La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite

L’auteur

Matthieu Allingri est maître de conférences à l’université d’ Aix-Marseille, auteur d’une thèse intitulée Le métier de notaire dans l’Europe méridionale à la fin du Moyen Âge. Étude comparée de deux modèles régionaux (Italie communale, pays catalans, v. 1280-1420), dir. Jean-Louis Gaulin, université Lyon 2, 2014.

L’article

Introduction

             La révolte de 1318 à Sienne, point culminant d’une décennie de montée des tensions, constitue un tournant de l’histoire politique siennoise ; mais l’importance de ce conflit a été longtemps sous-évaluée, et il reste peu considéré par l’historiographie des révoltes urbaines[1]. Il fournit pourtant une clef de lecture essentielle de l’évolution politique du long régime des Neuf (1287-1355). Celui-ci incarne en apparence un cas de continuité des institutions communales au XIVe siècle ; mais cette impression est en partie construite par nos sources, car ce régime a déployé un énorme investissement idéologique pour affirmer cette continuité, par le respect affiché des institutions de la commune populaire et par l’affirmation d’une idéologie de bon gouvernement à travers des réalisations souvent spectaculaires. En réalité, la nature même du système politique a profondément évolué dès la fin du XIIIe siècle, par le resserrement des leviers du pouvoir dans quelques institutions clef, verrouillées par une élite dirigeante dont les contours ont été définis par l’exclusion d’une grande partie des citoyens[2]. C’est précisément cette évolution qu’a mise en cause la révolte de 1318 ; elle a également mis à l’épreuve la continuité revendiquée par le régime avec les mécanismes décisionnels communaux, notamment à travers le rôle dévolu au Conseil dans la gestion de cette crise.

Cette révolte a été récemment étudiée par Valentina Costantini dans le cadre de ses recherches sur les bouchers de Sienne, qui ont été ses principaux instigateurs aux côtés de notaires et magnats[3]. Or, il se trouve que sans connaître ses travaux, j’ai étudié en parallèle ce conflit en m’intéressant aux notaires[4] ; nos deux approches s’avèrent très complémentaires. De fait, une originalité de ce conflit politique autour de la fermeture du régime tient au fait qu’il s’est doublé d’un bras de fer avec les juges et notaires, dont le gouvernement cherchait à réduire l’influence considérable au cœur de l’appareil communal et dans l’élaboration de sa documentation. Cela a-t-il influé sur la mise par écrit des débats occasionnés par ce conflit ?

La confrontation des échos du conflit dans les délibérations du Conseil avec le récit qu’en font par ailleurs les chroniques et avec la législation adoptée à cette occasion révèle combien les enjeux de la contestation apparaissent tronqués ou euphémisés dans les débats au Conseil et dans leur mise par écrit, et surtout, quelle place limitée est dévolue au Conseil dans le traitement des enjeux politiques majeurs soulevés par ce conflit. Ces limites, nous le verrons, semblent moins imputables à la mise par écrit des débats qu’à l’évolution même du rôle du Conseil, de la composition de l’assemblée et de la structuration des débats en son sein, dont les principes ont été en partie redéfinis au cours de cette crise.

  1. Contexte, acteurs et enjeux de la révolte

Le Conseil général, apparu à la fin du XIIe siècle et qui avait vite remplacé l’ancienne assemblée des citoyens (parlamentum), était devenu au XIIIe siècle le principal organe législatif de la commune et le lieu central d’expression de sa souveraineté, au-delà de la succession semestrielle de podestats étrangers chargés d’assurer le gouvernement et de représenter la commune vis-à-vis de l’extérieur. Ses délibérations sont exceptionnellement bien conservées depuis l’instauration de leur enregistrement systématique en 1249, à des fins de contrôle contre toute forme d’accaparement des institutions. Depuis les années 1290, son effectif s’était stabilisé à 300 membres (100 par tercier), auxquels s’ajoutaient 150 membres additionnels pour les séances consacrées aux questions les plus importantes (50 par tercier, cette extension étant dite « radota »), ce qui portait son effectif à un total de 450 membres[5].

