L’invention du cartulaire communal – Discours de soutenance de thèse de M.-E. Sterlin

Vous trouverez ci-dessous le discours inaugural de la thèse de doctorat soutenue par Marie-Émeline Sterlin le 25 novembre 2023 à la Sorbonne, Université Paris 1. Nous remercions chaleureusement Madame Sterlin de l’amitié qu’elle nous fait de nous communiquer son texte.

La thèse a été soutenue devant un jury composé de :

M. Pierre CHASTANG, Professeur, Université Paris-Saclay (Rapporteur)
Mme Kouky FIANU, Professeure, Université d’Ottawa
M. Olivier GUYOTJEANNIN, Professeur, Ecole Nationale des Chartes (Directeur)
Mme Elisabeth LALOU, Professeure émérite, Université de Rouen (Rapportrice)
M. Olivier MATTEONI, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Directeur )
M. Nicolas Leroy, Professeur, Université de Nîmes

Livre rouge de St-Quentin
Archives Municipales de Saint-Quentin, Livre rouge, f. 15r.

Madame la Présidente,

Madame et Messieurs les membres du jury,

C’est un honneur mêlé d’enthousiasme de me tenir devant vous aujourd’hui pour soutenir ma thèse de doctorat portant sur la première cartularisation dans les communautés urbaines de Picardie, et je vous remercie d’avoir accepté de faire partie de ce jury pour examiner et discuter ce travail. Je veux également exprimer ma reconnaissance à mes directeurs, Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni, de m’avoir guidée dans les sinuosités de la recherche. Ma gratitude s’adresse aussi à tous ceux – collègues, amis et famille – qui m’ont accompagnée toutes ces années et dont certains ont pu être présents aujourd’hui.

La thèse que je défends devant vous s’intitule L’invention du cartulaire communal. Rythmes, formes et finalités de la première cartularisation dans les communautés urbaines de Picardie au XIIIe et au XIVe siècle. En prenant pour objet d’étude les cartulaires produits par cinq villes de Picardie – Abbeville, Amiens, Beauvais, Saint-Quentin, Senlis – elle se place dans la continuité des réflexions initiées par la nouvelle érudition enrichies par les travaux sur la litéracie, et entend de la sorte participer au renouvellement actuel de l’histoire des villes et de leur gouvernement au prisme des pratiques de l’écrit. Elle explore et éclaire les mécanismes d’appropriation de la forme documentaire déjà ancienne du cartulaire par les communautés urbaines. Dans un contexte de redéfinition de leur relation avec le roi et de leur identité en tant que villes de commune, ces dernières utilisent le cartulaire comme une troisième voie pour écrire le droit urbain, en en faisant un livre de référence attestant de leurs droits et de leur juridiction.

Une thèse sur des cartulaires ? Encore une ?

Favori des érudits, pierre angulaire des études positivistes, tête de pont du renouvellement sur l’écrit et le document : depuis plusieurs siècles ces manuscrits n’ont cessé d’être au cœur des préoccupations des historiens au point que le constat des organisateurs du colloque pourtant plus que trentenaire sur Les cartulaires en 1991 résonne toujours avec autant d’actualité : « des sources de l’histoire médiévale, il en est peu qui ait été autant citée, compulsée, exploitée, voire labourée que le cartulaire[1] ».

Alors des cartulaires, peut-on dire encore quelque chose de nouveau ?

Répondre par l’affirmative à cette question fut le pari de mon doctorat. Celui-ci est le fruit d’un travail au long cours, amorcé dès mon master, dont la genèse et les tribulations pourront éclairer certains aspects et certains partis pris. Tout commence au cours d’une discussion conjointe avec Monsieur Mattéoni et Madame Gauvard pour élaborer un sujet de master. Alors également élève à l’École du Louvre, je souhaitais combiner mes deux disciplines de formation – l’histoire et l’histoire de l’art – en m’appuyant sur des objets ou des programmes architecturaux pour travailler le rapport entre art et politique. J’aspirais autant à sortir d’une histoire des formes artistiques que d’une histoire fondée uniquement sur les textes pour faire « parler » les objets sur les sociétés qui les avaient produits puis utilisés. Mon intérêt pour les primitifs italiens et leur action dans les cités-états me faisait pencher pour un cadre urbain mais je cherchais un autre espace que l’Italie que je savais déjà très étudiée sous cet angle. Monsieur Mattéoni suggéra le champ de l’histoire des manuscrits ; Madame Gauvard proposa alors l’étude des cartulaires municipaux dans le nord de la France, dont elle savait que plusieurs étaient ornés.

