Résumé de l’intervention de Solal Abélès le 24 novembre 2017 (Journée “Enregistrer les conflits”)

Solal Abélès (Université du Luxembourg)
Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1349)
Entre réaffirmation de l’autonomie locale et instrument d’assujettissement à Florence

 

La commune de Colle val d’Elsa, située à la frontière des territoires siennois et florentin, parvient à maintenir jusqu’au premier tiers du XIVe siècle une forte autonomie politique à l’égard de ses deux puissantes voisines. À l’instar de nombreuses communes toscanes, elle subit cependant dans les années 1320 les conséquences d’une reprise régionale des luttes entre guelfes et gibelins : les seconds tentent ainsi de s’emparer du pouvoir à Colle en 1322 ; bien qu’avortée, cette tentative ouvre la voie à un bouleversement de la vie politique locale puisqu’en réaction directe, le principal membre d’une puissante famille colligiane, l’archiprêtre Albizzo Tancredi, parvient la même année à accaparer la charge de capitaine du peuple, puis à se faire nommer seigneur à vie en 1326. Son éviction violente en mars 1331 entraîne à la fois un retour au régime communal antérieur et le début d’un assujettissement progressif à la commune de Florence, définitivement scellé en 1349.

L’objectif de notre intervention consiste, ainsi que l’invite l’argumentaire de la rencontre, à évaluer les effets de ces bouleversements politiques sur la série de délibérations colligianes la mieux documentée, celle du conseil du capitaine du peuple, à travers deux niveaux d’analyse.

On cherchera d’abord à déterminer l’impact de la seigneurie d’Albizzo Tancredi sur l’évolution structurelle et thématique des délibérations enregistrées, en comparant des échantillons de celles-ci réparties sur trois périodes découpées en fonction de leur rapport chronologique à l’avènement du seigneur : antérieure (1312-1316), contemporaine (1322-1324) et ultérieure (1331-1333). Si dans l’ensemble, l’étude des échantillons indique une certaine permanence, certains éléments de forme et de fond de la deuxième période témoignent nettement de l’extension des pouvoirs d’Albizzo Tancredi.

Le second niveau d’analyse soulignera la centralité des délibérations du conseil du capitaine du peuple dans le processus d’assujettissement de la commune de Colle à celle de Florence. C’est en effet au cours de certaines séances dûment enregistrées qu’est votée la concession en décembre 1331 d’une première custodia aux Florentins, ainsi que son renouvellement en avril 1333 puis en janvier 1336. L’enregistrement de la délibération qui valide ce second renouvellement, lequel se caractérise aussi par un élargissement des prérogatives florentines, est non par hasard recopié dans les Libri iurium de la grande cité. Une telle pratique s’explique selon nous par la volonté des Florentins d’obtenir et de mettre en scène le consentement de la société politique de Colle afin d’assurer une domination pérenne. La copie et la conservation de l’acte de délibération colligian lui confère par conséquent un double rôle : constituer la base normative des nouveaux rapports de domination et témoigner de la libre acceptation locale de l’emprise florentine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search