Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379

L’auteur

Vincent Challet est maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier-III, auteur de nombreuses publications portant sur les communautés et les révoltes populaires languedociennes ; il a dirigé la récente édition électronique des Thalami montpelliérains (http://thalamus.huma-num.fr).
– Challet (Vincent) dir., Aysso es lo comessamen: écritures et mémoires du Montpellier médiéval, Montpellier, PULM, 2017.
– Dumolyn (Jan), Haemers (Jelle), Oliva Herrer (Hipolito Rafael) et al., The Voices of the People in Late Medieval Europe. Communication and Popular Politics, Turnhout, 2014.
– Oliva Herrer (Hipolito Rafael), Challet (Vincent) et Dumolyn (Jan), « La communauté comme espace de légitimité politique : bilan provisoire et perspectives de recherches », dans Genet (J.-Ph.) La légitimité implicite, Paris-Rome, 2015.
– Challet (Vincent), Dumolyn (Jan),Oliva Herrer (Hipolito Rafael), Ruiz Carmona (Maria) éd., La comunidad como esfera publica, Séville, Presses Universitaires de Séville, 2014.
– Challet (Vincent), « Un espace public sans spatialité : le dialogue politique entre le roi et ses sujets languedociens », dans Boucheron (P.) et Offenstadt (N.), dir., L’Espace public au Moyen Âge, débats autour de Jürgen Habermas, Paris, 2011, p. 337‑352.
– Challet (Vincent), « Le bien commun à l’épreuve de la pratique : discours monarchique et réinterprétation consulaire en Languedoc à la fin du Moyen Âge », Revue française d’histoire des idées politiques, n° 32, Pouvoir d’un seul et bien commun (VIe‑XVIe siècles) (2e semestre 2010), p. 311‑324.

L’article

(version de travail)

« Item, dimars a XXV d’octobre al vespre et tota la nueg seguent, fon fach un gran insult en Monpeylier per alcus populars en loqual foron mortz et aucitz alcus grans officiers de nostre senhor lo rey e de mossen lo duc d’Anjo (…) per so car fazian grans et importablas demandas et specialment de XII francs per fuoc per an ; et lo pobol era totz guastatz et deseretatz per los grans carcz que longuament avian corregut sus lo paÿs. »[1]

Ainsi commence, dans les annales urbaines de Montpellier connues sous le nom de « Petit Thalamus », le récit consacré par le notaire du consulat, Peire Gilli, aux événements traumatiques qui secouèrent la ville dans la nuit du 25 octobre 1379 et au rétablissement de l’autorité par le duc d’Anjou par le biais d’une cérémonie d’amende honorable à laquelle durent se soumettre les consuls. De cette révolte qui conduisit à la mise à mort des officiers royaux venus annoncer la levée d’un nouveau fouage et au pillage et incendie de plusieurs maisons appartenant à l’oligarchie urbaine, les registres de délibération consulaire ne conservent nulle trace directe, ni évocation. Et pour cause puisque de tels registres n’ont pas été conservés pour l’année 1379, perte irréparable pour l’historien qui aurait tant aimé pouvoir recueillir ne serait-ce que quelques échos des discussions qui ne purent manquer d’avoir lieu aux lendemains de cette émeute, que ce soit en ce qui concerne l’attitude à adopter vis-à-vis des autorités royales ou les modalités de la soumission et de la réception du duc d’Anjou. La question est d’autant plus essentielle ici que les lettres d’abolition délivrées par le pouvoir royal accusent formellement les rebelles d’avoir incité à la révolte les autres villes de Languedoc, rappelé les bannis et mis la ville en état de défense, autant d’indices qui sembleraient pencher en faveur d’un enracinement des Montpelliérains dans une attitude de défi vis-à-vis du pouvoir royal[2]. Nul doute donc que la ville fut, entre le 25 octobre 1379 et le 20 janvier 1380, date de l’entrée du duc d’Anjou à Montpellier, le théâtre de multiples débats et vociférations dont les registres de délibération se firent peut-être l’écho assourdi. Reste que cette irréparable perte documentaire ne doit pas pour autant nous empêcher d’interroger la série des registres montpelliérains à l’aune de cette révolte, non pas pour avoir la fausse illusion d’écouter aux portes closes des conseils montpelliérains mais pour tenter de percevoir une éventuelle influence de la violente action des populares sur le mode de gouvernement et de délibération du corps consulaire dans la mesure où si, le registre correspondant à l’année 1379-1380 a disparu, nous avons en revanche conservé deux registres antérieurs à cette crise – datés de 1363-1364 et de 1364-1365 – et un registre immédiatement postérieur, celui couvrant l’année 1381-1382.

