Bibliographie Regidel

Cher·e·s lecteurs et lectrices,

Cette rubrique propose la mise en ligne d’une bibliographie indicative concernant les registres de délibérations urbains et plus largement les écritures urbaines ainsi que les pratiques d’assemblées. Elle est composée et mise à jour régulièrement par une équipe de jeunes chercheurs travaillant sur ces champ de recherches.

Cette bibliographie est organisée selon les catégories suivantes :

La bibliographie complète et mise à jour de REGIDEL se trouve sur Zotero : https://www.zotero.org/groups/regidel

La présente bibliographie est conçue de façon participative. Les usagers du carnet, sans restriction, peuvent proposer une référence nouvelle, ainsi qu’une recension/présentation de cette référence.

N’hésitez  donc pas à suggérer toute nouvelle référence bibliographique en commentaire à cette page. Merci !

Équipe bibliographique Regidel : Daniele Bortoluzzi (U. Florence et Sienne). Matteo Magnani (U. Aix-Marseille et Turin). Laura Miquel-Milian (Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelone), François Otchakovsky-Laurens (U. d’Aix-Marseille, coordinateur). Cléo Rager (U. Paris 1 – Lamop et U. Strasbourg), Marie-Emmeline Sterlin (U. Paris 1 – Lamop), Pierluigi Terenzi (U. Padoue). Florie Varitille (U. Paris 1 et Savoie-Mont-Blanc)

Pour citer cet article : François Otchakovsky-Laurens, « Bibliographie Regidel », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 26/03/2018, https://regidel.hypotheses.org/300.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. François Otchakovsky-Laurens dit :

    Cher Collègue,
    Merci beaucoup pour cette question.
    L’objection que vous soulevez est la raison principale pour laquelle le plus fréquemment l’usage des registres jusqu’ici a été opportuniste, par prélèvements ciblés d’éléments voués au recoupement d’informations trouvées ailleurs. Le caractère généralement “insatisfaisant”, “l’impression que l’essentiel reste caché” (N. Coulet, 2004) dans cette documentation, ont longtemps oblitéré un examen pour elle-même, dans sa logique propre de composition.
    Composés au jour le jour, les registres de délibérations ne comprennent en effet que très rarement de narration, ne sont pas des chroniques urbaines ; pour autant ils permettent de retracer le quotidien du gouvernement, ses priorités, d’identifier les intervenants les plus saillants, leur rôle et leurs milieux sociaux d’origine. Par ailleurs la logique et les rythmes composition, la codicologie et les relations avec les autres types de documentation dans le paysage documentaire communal ouvrent des perspectives parfois surprenantes sur le fonctionnement et l’architecture des pouvoirs urbains.
    Mais pour cela, il faut se pencher sur le détail des modèles documentaires, de ces “stéréotypes” dont vous parlez, qui évoluent et connaissent des perturbations significatives. Ainsi à Marseille, la prise d’autonomie grandissante du conseil urbain se retrouve dans la grande évolutivité des registres, qui peu à peu intègrent de plus en plus de documents “extérieurs”, servent de minutier d’émission d’instruments publics pour les membres de l’assemblée, en fonction de la situation et de leurs besoins ; les mentions habituelles d’assentiment ou même de présence de l’officier royal (de tutelle) tendent à disparaître, indiquant le déclin de son rôle effectif. Les registres s’affirment dans le courant du XIVe siècle comme l’outil vivant du gouvernement urbain, qui se joue autour des séances de l’assemblée de ville.

  2. Latouche dit :

    Bonjour,
    Titulaire d’un master à Paris I, je m’intéresse à l’évolution des pouvoirs médiévaux, urbains en particulier. Je me demandais justement à quel point les registres de délibérations urbains étaient des écritures stéréotypées, ne rendant finalement pas vraiment compte de l’oralité, et donc de la réalité des débats dont ils étaient issus. Merci d’avance si vous pouvez me répondre sur ce point ! Et bravo pour votre blog !
    CL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search