Créer du consensus en temps de guerre : les registres de délibérations de Toulouse à la fin du Moyen Âge (1374-1440)

L’auteur :

Professeur d’histoire en classes préparatoires (Lycée Henri IV, Paris), en charge du cours d’histoire médiévale (concours de l’Ecole des chartes), membre associé du Lamop
docteur en histoire médiévale (Université Paris I), auteur de Information et opinion publique à Toulouse à la fin du Moyen Âge, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2013.

Article [1]

Support de la présentation : Nadrigny – Créer du consensus à Toulouse

Les registres de délibérations du Conseil de Toulouse présentent des singularités notables. Les débats des conseillers y sont en effet notés avec force détails tandis que les conclusions du Conseil, celles que les juristes italiens appellent les reformationes, ne sont pas notées systématiquement[2]. C’est un fait rare si on examine les registres de délibérations de l’espace français à la fin du Moyen Âge[3]. La présente communication essaiera de comprendre ces particularités sans se référer à un « modèle italien » des délibérations dont l’influence nous importe peu. Mieux vaut comprendre les logiques politiques, culturelles et sociales propres à une ville qui élabore des recettes appropriées à des enjeux spécifiques.

Les archives municipales de Toulouse présentent une série riche de huit registres, conservés de 1374 à 1440. Trente quatre années séparent le premier registre (essentiellement de 1374 à 1380) et le second (1414-1417). Viennent ensuite cinq registres qui sont conservés presque en continu[4]. Ainsi, même si la série concerne surtout le XVe siècle, le premier volume est assez volumineux pour autoriser des comparaisons fructueuses entre les deux périodes. Tous sont des volumes in-4° portant des reliures factices datées du XIXe siècle. Ces registres étaient au départ conservés sous forme de liasses ou cahiers (quaterni) non pourvus de couverture[5].

Ces écrits sont à replacer dans un contexte politique marqué par la guerre. Toulouse se voit d’ailleurs comme une ville frontière, « barbacana », « frontiera » du pays de Languedoc. La ville fait en effet face à la Guyenne anglaise, et son arrière-pays est régulièrement traversé par les hommes d’armes du roi d’Angleterre[6]. Ce climat d’insécurité est perceptible dans les registres de délibérations.

Ceux-ci portent la marque des dirigeants officiels de la ville, les capitouls, entre huit et douze, mais ceux-ci sont peut-être moins influents que la poignée d’hommes qui prennent la parole en premier au Conseil de ville et emportent l’adhésion de la majorité. Le Conseil est organisé par l’assesseur, qui présente l’ordre du jour de la séance tandis que les registres eux-mêmes sont aux mains des notaires du consistoire (salle du Conseil), assistés de clercs. Ces spécialistes de l’écrit sont tous des notaires ou des clercs de notaires travaillant par ailleurs pour des études en ville.

Nous verrons d’abord que ces registres peuvent être considérés comme des consilia (I). Puis, nous montrerons que les avis y sont de plus en plus développés (II). Enfin, nous essaierons d’avancer quelques hypothèses pour comprendre cette évolution (III).

Les registres de délibérations toulousains : des consilia

            Consilium

Le mot consilium revient régulièrement dans les délibérations. Les premières pages des registres annoncent généralement des Consilia capitulariorum (Conseils des Capitouls) qui semblent faire office de titre du volume. Le premier registre, seul en son genre, est intitulé Liber consiliorum (livre des conseils), parce que ce volume a peut-être formé un livre ou a été prévu comme un livre, c’est-à-dire, dans le vocabulaire toulousain de l’époque, un registre pourvu d’une couverture. Consilium revient pour ouvrir chaque délibération : fuit consilium, (talis et talis) habuerunt, tenuerunt consilium. Suit toujours le lieu des débats : la Domus Communis (Maison Commune), agrégat de bâtisses encore assez mal unifiées ; plus précisément le consistorium (consistoire, salle des délibérations).

Consilium est une institution, que l’on peut traduire par Conseil de ville, d’où le terme de consiliarii réservé à ceux qui y participent, ne serait ce qu’une fois, et qui est une dignité et non un office, puisqu’il n’est pas rémunéré par la ville[7]. Ce Consilium s’inscrit dans un paysage institutionnel marqué par d’autres Consilia : la ville écrit ainsi régulièrement au Consilium regis ou Consilium regium qui désigne la cour du sénéchal de Toulouse, ou au Consilium trium statuum, pour les États généraux ou ceux de Languedoc[8]. Les gens d’Eglise sont plus rarement nommés ainsi, mais comme gentes Ecclesie ou domini Ecclesie, et c’est généralement dans ces termes qu’aux côtés du Consilium ville et du Consilium regis, ils s’inscrivent dans l’ordre trifonctionnel de la ville[9]. L’information circule ainsi entre Conseils et au sein du Conseil.