I : Présentation des registres

Dans la longue série scripturaire des actes de la pratique conservés pour le consulat montpelliérain, les registres de délibération ne font en réalité qu’une apparition relativement tardive puisque le plus ancien exemplaire conservé n’est pas antérieur à 1363-1364 sans que l’on soit en mesure de savoir plus précisément à quelle date ce modèle de consignation et d’enregistrement du politique a pu être adopté au sein du consulat. Certes, le consulat s’était doté de manière plus précoce de minutiers – le plus ancien conservé, œuvre du notaire du consulat, Jean Laurens, date des 1342-1343 – mais ceux-ci n’enregistraient que les actes du consulat sans jamais faire état de délibérations quelconques même s’il est possible de présumer que les débats au sein du conseil faisaient l’objet d’une consignation au sein de cahiers particuliers aujourd’hui disparus. Si, en effet, nous conservons l’enregistrement des délibérations montpelliéraines à compter de 1363, c’est parce qu’intervient, sous l’égide de Peire Gilli, un premier changement qui consiste à relier tête-bêche à la fois les actes instrumentés au nom du consulat et les cahiers sur lesquels sont transcrites les délibérations du conseil[3], les cahiers étant au cours de l’année tenus de manière séparée. Ce phénomène cependant ne paraît pas avoir été systématiquement observé tout au long de la période puisque seuls trois registres se présentent ainsi alors que dans la majorité des cas le cahier où devaient être consignées les délibérations n’a pas survécu et que ne s’est conservé que celui enregistrant les actes du consulat, ce qui réduit d’autant les possibilités de comparaison. À titre d’exemple, en ce qui concerne l’année 1377-1378, le cahier préservé n’enregistre qu’une seule délibération, celle d’un conseil tenu le 14 octobre en présence de seulement dix conseillers et qui débouche sur l’avis unanime de faire contribuer aux tailles les officiers du roi de France et du roi de Navarre ainsi que les prêtres, clercs, docteurs, médecins et sergents de l’université à raison des biens acquis[4]. Il faut donc là encore se résoudre à ignorer à peu près tout des discussions qui purent être menées au sein du conseil politique entre 1365 et 1381 ce qui réduit d’une certaine mesure la portée des analyses que l’on pourra conduire.

 

Il n’est toutefois pas inintéressant de noter que l’apparition de tels registres dans le contexte montpelliérain correspond à une première séquence d’apparition d’une telle forme de mise en mots du politique au sein de l’espace languedocien, aisément repérable si l’on met en regard les registres de Peire Gilli avec ce qui s’observe au sein d’autres consulats méridionaux. En-dehors de Montpellier, le plus ancien registre préservé pour l’ensemble languedocien, celui d’Albi, date en effet de 1372 et ne précède que d’un an le premier livre piscénois tenu en occitan et de deux ans le plus vieil exemplaire conservé de délibérations des capitouls toulousains qui ne remonte pas au-delà de 1374. Seule la Provence voisine peut se targuer d’une certaine antériorité mais elle ne le doit qu’au seul exemple marseillais où le conseil de ville se dote de tels instruments dès 1318[5], la ville de Tarascon n’ayant conservé de tels registres qu’à partir de 1370 et le premier registre de Brignolles ne débutant qu’en 1387[6]. Contentons-nous, au final, d’égrener quelques dates – 1363 pour Montpellier, 1372 pour Albi, 1373 pour Pézenas, 1374 pour Toulouse – et de signaler que le Rouergue fait preuve en la matière d’une remarquable précocité puisque le Bourg de Rodez possède de tels registres depuis 1365 et que le consulat de Saint-Affrique s’est doté de tels instruments de consignation depuis au moins 1376[7]. La convergence temporelle semble donc suffisamment forte pour que, de la même manière que l’on peut caractériser le milieu du XIVe siècle en Languedoc comme le temps des compoix, de même peut-on distinguer les années 1360-1380 comme le premier moment de diffusion de ce modèle des registres de délibérations. Or, cette période qui est aussi celle où le Languedoc plonge de plain-pied dans la guerre de Cent Ans et subit de plein fouet les incursions des routiers tandis que se font de plus en plus pressantes les demandes fiscales de la royauté correspond très exactement à une revivification du politique après un moment qui paraît – mais c’est peut-être le reflet des lacunes documentaires – celui d’une certaine atonie des communautés durant la période 1340-1360 marqué par l’abandon progressif des assemblées générales remplacées progressivement par des conseils délibératifs. Pas plus que d’autres villes du Midi, Montpellier n’échappe à un tel processus qui paraît in fine aboutir à une concentration du pouvoir décisionnaire entre les mains d’un groupe de plus en plus restreint mais est précisément remis en question à compter des années 1360 lorsque ressurgissent au sein du débat politique les clameurs des populares.

Dans le contexte plus proprement montpelliérain, on peut également constater que la préservation des plus anciens registres de délibération qui, du point de vue documentaire, prennent la suite et remplacent quasi définitivement les procès-verbaux d’assemblées coïncide presque exactement avec le déménagement de la maison consulaire depuis son ancien emplacement aux abords de la place aux Herbes vers le voisinage de cette ecclesia matrix qu’est Notre-Dame-des-Tables. Un tel déplacement, réalisé en 1361, dont le motif invoqué renvoie à la vétusté de la primitive maison consulaire et à l’incompatibilité de la fétidité du marché aux légumes avec la dignité consulaire n’est pas sans conséquences politiques puisqu’à l’antique porche où s’assemblaient les citoyens succède désormais le rez-de-chaussée d’une ancienne maison marchande, acquise de Johan Bonamic, que les consuls font réaménager en faisant abattre une cloison intérieure et en faisant construire sur les côtés des bancs de pierre. Or, la consultation des registres conservés semble indiquer qu’outre les consuls il était difficile de réunir plus de cinquante individus au sein de cette salle, 50 étant le chiffre maximum de conseillers réunis en une seule séance[8]. S’il n’est pas possible d’aller plus loin dans cette appréhension de l’espace de délibération et de répondre ainsi à l’injonction d’Albert Rigaudière invitant à saisir l’agencement et le décor des salles de délibération, au moins pouvons-nous dire que les discussions que nous allons évoquer se déroulaient dans l’une de ces grandes salles voûtées qui constituaient l’ordinaire des grandes maisons marchandes montpelliéraines et que son aménagement intérieur ne devait guère être très différent de celui d’une salle capitulaire, si propice aux discussions et à la circulation d’une parole à la fois vive et maîtrisée. C’est donc dans un espace public matériel entièrement nouveau que se tiennent les premières réunions dont nous avons conservé un écho et il n’est sans doute pas anodin de constater que le déménagement de la maison consulaire, en même temps qu’il obligea à une réorganisation des archives de la ville, produisit à la fois un nouvel espace du politique et une nouvelle consignation du politique. Les registres de délibération apparaissent ainsi comme la conséquence scripturaire de cette réinvention d’un lieu de discussion au sein de la maison consulaire.

