La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Age : entre ritualisation et conflits

 

L’auteur

Lorenzo Tanzini  est professeur d’histoire médiévale à l’université de Cagliari. Il est l’auteur de nombreux travaux portant sur le fonctionnement politique et normatif des communes italiennes, notamment :
A consiglio, la vita politica nell’Italia dei comuni, Rome, 2014.
« Delibere e verbali. Per una storia documentaria dei consigli nell’Italia comunale », Reti medievali rivista, vol. 14, no 1 (2013), p. 43‑79.
« “Emergenza, eccezione, deroga”: tecniche e retoriche del potere nei comuni toscani del XIV secolo », dans Vallerani (M.) Tecniche di potere nel tardo medioevo, Rome, 2010, p. 149‑182.

L’article

 (version de travail)

Pour introduire les travaux de cette journée sur l’enregistrement des conflits, il serait difficile de parler en général de la documentation écrite et l’histoire politique de l’Italie communale. On peut dire qu’il n’y a aucune typologie documentaire qui n’ait été profondément exploitée par les études sur l’Italie : les statuts, les sources judiciaires, les écritures fiscales, plus récemment les délibérations des conseils ou les libri iurium – un patrimoine d’études énorme.

La fonction de la parole écrite est au centre des intérêts de l’histoire urbaine pour l’Italie du Moyen Âge, depuis longtemps. Traditionnellement dans l’historiographie italienne cet intérêt s’est focalisé sur les aspects techniques et juridiques des sources. Jusqu’à la seconde moitié du siècle dernier les éditions diplomatiques et les études d’histoire du droit ont monopolisé l’attention. Après les études pionnières de Paolo Cammarosano,[1] Jean Claude Maire Vigueur[2] et Attilio Bartoli Langeli[3] sur la révolution scripturaire de l’âge communal, la production écrite et ses typologies sont devenues l’un des points de vue plus importants pour comprendre l’évolution des pouvoirs urbains. Ces auteurs ont posé la question du rôle de l’écrit, de la structure des sources en tant que miroir des différentes géographies sociales et des différentes stratégies des pouvoirs. Plus récemment encore, l’attention pour cette fonction pour ainsi dire monumentale et architecturale des sources publiques a été flanquée ou compliquée par l’accent mis sur la valeur des sources écrites dans la communication. La parole écrite n’a plus seulement le rôle de construire le pouvoir, mais aussi ou surtout le rôle de moyen de communication politique. Habermas davantage que Weber, pour ainsi dire. Plus que la structure du pouvoir et leur fonctionnement suivant les étapes d’une évolution progressive, il s’agit d’étudier le réseau des relations qui forment la vie politique urbaine : à cet égard évidemment l’écrit est bien plus qu’un outil du pouvoir ; il est la condition même de l’existence de la communication. L’école de Hagen Keller a profondément réfléchi sur la Schriftlichkeit, alors que ces dernières années Christoph Dartmann a travaillé sur la politische Kommunikation dans les villes italiennes.

Pour cette journée, j’ai proposé de considérer la fonction de l’écrit dans la vie politique des villes italiennes entre ritualisation et conflits : l’une comme l’autre pour approcher l’énorme patrimoine documentaire, mais il me semble que la question en général, et les contributions que nous allons écouter aujourd’hui se posent exactement sur cette double polarité.

Le couple ritualisation et conflits à propos du rôle de l’écrit se trouve déjà très clairement posé pour une typologie documentaire fondamentale, les sources judiciaires, et je crois que les travaux sur la documentation judiciaire – je pense surtout à Massimo Vallerani – nous offrent des suggestions très utiles.[4] Il s’agit d’une typologie de sources typique de la révolution documentaire et que nous pouvons étudier avec quelque continuité pour le XIIIe siècle, surtout pour les cas les plus important tels que Pérouse et Bologne. Dans le domaine de la justice communale l’écrit, et en général la procédure écrite, n’a pas une fonction simple d’enregistrement pour la mémoire : au contraire, la procédure écrite avec sa formalisation complexe donne une forme aux conflits. C’est la procédure elle-même et la nécessité d’encadrer les étapes du conflit judiciaire qui incarne le rôle du tribunal, plus que la possibilité d’une conclusion et d’une sentence. On pourrait dire que la ritualisation imposée par l’usage de la procédure écrite romano-canonique est la véritable solution du conflit. Ici l’écrit vaut en tant que tel avant que d’être un outil d’un pouvoir. En second lieu, et je cite encore les travaux de Massimo Vallerani, la logique de la procédure écrite n’a pas pour but de vérifier des faits, mais plutôt de définir la position et la considération des personnes qui sont en jeu : au centre de la procédure se trouve la fama, la dignité sociale de la personne.[5] L’énorme production des sources judiciaires civiles du XIVe siècle, l’un des secteurs documentaires les moins considérés par l’historiographie, qui reste encore à explorer en profondeur dans les fonds d’archives, répond essentiellement à cette dynamique de confrontation des rôles sociaux protagonistes du cadre judiciaire.