À la fin de ma licence, les cartulaires ne m’évoquaient qu’un vague passage de mon cours d’introduction aux sources historiques ; mais je croyais me souvenir de questions relatives à la mémoire qui m’intéressaient. La contrée picarde était certes moins ensoleillée que l’Italie, mais je pouvais en soupçonner les richesses médiévales pour y avoir grandi ; l’ornementation des cartulaires s’annonçait moins fastueuse que les toiles des musées que je parcourais, mais la découverte d’une production artistique peu abordée dans les formations d’histoire de l’art m’attirait. Je sortis donc de ce rendez-vous avec un sujet portant sur le décor et la mise en page des cartulaires municipaux de Picardie.

Ce ne sont finalement pas tant les décors qui retinrent mon attention que la découverte que je fis d’une part de la codicologie quantitative au sein du séminaire qui lui est dédié à Paris 1 et d’autre part des réflexions historiographiques entourant l’écrit et le document appliquées aux cartulaires. À ce moment-là – nous sommes en 2010 – le dynamisme suscité par le colloque déjà évoqué sur les cartulaires avait déjà suscité de nombreux nouveaux travaux sur ces manuscrits. En combinant les réflexions de la nouvelle érudition à une première réception des études sur la litéracie via la Pramatische Schriftlichkeit allemande, à une histoire des pouvoirs renouvelée par l’anthropologie et dynamisée par les recherches sur la genèse de l’État moderne, et à une étude de la mémoire vue comme un phénomène social total, le cartulaire se trouvait étudié comme un lieu d’expression du pouvoir et d’une mémoire collective, dans la perspective d’une réflexion sur la rationalisation des pratiques de l’écrit.

Or dans ce champ de recherches, la question des cartulaires municipaux restait alors quasiment inexplorée et n’avait fait l’objet que de quelques articles suscités par le colloque sur les cartulaires méridionaux et par les deux rencontres du Grepsomm sur l’écrit et la ville.

Je me rendis compte aussi bien vite que travailler sur les cartulaires municipaux impliquait de réfléchir à la notion même de cartulaire telle qu’elle avait été forgée par les historiens. L’usage fluctuant du terme par les érudits et les historiens des siècles qui nous précèdent, mais aussi la définition du terme, délimitée principalement à partir des observations faites sur des cartulaires monastiques produits au XIIIe siècle, induisait une réticence de certains chercheurs à considérer les cartulaires produits par les communautés urbaines comme tels. Plusieurs d’entre eux me demandaient alors si les manuscrits sur lesquels je travaillais en étaient bien : « cartulaires, pas cartulaires ? »

Je réorientais alors mon sujet pour le centrer sur une approche codicologique de quelques cartulaires picards et je commençais à formuler la question qui devint quelques années plus tard celle de ma thèse.

Celle-ci est en apparence très simple : qu’est-ce qu’un cartulaire municipal ?

Entre deux le paysage de la recherche avait changé. Les publications – effectives ou imminentes – des ouvrages sur la ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier ; sur l’histoire sociolinguistique du français picard et sur les écritures ordinaires, ainsi que d’une thèse sur la révolution de l’écrit à Douai au XIIIe siècle, actaient la réception tardive en France des études sur la literacy et posaient des jalons forts pour son application au cadre urbain dans le nord de la France. Parallèlement, le début de plusieurs thèses orientée sur l’écrit et le gouvernement des villes me donnaient des compagnons de recherche avec qui discuter et confronter les idées.

Ce cadre historiographique et conceptuel me permis de décliner mon interrogation initiale – qu’est-ce qu’un cartulaire municipal – en trois questionnements :

  • Le premier suit l’impulsion initiale de mon projet de recherche : partir d’un objet et le faire parler. Le cartulaire est l’objet d’étude principal, relié à son processus de production la cartularisation : pourquoi et comment le cartulaire est-il fabriqué ? Comment est-il utilisé et que représente-t-il pour les personnes qui le conçoivent et le manient ? Dans quelle mesure la notion historienne de cartulaire recoupe-t-elle la réalité documentaire des manuscrits étudiés ?
  • Le deuxième inscrit les cartulaires communaux dans une perspective plus large des pratiques scripturaires : comment s’insèrent-ils dans les pratiques écrites des villes ? Quelle part l’influence ecclésiastique a-t-elle pris dans l’élaboration des cartulaires ? Comment le recours au cartulaire s’articule-t-il à la mise en place du registre, constaté au même moment à d’autres endroits ?
  • Le troisième questionne la dimension « d’instrument de pouvoir » des cartulaires : en quoi forment-ils un instrument de gouvernement ? De quelle identité des villes sont-ils les porteurs ?