Du point de vue formel sans doute, les registres de Peire Gili ne montrent guère d’originalité même s’ils constituent des registres mixtes comme l’atteste le nom inscrit en couverture du registre de 1363 : il s’agit bien du Liber Instrumentorum et Consiliorum des seigneurs consuls, titre qui surmonte l’écu du consulat frappé d’un tourteau de gueules et le nom du notaire, magister Petrus Egidi. Les registres se présentent sous la forme de cahiers de papier filigrané reliés entre eux et dotés d’une couverture de parchemin et ils portent sur la tranche l’année ainsi que le nom du notaire qui les a rédigés. Ils obéissent à la présentation classique et tripartite de la congregatio/reformatio/propositio, les consilia – avis argumenté que profèrent les différents conseillers – y occupant selon les cas une place plus ou moins grande. Certes peut-on noter quelques particularités dans le fait notamment que le lieu n’est jamais précisé tant il est évident que les séances se déroulent à la maison consulaire et qu’en revanche le nom des consuls qui assistent à la séance est, lui, toujours indiqué dans la mesure où il est tout à fait exceptionnel que les douze consuls de la ville soient tous présents (dans la plupart des cas, ils ne sont que 4 ou 5). Ce sont, autant que l’on puisse en juger, toujours les consuls qui convoquent le conseil, fixent l’ordre du jour et proposent les sujets dont le conseil doit discuter et sur lequel il est invité à formuler un avis, une propositio figurant systématiquement en fin de chaque séance. Signalons enfin que le consulat montpelliérain, à l’inverse de nombre de ses homologues languedociens, a fait le choix de consigner ces délibérations en latin et non en langue vernaculaire, choix qui peut sembler logique pour un notaire habitué à instrumenter en latin mais qui ne laisse pas d’étonner dans une ville qui a fait de l’adoption de l’occitan comme langue administrative et de pouvoir l’une de ses marques de fabrique.

 

II : En 1363, la consignation des dissidences  

Toutefois, si les registres de Peire Gili pourront paraître aux historiens habitués à manipuler de telles sources d’une banalité confondante du point de vue de son organisation formelle, ils ne s’en signalent pas moins par le soin particulier apporté à la consignation de voix discordantes rapportées nominalement à maintes occasions à leur auteur propre. Contrairement à l’usage bien établi de ces registres qui, d’ordinaire, visent à présenter de manière scripturaire l’émergence du nécessaire consensus qui doit présider à toute prise de décision, les documents montpelliérains présentent la particularité de laisser émerger des dissidences que les scribes consulaires n’hésitent pas, le plus souvent, à masquer derrière la formule canonique du nemine discrepante. Ils ne se contentent donc pas de présenter une histoire embellie et apaisée de l’institution consulaire – peut-être parce que ce rôle était largement dévolu à la chronique urbaine – mais enregistrent, en dépit des filtres évidents que constituent à la fois le passage du vernaculaire au latin et la mise au net opérée par le notaire, les aspérités des discussions qui agitent le conseil de la ville.

Si, dans le plus ancien registre montpelliérain, une partie des réunions semble relever d’un entre-soi consulaire, tel n’est pas le cas lorsque la conseil doit délibérer à propos de questions particulièrement sensibles qui touchent soit à la fiscalité, soit à la sécurité de la ville en ces temps particulièrement troublés. Le contraste est ainsi saisissant entre ces réunions ordinaires du conseil de ville et de véritables assemblées qui se soucient de recueillir l’avis de représentants de groupes sociaux bien plus diversifiés et ont recours à un élargissement du conseil pour tenter de parvenir à un introuvable consensus. Ainsi, le 5 août 1363, les consuls réunissent leur conseil pour savoir s’il convient de permettre aux habitants des lieux circonvoisins venus se réfugier dans l’enceinte urbaine en raison des périls de la guerre d’emporter avec eux leurs propres provisions sans qu’ils aient à payer les taxes ordinaires qui se lèvent à l’entrée de la ville. Une telle décision à prendre ne constitue à l’évidence pas un sujet sensible et les conseillers présents sont au nombre de 7 seulement et ils appartiennent tous aux plus hautes sphères montpelliéraines puisque la plupart d’entre eux ont accompli une belle carrière consulaire (Johan Colombier, Jacme de Manhania, Stève de Clapiers, Bernat Ranch, Berenguier Fulhan Arnaut Berengarii et Johan Muton). Aucun discordance ici puisque tous les conseillers présents sont d’avis que cette permission soit accordée aux villageois (omnes tenuerunt) sous la condition qu’ils aient à payer ces taxes en cas de vente de leurs provisions[9]. L’absence de division d’opinion permet d’aboutir à une décision rapide qui prête d’autant moins lieu à discussion qu’elle se révèle plutôt favorable aux populations concernées et ne lèsent guère les intérêts de la communauté.