Consilium est aussi un document correspondant à une séance du Conseil, donc un procès-verbal, d’où l’expression signalant un renvoi : quere in fine Consilii (cherche à la fin du conseil) ou quere in precedenti Consilio (cherche au conseil précédent)[10].

Consilium est enfin un message, une information, d’où l’expression dare consilium.

Ces trois significations sont entrelacées, puisque l’institution se fonde sur un échange d’informations qui sont enregistrées dans un procès-verbal. Sans aller jusqu’à une étude du champ sémantique du Consilium, on essaiera de progresser dans la compréhension du mot en le confrontant à des mots souvent associés.

            Consilium/Secretum

Nous avons conservé le serment que les notaires de Toulouse devaient prêter devant les capitouls à leur entrée en fonction. Mention est faite des délibérations qui sont désignées comme des « secretz Cosseilz » : « Les secretz Cosseilhs desditz senhors de Capitol quant appelat y sere a lunha persona a qui no.ls deia revelar no revelare »[11]. Le serment mentionne l’éventualité d’une convocation des notaires au Conseil. Ils peuvent être employés comme notaires ou clercs du consistoire, mais aussi comme simples conseillers. Le serment, surtout, assimile les informations du Conseil à des secrets.

Ceci explique peut-être l’usage du latin, en contraste avec l’occitan des livres des comptes et d’estimes, en principe consultables par la population, du moins une partie qui la représente : les auditeurs des comptes, surtout des changeurs et des marchands, rarement latinistes a priori[12]. Ici, le registre est destiné à un public plus restreint, l’administration municipale, et en particulier les notaires du consistoire et assesseurs, des juristes maîtrisant le latin. L’emploi de cette langue marque une volonté de rupture par rapport à la population ordinaire, celle qui ne parle qu’occitan.

Cependant, cette fermeture n’est pas absolue. Au Conseil sont appelés des individus qui dépassent le cadre étroit des administrateurs de la ville : une trentaine environ, et parfois bien plus, au-delà de cent, au point que le scribe manque de place pour écrire le nom de tous les présents[13]. En règle générale, tous les noms des conseillers sont notés et accompagnés d’un avis appelé oppinio.

            Consilium/oppinio[14]

Les mots du procès-verbal mettent en regard deux groupes : les capitouls qui tiennent conseil (tenuerunt/habuerunt consilium) et les hommes qui sont réunis au Conseil (cum dominis infrascriptis), ensuite écrits un par un dans la délibération. Ces dominis semblent désigner tous les conseillers présents, y compris des hommes qui, dans le procès-verbal, sont dépourvus du titre de dominus. Les mots de la délibération semblent ainsi mettre à égalité les participants, y compris les capitouls, qui sont également appelés, selon un usage consacré, domini.

Le mot consilium est ainsi pourvu d’une connotation collective, communautaire, peut-être égalitaire, du moins dans un cercle bien délimité, celui des conseillers urbains. Il se démarque de l’oppinio, plus individuelle, associée à un conseiller en particulier. Des conseillers se réfèrent même à des oppiniones tenues dans un Conseil précédent. Parfois est mentionnée une major oppinio, qui résulte d’un comptage, parfois matérialisé par des traits, des avis individuels[15]. Exceptionnellement, l’oppinio renvoie au Conseil : oppinio Consilii[16].

La délibération apparaît ainsi comme un moment de transformation de l’opinion en conseil. La fin des procès-verbaux se termine souvent par la formule : consilium fuit conclusum in oppionione talis.

Mais l’oppinio n’apparaît qu’au XVe siècle, alors que la structure des délibérations change nettement.

