Résumé de l’intervention de Matthieu Allingri le 24 novembre 2017 (Journée “Enregistrer les conflits”)

Matthieu Allingri (Telemme-AMU)
La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne
Les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite

La révolte de 1318 à Sienne, point culminant des tensions accumulées contre le régime des Neuf, a été la plus sérieuse mise en cause de ses équilibres politiques et institutionnels et un moment clef de son évolution politique, au-delà d’une apparente continuité de 1287 à 1355 et au-delà de l’investissement considérable de ce régime pour renforcer le consensus à travers une idéologie de bon gouvernement. La confrontation des échos du conflit dans les registres de délibérations du Conseil général (conservés avec une exceptionnelle continuité depuis l’instauration d’un enregistrement systématique vers 1249) avec les chroniques citadines et les provisions spécifiques adoptées en réponse au conflit permet d’observer comment les tensions ont été relayées au Conseil, comment le régime y a mis en scène une réponse politique et institutionnelle et comment les unes et les autres ont été traduites par écrit. Dans une période marquée par le glissement des structures politiques de la commune populaire vers un système de gouvernement aux leviers plus concentrés entre les mains de collèges et commissions exprimant les intérêts de l’élite dirigeante, le Conseil apparaît encore comme une arène politique, mais tend à devenir un lieu de légitimation formelle de dynamiques politiques dont l’impulsion lui échappe ; et ce trait sensible dans les débats est plus visible encore dans leur mise à l’écrit, où les enjeux de la contestation – que certaines chroniques laissent clairement entrevoir – apparaissent largement tronqués ou euphémisés. Le nœud entre politique et documentation est d’autant plus central dans ce conflit qu’une partie des notaires citadins sont parmi les principaux instigateurs de la révolte, aux côtés d’un groupe de bouchers et d’autres popolani mécontents de leur éviction politique, et d’une fraction des magnats. En outre, l’un des enjeux du conflit réside dans les tensions entre l’élite dirigeante et la corporation des juges et notaires citadins, qui se sont vu fermer l’accès à la Seigneurie et dont le régime tente d’endiguer l’influence majeure au cœur des institutions par une sévère politique réglementaire ; la corporation est devenue l’un des principaux pôles de résistance à la domination de l’élite novesca. Cependant, les limites du traitement du conflit dans les délibérations du Conseil semblent moins imputables à la mise par écrit des débats qu’à l’évolution même du rôle du Conseil, de la composition de l’assemblée et de la structuration des débats en son sein, que le conflit a conduit à redéfinir en partie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search