Mais de tels cas ne sont, au final, pas si fréquents. Bien des réunions du conseil sont en effet consacrées à des questions sur lesquelles un consensus ne se dégage pas aussi aisément. La première réunion de l’année consulaire, tenue le 3 avril 1363 par les consuls cum bonis hominibus et ministerialibus, est ainsi consacrée à l’accueil qu’il convient de réserver au roi de Chypre, Pierre Ier de Lusignan, qui se trouve alors à Avignon[10]. La question est alors de savoir s’il convient que les consuls aillent lui faire la révérence à Avignon même ou si l’on doit attendre sa venue à Montpellier et le conseil est réuni en deux temps, regroupant trente individus le matin (de mane) auxquels succèdent 17 nouveaux conseillers dans la soirée (de vespere), certains des noms enregistrés étant suivis d’une indication de métier – Jacme Guilhem, poivier, ce qui permet de le distinguer de son homonyme Jacme Guilhem, drapier ; dominus Jacme Mayssende, docteur ès lois ; Raymon Gaugin, boucher, ce qui le différencie de Raymon Gaugin, changeur ; magister Déodat Cabriole, notaire –. Les avis de chacun des conseillers ne sont pas rapportés en détail mais la rédaction de la propositio laisse entrevoir quelques divergences – sans que l’on soit en mesure de savoir sur quoi elles pouvaient bien porter – puisque Peire Gilli introduit la décision par la formule major pars finavit quod… Il est finalement décidé que, attendu que le roi de France est aussi présent à Avignon, l’on ne se rendra faire la révérence au roi de Chypre que s’il ne vient pas à Montpellier. Mais qu’en revanche, s’il demeure à Avignon sans se rendre à Montpellier, alors il convient d’aller lui faire la révérence dans la cité pontificale et l’un des arguments avancés en faveur du soin à apporter à la réception du roi de Chypre réside dans le fait que les marchands montpelliérains possèdent de nombreux biens dans ce royaume.

L’une des réunions les plus importantes tenues cette année-là débute le 3 juillet à propos de l’attitude que doit adopter la ville à propos de l’accord que viennent de conclure les capitouls de Toulouse avec un certain nombre de capitaines de compagnies, accord dont les consuls montpelliérains viennent d’être informés. Cet accord conclu avec Seguin de Badefol, Havezorgues, Bertucat d’Albret, le Petit Meschin, Espiote et Barra de Tor, prévoit, en échange de l’évacuation de ces routiers, le versement de 40 000 francs, somme à laquelle les consuls montpelliérains ont été priés de contribuer. La décision est d’importance puisqu’elle constitue un choix radical entre l’achat de la paix et la poursuite de la guerre. La question posée aux conseillers se résume donc ainsi : si fiet eis guerra vel si solvetur rata dicte financie. Ceci étant dit, l’avis à donner sur l’accord conclu avec les compagnies ne constitue que le premier point de l’ordre du jour proposé par les consuls. Les trois autres points à évoquer ressortent, eux, de questions financières particulièrement pressantes : en premier lieu, il s’agit de savoir où trouver l’argent nécessaire au paiement de la quote-part que la ville doit acquitter pour la rançon de Jean le Bon. Ensuite, les consuls font savoir à leurs conseillers que le trésorier de France a refusé que soit levé au profit de la ville un fouage de trois crozats par feu et qu’il demande, au contraire, que soit levée une imposition portant sur la viande, le poisson, le foin, le cuir et les draps, choisissant donc l’option d’une fiscalité indirecte de préférence à une fiscalité directe, pourtant considérée comme plus équitable. Enfin, il convient de trouver 3000 florins dus par les consuls en raison des travaux de réparation du mur du palais. Si, en ce qui concerne l’accord conclu avec les routiers, tous les conseillers s’accordent pour le rejeter, nemine discrepante, la division d’opinion ne tarde cependant pas à apparaître en ce qui concerne les moyens de se procurer de l’argent, ce que reflète parfaitement la répartition des noms des conseillers en deux groupes distincts que viennent séparer des traits à l’encre brune. Le premier groupe de conseillers – 7 au total, appartenant à l’élite montpelliéraine – se prononce en faveur d’une augmentation des impositions portant sur la vente des blés et du vin tandis que le second groupe, composé de 11 individus, penche plutôt pour la levée d’une taille commune à sol et à livre, donc proportionnelle à la fortune de chaque individu. On retrouve donc ici le débat classique au sein des conseils dans le choix à adopter entre une fiscalité indirecte plutôt favorable aux milieux sociaux les plus fortunés et un impôt direct, moins défavorable aux intérêts des plus modestes. Les conseillers à privilégier cette dernière option sont d’ailleurs loin d’appartenir à des milieux modestes – on trouve ainsi Stève de Clapiers, Guilhem Alamandin ou encore Johan de Serrières – mais peut-être sont-ils plus prudents quant aux réactions à venir des populations. Ajoutons enfin qu’une deuxième ligne de fracture transcende ces deux groupes puisque Peire Gilli a précisé que certains conseillers, appartenant à l’un comme à l’autre groupe, souhaitaient que l’on recoure à un emprunt qui serait remboursé par le montant des impositions à venir.