Je vous propose de retenir ces deux points – l’écrit qui donne sa forme au conflit et l’importance du statut des personnes – j’y reviendrai dans les considérations que je vais faire dans quelques minutes.

J’ai choisi de partir de l’exemple des sources judiciaires parce que je pense qu’ils ont une validité générale qui s’applique aussi à des typologies documentaires différentes, car le domaine judiciaire exerce une très forte attraction sur l’ensemble des pratiques institutionnelles et documentaires des villes médiévales. On pourrait noter par exemple que le fonctionnement des conseils rappelle par plusieurs aspects le déroulement de la procédure judiciaire : les lieux sont souvent les mêmes ; les grandes salles des palais publics abritent souvent les sessions judiciaires, ce sont les lieux où les sentences sont prononcées ; je voudrais citer par exemple les bannissements de la petite ville de Fabriano en 1299, où le crieur public appelle les conseillers ou les acteurs du procès :

Bando del 16 settembre 1299

Quod quilibet qui habet questionem vel causam in curia Fabriani occasione accusationis vel denuntiationis vel inquisicionis, veniat ad audiendum sententiam ad conscilium, sciendo quod in ipso debent legi condempnationes.[6]

Et à Spolète aussi:

Quicumque habet facere in curiis eorum occasione alicuius malleficii vel excessus, veniat in dicto consilio, sententiam auditurus.[7]

La ritualité des espaces est similaire (le banco où le podestat s’assoit, l’attitude de ceux qui parlent devant le podestat-juge), et les mots aussi ont des analogies très fortes – le coram vobis du libellus dans la procédure romano-canonique est souvent repris par le coram vobis des suppliques au conseil. À la même époque, nous savons que les relations diplomatiques entre les villes, les grands conflits politiques au niveau territorial, sont souvent gérés sous une forme judiciaire, soit qu’il existe un juge capable de résoudre la question au-dessus des parties en conflit (officier du pape, de l’empereur), soit que la gestion demeure seulement au niveau horizontal, mais avec l’emploi d’un personnel cultivé en droit (iudices, legis periti, maitres des consilia)

Il est donc possible de vérifier si la fonction de la procédure écrite en tant que ritualisation, que nous avons perçue dans les sources judiciaires, se pose de la même manière dans le domaine des conflits politiques dans la ville. La question pourrait donc être la suivante : la documentation des conseils a-t-elle par rapport aux conflits politiques urbains la même fonction d’encadrement, de formalisation et en quelque sorte de résolution des conflits que celle offerte par les actes judiciaires aux conflits entre personnes et familles ? Et si non, y a-t-il une documentation qui remplisse sur le plan public une pareille fonction ?

Je propose bien évidemment des considérations provisoires, qui attendent d’être vérifiées et bien sûr falsifiées par les analyses menées par les participants à cette journée d’études.

 

1.

On peut essayer de répondre à cette question à partir des délibérations des conseils, qui sont l’objet de notre attention aujourd’hui.[8] A première vue, il ne semble pas que les délibérations aient cette fonction efficace de formalisation et ritualisation du conflit. Au contraire, dans les pratiques des assemblées on peut trouver des dispositifs d’exclusion, de déplacement ou de sélection qui ont pour effet de pousser le conflit en-dehors de l’écrit.