Des avis de plus en plus développés dans les procès-verbaux des délibérations

Au XIVe siècle, des avis peu développés dans les registres de délibérations

Dans les années 1374-1380 (registre BB 1), le procès-verbal est constitué de la date, des affaires à traiter, puis des décisions prises. Le mot consilium ouvre ces deux grandes parties du discours : fuit consilium super eo quod pour les affaires du jour ; tenuit consilium quod pour les décisions. Ces dernières sont parfois annoncées par les formules major pars, maxima pars, quasi tota pars. Après les décisions viennent les noms des conseillers, rassemblés en colonnes. Les avis des conseillers sont rarement détaillés. Le premier avis est souvent largement développé. Un second et un troisième viennent souvent le nuancer. Puis, la masse des autres conseillers se contente de se rallier à l’un de ces avis principaux par un idem. On retrouve cet avis majoritaire, éventuellement unanime, dans la mention de la décision prise, qui apparaît souvent comme un décalque de cette opinion. Ce premier registre de délibérations s’apparente ainsi à ceux de la plupart des villes du royaume de France et des villes provençales. Ce sont surtout des reformationes, des décisions prises par le Conseil de ville, qui font de celui-ci une véritable autorité, aux côtés des capitouls[17]. Mais la situation change au XVe siècle.

Des registres de plus en plus délibératifs au XVe siècle

La situation s’inverse dans les registres des années 1414-1440 : la décision du Conseil n’est pas toujours indiquée tandis que les avis se développent, et pour un nombre de conseillers souvent supérieur à trois ou quatre. En début de procès-verbal est placé un protocole initial étoffé, qui comprend la date, le lieu de la réunion, le nom de l’assesseur et le nom des capitouls présents ou au contraire, le nom des capitouls absents. Mais ce sont les avis des conseillers qui occupent la majeure partie du procès-verbal. Cette situation se renforce à partir de 1435, pour les registres BB 7 et BB 8. Les affaires du jour ne sont presque jamais enregistrées. Restent la date, la mention des capitouls présents et des avis amplement développés, sans conclusion, comme si la délibération se réduisait désormais à elle-même. Naissent ainsi, en quelque sorte, de véritables « registres de délibérations ».

C’est dans ces années que s’accuse le contraste entre les registres toulousains et ceux des autres villes de l’espace français. La singularité toulousaine tient non seulement aux détails donnés dans les avis, mais aussi à l’homogénéité du registre, spécialisé, sauf exceptions, dans les délibérations. Point de registre mixte, mêlant des lettres, des pièces comptables, des ordonnances, comme on en trouve dans le nord de la France[18]. Certes, il y a bien quelques feuillets insérés dans ces registres et qui sont des pièces comptables, des rapports sur les fortifications, sur les monnaies, des rapports d’experts en quelque sorte, mais ces documents sont en lien direct avec les procès-verbaux des délibérations, qui prennent souvent soin de les indiquer. Ces rapports nourrissent souvent les débats[19].

À la recherche d’une parole authentique

Certains indices montrent que les Toulousains ont cherché à transcrire le plus fidèlement possible la parole des conseillers, en prenant les avis sur le vif, même si la pratique ne semble pas systématique.

Deux brouillons conservés en témoignent : l’un date du 1er juillet 1416, l’autre du 5 août 1429[20]. Ce sont des petits bouts de papier, de format in-8°, pliés en deux ou trois, voire plus, et rédigés d’une écriture cursive et abrégée, mais sans exagération nette par rapport aux procès-verbaux. Les textes y sont très brefs, d’une vingtaine de lignes, contre quatre pages en moyenne pour les délibérations, même si on ne peut connaître la longueur des procès-verbaux correspondants, qui ont été perdus. Le procès-verbal est réduit à la date, elle-même dépourvue de l’année. Le rapport des affaires du jour n’apparaît que dans le premier brouillon, sous une forme abrégée. Les avis en revanche, apparaissent dans les deux brouillons. Tout laisse penser que les brouillons permettent aux scribes de prendre les avis sur le vif pendant la délibération, puis de les transcrire au net dans le procès-verbal définitif.

Cependant, de nombreux procès-verbaux mettent en évidence une autre procédure, qui ne nécessite pas l’emploi d’un brouillon. Le scribe note au préalable les noms des conseillers dans le procès-verbal. Pendant la séance, il note sur le vif les avis des conseillers, et c’est pourquoi les mentions des avis présentent un ancrage et un angle d’écriture différents par rapport aux mentions des noms. Quand les avis sont plus longs que prévu, le scribe rature les noms pour prendre plus de place. Après la délibération, le même scribe, ou un autre, complète l’ensemble par l’ajout du protocole, du rapport, d’une conclusion éventuellement, quitte à reporter ces parties à la fin du procès-verbal.

L’essentiel est la priorité donnée à la transcription d’avis « authentiques », qui se veulent fidèles à la parole des conseillers.