Mes travaux de master, réalisés à l’échelle des cartulaires de plusieurs villes, m’avaient permis de constater la grande diversité des cartulaires municipaux en même temps que leur longévité, certains ayant été complétés sur plusieurs siècles. J’avais pu aussi éprouver les limites de la seule approche codicologique pour comprendre les cartulaires et la cartularisation dans les communes.

Il fallait donc élargir et comparer :

  • Élargir la chronologie à l’ensemble de la période médiévale, seule solution pour analyser le caractère évolutif de ces manuscrits longtemps continués ;
  • Élargir en ouvrant le corpus des cartulaires encore existants à toutes les mentions ou copies que je pourrais trouver dans l’espace considéré afin de porter l’analyse à l’échelle d’une région et non de quelques villes comparées ;
  • Élargir, encore – et surtout – à d’autres sources que les cartulaires pour les replacer, eux et la cartularisation, dans une histoire plus longue des pratiques de l’écrit et des rapports politiques dans les communautés urbaines.

Ces principes guidèrent la construction de mon corpus, articulé en deux ensembles. Le premier réunit les cartulaires eux-mêmes, à la fois objet et source de l’étude, que je soumettais à une analyse codicologique ; le second comprend d’autres documents produits par les communautés urbaines, permettant d’éclairer les cartulaires par des sources externes et de les replacer dans le système documentaire de ces villes. Ce sont notamment les chartes et titres constitutifs de ces communes, leurs comptabilités, leurs registres de délibérations et les autres livres municipaux.

Ce corpus est construit à l’échelle de la Picardie méridionale, ce « blanc de la carte » décrit par Robert Fossier, dans lequel aucun regroupement territorial ne s’est formé de manière durable sous une autorité forte, et qui pourtant présente des caractéristiques économiques et culturelles communes. La mise à jour de la liste des cartulaires municipaux établie en 1901 par Henri Stein désignait treize villes comme cadre d’étude : Abbeville, Amiens, Beauvais, Chauny, Compiègne, Doullens, Laon, Montdidier, Montreuil-sur-Mer, Noyon, Rue, Saint-Quentin, Senlis.

Cette approche me confronta à deux difficultés particulières. La première découle du choix même d’une approche comparative. La documentation conservée pour chaque ville de l’étude est contrastée, entre des fonds « fantômes » où il ne subsiste que quelques archives (Abbeville, Noyon, Doullens, Beauvais) et des fonds certes foisonnants d’archives mais qui ne gardent pas le même type de documents : des livres à Amiens ; des chartes et des lettres à Saint-Quentin. Cet état de la documentation est en soi un objet d’histoire mais c’est aussi une limite méthodologique car cela introduit de fait une asymétrie dans la comparaison des cartulaires et des communautés urbaines.

La seconde difficulté vint paradoxalement de la richesse des informations collectées. Il me fallut alors réduire. Ce fut la chronologie que je choisis de raccourcir, en optant pour le premier moment de cartularisation observé au tournant des XIIIe et XIVe siècles ; ce qui conduisait de facto à recentrer la réflexion sur les conditions d’apparition et de développement des cartulaires dans les cinq communautés urbaines que sont Abbeville, Amiens, Beauvais, Saint-Quentin et Senlis. Le temps long de la réflexion étant restitué dans les deux chapitres (liminaire et prospectif) qui encadrent le développement.

Principaux résultats

La mise en place d’un modèle adapté

Les noyaux initiaux des cartulaires produits lors de cette période d’invention sont d’ampleur assez réduite, oscillant entre les 22 entrées du cartulaire de Senlis et les 145 entrées du Cartulaire E d’Amiens. Ils témoignent néanmoins de la mise en place d’un modèle fort de cartularisation, mis en œuvre dans le cadre d’une coopération entre clercs de ville, enlumineurs et relieurs. Ce modèle est marqué par un recours constant à la compilation, une fidélité rigoureuse des copies par rapport au document original, la mise en œuvre de nombreux instruments de référencement et un traitement linguistique allant de la picardisation des actes transcrits à la traduction systématique des actes latins en langue vernaculaire.