Parfois il n’existe aucune forme d’enregistrement du débat au conseil – le débat étant le moment précis où le conflit peut se manifester : c’est le choix de Venise, où la riche documentation du Senato et du Maggior consiglio ne comprend pas la discussion, mais seulement les poste et la décision : fuit capta pars quod. Dans l’Italie du XIVe siècle plusieurs villes suivent moins rigidement la même façon de faire, par exemple Pise, où une loi de 1317 dispose de ne pas enregistrer les interventions des conseillers dans le conseil majeur, de Credenza et des Savi, mais seulement la décision.[9] Le risque de faire éclater la confrontation violente entre parties est plus grand que l’avantage de la reproduction d’une dynamique réelle entre opinions, et donc le silence sur les raisons et l’origine des décisions est préférable.

Une impression similaire est donnée par le choix d’enregistrer seulement la proposition au conseil qui a été approuvée par l’assemblée : c’est l’usage le plus fréquent dans les villes du Trecento. L’effet de cet usage est évidemment le déplacement du conflit, parce que lorsqu’une décision du gouvernement communal est rejetée par le conseil, il ne reste aucune trace de cet échec politique. Par conséquence, ces mécanismes documentaires cachent les conflits, les poussent au dehors de l’enregistrement, qui arrive pour ainsi dire lorsque le conflit est terminé.

La limitation du débat, et donc de la reproduction du conflit politique dans le conseil, agit non seulement pour l’écriture des procès-verbaux, mais aussi dans le déroulement même des travaux de l’assemblée. Dans les statuts urbains du XIIIe au XIVe siècle il est facile de trouver des références aux limites mises aux interventions des membres du conseil. A Côme en 1279 la rubrique CLXV – Quod nemini credendariorum comunis Cumarum liceat in uno et eodem consilio concionari bis, et si bis arengaverit, non dividatur consilium super arengo prévoit que

[…] et id quod in secunda vice consulerit, non registretur per scripturam in formam, nec reformetur partitum super secundo dicto [10]

c’est-à-dire qu’après la première intervention du conseiller, une seconde possibilité est interdite, et de toute manière elle ne serait pas écrite.

Un deuxième niveau de limitation de la discussion concerne la logique documentaire de l’enregistrement, confié aux techniciens de l’écriture, les notaires, et donc à un langage technique et artificiel.

Même si la discussion est quelque sorte reproduite, ce que les délibérations montrent est bien évidemment une variété d’opinions et interventions, mais elles ne sont par réellement une dialectique : il s’agit plutôt d’une série d’opinions, sur laquelle on attend le vote. Les plus anciens procès-verbaux, conservés par San Gimignano en 1232, offrent cette sorte de liste d’opinions : à cette date il n’existe pas une délibération proprement dite, parce que tout se termine avec la mention de la pars qui prévaut (reproduit dans la page) : Maior pars Comsilii est cum dicto Riccardini Petri et sunt XXV homines numero.[11] Ce que le statut interdit explicitement, est la discussion sur une opinion déjà prononcée : donc s’il existe une variété d’opinions il n’est pas possible de suivre le conflit entre elles, parce que chacune est simplement présenté au vote sans aucune contradiction.

Dans cet usage se pose à mon avis aussi la fonction du contradictor prévue dans quelques statuts des conseils, c’est-à-dire la nécessité d’une intervention contraire à ce qui est proposé : un rôle occupé par exemple par le sindicus communis à Sienne, où il est prévu au conseil une intervention contraire à la proposition du gouvernement. Il s’agit d’une contestation rituelle, tout simplement exposée avant le vote. Mais sur ce sujet nous écouterons la relation de Solal Abélès.

Je ne voudrais pas non plus donner l’impression d’une réglementation qui servirait seulement à celui qui propose au conseil, c’est-à-dire aux comités gouvernants. Dans une formalisation ainsi rigide, qui pose le conflit en-dehors et non pas dans le procès-verbal, l’écrit n’a pas seulement la fonction de protéger l’initiative du gouvernement de l’incertitude du débat. En quelque manière la formalisation écrite offre une garantie au conseil même, parce qu’il ne sera pas possible d’introduire des sujets de discussion qui n’auront pas été préalablement écrits. Ici le statut de Brescia montre un exemple parfait :