Toujours est-il que cette division d’opinions au sein d’un groupe restreint et usuellement consulté par les consuls ouvre la voix à un élargissement du conseil, tant numériquement que socialement, qui s’ouvre dès le lendemain, soit le 4 juillet. Comparaissent alors devant les consuls non plus ces bourgeois, drapiers et changeurs qui forment la composition habituelle du conseil mais des représentants des artisans et des lahoraires qui constituent l’essentiel de la population montpelliéraine, à savoir 5 forgerons (3 cités nominalement et duo alii eorum socii), dix bouchers, deux poissonniers, 16 cultores, 2 tailleurs de pierre, un cordonnier, deux meuniers, un drapier et un bourrelier, sans que cette répartition corresponde à la répartition des métiers montpelliérains dans les différentes échelles du consulat. Si les études précises manquent pour comprendre sur quels individus le choix des consuls s’est porté, il paraît néanmoins clair que l’on sort ici des cadres ordinaires de réunion et de consultation du conseil et que, le 4 juillet, sont appelés à s’exprimer des hommes qui, en temps ordinaire, ne bénéficient d’aucun accès aux conseils politiques. La réunion du 4 juillet vient donc rompre le cours ordinaire du politique en donnant à entendre dans la salle de délibération du conseil les avis et les opinions de représentants des populares. Certes, leur avis n’est pas individualisé et il serait facile d’objecter qu’après tout ils se contentent de se ranger à une opinion émise lors de la réunion précédente par des conseillers plus éminents puisque non seulement ils se déclarent tous favorables à la poursuite de la guerre mais qu’en outre, et sans surprise, ils penchent également de manière unanime pour la levée d’une taille à sol et livre, jugée plus équitable. Mais une telle objection risquerait de nous faire rater l’essentiel, à savoir le nécessaire élargissement du corps consultatif pour des décisions qui engagent l’ensemble de la communauté et la possibilité offerte à des représentants de milieux plus modestes de s’exprimer et de d’émettre une opinion au sein d’une société où pourtant tout le monde n’est pas habilité à donner son avis.

D’autant que la consultation d’autres séances consignées dans le registre de délibérations confirme cette impression puisque la question du paiement de la rançon de Jean le Bon ne tarde guère à ressurgir dès le mois suivant lorsque se présente une nouvelle échéance. Une nouvelle réunion du conseil a donc lieu dès le 31 juillet et ce conseil va se poursuivre avec le même ordre du jour jusqu’au 7 août avec une séance initiale le 31 juillet (50 conseillers), 2 séances le 2 août (une le matin 9 conseillers, une le soir 7 conseillers), une autre le 5 août (10 conseillers) et une ultime consultation tenue le 7 août en deux séquences, la première réunissant 18 individus et la seconde 42. Au total, c’est donc pas moins de 136 Montpelliérains qui sont invités par les consuls à donner en matière fiscale une opinion censée être le reflet non pas tant de leurs positions individuelles que du métier auquel ils appartiennent. Si, en effet, les membres usuels du conseil ne voient jamais leurs noms suivis d’un qualificatif professionnel – sauf en cas d’homonymie – alors qu’ils sont pourtant l’émanation des métiers qui dominent l’institution consulaire et appartiennent au groupe des changeurs, des poivriers ou des drapiers, en revanche, ceux des individus qui ne fréquentent qu’occasionnellement la maison consulaire sont systématiquement désignés comme les représentants d’un métier et associés à un qualificatif professionnel. Comme si, d’une certaine manière, seuls les membres les plus éminents du consulat avaient droit à une opinion individuelle là où les « subalternes » ne pouvaient être que les porteurs de la voix commune du groupe social auquel ils appartiennent. Sur les 136 individus consultés, on peut ainsi repérer au total 19 cultores, 6 fustiers, 6 poissonniers, 4 merciers, 2 aubergistes, 2 cordonniers, 2 orgiers, un tailleur de pierre ou encore un apothicaire.