Ces partis pris sont cependant vite mis au défi de la continuation des cartulaires sur le temps long. Augmenter les manuscrits pose la question de l’intégration de la cartularisation dans l’organisation du travail des chancelleries urbaines, et l’on observe dans tous les recueils une simplification du traitement linguistique et du décor. En revanche, les entrées continuent à être référencées par au moins par un titre et surtout, aucune concession n’est faite sur la rigueur des transcriptions. Mais la question qui se pose alors aux cartularistes n’est pas uniquement d’ordre organisationnelle ni même matérielle. Il me semble que la difficulté essentielle est plutôt intellectuelle et relative à la temporalité de l’écrit : comment adapter la technique compilatoire qui se déploie normalement à un instant « t » et sur un corpus délimité, à un temps d’écriture démultiplié et un corpus mouvant parce que croissant ? En d’autres termes, comment figer un flux fréquent d’écritures ? La diversité des dispositifs expérimentés dans les cartulaires étudiés montre qu’il n’y a pas de solution partagée sur ce point. Compilation itérative à Saint-Quentin, enregistrement complété par une phase de compilation à Amiens, ajouts ponctuels doublés de phases de compilation à Senlis : bricolage et pragmatisme dominent. Il semble néanmoins que l’acte compilatoire reste l’idéal recherché quand l’enregistrement ne serait qu’une sorte de choix par défaut.

Cependant, quelle que soit la ville et la méthode utilisée, un peu avant le milieu du XIVe siècle, la rédaction des cartulaires ralentit puis connaît un temps d’arrêt. L’analyse codicologique des recueils montre que ce temps d’invention des cartulaires communaux dans les villes picardes n’est en fait qu’un temps dans un processus de cartularisation qui n’est pas linéaire mais au contraire alterne temps d’accélération et temps de latence durant toute la période médiévale. Ainsi, après ce premier temps de production de cartulaires, j’ai pu identifier deux autres vagues de cartularisation dans l’espace considéré. L’une prend place entre les années 1380 et le premier quart du XVe siècle ; la suivante connaît un lent démarrage dans les années 1450 puis une accélération dans les années 1470 jusqu’à la fin du siècle.

Un moment dans l’histoire scripturaire des villes

Un deuxième pan de mon travail consista à observer les pratiques de l’écrit dans les cartulaires et à replacer ceux-ci dans la progressive constitution du système documentaire et de la culture de l’écrit des villes considérées. L’intérêt porté par les historiens aux cartulaires a parfois conduit à en faire les pièces maîtresses des chartriers, occultant le reste de la documentation. Ramener cette dernière au premier plan en retraçant les régimes de scripturalité permet de situer les cartulaires à leur juste place dans les systèmes documentaires communaux en soulignant combien ils ne naissent pas tout armés d’un savoir-faire et d’une culture scripturale qui seraient venus « comme ça ».

J’ai pu mettre en évidence la succession de trois régimes de scripturalité pour les élites communales des villes étudiées permettant, je pense, de mieux comprendre comment et par quelles influences se construit leur rapport à l’écrit, qui rejaillit dans les cartulaires. Les débuts des communes, entre la fin du XIe siècle et le mitan du XIIe siècle, sont marqués par une sorte de litéracie participante, dans laquelle les actes d’écriture sont essentiellement le fait de clercs, tandis que les élites communales sont parties prenantes des rituels entourant l’écrit sans pour autant en être les instigatrices. Cette participation forma sans doute le creuset d’une confiance en l’écrit des élites communales. À partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, s’ouvre un nouveau régime de scripturalité dans lequel les élites communales sont désormais à l’initiative de l’écrit, dont l’usage semble suffisamment courant pour être intégré à certaines procédures. Ces premiers écrits communaux s’inscrivent dans une culture laïque de l’écrit en pleine construction, reprenant des techniques et des formes documentaires et se les appropriant par exemple par une simplification des formulaires ou un début d’utilisation des langues vernaculaires.