Item ordinant corectores quod omnes propositiones super quibus debent peti et reformari consilia in libro consiliorum aperte notentur et seriatim in ipsis consiliis prout scripte fuerunt exponantur antequam super ipsis consilium postuletur. Et postquam propositiones ipse scripte et lecte fuerint nichil addatur vel mutetur. Millesimo CCXLIIII [12]

Modène 1327 :

Et antequam incipiatur pulsari ad consilium congregandum ad sonum campane sint scripte in totum propositiones et totum quicquid proponi debebit in illo consilio générali vel speciali in quaterno membrano et non de bombace per notarium reformationum comunis […] [13]

C’est à dire que la proposition des Anziani, du gouvernement de la ville, sera enregistrée avant l’ouverture du conseil dans la forme la plus solennelle (en parchemin et non pas en papier), afin d’empêcher qu’une initiative politique durant les travaux du conseil ne modifie l’avis ou ne force la procédure.

Tout ça ne signifie pas, bien évidemment, que les conseils des ville n’étaient pas un espace de conflit. Au contraire, le conflit était l’ordinaire dans le fonctionnement des assemblées : il est bien attesté par la présence dans les statuts de toute une variété de prohibitions telles que celles de prononcer des paroles vulgaires contre celui qui parle, de faire du bruit avec les pieds, d’interrompre ou de se lever pour parler sans autorisation de celui qui préside la séance. Mais ici l’écrit a surtout pour fonction de cacher, de rendre invisible le conflit apparent dans la réalité. L’exemple le plus intéressant à mon avis vient de France : Caroline Fargeix a très bien montré comment à Lyon au XVe siècle lorsque la variété politique du conseil est largement abandonnée au profit d’une composition oligarchique, les procès-verbaux deviennent plus riches, la discussion plus complexe : on enregistre ce qui ne peut plus troubler la paix.[14] C’est plus ou moins ce que l’on peut voir à Florence déjà au XIVe siècle : lorsque le rôle du conseil est plus réduit, la véritable discussion se trouve non pas dans les formules stéréotypées des délibérations, mais plutôt dans les Consulte, émanant des comités politiques nommés par le gouvernement, où il n’existe pas de réelle dynamique sociale ou politique parce que tous les membres sont des hommes du régime.

Ainsi, dans les conseils la vie politique est rigidement sélectionnée par l’écrit. Je voudrais donc laisser un peu le cas des délibérations, pour vérifier dans d’autres typologies de sources l’interaction entre conflictualité politique et écrit.

Il y a, du côté de ce type de phénomène, la situation du conflit qui dépasse pour ainsi dire la force de l’écrit, où l’écrit est complètement renversé : c’est le cas où l’écrit est détruit, effacé, brulé dans un moment violent du conflit politique. Amedeo de Vincentiis il y a quelques années a dédié un travail à la destruction de la mémoire écrite dans l’Italie communale[15] : il a très bien montré que la destruction de la mémoire écrite est un acte fréquent dans les conflits politiques. Mais il a également montré qu’il existe dans la destruction une ritualité aussi fréquente, et performative : l’exemple que De Vincentiis utilise est le récit de l’émeute qui suit la chute du régime des Nove à Sienne en 1355 – après l’arrivée de l’empereur Charles IV en ville, les ennemis des Nove prennent le palais et renversent toute la documentation écrite du régime.

« E durante questo romore, molti gentiliomini col popolo minuto corsero con romore al palazzo de’ consoli de la Mercanzia, e ine robaro e tolsero libri e scritture e altre cose, e stracciaro e portaro via. E di poi corsero a la Bicherna, e tolsero tutti i libri di condenagioni e ‘ncamarazioni, e portarle sul Campo, e, a la presenzia de lo ‘nperadore, furo arse e stracciate. E arsero le case de’ lavoranti de la lana. E una parte di loro co’ romore corsero a la prigione e scassàrola, e arsero ciò che potero e tutti i prigioni cavaro fuori. E poi corsero a la chiesa di Camporegi dove stava la cassetta de’ bossoli de’ signori Nove in uno cassone nella sacrestia, e scassaro el detto cassone, e tolsero la detta cassetta, che v’era imbossolato tutto l’uffizio de’ signori Nove, e portarla al palazo a lo ‘nperadore. E così comandò lo ‘nperadore che detta cassetta fusse gittata per le finestre, e così fu fatto ‘l romore che era in Campo, la presero così quasi rotta, e legarla a la coda di uno asino e così la strascinavano per tutta la città e scopàrolla »