Hypothèses sur l’évolution des registres de délibérations

Une culture du débat ?

C’est ce que suggèrent les enluminures du Livre des Histoires de Toulouse, chronique urbaine réalisée depuis la fin du XIIIe siècle et accompagnée depuis le milieu du XIVe siècle d’enluminures représentant les capitouls, ainsi que des scènes diverses (scènes pieuses, porte de la ville, événements extérieurs)[21]. Ces « portraits capitulaires » s’attachent moins à restituer des individualités qu’à représenter un idéal collégial du gouvernement urbain. Celui-ci implique l’unité dans la prière, dans une attitude pieuse qu’expriment les postures du corps et les regards tournés vers le Christ, la Vierge et les saints. Mais ces représentations sont plutôt rares, et l’unité du corps capitulaire se traduit surtout par un échange d’opinions entre les capitouls. Les capitouls sont répartis en paires, souvent au sein d’arcades trilobées, où ils se font face et engagent une discussion, parfois examinent des documents qui semblent être des mandats de paiement. Tandis que l’index tendu symbolise l’autorité de celui qui parle, les mains ouvertes manifestent l’acceptation d’une opinion. Ce dialogue apaisé est cependant troublé par des tenues de poignet qui révèlent une confrontation tendue, un rapport de force. Ces représentations se rencontrent à toutes les périodes à partir du milieu du XIVe siècle. Quand on sait la place éminente que ce livre occupe dans l’identité urbaine, on peut poser comme hypothèse que le débat est au cœur de la culture municipale. Ces images sont d’ailleurs aussi visibles sur les murs des salles de la Maison Commune[22]. Cependant, ces images, visibles dès les années 1350, ne peuvent nous renseigner sur la rupture survenue dans les registres de délibérations à partir du XVe siècle.

L’ascension des juristes ?

Comme l’a montré François Bordes, le XVe siècle est marqué par l’ascension de deux groupes sociaux au sein du pouvoir municipal, les juristes et les marchands, et par le relatif déclin des nobles[23]. Si l’on examine la composition du corps capitulaire, la rupture est nette à partir du début du XVe siècle : la part des nobles, qui diminue depuis le début du XIVe siècle, poursuit sa baisse jusqu’au milieu du XVe siècle, tandis que la part des juristes et des marchands continue sa progression, malgré certaines irrégularités. Dans la période 1425-1450, les nobles sont clairement dominés et par les juristes et par les marchands. Cette évolution sociologique du pouvoir urbain a certainement eu des effets sur la tenue des débats et sur les écrits du Conseil. Ceux-ci portent la marque d’une culture universitaire apprise dans les facultés de droit et dans la pratique juridique : goût pour la parole, mais aussi pour sa mise à l’écrit formalisée, pour la confrontation des opinions (les disputationes) et la recherche de conclusions. Parmi ces juristes, il faut noter la place de l’assesseur, presque toujours gradué en droit et en charge des délibérations. Mais cette percée des gradués en droit est à nuancer. Elle est moins nette que celle des marchands qui, entre 1425 et 1450, culminent à près de 40 % du corps capitulaire tandis que les juristes et les nobles sont à peu près à égalité, autour de 20 %. Ensuite, la part des inconnus (entre 10 % et 30 %) diminue la fiabilité de ces calculs. Enfin, le pouvoir municipal s’exerce ailleurs que dans le capitoulat : dans les ambassades, dans le contrôle des commissions, mais surtout dans la prise de parole au Conseil. Dans ce dernier domaine, la noblesse maintient largement ses positions, ce qui permet un équilibre entre les groupes sociaux, un relatif consensus[24].

La recherche du consensus ?

