cammarosano Paolo, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Roma, Carocci, 19985.
  • Cammarosano Paolo, Storia di Colle Val d’Elsa nel Medioevo, 3 voll. Trieste, Cerm, 2008-2015.
  • Cerlini Aldo, Inventari di carte e archivi comunali del reggiano, Reggio Emilia, Tipografia Costi, 1935.
  • Chittolini Giorgio, formazione dello stato regionale e le istituzioni del contado. Secoli XIV e XV, Torino, Einaudi, 1979.
  • Tanzini Lorenzo, A consiglio. La vita politica nell’Italia dei comuni, Roma-Bari, Laterza, 2014.
  • Varanini Gian Maria, «Public written records», in The Italian Renaissance State, Andrea Gamberini and Isabella Lazzarini (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

[1] G. M. Varanini, “Public written records, in The Italian Renaissance State, Edited by Andrea Gamberini and Isabella Lazzarini, Cambridge, 2012, p. 401.

[2] P. Cammarosano, Storia di Colle Val d’Elsa nel Medioevo, 3 vol., Trieste 2008-2015.

[3] L. Tanzini, A consiglio. La vita politica nell’Italia dei comuni, Roma-Bari, 2014, p. 225.

[4] P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Roma 19985, p. 160.

[5] Ibid., p. 165.

[6] G. Chittolini, Formazione dello stato regionale e le istituzioni del contado. Secoli XIV e XV, Torino 1979.

[7] Ibid., p. 261.

[8] P. Cammarosano, op. cit., p. 174.

[9] BMG, Fond Provenienze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 1, recto.

[10] BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 115, recto.

[11] Clavaire ou trésorier, administrateur des finances publiques de la communauté.

[12] I. Affò, “Istoria della città e ducato di Guastalla”, Guastalla, 1786.

[13] G. Brunelli, Ferrante Gonzaga, in DBI, LVII, (2002).

[14] A. Cerlini, Inventari di carte e archivi comunali del reggiano, Reggio Emilia 1935, p. 31.

[15] BMG, Fond Provenieneze varie, env. n. 14, Rationes, fol. 235, recto.

[16] L. Arcangeli, Note per la storia della comunità di Guastalla sotto i Gonzaga (1539-1677), in Il tempo dei Gonzaga, a cura di Giorgio Chittolini, Cesena 1985, p. 78.

Pour citer cet article : davidsalomoni, « Les actes du conseil municipal d’une communauté à la frontière des États d’Este et Visconti-Sforza à la fin du Moyen Âge (XV-XVIe siècles). Le cas de Guastalla », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 25/11/2016, https://regidel.hypotheses.org/165.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search