Résumé de l’intervention d’Alberto Luongo le 24 novembre 2017 (Journée “Enregistrer les conflits”)

Alberto Luongo (Université de Pise)
Les registres de délibérations comme instruments de l’affirmation seigneuriale :
le cas de Gubbio à la fin du XIVe siècle

Durant le dernier quart du XIVe siècle, la commune de Gubbio, en Italie centrale, a connu deux expériences seigneuriales particulièrement importantes : la dyarchie de l’évêque Gabriele Gabrielli et de son frère Francesco (1379-1383) et l’avènement définitif de la domination d’Antonio de Montefeltro (à partir de 1384). Les reformationes communales de ces deux périodes de crise politique, loin d’être de simples miroirs de la réalité, incarnent assez bien ces changements : dans les deux cas, qui se caractérisent par des conflits politiques internes parfois violents, le mot-clé est « dissimulation ».

Dans le premier cas, l’ingérence de l’évêque dans les affaires de la Commune donna lieu à la création pour la première fois d’un notaire reformationum autochtone, mis au service de la chancellerie épiscopale. Si cette innovation témoigne de la rupture institutionnelle qui eut lieu en 1379, la rédaction des délibérations ne connut aucun changement formel, mais continua de se conformer à la tradition locale. Toutefois, l’analyse détaillée des contenus des registres et du contexte politique montre que le notaire chancelier avait en quelque sorte pour mission de superviser la vie politique de la commune en faveur de la dyarchie : la dissimulation des conflits était probablement une façon d’exercer cette fonction dans un contexte où l’évêque attendait d’obtenir le vicariat apostolique sur la ville pour légitimer sa position.

Dans le second cas, le comte de Montefeltro veilla à ne pas heurter la sensibilité communale et populaire de la communauté, en faisant de la rédaction des délibérations un terrain privilégié pour cette stratégie. De même, sous cette nouvelle domination seigneuriale, le chancelier, désormais étranger à la cité, était choisi parmi les membres de l’entourage du comte. Au début ce changement provoqua une transformation matérielle des registres, qui devinrent alors essentiellement des registres privés. Il faut mettre cela en relation avec le caractère encore précaire de la seigneurie du comte de Montefeltro à ses débuts, et avec la nécessité d’élaborer des pratiques scripturales appropriées. Par la suite, les registres reprirent leur aspect traditionnel, mais devinrent aussi un instrument servant à édulcorer ou à dissimuler le processus d’affirmation seigneuriale, alors même que celui-ci privait graduellement les conseils communaux de leur autorité. Dans ce contexte, l’attention était concentrée sur le vicariat apostolique du comte, qui n’est jamais mentionné dans la documentation officielle parce que trop associé à l’expérience seigneuriale précédente. Là encore, la dissimulation des conflits
urbains fut l’un des moyens de cette politique. Rien ne devait changer pour que tout change. Les chanceliers et leur documentation furent, donc, selon deux modalités différentes, un instrument de l’affirmation seigneuriale sur la ville.


Alberto Luongo

Alberto Luongo, est diplômé d'histoire de l’Università degli Studi di Milano et docteur en histoire médiévale de l'Università di Pisa. Il était titulaire de bourses de recherche à l’Università di Pisa et au Deutsches Historisches Institut de Rome. Il travaille principalement sur l’histoire politique, sociale et économique des villes italiennes dans les siècles XII-XIV. Il est l’auteur de Gubbio nel Trecento. Il comune popolare e la mutazione signorile (Rome, Viella, 2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search