Résumé de l’intervention de Daniele Bortoluzzi le 24 novembre 2017 (Journée « Enregistrer les conflits »)

Daniele Bortoluzzi (Universités de Florence et Sienne)
Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303

Mon intervention vise à montrer comment un événement traumatisant a eu la capacité d’altérer la documentation produite des conseils municipaux. Ce que je voudrais souligner, en particulier, c’est que les écritures publiques n’avaient jamais un codage rigide, mais qu’elles étaient grandement influencées par les circonstances.

En temps de paix l’activité du Conseil Populaire (le plus important conseille urbain) a été enregistrée sur de grands livres de parchemin soigneusement écrits, dont les traits diplomatiques sont la présence d’une intitulatio, d’une convocatio, d’une propositio, d’une reformatio et enfin d’un signum notarié: tous ces éléments certifier l’authenticité du document et indirectement son importance.

À partir de 1296 le mode d’enregistrement, à la fois dans ses caractères intrinsèques et extrinsèques, a subi des changements majeurs et profonds. En cette année-là, Bologne fut attaquée par les forces du marquis Azzo d’Este et des Gibelins de Romagne. Les signes de changements dans les registres commencent à apparaître à travers le vocabulaire choisi: l’urgence a été codifiée à travers quelques mots formalisés par la doctrine juridique. Les plus importants étaient necessitas, novitas.

Pendant les phases d’urgence, les délibérations ont été perméables à une série de nouveaux concepts qui témoignent de la volonté de rechercher une légitimité juridique et un consensus sur la citoyenneté. À partir de 1299, sous l’impulsion de l’urgence de la guerre (et du danger d’invasion), les réformes commencent à motiver certaines mesures en recourant au concept de défense de la liberté; en 1302, c’est le premier cas, suite à une tentative ratée de renverser le régime au pouvoir, la compagnie du maçon réclame la verbalisation d’une réforme dans la langue vernaculaire de Bologne.

Pour faire face à la crise, qui a culminé en 1303, le régime a réagi en essayant de créer un sommet gouvernemental plus fort et plus stable, formé par le podestà, le capitaine du peuple, les consoles aînées, le proconsul de la société des notaires, un défenseur des vingt entreprises (qui ont juré une union) et un conseil étroit formé par des juges et des magnats. Le conseil du peuple ait perdu de son importance (en dérogation des statuts); les balies du gouvernement, cependant, ont gagné plus de pouvoir.

De l’activité politique institutionnelle de la période nous sommes informés par d’autres registres qui ont été compilés, ceux contenus dans les fonds Consigli minori. Les principaux registres des conseils mineurs sont très importants pour comprendre l’histoire de Bologne car ils collectent toutes les activités menées par les balié du gouvernement, et pas seulement pendant les situations d’urgence.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search