Le traitement de la boite où sont écrits les noms des citoyens qualifiés pour les offices est exactement identique aux rituels de la justice criminelle et du châtiment capital, où le corps est traîné, fouetté, mis en pièces. Ce cas nous amène à une considération supplémentaire : l’écrit est strictement lié aux rituels publics qui se déroulent autour de lui, et surtout sa fonction centrale est liée aux personnes. Le nom des officiers, ou des citoyens qui peuvent aspirer aux offices, est l’objet de l’attention de l’écrit. Ici encore, comme dans la procédure judiciaire, plus que le fait même l’écrit a pour fonction d’enregistrer les personnes, leur rôle social, leur fama. Il ne s’agit pas – je cite encore De Vincentiis –, de détruire la mémoire urbaine : nous avons l’impression que l’incendie des écritures publiques a pour fonction d’effacer la mémoire, mais pour les contemporains il s’agissait plutôt de frapper l’identité politique des personnes qui composaient le régime, d’éliminer leur inscription solennelle dans les lieux de l’écriture.

J’ai souligné cette particularité parce que lorsque l’on parle d’enregistrement des conflits la typologie documentaire la plus riche dans l’expérience italienne est sans doute la variété des listes produites pour définir le régime politique face aux menaces des ennemis, des magnati, de la pars vaincue. La liste, ou le recueil des condamnations politiques, est peut-être le moyen plus classique de définir le conflit à travers l’écriture publique. À ce propos le travail le plus important est celui de Giuliano Milani sur les listes de condamnés à Bologne entre XIIIe et XIVe siècles[16] – mais nous allons entendre à ce sujet Daniele Bartoluzzi sur Bologne. L’enregistrement et la conservation de l’écrit servent à garder la liste de ceux qui ne pourront pas participer à la vie politique de la ville, ou qui pourront le faire seulement après un procès de réhabilitation négociée avec le régime de la ville. L’enregistrement des sentences de la justice politique a la même fonction : à Florence le célèbre Libro del Chiodo continue à copier un siècle durant les actes criminels des Gibelins et des ennemis du régime, transmis d’une génération à l’autre. L’importance de la liste – de la liste de noms, je souligne – est évidente aussi dans un sens positif : non pas une liste d’exclusion mais aussi d’inclusion. Dans l’histoire de Parme à la moitié du XIIIe siècle – j’utilise ici un livre récent de Gabriele Guarisco – il y a un épisode curieux. En 1268 fut créée la Societas croxatorum, une sorte de milice populaire fidèle à Charles d’Anjou : la liste des composants de la societas était une sorte de liste de la citoyenneté active et admise à la vie politique. A plusieurs reprises, en 1287 et 1292, les familles des magnati temporairement exclues de la vie politique essayèrent de modifier la liste pour intégrer cette citoyenneté privilégiée. En 1287 la tentative est bloquée et la liste manipulée est publiquement brûlée devant le conseil.[17] A Pistoia aussi au XVe siècle j’ai trouvé un cas de falsification des lois contre les magnati qui est découverte et directement attestée par une copie dans les statuts de la ville. Le cas de Parme est plus révélateur, pour une double raison. D’abord, la fonction publique de l’écrit, qui le pose au centre du conflit politique, concerne l’enregistrement des personnes beaucoup plus que les faits. L’articulation entre écrit et conflit apparaît avant tout pour la définition de la personne dans le tissu politique urbain. Le rôle de l’individu et des groupes est l’enjeu essentiel de la parole écrite : on pourrait dire que davantage que l’écrit ce qui compte est l’inscription. Ici encore on peut emprunter à la philosophie contemporaine, l’inscription marque la création d’une ontologie sociale de la personne et du groupe.[18] Inscrire, ou effacer l’inscription du nom de la liste, ou du coffre qui garde les noms des officiers, est l’enjeu du conflit. La deuxième image suggérée par le cas de Parme est que la parole écrite a toujours besoin d’être prononcée, d’être mise en scène. La destruction de la mémoire écrite, ou de la liste falsifiée, n’aurait pas le même sens si elle n’était pas exposée dans un espace ou une situation institutionnelle précise, la place publique ou le conseil. Cela nous rappelle le fait que toujours, face à l’écrit de nos sources publiques, il faut penser à leur utilisation sur le plan de la parole prononcée. Autant que les images dans les églises, qui étaient pensées pour être montrées et commentées par le prêtre qui parlait, la parole écrite était – plus souvent peut-être que ce que l’on pense – pensée pour une récitation publique. Nous avons les images, la structure de l’église mais nous pouvons seulement imaginer leur vie : pour le texte c’est presque pareil, nomina nuda tenemus, pour ainsi dire. La liste doit être récitée régulièrement au conseil, tandis que les statuts sont fréquemment récités pendant les travaux du conseil. Il y a des cas où les statuts entiers sont lus devant l’assemblée, dans un rituel qui rappelle l’Ancien Testament de la Bible : les constitutions du pape au XIVe siècle ordonnent la lecture globale du texte entier devant le parlement ou le conseil de la ville en version vernaculaire[19]. La traduction vernaculaire des statuts urbains, dont nous avons l’exemple à Sienne, Pérouse et Florence a essentiellement cette fonction d’appui à la lecture rituelle dans l’assemblée, et sans doute non pas l’usage devant les tribunaux.