Cependant, dès la fin du XIIIe siècle, l’autonomie législative et souveraine du Conseil a été en partie remise en cause : l’ensemble des composantes institutionnelles de la commune ont été soumises au contrôle d’une instance politique supérieure progressivement définie, la Seigneurie, qui comprenait les Neuf (magistrature devenue le centre du système politique), les quatre proviseurs de la Biccherna (principale magistrature financière), les consuls de la Mercanzia et les capitaines du parti guelfe ou consules militum. Les membres de ces organes clef du système politique, appelés « ordines civitatis », étaient désignés par une forme de cooptation, et exerçaient un contrôle sur la nomination des membres de la plupart des autres organes communaux, y compris le Conseil général dont ils choisissaient les membres chaque semestre[6]. On observe ainsi parmi les conseillers une large continuité d’un semestre à l’autre, et une forte homogénéité politique : selon W. Bowsky qui a étudié la composition du Conseil, on y trouve en général une bonne moitié de « noveschi », groupe dominant du régime, qui fournit les membres des Neuf, et un grand nombre de magnats (Salimbeni, Tolomei, Piccolomini etc.), dont la liste a été établie en 1277 et qui sont formellement exclus de la magistrature des Neuf, mais restent en réalité étroitement associés aux affaires politiques[7]. Ils sont largement présents dans toutes les autres magistratures clef, notamment financières, ainsi qu’au Conseil où ils jouent souvent un rôle prépondérant dans cette période, et tiennent une place privilégiée dans les ambassades, les charges militaires et les juridictions territoriales. On a récemment souligné qu’en réalité, ces lignages très puissants ont largement consenti eux-mêmes à leur exclusion de l’office des Neuf : dans la mesure où ils étaient divisés par de profondes rivalités qui mettaient constamment en péril l’équilibre politique en déclenchant des affrontements de grande ampleur, ils ont préféré soutenir de l’extérieur un régime qui leur permettait de défendre leurs intérêts dans un cadre politique relativement stable, tout en évitant que les membres de familles rivales ne puissent accéder à la principale magistrature[8].

Le groupe dirigeant qui s’est imposé en 1271, après la défaite de la commune gibeline, était centré sur l’élite marchande et financière qui s’était exilée en 1262 et rassemblée en un parti guelfe face aux menaces de sanctions financières de la papauté[9]. Il s’est efforcé dès lors d’éliminer l’expression d’intérêts concurrents au sein de la commune ; en particulier, outre l’exclusion formelle des magnats de la magistrature supérieure, il a entrepris de mettre fin à l’influence politique des milieux artisans et du popolo minuto, qui s’était modestement exprimée depuis les années 1230. Ainsi le régime s’est défini comme un régime de marchands de la ‘mezzana gente’, excluant de sa principale magistrature à la fois les magnats (du moins en théorie) et les franges inférieures du popolo, mais aussi – depuis au moins 1274 – les juges, notaires et médecins. Une fois surmonté le péril de l’agitation gibeline par la pacification de 1280, il s’est consolidé sur le plan institutionnel autour de l’office des Neuf et a accentué sa pression sur les organisations populaires. Hormis la Mercanzia et quelques riches lanaioli, associés au régime, les corporations ont été placées sous un strict contrôle réglementaire, voire supprimées, et leurs membres ont été pratiquement exclus de l’activité politique. Quant à l’office de Capitaine du peuple, supprimé en 1271, il a été rétabli en 1289, mais vidé de sa substance pour devenir un responsable de l’ordre public, au service de la stabilité du régime[10].

Cependant, deux groupes professionnels ont conservé une large influence en dépit des efforts pour la réduire : celui des juges et notaires, étroitement lié à la structure institutionnelle de la commune et dont la corporation restait pour cette raison très influente ; et celui des carnaioli (entre bouchers et marchands de bétail), qui contrôlait une activité florissante et disposait d’une grande force de pression à travers l’approvisionnement du marché urbain. À partir des années 1290, ces deux pôles de résistance ont fait l’objet d’une sévère offensive réglementaire de la part du gouvernement, qui n’est cependant parvenu qu’en partie à réduire leur influence, parce que les juges et notaires étaient indispensables au fonctionnement même de la commune et parce que les bouchers étaient organisés en solide groupe de pression[11]. Il n’est pas étonnant que les instigateurs de la révolte soient issus précisément de leurs rangs.

Les chroniques et la documentation communale liée à la répression de la révolte permettent de cerner l’identité et les motivations des conjurés. La révolte apparaît comme la conjonction d’ambitions hétérogènes et de diverses oppositions au régime :

– l’ambition d’une partie des magnats (autour d’une branche des Tolomei) de mettre fin à un régime qui les excluait de sa principale magistrature, et de prendre le pouvoir aux dépens de leurs rivaux ;

– les ambitions personnelles de petits noyaux de notaires et de bouchers et de leurs familles, frustrés dans leurs aspirations politiques par le régime ;

– l’insatisfaction plus générale de ces deux professions face aux efforts du régime pour réduire leur puissance et leur influence et les soumettre à l’autorité du groupe dirigeant ;

– enfin, la frustration de « popolari minuti », ou plus exactement d’élites émergentes au sein du milieu des artisans et boutiquiers, exclus des affaires politiques par la concentration des leviers du pouvoir entre les mains de l’élite novesca, et qui revendiquaient l’héritage de la commune populaire face à ce qu’ils percevaient comme l’instauration progressive d’une forme de tyrannie collective[12]. Les titres que voulaient s’attribuer les chefs des notaires et bouchers insurgés (révélés publiquement lors de leur procès) montrent qu’ils s’inspiraient du programme idéologique du gouvernement populaire de Bologne élaboré à la fin du XIIIe siècle par Rolandino Passaggeri (qualifié de « république des notaires » par G. Orlandelli) : le leader des magnats, messer Sozzo di messer Deo Tolomei, entendait se faire élire podestat ; le notaire Pino di Benincasa serait devenu « proconsul », du nom du principal officier de la Société des notaires de Bologne, associé au plus haut niveau du gouvernement communal ; son collègue Antonio di messer Ricovero aurait été capitaine du peuple, office sans doute rétabli dans ses attributions d’origine ; et le chef des bouchers rebelles serait devenu « bargello, cioè giustiziere », c’est-à-dire à Bologne, chef de la milice du parti populaire ou Società della Croce, fonction toujours confiée à des bouchers[13].

