Résumé de l’intervention d’Auderic Maret le 24 novembre 2017 (Journée “Enregistrer les conflits”)

Auderic Maret (EHESS – Centre Norbert Elias)
Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 :
mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve

Introduction : la question du contrôle et de l’usage des eaux de l’Huveaune, une mise à l’épreuve parmi d’autres

Toute ville est un système politique où les pouvoirs se réajustent en permanence les uns par rapport aux autres, et le pouvoir municipal est un pouvoir parmi d’autres et n’est pas toujours dominant.

A Marseille, en 1348, l’union de la ville se fait au profit du pouvoir municipal, écartant de ce fait l’évêque et les chanoines, les deux autres pouvoirs qui se partageaient auparavant la domination de l’espace urbain. Mais à moins de croire que l’évêque et les chanoines aient été des spectateurs passifs, il est difficile de croire que ces derniers aient accepté la nouvelle situation. Dès qu’ils le peuvent, ces deux pouvoirs cherchent à dominer l’échiquier politique local, profitant des crises subies par le pouvoir municipal. Les années 1460 et 1470 sont marquées par l’enjeu de l’approvisionnement en eau de la ville, totalement désorganisé après le sac de 1423.

La question à laquelle je vais chercher à répondre peut se formuler ainsi : « Comment le conflit entre le conseil de ville et l’évêque de Marseille – baron d’Aubagne est-il mis en scène dans les délibérations municipales dans les années 1470 ? »

I. Jeux et enjeux des pouvoirs autour de la ressource et de l’utilisation de l’eau à Marseille

Comme toute ville méditerranéenne, la question de l’eau est un enjeu vital pour la ville. L’approvisionnement de Marseille pose de sérieux problèmes depuis le sac de 1423. Ce n’est qu’en 1446 que le conseil de ville réorganise l’approvisionnement en eau et se dote de moyens de surveillance en ville et dans le terroir. Le notaire expose longuement le nouveau règlement de l’eau et les mesures prises pour garantir un accès à l’eau.

L’Huveaune est la principale source d’approvisionnement en eau mais c’est aussi un axe économique important du fait des moulins destinés à la meunerie qui y ont été construits (7 en 1560). Rappelons que la farine se transporte mal et qu’il y a une volonté de réduire le plus possible la distance entre le grain et le lieu de transformation puis de consommation.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la mise à l’épreuve où le baron d’Aubagne (le comte de Provence jusqu’en 1474, puis l’évêque de Marseille) cherche à s’imposer du fait de la situation d’amont qu’il a sur la ressource.

II. Enregistrer la mise à l’épreuve : montrer les efforts déployés par un pouvoir en lutte

Alors que les délibérations municipales sont généralement « lissées » (cf. C. Fargeix à propos de Lyon), dans cette affaire elles deviennent plus « bavardes », signe de l’importance de l’enjeu de la ville.

Le précédent des années 1460 est évoqué avec l’ensemble des étapes. Pour le conflit des années 1470 c’est exactement la même chose, le notaire évoque l’ensemble de la procédure, les recours, les résultats … mais également la méfiance à l’égard de René Ier d’Anjou, ancien baron d’Aubagne et qui est juge et parti dans cette affaire vis-à-vis de Jean Alardeau.

Le registre montre donc un pouvoir municipal en action, qui déploie des efforts pour rester maître de la ressource en eau et conserver la police des eaux de l’Huveaune.

III.Enregistrer la victoire finale : glorifier le pouvoir municipal

Le registre de délibérations ne contient pas de déclaration de victoire finale, mais reporte que par la suite l’évêque demande l’autorisation, façon tacite d’enregistrer la soumission de l’évêque face au pouvoir municipal.

D’autres documents de la chaîne d’écriture le montre. C’est notamment le livre des privilèges AA5 avec la soumission de l’évêque. De plus, Ogier d’Anglure, successeur de Jean Alardeau, qui est baron d’Aubagne, évêque de Marseille mais également abbé de Saint-Victor ne parviendra pas à revenir sur cette maîtrise de l’eau.

Conclusion : enregistrer les délibérations municipales en temps de crise politique, la construction d’un récit municipal de la mise à l’épreuve à la victoire finale

L’échange de 1474 entre René Ier d’Anjou et Jean Alardeau est l’occasion pour le nouveau baron d’Aubagne de revenir sur le rapport de force avec le conseil de ville. Or loin de l’emporter, il est affaibli dans cette partie du terroir à l’issue de ce conflit.

Les événements sont connus à travers le filtre des délibérations du conseil de ville de Marseille, s’il y a bien effet de source dans la connaissance de la crise, cela montre en tout cas que les délibérations sont non seulement une reconstruction des événements mais également la construction d’un récit municipal participant à l’édification d’un monument de papier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.