Un exemple célèbre de cet usage performatif de l’écriture, et de l’écriture avec les images, on le trouve dans l’histoire de Cola di Rienzo selon l’Anonimo Romano, lorsque Cola commence son activité politique en exposant une série de tableaux avec des images symboliques et des textes commentés. La réaction de la foule est double : certains restent sceptiques : « con altro se volzera rettificare lo stato de Roma che con figure » mais aussi d’autres y trouvent une signification importante : « granne cosa ène questa e granne significatione ».[20]

 

2.

La deuxième partie de ces réflexions porte sur le rôle de l’écriture dans les conflits politiques à l’extérieur de la ville, c’est-à-dire non pas dans la dynamique des partis et des groupes politiques urbaines, mais dans les stratégies de la ville pour ses relations avec d’autres villes ou souverains ou acteurs. C’est le cas de la plupart de relations que nous allons écouter aujourd’hui, surtout pour Barcelone, Montpellier, Marseille, mais dirais-je aussi Gubbio, dans la mesure ou le signore de la ville est une réalité à l’extérieur de la ville même. La notion de communication politique est ici plus claire, et dans une certaine mesure toute la documentation publique peut être utilisée pour définir une image de la ville en fonction de ses enjeux de conflit avec l’extérieur. Il y a un cas célèbre dans l’Italie du sud, pour citer un espace politique différent de ceux que nous allons étudier aujourd’hui, celui de Naples au XIIe siècle. Après plusieurs années de résistance Naples était autour de 1130 près de capituler devant Roger II, le roi de Sicile. En prévision de l’assujettissement au roi, l’oligarchie de la ville composa un texte, le Privilegium de magnificentia nobilium civitatis Neapolis, qui fut déclaré comme octroyé par le duc de Naples, l’ancien gouverneur-seigneur d’origine byzantine. L’authenticité du texte est très douteuse, mais sa fonction était claire : montrer au nouveau souverain qui allait arriver dans quelques mois, que la ville avait depuis longtemps une consuetudo, une coutume avec des privilèges.[21] Le cas me semble important parce qu’il montre dans une période très ancienne que la production de sources publiques répond avant tout à la nécessité d’un usage politique, dans les conflits ou dans la possibilité d’un conflit. Les villes de l’Italie méridionale, qui ont naturellement besoin d’appuis pour la sauvegarde de leurs libertés face au pouvoir du roi, utilisent souvent la mémoire écrite et parfois la falsification de la mémoire pour confirmer l’ancienneté et donc la validité de leur privilèges. En quelque manière, néanmoins, même l’Italie communale montre cette dynamique. On peut penser à l’histoire des rédactions statutaires dans les villes communales. Les statuts sont régulièrement modifiés et reproduits à travers les changements politiques dans la ville, mais la structure du texte reste souvent inchangée, les segments plus anciens sont tout simplement reproduits et enrichis avec une accumulation qui n’a rien à voir avec une rationalité abstraite. La nécessité de montrer une image de la ville est plutôt à la base de cette stratégie.

