Résumé de l’intervention de Vincent Challet le 24 novembre 2017 (Journée “Enregistrer les conflits”)

 Vincent Challet (Université Paul Valéry-Montpellier-III – CEMM)
Discordances et dissidences. Les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379

Dans le contexte montpelliérain, le fait d’enregistrer les délibérations du conseil politique constitue un fait relativement tardif et quasi consubstantiel à la grave crise des institutions consulaires qui se fait jour à compter des années 1360 lorsque l’entrée dans la guerre de Cent Ans et la considérable augmentation des besoins fiscaux de la monarchie française accroissent les tensions sociales existant au sein de la communauté urbaine. Cette nouvelle forme de consignation du politique est à mettre en rapport à la fois avec l’aménagement de la nouvelle maison consulaire qui substitue au porche des assemblées générales la salle fermée du conseil et avec la nécessité pour les élites urbaines de donner aux représentants des populaires ne serait-ce que l’illusion d’une participation au pouvoir.

Le premier registre de ce type, due à la plume du notaire du consulat Peire Gilli, ne constitue pas, à l’inverse de ce que l’on constate dans maintes autres villes, une mise en forme scripturaire de l’élaboration d’un consensus politique, ni ne vise à présenter une histoire apaisée de la prise de décision. Bien au contraire, il fait d’une certaine manière œuvre de mémoire de certaines dissensions sociales tout autant que politiques en accordant une part non négligeable à l’enregistrement d’avis discordants pouvant émaner des représentants des petits artisans et des ouvriers agricoles qui, par ce biais, ont accès non seulement à la parole vive mais aussi à sa consignation dans les registres consulaires. Dans un consulat urbain si hiérarchisé et dominé par les figures des marchands, drapiers, poivriers et autres changeurs, l’attention portée en maintes occasions à cette expression d’une opinion « populaire » que l’on tente certes de rallier au point de vue des groupes dominants mais dont l’on ne dissimule pas pour autant systématiquement les traces de contradiction semble indiquer que la pratique du conseil ne s’est pas encore totalement dégagée des formes anciennes – et parfois jugées désuètes – de l’assemblée générale des citoyens. En outre, pour toute décision de quelque importance, et notamment en matière de fiscalité et de défense, les portes du conseil ne manquent pas de s’ouvrir pour accueillir en son sein des avis émanant de cercles qui, d’ordinaire, ne sont pas invités à prendre la parole. Dès son adoption donc, la forme même du registre de délibérations se fait l’écho plus ou moins feutré d’une situation qui est déjà de crise.

Toutefois, la grande révolte qui secoue la ville en 1379 et s’accompagne du pillage et de l’incendie de maisons appartenant à l’oligarchie montpelliéraine provoque, à en juger par le registre couvrant l’année 1381-1382, une certaine mutation tant de forme que de pratique dans la mesure où l’expression même d’avis divergents paraît s’atténuer au profit de la construction d’une certaine unanimité englobant au sein d’une seule et même décision à la fois les représentants des métiers les plus éminents et ceux qui relèvent des « subalternes ». Dans le même temps, la tendance est aussi à un élargissement de plus en plus conséquent des individus associés à la prise de décision, sans qu’il soit malgré tout possible de savoir réellement s’ils ont été invités à formuler un avis argumenté ou si, seul, leur consentement a été recueilli. Une chose, cependant, n’en est pas moins sûre : sur les conseils tenus en cette année plane l’ombre de la révolte de 1379 au cours de laquelle les dissensions politiques exprimées dans le premier registre ont trouvé à se manifester violemment dans la rue. Dès lors, la pratique des conseils trahit un élargissement de la consultation politique et les registres de délibération visent, par prudence, à présenter toute décision comme étant le résultat d’un consensus plus que d’un compromis, obtenu en accordant une plus large place aux voix de ceux qui, l’espace d’une nuit, ont pu dominer la ville par les armes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search