Les cartulaires portent en eux ces expérimentations successives construisant la culture et la pratique écrites communales et cristallisent l’ensemble des caractéristiques du troisième régime de scripturalité qui se déploie à partir du milieu du XIIIe siècle, procédant à bien des égards d’une amplification des dynamiques précédentes : choix de la forme documentaire du codex pour gérer l’accroissement du nombre de documents, généralisation de la vernacularisation, souci pour la protection des documents, diversification de la typologie documentaire contribuant à déployer l’écrit dans toutes les sphères d’activités du gouvernement communal.

Pleinement insérés dans les dynamiques scripturaires communales, les cartulaires deviennent de ce fait un observatoire privilégié de la culture des clercs de ville qui les ont conçus. Professionnels de l’écrit, ils maîtrisent plusieurs systèmes d’abréviations en latin comme en langue vernaculaire et certains devaient maîtriser plusieurs systèmes d’écriture. La primauté qu’il donnent au contenu factuel des actes dans leur titre-analyse les révèle comme des praticiens du droit habitués à une réflexion par analogie à partir de cas concrets qu’ils confrontent et relient dans leur raisonnement.

Un instrument de gouvernement pour la ville

Un troisième axe de mon travail explore les mobiles et les fonctions des cartulaires dans le cadre du gouvernement des communes. Leur rédaction intervient en effet dans un moment de fragilité des élites communales, liée à des tensions internes et à un mouvement de suspension des communes favorisant un renforcement de la sujétion au roi.

Les cartulaires sont ainsi conçus comme des livres de référence permettant une nouvelle forme de mise par écrit de la coutume pour l’attester et en avoir connaissance, formant en cela une sorte de continuation de la charte de commune. Selon les villes, deux stratégies de rassemblement des actes ont pu être mises en place. L’une sélectionne les droits fragilisés et à défendre ; l’autre construit un tableau général des droits de la ville, que ce soit sur le plan des prérogatives et de la juridiction des communes comme de leurs possessions et revenus. À défaut de toute certitude d’une utilisation des cartulaires lors de procès, la mise en série des actes, la transcription scrupuleuse de leur texte, le rappel du lien avec l’original existant dans le chartrier et la mobilisation d’une identité graphique se référant aux livres de droit contribuent à donner aux copies qu’ils contiennent une autorité suffisante pour attester ces droits au moins dans un contexte informel.

Le choix de placer les chartes de commune octroyées par le roi en tête des recueils, comme la dépersonnalisation du « nous » au « ville » dans les titres manifeste la gestation d’une identité de « ville de commune » reconnaissant la souveraineté du roi, intermédiaire entre la commune et les « bonnes ville ». Les cartulaires, parce qu’ils forment des recueils sur le droit de la ville créés à l’initiative des communautés urbaines, s’insèrent dans une relation de dialogue voire de négociation avec le roi et les autres pouvoirs.

Des cartulaires, alors, peut-on encore dire quelque chose de nouveau ? Je crois avoir montré que c’était le cas et que d’autres travaux pourront encore alimenter la réflexion dans ce domaine. Toutefois, il me semble que mon travail soulève aussi d’autres terrains de réflexion. Il met en avant l’intérêt d’approfondir un peu plus l’histoire des suspensions de communes, de la réalité de l’impact qu’elles ont eu sur les villes et leurs habitants comme du rôle qui a tenu le Parlement. Cette histoire, comme celle des villes étudiées, gagnerait également à une meilleure connaissance des membres et des groupes politiques qui formaient les élites communales grâce à des études prosopographiques qui manquent encore cruellement dans cet espace. Enfin, les chancelleries urbaines continuent d’échapper à notre regard. Un patient travail d’identifications et de recoupements paléographiques, peut-être en s’appuyant sur les perspectives ouvertes par le recours à l’intelligence artificielle en matière de reconnaissance d’écritures manuscrites, pourrait sans doute apporter de nouveaux éléments.

Les pistes de recherches ne manquent pas, la documentation est abondante, la Picardie accueillante. Toutes les conditions sont réunies pour que ce travail puisse trouver à l’avenir son prolongement dans des aventures de recherche collectives. Je vous remercie de votre attention.


[1] Les cartulaires. Actes de la Table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991, O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (éd.), Paris, École des Chartes (Mémoires et documents de l’École des Chartes, no 39), 1993.



Citer ce billet
François Otchakovsky-Laurens (2024, 8 avril). L’invention du cartulaire communal – Discours de soutenance de thèse de M.-E. Sterlin. Registres de délibérations urbains au Moyen Âge. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6i7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search