L’unique registre du XIVe siècle présente des délibérations à une voix, celle des Ysalguier, la plus puissante famille de la ville. Descendants de Raimond Ysalguier, changeur anobli en 1328, les Ysalguier se fondent ensuite dans la noblesse toulousaine et en adoptent le mode de vie par des achats de seigneuries dans l’arrière-pays[25]. Dans les procès-verbaux du Conseil, les Ysalguier sont placés en premier et leur avis est souvent développé sur plus d’une ligne. Les Conseils du XVe siècle sont plus équilibrés : si la famille Ysalguier garde un certain rôle, d’autres noms, d’autres familles s’affirment, ce qui suggère une véritable concurrence dans la prise de parole et l’influence politique. Le Conseil est même le théâtre de luttes lors de certaines crises. Entre 1417 et 1420, les Armagnacs et les Bourguignons s’y affrontent, même si la prise de parole reste feutrée et consensuelle. C’est hors du Conseil que la violence se donne à voir[26]. Entre 1436 et 1440, les partisans du comte d’Armagnac et ceux du dauphin Louis (dont les Ysalguier) s’affrontent sur le choix du lieutenant général du Languedoc[27]. Dans ce contexte, la notation des avis des conseillers présente un intérêt majeur : elle empêche toute contestation de la décision municipale parce qu’elle démontre qu’elle a été prise après débat du Conseil de ville et par une majorité, voire l’unanimité des opinions exprimées. Cette hypothèse assez théorique est étayée par un indice : un feuillet inséré dans le registre de 1419, où un noble bourguignon, Bernard de Roaix, conteste une décision prise par les capitouls. Les capitouls présents lui répondent que cette décision a été prise per Consilium ville unanimiter et concorditer. Ils ne montrent pas le registre à Roaix, mais ils n’en ont pas le temps : celui-ci se répand en invectives et quitte les capitouls[28]. On peut penser que dans des situations plus ordinaires, montrer les avis du Conseil permettait de couper court à toute contestation. Il reste à savoir pourquoi ce genre de mention apparaît un peu par hasard, dans un feuillet isolé, et jamais dans les délibérations.

 

 

Ces registres de délibérations nous donnent à voir une des contradictions essentielles des villes médiévales : les luttes d’influence entre groupes sociaux et groupes politiques, mais aussi la recherche d’un consensus qui doit construire une unanimité, union des âmes à forte connotation religieuse, liée à l’idée de paix. Les autorités municipales ont tenté de dépasser cette contradiction par la promotion d’un débat, d’une confrontation des opinions célébrée par une image que l’on trouvait dans les livres officiels mais aussi sur les murs de la Maison Commune. C’est sans doute l’habitus scolastique qui explique le développement des discussions dans les registres de délibérations. De ce point de vue, Toulouse fait penser à Lyon, ville également marquée par la promotion des juristes et des débats au sein du Conseil de ville, à partir de la seconde moitié du XVe siècle[29].

Ces registres gagneraient à être confrontés à d’autres documents fondamentaux de la municipalité toulousaine : les registres de comptabilité. Leur langue, l’occitan, et leur formulaire, très marqué par le souci du chiffre, « l’esprit de bilan », les associent à un milieu social particulier, lui aussi en plein essor au XVe siècle, les marchands, notamment les changeurs, parmi lesquels sont choisis les trésoriers urbains. Ce sont aussi ces hommes qui dominent les commissions de vérification des comptes[30]. Ainsi s’opère une forme de spécialisation sociologique au sein des écrits urbains : aux juristes les délibérations, aux marchands les comptabilités, chacun offrant son expertise dans des domaines spécifiques. C’est ainsi tout le système documentaire toulousain qui est marqué par les grandes dynamiques sociales de la fin du Moyen Âge.

 


[1] Ce texte reprend une question abordée mais non résolue par ma thèse de doctorat : Xavier Nadrigny, Information et opinion publique à Toulouse à la fin du Moyen Âge, Paris, École des chartes, 2013, p. 65-106 (Les registres de délibérations municipales).

[2] Paolo Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, Nuova Italia scientifica, 1991, p. 159-166.

[3] Kouky Fianu et Michel Hébert, « Introduction », dans Memini, t 12, 2008, p. 7-21.

[4] AM Toulouse, BB 1 (6 mars 1374-25 novembre 1388) ; BB 2 (13 décembre 1414-31 janvier 1417) ; BB 3 (28 novembre 1418-1er août 1421) ; BB 4 (17 avril 1422-2 avril 1424) ; BB 5 (18 avril 1426-22 avril 1428) ; BB 6 (11 janvier 1429-11 août 1430) ; BB 7 (19 juillet 1435-20 novembre 1437) ; BB 8 (29 avril 1438-15 février 1440).

[5] Xavier Nadrigny, op. cit., p. 66-68.

[6] Xavier Nadrigny, « La « frontière » dans l’opinion publique à Toulouse au XVe siècle », dans Hypothèses, t. 8, 2004, p. 95-106.

[7] C’est dans ce sens que l’on écrira Consilium avec une majuscule.