Mais il est possible d’aller au-delà de cette simple constatation dans la mesure où l’on sait que, dans la majorité des cas, c’est la réunion initiale qui, en apportant une première réponse, fixe une orientation que bien souvent les séances suivantes ne font que confirmer. Or, à l’occasion de la séance tenue le 31 juillet, sur les 50 individus présents, alors que seuls quelques-uns font partie des conseillers habituels, 19 sont qualifiés de cultores. À l’inverse donc d’un processus qui verrait un conseil restreint adopter une position qu’une assemblée élargie se contenterait de confirmer, le mécanisme consiste ici à associer d’emblée les ouvriers agricoles à l’élaboration d’une décision fiscale. Il est possible qu’il faille y voir une part de manœuvre de la part des consuls afin de forcer l’adhésion des lahorayres en les convoquant, non pas de manière différenciée au sein d’une séance où ils auraient été seuls à exprimer leur avis – ce qui avait été le cas au mois de juillet – mais au contraire à l’occasion d’une séance dont la composition sociale s’avère plus variée et au cours de laquelle les consuls peuvent espérer qu’ils seront intimidés par la prise de parole de gens plus éminents qu’eux et plus aptes à manier une rhétorique de persuasion. La présence de ces cultores dès la séance initiale relèverait donc d’un savant calcul politique visant à les neutraliser par l’élaboration d’une solution mixte ménageant les intérêts de la classe dominante tout en accordant les quelques concessions indispensables au maintien d’une certaine paix sociale : autrement dit, lâcher un peu de lest pour préserver l’essentiel de l’inéquité fiscale sur lequel repose l’ensemble du système de prélèvement. La solution adoptée et sur lesquels se sont accordés les premiers conseillers – la formule de omnes concordarunt souligne bien cette recherche d’un consensus – est en effet celle du maintien des impositions indirectes en cours auquel viendra s’ajouter un emprunt forcé d’un franc par centaine de livres de biens, emprunt qui devra être remboursé sur les émoluments de ces impositions. En somme, les plus riches des citoyens acceptent d’avancer les sommes nécessaires au consulat mais refusent de renoncer au système de l’imposition indirecte. Et ce compromis initial semble s’imposer puisque, au cours des séances qui suivent, seuls quatre individus émettent une opinion contraire et demandent à ce que soit levée une taille commune, alors que telle était l’exigence de la plupart des conseillers lors du mois de juillet ! En la matière, l’association initiale des cultores à l’élaboration de la décision semble avoir fonctionné dans le sens voulu par les consuls : en leur donnant l’illusion d’une participation au politique, les consuls désarment l’opposition des populares qui en seraient réduits, par la forme même si contraignante du conseil, à consentir à une décision qui ne leur pas entièrement favorable. Gardons-nous pourtant de ne voir dans ces représentants des populaires que de simples marionnettes entre les mains du consulat : leur présence au sein de la maison consulaire, même en partie muette et passive, transforme nécessairement l’exercice d’un pouvoir qui ne peut plus désormais s’exercer dans le seul entre-soi de délibérations feutrées et consensuelles.

Dernière décision enfin sur laquelle on s’attardera en ce qui concerne ce premier registre, celle qui concerne la nécessité de faire respecter l’espace des douze pans qui entoure la muraille intra comme extra muros. La première réunion ne concerne que les seuls cercles restreints du pouvoir puisque, outre les 12 consuls qui sont donc tous présents comme l’indique la formule domini consules, n’y assistent que trois conseillers ainsi que les quatre seigneurs ouvriers de la Commune Clôture (operarii) et les quatre députés à la guerre (deputati), institution toute récente au sein du consulat. La décision est alors prise, nemine discrepante, de faire respecter cet espace de servitude autour des remparts en faisant détruire les maisons qui s’appuient à la muraille. Cette décision est ensuite confirmée lors de deux réunions successives tenues les 21 et 22 septembre et qui recueillent respectivement l’avis de 58 puis 43 conseillers dont 4 seulement déclarent qu’ils ne consentent pas à ces destructions (s’agit-il de propriétaires de maisons concernées par ces destructions qui, en n’accordant pas leur consentement, préserveraient leur droit à un procès et à une indemnisation ? Il s’agit de Bernat Franc, de Raymon Laurer, de Guilhem Huguet et de Johan de Serrières). Au total, ce sont donc 114 habitants (il faut y rajouter deux avis recueillis individuellement les 23 et 25 septembre) qui ont été consultés à ce propos et le notaire prend soin de consigner les rares avis divergents à une décision qui va pourtant clairement dans le sens de l’utilitas publica. Comme on le voit, ce premier registre de délibérations ne s’attache nullement à masquer les divergences d’opinion qui trouvent à se manifester au sein des conseils et prend même soin de les individualiser en rattachant nommément l’avis à celui qui l’a émis. Il révèle en outre que, en ce qui concerne les questions touchant à la répartition de l’impôt, le conseil ne fonctionne pas en vase clos mais prend soin d’associer aux décisions prises des représentants des métiers moyens et mineurs dont la parole ne suffit pas à renverser les positions établies mais dont la présence seule atteste que le principe du consentement de l’assemblée générale des citoyens n’est sans doute pas totalement tombé en désuétude dans ces années 1360.

 

III : Quand les avis divergents deviennent inaudibles

La question initialement posée étant celle d’une éventuelle influence de la révolte de 1379 sur les pratiques de gouvernement, il convient maintenant de se tourner vers le registre couvrant l’année consulaire 1381-1382. Formellement, ce registre se présente dans la continuité du précédent tout en ayant pris acte de la multiplication de consultations élargies qui semblent désormais constituer une règle non écrite pour toute décision importante et non plus relever du registre de l’exceptionnalité. Pour toute délibération en effet où l’on recueille l’avis de plus d’une vingtaine de conseillers, Peire Gilli prend désormais la peine d’aligner les noms des individus en colonnes régulières et d’inscrire sous chaque colonne le nombre de présents, établissant même à l’occasion un décompte final. Par ailleurs, il n’indique plus le métier auquel se rattachent les individus, effaçant ainsi cette marque de distinction négative qui stigmatisait les seuls représentants des groupes sociaux les plus modestes comme si, après l’émeute de 1379, il devenait essentiel de masquer dans le registre les différenciations sociales qui venaient pourtant de se manifester si clairement dans la rue montpelliéraine. C’était, d’une certaine manière, reconnaître enfin que les représentants des métiers subalternes faisaient partie intégrante de la communauté politique montpelliéraine et que leurs avis, au moins scripturairement, valaient autant que ceux des drapiers et des changeurs : désormais, après la sédition de 1379, la communauté politique montpelliéraine se doit de se présenter non plus comme un agrégat d’opinions parfois divergentes mais comme une assemblée quasi-unanime.

