La fabrique sociale du gouvernement – Soutenance de thèse de Lionel Germain

La fabrique sociale du gouvernement : pragmatique et symbolique des écrits urbains dans le Rouergue médiéval (milieu du XIIe-milieu du XIVe s.)

La thèse sera soutenue publiquement le vendredi 2 décembre à partir de 14h00 à l’Université Paris-Saclay, UVSQ (salle des thèses, bâtiment d’Alembert – 5 boulevard d’Alembert, 78047 Guyancourt), devant un jury composé de :

• M. Pierre CHASTANG, Professeur à l’Université Paris-Saclay, UVSQ (directeur de thèse)
• M. Florent GARNIER, Professeur à l’Université Toulouse Capitole (rapporteur et examinateur)
• Mme Catherine KIKUCHI, Maîtresse de conférences à l’Université Paris-Saclay, UVSQ (examinatrice)
• Mme Isabella LAZZARINI, Professeure à l’Université du Molise (rapporteuse et examinatrice)
• Mme Élodie LECUPPRE-DESJARDIN, Professeure à l’Université de Lille (examinatrice)
• M. Pierre MONNET, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (examinateur)
• M. Judicaël PETROWISTE, Maître de conférences à l’Université Paris-Cité (co-encadrant de thèse)

Mots clés : Moyen Âge, histoire du gouvernement, culture de l’écrit, histoire urbaine, histoire du Midi, communautés urbaines

Résumé : En Occident, les derniers siècles du Moyen Âge sont ceux de l’affirmation des communautés politiques urbaines et ceux de la « révolution de l’écrit » ; les deux phénomènes étant imbriqués. Cette thèse explore ce lien entre l’invention du politique et le développement d’une culture de l’écrit dans les petites villes du Rouergue médiéval, dans le sud-ouest de la France. Des gouvernements urbains y émergent en effet au cours du XIIIe siècle, et l’étude systématique des sources qu’ils ont laissées permet d’apporter un nouvel éclairage sur le développement d’une scripturalité degouvernement dans l’Occident urbain des XIIIe et XIVe siècles, loin des grandes villes qui ont davantage attiré l’attention des historiens jusqu’ici.

Cette documentation permet d’abord d’observer l’émergence des communautés politiques urbaines en Rouergue depuis le milieu du XIIe siècle. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, une profonde mutation documentaire accompagne leur progressive institutionnalisation: c’est à cette période que se développe pleinement un écrit de gouvernement, à la fois produit par les villes et reçu d’autres autorités, dont la portée est à la fois pragmatique et symbolique. Il s’agit en premier lieu d’un outil d’encadrement et de gestion de la vie publique, qui permet notamment de

définir et de fixer la norme, ainsi que de mettre en place un système fiscal et comptable permanent et rationalisé. Il s’agit en même temps d’un moyen par lequel la communauté politique urbaine fait corps, concrètement en permettant une surveillance de la bonne gestion des affaires publiques, et symboliquement en incarnant une mémoire idéalisée d’un gouvernement exercé pour le bien commun. Enfin, au-delà des murs de la ville, la communauté d’habitants s’inscrit dans un dense réseau politique que l’écrit permet d’entretenir et de faire fonctionner.

La première moitié du XIVe siècle est ensuite un temps de reconfigurations socio-politiques et de pérennisation de ces gouvernements. Dans uncontexte d’affermissement de l’autorité royale, les communautés d’habitants doivent de plus en plus démontrer et défendre leur légitimité et leurs droits. En même temps, au sein des villes, les difficultés économiques et la mainmise des oligarchies communales sur les affaires publiques entrainent une forte contestation sociale, que l’on tente de résoudre par des « réformes populaires ». L’écrit, sous toutes ses formes, est au cœur de ces dynamiques, et c’est notamment dans ce contexte que sont confectionnés les premiers cartulaires urbains du Rouergue.

Title : The Social Fabric of Government : Pragmatic and Symbolic Uses of Urban Writings in Medieval Rouergue (mid 12th-mid 14th Century)

Keywords : Middle Ages, history of governance, literacy, urban history, South France history, urban communities

Abstract : In Western Europe, the last centuries of the Middle Ages included affirmation of urban political communities and the “revolution of writing” ; the two phenomena being intertwined. This PhD thesis explores the relationship between an invention of new politics and the development of literacy in the small towns of medieval Rouergue in southwestern France. In this region, urban governments emerged during the thirteenth century, and the systematic study of the sources that remain sheds new light on the development of a government literacy in the urban Western Europe during the thirteenth and fourteenth centuries, far from the large cities that have attracted more attention from historians to this day.

This documentation first allows us to observe the emergence of urban political communities in Rouergue since the middle of the twelfth century. In the second half of the thirteenth century, a considerable growth of writing accompanied their gradual institutionalization. Indeed, it was during this period that a governmental literacy was fully developed , both produced by the cities themselves and received from other authorities, and whose function was both pragmatic and symbolic. This literacy was first and foremost a tool for the administration of public affairs, which made it possible

to define and set the legislation, as well as to set up a permanent and rationalized tax and accounting system. At the same time, it was a means by which the urban political community forms an entity, both concretely by allowing the good management of public affairs to be watched, and symbolically by materializing an idealized memory of a government exercised for the common good. Finally, beyond the walls of the city, the community of inhabitants were part of a dense political network that the written word made it possible to maintain and operate.

The first half of the fourteenth century was then a time of socio-political reconfigurations and of consolidation of these governments. In the context of the reinforcement of the royal authority, the communities of inhabitants had to increasingly demonstrate and defend their legitimacy and their rights. At the same time, within the cities, the economic difficulties and the monopolization of public affairs by the communal oligarchies led to strong social contestation, which “popular reforms” attempted to resolve. Writing, in all its forms, was at the center of these dynamics, and it is notably in this context that the first municipal cartularies were made in Rouergue.



Citer ce billet
François Otchakovsky-Laurens (2022, 15 novembre). La fabrique sociale du gouvernement – Soutenance de thèse de Lionel Germain. Registres de délibérations urbains au Moyen Âge. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tk6z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search