Dans les relations de la ville avec l’extérieur les circonstances de l’usage de l’écrit dans les conflits sont moins spécifiques : toutes les typologies sont en quelque sorte impliquées. Pour l’interprétation de l’écrit, le cas est en quelque sorte plus facile et moins intéressant. On pourrait de toute manière se poser la question de l’existence de sources spécifiques pour les conflits entre les villes. Il faudra chercher surtout dans les archives des lettres diplomatiques. Il s’agit d’un sujet encore non suffisamment exploité par l’historiographie, et pour lequel la documentation des villes italiennes, surtout pendant le XIIIe siècle, n’est pas aussi riche que pour d’autres typologies. L’équipe de Paolo Cammarosano a récemment dirigé deux volumes sur les lettres dans l’Italie médiévale,[22] alors qu’Attilio Bartoli Langeli, il y a quelques années, a essayé de montrer l’évolution formelle de la lettre dans les chancelleries urbaines. Il est évident que la lettre, autant que la procédure judiciaire, a une force documentaire qui dépasse la typologie spécifique et le contexte propre de la conservation archivistique. On pourra trouver des lettres dans les fonds dédiés à la correspondance des archives urbaines, mais aussi et assez souvent dans les délibérations, dans les sources narratives (les cronache con lettere ont été étudiées par Girolamo Arnaldi et récemment par Enrico Faini), et dans les grands recueils du dictamen, dans les contextes royaux mais aussi citadins, par exemple Mino da Colle. Et nous savons l’importance du dictamen pour la formation d’une culture écrite de la communication dans les milieux urbains.

Les cas des lettres me semble central à cet égard, parce que dans la communication politique la lettre a plusieurs possibilités d’audience, et joue à plusieurs reprises sa fonction. Je voudrais prendre encore un exemple du XIIe siècle, pour souligner que cette dynamique remonte à une phase très ancienne. Enrico Faini a posé l’attention sur un épisode de 1162 : une lettre envoyée par les Génois aux Pisans pour se lamenter des violences faites à Constantinople, à cause desquelles Gênes décida de rompre les accords politiques avec Pise. La lettre est entièrement reproduite dans la narration de Caffaro, le chroniqueur officiel de Gênes au XIIe siècle, mais en même temps elle est directement citée – il s’agit d’une citation littérale –, dans la Chronique de Bernardo Maragone à Pise.[23] La même lettre réelle est donc connue et reproduite par les deux parties, celle qui écrit et celle qui reçoit. Cette circulation nécessitait une habitude de la lecture publique des textes de communication diplomatique, dans un conseil ou dans une situation de vie politique urbaine où Caffaro et Maragone pouvaient l’écouter.

Même la typologie documentaire de la lettre, donc, montre l’interaction très forte entre l’usage de l’écrit et la ritualité de la lecture publique en forme orale des moyens de communication dans la ville et entre les villes. Cela confirme, en conclusion, la centralité des mécanismes documentaires dans le conseil, lieu par excellence de l’oralité et de l’écrit : malgré tous les dispositifs de déplacement du conflit dans les écritures publiques, la présence souvent implicite du domaine de l’oralité montre que les délibérations sont au cœur de notre sujet. Les travaux de cette journée aideront sans doute à éclairer ces passages et à ouvrir des pistes de recherche nouvelles.


[1] Italia Medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, NIS, Roma 1991.

[2] Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médiévale, in « Bibliothèque de l’École des chartes », 153, 1995, pp. 177 – 185.

[3] La documentazione degli stati italiani nei secoli XIII-XV: forme, organizzazione, personale, in Le scritture del comune. Amministrazione e memoria nelle città dei secoli XII e XIII, a cura di G. Albini, Torino, Paravia, 1998, pp. 155-171.