Quasi-unanime seulement puisque, même en 1381, la plume de Peire Gilli ne tait malgré tout pas les divergences qui peuvent s’exprimer. Le registre s’ouvre par l’enregistrement d’une séance ouverte le 20 avril 1381[11] et consacrée au moyen de trouver 30 000 francs or qui sont encore dus au duc d’Anjou au titre de l’amende que la ville avait été condamnée à payer suite à l’émeute d’octobre 1379. Cette première séance se tient en présence de seulement 18 conseillers et provoque une division d’opinions puisque les trois premiers à s’exprimer – Colin Bertrand, Andreas Dominici et Bertholmieu Raymond – dont les noms sont précédés d’une croix et alii pauci (mais sans autre précision en ce qui concerne leurs noms) émettent l’avis que l’on impose une taille sur les fruits, les blés, les vignes, les prés, les rentes, les usages, les maisons, les étals, moulins, fours et autres et que de même on taxe également les biens meubles ; ce qu’ils proposent est donc une taxation des revenus mais semble exonérer de l’imposition la possession même du capital. À l’inverse, les autres conseillers penchent en faveur d’une taxation à sol et à livre qui concernerait à la fois les possessions immobilières et les valeurs mobilières à l’instar, ajoute le notaire, de ce qui a été observé l’année précédente, preuve que le principe d’une imposition strictement proportionnelle à la fortune de chaque individu avait déjà prévalu en 1380 (et il faut sans doute y voir justement une conséquence de la sédition de 1379). La division du conseil n’entraîne pas ici le ralliement de la minorité à la majorité mais, conformément à ce que l’on observe dès 1363, l’élargissement de la consultation à d’autres membres de la communauté. C’est ainsi que l’on recueille, le 22 avril, l’avis de 74 individus puis, le 24 avril, l’opinion de 56 conseillers supplémentaires. Si l’on se fie à la présentation du registre, la décision semble avoir été formulée dès le conseil du 22 avril, la séance du 24 avril n’étant suivie d’aucune synthèse particulière, et se présente sous la forme d’un avis unanime, celui d’imposer trois francs par centaine de livres de possessions pour rembourser la somme de 30 000 francs or au duc et un franc par feu dont le montant sera utilisé pour la construction de la Palissade, concédant néanmoins que les sommes prêtées au titre de l’emprunt réalisé tempore insultus viennent en déduction de cette taille. Une telle décision et sa forme d’enregistrement indiquent d’une part que le principe d’une imposition directe et d’une taxation des plus fortunés semble l’avoir, sous la menace, définitivement emporté d’autre part que, même si la divergence d’opinion des trois premiers conseillers invités à s’exprimer est dûment consignée, elle tend à s’effacer derrière une façade d’unanimité.

Cette tendance unanimiste se confirme lorsque l’on analyse une importante réunion du conseil touchant la garde la ville. Le 27 septembre 1381, les consuls réunissent leurs conseillers afin de prendre un certain nombre de mesures pour assurer la sécurité de Montpellier[12] : il s’agit de savoir combien de portes de l’enceinte seront fermées, comment se montera la garde de jour comme de nuit et enfin si on laissera entrer les gens d’armes dans la ville et, le cas échéant, jusqu’à quel nombre. La liste nominative des conseillers invités à s’exprimer se monte à 102 mais le notaire a précisé qu’il fallait également y ajouter un certain nombre d’individus au nombre d’au moins trente dont il ne livre pas les noms. Les décisions enregistrées à la suite de cette liste de noms se présentent sous la forme d’une succession d’items visant à assurer la sécurité de la ville et à réglementer la garde et expriment scripturairement l’idée d’un large consensus puisque Peire Gilli ne manque pas de signaler que tous les conseillers et même ceux dont le nom n’est pas donné ont été de cet avis.

Cette expression d’une nécessaire unanimité va de pair avec un élargissement considérable du conseil qui, en certains occasions, reprend quasiment la forme d’une assemblée générale invitée à manifester son approbation. Le 25 novembre 1381, les conseillers sont appelés à formuler un avis sur le transfert de l’hôpital Saint-Guilhem, propriété du consulat, aux Prouillanes afin qu’elles puissent s’y établir et y transférer leur couvent qui se situe pour lors in campis. Là encore, une légère discordance trouve à s’exprimer puisqu’Andreas Cabrespine déclare qu’il se ralliera à l’avis de la major pars tandis que quatre individus sont d’avis que les possessions de l’hôpital qui seraient transférée viennent en déduction des chapelles à édifier pro interfectis in insultu, clause qui était incluse dans les lettres de rémission délivrées par le duc d’Anjou après la sédition. On le voit l’ombre de la révolte de 1379 continue de planer sur les discussions du conseil et il suffit d’un seul mot – celui d’insultus – pour que tous les conseillers aient de nouveau à l’esprit la menace qui pourrait de nouveau peser sur l’institution consulaire. Mais cette divergence n’a guère ici de conséquence majeure et Peire Gilli peut ajouter dans les folios qui suivent le nom de pas moins de 222 conseillers qui, sans que leur avis ne soit expressément consigné, se rallient à l’idée d’un transfert total de l’hôpital, y compris ses possessions et ses rentes. Comme dans le cas précédent, la divergence ne s’efface pas ; mais elle est comme submergée et rendue inaudible par le long chapelet des noms égrenés à sa suite et qui imposent visuellement l’adhésion aux décisions consulaires d’un conseil si élargi qu’il se fait assemblée.

