Sources ! De l’Archéologie aux fonds d’Archives

Jeu. 14 déc. 2023 à 08h00 au ven. 15 à 17h00
Auditorium des Moulins de Beez, Rue du Moulin de Meuse, Namur, Belgique

Inscription : ici

Programme : ici

Par leur formation et leurs habitudes, archéologues et historiens travaillent trop souvent en autarcie, considérant les sources qu’ils ne connaissent pas comme « auxiliaires » ou, pire, illustratives. Pourtant, par leur complémentarité, elles ne peuvent se passer l’une de l’autre. Et les Services Publics qui les gèrent peuvent en témoigner.

En 1989, dans le cadre de la régionalisation de la Belgique, la responsabilité des opérations archéologiques fut confiée à l’Aménagement du Territoire en Wallonie.  La nouvelle institution régionale put s’appuyer sur une législation archéologique dont la Belgique était jusqu’alors dépourvue. Son orientation était à la fois de préserver le patrimoine archéologique et de se doter des moyens d’enregistrer les archives du sol menacées, avant leur destruction par les aménageurs. Ses objectifs furent dès le départ clairement définis : non seulement documenter mais aussi valoriser les découvertes scientifiques tant vers le grand public que vers le monde de la recherche. Ces missions incombent aujourd’hui à ce qui est devenu SPW Territoire, Logement, Patrimoine et Énergie et plus particulièrement à l’Agence Wallonne du Patrimoine qui en dépend.

De leur côté, les Archives de l’État remplissent des missions comparables, garantissant la conservation, la préservation et la transmission du patrimoine archivistique, depuis la naissance de la Belgique. Elles assurent la sélection de ce qui doit être acquis et préservé. En tant que Service Public, elles en permettent l’accès aux chercheurs comme au grand public. Et, en tant qu’institution scientifique, les Archives de l’État déploient une activité scientifique autour de l’archivistique, de la conservation et de l’histoire des institutions productrices d’archives.

Cette volonté de mettre en dialogue les sources, quelque soit leur nature et de rester vigilant sur le patrimoine méconnu et menacé, qu’il soit écrit ou matériel, s’inscrit dans les pas de nos prédécesseurs. Ainsi, dès le XIXe siècle, les archivistes de l’État furent parmi les premiers acteurs des Sociétés savantes qui contribuèrent à la conscientisation du patrimoine archéologique wallon. C’est dans une certaine continuité aussi, que le premier Inspecteur Général du Patrimoine de la Région wallonne, André Matthys – défenseur de ce qu’il appelait l’« Histoire totale » – contribua au développement de l’archéologie préventive en tant qu’outil scientifique de compréhension et de gestion durable du territoire de la Wallonie constituant un vaste site archéologique.

En 2013, la Direction de l’Archéologie, dont les missions ont intégré l’Agence Wallonne du Patrimoine (AWaP) depuis le 1er janvier 2018, établit une Convention de partenariat avec les Archives de l’État dans les Provinces. Celle-ci a pour objectif de contribuer aux études d’opérations archéologiques menées par le SPW, en vue de leur publication. Considérant les résultats de cette collaboration fructueuse, cette convention fut renouvelée et célèbre, cette année, 10 années d’existence. Forts de cette expérience, l’AWaP et les Archives de l’Etat ont souhaité organiser un colloque. Celui-ci sera l’occasion de faire le bilan critique de cette approche documentaire et interdisciplinaire. Il se développera en trois axes :

  • Une réflexion globale et historiographique sur l’association des disciplines historique et archéologique. Quels sont leurs apports respectifs et mutuels ? Comment cette recherche scientifique a-t-elle progressé ?
  • Des cas d’études interdisciplinaires en Wallonie et ailleurs. Depuis la signature de la convention entre le SPW et les Archives de l’État, 8 opérations archéologiques menées en Wallonie ont pu bénéficier de cette méthodologie intégrée. Ces études sont loin d’être uniques dans notre pays comme ailleurs.
  • Archéologie et Histoire sont confrontées à la gestion d’archives qu’elles soient textuelles ou matérielles, autrement dit qu’elles soient sorties d’un grenier ou de terre. Comment sont assurées la conservation et la transmission du patrimoine archéologique et archivistique ?

La rencontre se tiendra aux Moulins de Beez, les 14 et 15 décembre 2023.

Professionnels ou passionnés, nous vous attendons nombreux !

Source : AWaP



Citer ce billet
François Otchakovsky-Laurens (2023, 15 novembre). Sources ! De l’Archéologie aux fonds d’Archives. Registres de délibérations urbains au Moyen Âge. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tk7u

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search