[4] M. Vallerani, La giustizia pubblica medievale, Bologna, Il Mulino, 2005

[5] M. Vallerani, I fatti nella logica del processo medievale. Note introduttive, in “Quaderni Storici”, XXXVI, 2001, pp. 665-693

[6] G. Grimaldi, G. Luzzatto, Statuti e bandi fabrianesi del sec. XIII, in “Le Marche”, X, 1911, 3, pp. 121-140; X, 1911, 4, pp. 192-207; XI, 1912, 2, pp. 178-203 [193].

[7] Statuto di Spoleto del 1347 con additiones del 1348 e del 1364, a cura di M. Moriani Antonelli, Spoleto, Edizioni dell’Accademia spoletina, 1996, pp. 102-103.

[8] Voir en général L. Tanzini, A consiglio. La vita politica nell’Italia dei comuni, Roma-Bari, Laterza, 2014.

[9] G. Ciccaglioni, Dal comune alla signoria? Lo spazio politico di Pisa nella prima metà del XIV secolo, in «Bullettino dell’Istituto storia italiano per il Medioevo», 109/1, 2007, pp. 235-269.

[10] Statuti di Como, a cura di A. Ceruti, in Historiae Patriae Monumenta, XVI/I, Leges Municipales, II, Torino, 1876.

[11] San Gimignano. Fonti e documenti per la storia del Comune. Parte Seconda. I verbali dei Consigli del podestà 1232-1240. Volume I (1232-1237), a cura di O. Muzzi, Olschki, Firenze 2010.

[12] Livre I du statut du 1293: Statuti di Brescia del sec. XIII e XIV a cura di F. Odorici, in Monumenta Historiae Patriae XVI, Leges municipales, Torino 1876.

[13] Statuta civitatis Mutine anno 1327 reformata, a cura di Campori, Parma, Fiaccadori, 1864, pp. 45-46.

[14] C. Fargeix, La reconnaissance des délibérations lors des assemblées lyonnaises du XVe siècle dans les registres consulaires : un problème politique, in L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, sous la direction de P. Boucheron et N. Offenstadt, Paris, Presses Universitaires de France, 2011, pp. 219-227.

[15]  Memorie bruciate. Conflitti, documenti, oblio nelle città italiane del tardo medioevo, in Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo”, 106, 2004, pp. 167-198.

[16] G. Milani, L’esclusione dal comune. Conflitti e bandi politici a Bologna e in altre città italiane tra XII e XIV secolo, Istituto storico italiano per il Medioevo, Roma 2003.

[17] G. Guarisco, Il conflitto attraverso le norme. Gestione risoluzione delle dispute a Parma nel XIII secolo, Milano, Clueb, 2005, pp. 204-206.

[18] M. Ferraris, Documentalità: perché è necessario lasciar tracce, Roma-Bari, Laterza, 2009.

[19] Plusieurs exemples dans F. Salvestrini, L. Tanzini, La lingua della legge. I volgarizzamenti di statuti nell’ltalia del Basso Medioevo, in Comunicare nel Medioevo: la conoscenza e l’uso delle lingue nei secoli XII-XV, a cura di Isa Lori Sanfilippo, G. Pinto, Roma, ISIME, 2015, 249-303.

[20] Cronica dell’anonimo romano, a cura di G. Porta, Adelphi, Milano 1979.

[21] B. Capasso, Il Pactum giurato dal duca Sergio ai Napolitani (1030?), in “Archivio storico per le provincie napoletane”, IX, 1884, pp. 319-333, 710-742.

[22] La corrispondenza epistolare in Italia: secoli XII-XV, a cura di M. Davide, Trieste, CERM / Roma, ÉfR, 2013; La corrispondenza epistolare in Italia. 2, Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV), a cura di Stéphane Gioanni e Paolo Cammarosano, Trieste, CERM / Roma, ÉfR, 2013.

[23] Lettere politiche nella storiografia comunale, in Florian Hartmann (Hg.), Cum verbis ut Italici solent Ornatissimis. Funktionen der Beredsamkeit im kommunalen Italien / Funzioni dell’eloquenza nell’Italia comunale, Bonn, V&R unipress – Bonn University Press, 2011, pp. 89-110 [94-95].

Pour citer cet article : lorenzotanzini, « La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Age : entre ritualisation et conflits », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 09/02/2018, https://regidel.hypotheses.org/404.

lorenzotanzini

Professore associato d'Histoire Médiévale à l'Université de Cagliari

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search