[8] Voir ainsi cette lettre adressée tout à la fois aux capitouls et au Conseil du roi : Item, ibidem fuerunt lecte littere regie dicti subsidii seu vidimus earum et littere clause […] tam dominis de Consilio regis quam dominis de Capitulo misse per dominum comictem Fuxi quam per episcopum Laonensem […] (AM Toulouse, BB 5, 10 septembre 1427, p. 70) ; les états de Poitiers sont évoqués ainsi : rex miserat dominis unam litteram clausam ut interessent duo vel tres in loco de Peyties et die XVI mensis presentis novembris in Consilio trium statuum ibidem tenendo (AM Toulouse, BB 5, 13 novembre 1427, p. 85).

[9] Les pouvoirs éminents s’adressent généralement à ces trois groupes (ville, clercs, officiers royaux) lorsqu’ils désirent communiquer un message important à la ville. Voir cet avis d’un Toulousain à propos d’une lettre du comte de Foix : videtur sibi quod actento quod littere domini comictis Fuxi diriguntur gentibus ecclesie et domini nostri regis, quod absque eorum Consilio non faciamus aliquam respontionem pro presenti, sed quod pro presenti respondeatur dominis missis quod littere domini comictis diriguntur gentibus trium statuum, cum quibus non potuimus adhuc deliberare, cur supplicetur quod placeat eisdem expectare quod dicti domini de Capitulo deliberaverint cum dictis gentibus trium statuum super contentis in eorum credentia.

[10] Voir par exemple AM Toulouse, BB 5, 20 août 1427, p. 58 (Quere in fine consilii) et BB 7, 24 mai 1437, p. 67 (Quere in precedenti consilio).

[11] Quand je serai appelé aux secrets Conseils desdits seigneurs capitouls, je ne les révèlerai à personne à qui je ne dois pas les révéler.

[12] Pour les livres de comptes, voir AM Toulouse, CC 1843, CC 1845-1848, CC 1850-1862. Pour les registres d’estimes, AM Toulouse, CC 155-159.

[13] Voir par exemple AM Toulouse, BB 1, 6 mars 1374, fol. 1v.

[14] Il y a bien deux « p » à oppinio.

[15] Voir par exemple AM Toulouse, BB 2, 3 juin 1416, p. 77.

[16] Ibid., 8 mai 1415, p. 23.

[17] Kouky Fianu et Michel Hébert, « Introduction », dans Memini, t 12, 2008, p. 7-21.

[18] Voir l’intervention de Cléo Rager au cours de la Table ronde.

[19] Voir par exemple le feuillet inséré dans la délibération du 24 mai 1437 et nourrissant plusieurs débats (AM Toulouse, BB 7, 24 mai 1437, p. 67).

[20] AM Toulouse, BB 2 (pour 1416) et BB 6 (pour 1429).

[21] Sur ce Livre des histoires, François Bordes, Formes et enjeux d’une mémoire urbaine au bas Moyen Age : Le premier « Livre des histoires de Toulouse (1295-1532) », Thèse de doctorat Nouveau régime, dir. Michelle Fournié, Université Toulouse Le Mirail, 2006, 5 t.

[22] Ibid., t. 3, p. 89-92.

[23] Ce paragraphe s’appuie sur les calculs de François Bordes, Ibid., p. 73-77.

[24] Ibid., p. 85-87.

[25] Philippe Wolff, « Une famille du XIIIe au XVIe siècle. Les Ysalguier de Toulouse », dans Mélanges d’histoire sociale, t. 1, 1942 ; réimpr. dans Regards sur le Midi médiéval, Toulouse, 1978, p. 233-257.

[26] On pense ici aux éclats de Bernard Roaix, partisan bourguignon. Ses violentes prises de parole se font toujours hors du Conseil (Xavier Nadrigny, op. cit., p. 209-220).

[27] Ibid., p. 300-301.

[28] Sur ces événements, ibid., p. 218-219.

[29] Caroline Fargeix, Les élites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage. Pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon, d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Boccard, 2007, 657 p.

[30] Xavier Nadrigny, op. cit., p. 281-282.

Pour citer cet article : xaviernadrigny, « Créer du consensus en temps de guerre : les registres de délibérations de Toulouse à la fin du Moyen Âge (1374-1440) », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 25/11/2016, https://regidel.hypotheses.org/235.

xaviernadrigny

professeur d'histoire en classes préparatoires (Lycée Henri IV), en charge du cours d'histoire médiévale (concours de l'Ecole des chartes), membre associé du LAMOP.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search