 

Ainsi, apparus dans un moment qui est déjà celui d’une crise profonde de l’institution consulaire, les registres de délibération montpelliérains se font l’écho des turbulences que traverse le consulat à compter des années 1360. Si les premiers registres n’hésitent pas à consigner les divergences d’opinion qui se font jour et à classer les conseillers en fonction des métiers qu’ils représentent, le registre consécutif à l’émeute de 1379 tend en revanche à diluer toute contradiction dans un flot croissant de noms qui renvoient à l’idée d’une unanimité de la communauté pourtant profondément divisée en ce qui concerne la répartition interne du poids de la fiscalité royale et municipale. Mais l’essentiel, peut-être, n’est pas là. Il se situe plutôt dans la prise en compte croissante et inévitable de l’avis de ceux qui, en temps ordinaire, ne sont jamais invités à prendre la parole. Si, en effet une délibération au sein d’un conseil restreint d’une vingtaine de personnes qui appartiennent au même milieu social et sont, pour une bonne part, d’anciens ou de futurs conseillers, voire d’anciens ou de futurs consuls, autrement dit ce qui est l’ordinaire de la vie politique des communautés languedociennes, relève bien d’une tendance oligarchique, d’une fermeture politique et donc d’un certain entre soi, en revanche, l’ouverture des conseils témoigne de la recherche d’un consensus élargi en matière fiscale et d’un souci de légitimation des décisions prises par le consulat. Peut-être est-il possible de considérer, comme le font la majorité des historiens non sans un brin de condescendance, que ces conseillers occasionnels ne sont là que pour la pure forme, qu’ils ne font qu’assister sans parler à des discussions dont ils ne saisissent pas la totalité des enjeux et que, pour reprendre une expression bourdieusienne si en usage à l’heure actuelle, ils ne font que consentir par leur présence à une domination qu’ils subissent. Mais peut-être faut-il aussi se garder de tels raisonnements tant l’élargissement de ces conseils semble au contraire significatif d’une prise en compte d’un discours populaire alternatif. Même s’ils ne prennent pas la parole, ces chefs de feux, par leur présence, modifient la nature de la réunion. Absents, ils laissent les consuls et leurs conseillers ordinaires décider seuls des impositions et des destinées de la communauté ; présents, ils les contraignent à une exposition des arguments et à une meilleure tenue des débats, autrement dit à une acceptation du politique et à la transformation d’une réunion du conseil en espace public au sens que Jürgen Habermas assigne à ce terme. En d’autres termes, ils réintroduisent des chuchotements et des murmures dans le silence des élites. Certes, ce ne sont plus les cris des assemblées générales du début du XIVe siècle mais ces chuchotements sont bien une forme de discours politique de subalternes d’ordinaire écartés des débats. L’apparition des registres de délibération correspond donc bien à une mise en forme, à une mise en mots inédite du politique dans le courant des années 1360. S’ils peuvent ne sembler, au premier abord, que comme un outil de légitimation entre les mains d’élites urbaines se servant de l’écrit – et parfois du latin – comme d’un moyen de gouvernement, ils sont également la garantie, pour les dominés, d’une tenue régulière des débats et de leur consignation écrite. Rien n’interdit donc de renverser les positions habituelles et de voir dans ces registres, non plus un instrument de domination, mais le résultat d’un réinvestissement du politique après trente ans de confiscation du pouvoir. Après trente ans de silence archivistique et politique dans les communautés languedociennes, les exigences nouvelles de la guerre et de la fiscalité provoquent ainsi un retour scripturaire qui est aussi un retour du politique.

 


[1] http://thalamus.huma-num.fr/annales-occitanes/annee-1379.html

[2] Lettres d’abolition délivrées par Louis, duc d’Anjou et lieutenant du roi en Languedoc ; Arch. Nat. de France, JJ 119, n° 185, fol. 121-123 v°.

[3] Sur tout ceci, voir Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (XIIe-XIVe siècle). Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 127-144.

[4] Arch. Mun. de Montpellier, BB 17, fol. 24 v°.

[5] Noël Coulet, « Les délibérations communales en Provence au Moyen Âge » dans Cl. Carozzi et H. Taviani-Carozzi (dir.), Le médiéviste devant ses sources : questions et méthodes, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004.

[6] Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité : le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2014.

[7] Florent Garnier

[8] AMM, BB 4, fol. 6, réunion du 31 juillet.

[9] AMM, BB 4, fol. 7.

[10] AMM, BB 4, fol. 1.

[11] AMM, BB 18, fol. 1.

[12] AMM, BB 18, fol. 12 v°-13.

Pour citer cet article : Vincent Challet, « Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379 », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 09/02/2018, https://regidel.hypotheses.org/414.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search