            Outre ces motivations immédiates, divers éléments de déstabilisation ont alimenté la montée des tensions, sensible au moins depuis 1311 : l’agitation des nobles du territoire et des gibelins attisée par la descente en Italie de l’empereur Henri VII ; la rivalité permanente des grands lignages, à l’origine de graves affrontements civils ; et une agitation sociale accrue par de premières difficultés frumentaires, qui a suscité notamment des débordements répétés lors de joutes durant le carnaval, encore au printemps 1318[14].

  1. La relative mise à l’écart du Conseil dans la gestion directe des tensions

La confrontation avec les autres sources disponibles, notamment les chroniques et les textes législatifs élaborés durant le conflit, permet de prendre la mesure des spécificités et surtout des lacunes de l’expression de ses enjeux dans les délibérations du Conseil.

Selon le chroniqueur Agnolo di Tura, qui fournit la lecture la plus précise et impartiale de l’épisode[15], les Neuf ont eu vent dès juillet 1318 d’un complot visant à renverser le régime en mettant à profit l’absence des troupes communales parties en guerre contre Massa. Ils ont alors manœuvré en secret et rappelé d’urgence les troupes ; mais celles-ci, à leur retour, ont crié à la trahison devant cette retraite inexpliquée, qui les privait d’une opportunité de butin. Le 21 juillet, des troupes de piétons recrutées parmi les artisans, notamment des bouchers, ont accueilli par des jets de pierres le capitaine du peuple, de retour à la tête des cavaliers.

Peu après, une délégation de juges et notaires s’est présentée au palais devant les Neuf pour demander un élargissement politique du régime, qui permettrait aux juges et notaires « e agli altri buoni omini de la città » d’accéder à la magistrature des Neuf et aux autres charges clef du régime. Il s’agissait peut-être d’une tentative de médiation pour éviter l’insurrection ; mais les Neuf, qui étaient informés du complot, ont réagi par des sanctions radicales contre la corporation dans son ensemble : ils ont fait supprimer le collège des juges et notaires, et leur ont retiré certains avantages reconnus par la commune, comme le système d’accès privilégié aux offices mineurs de juridiction du territoire (vicariats) récemment mis en place.

C’est seulement le 13 septembre que ces tensions, affrontées directement par les Neuf depuis deux mois, sont évoquées pour la première fois dans les registres de délibérations du Conseil[16]. En effet, les Neuf avaient nommé une commission pour préparer les mesures de sanctions contre les juges et notaires, et ces mesures (ordinamenta), élaborées au mois d’août, requéraient la validation du Conseil. Comme à l’accoutumée, le podestat expose les questions à l’ordre du jour, puis invite les conseillers à émettre des propositions. Sur la question des sanctions, quatre magnats prennent successivement la parole, mais leurs avis (consilia) sont très partagés. Trois d’entre eux jugent les sanctions excessives et proposent leur ajournement : messer Sozzo di Deo Tolomei (qui n’est autre que le leader des nobles conjurés) propose de repousser le vote de huit jours pour ménager la possibilité d’un accord entre la corporation et les Neuf ; un autre propose que le vote des sanctions soit suspendu jusqu’à la fin du mandat du podestat (fin décembre) ; et un autre, qu’elles soient purement et simplement cassées. Le syndic majeur (sorte de gardien de la constitutionnalité des lois) s’oppose aussi aux sanctions proposées, dans la mesure où elles contredisent en plusieurs points les statuts communaux ; mais cette opposition est purement formelle et il est habituel qu’elle soit levée par un vote préalable sur la nécessité de mesures dérogatoires (cette procédure illustre parfaitement le légalisme affiché par le régime à l’égard des institutions communales). Seul le quatrième magnat (du casato des Saracini) estime les sanctions nécessaires et propose de les approuver. Sa proposition est seule soumise au scrutin secret, par le dépôt de petites billes dans des urnes (« ad bussulos et palloctas »). On vote dans un premier temps sur la nécessité d’examiner de telles mesures dérogeant aux statuts ; le « oui » l’emporte largement, mais l’opposition est substantielle : on compte 252 billes « in bussulo albo del si » et 51 « in bussulo nigro del no ». Suit le vote des mesures proprement dites, avec un résultat similaire (257 pour, 46 contre).

Ces mesures, qui impliquaient la suppression du collège des juges et notaires et la soumission de leur activité professionnelle au contrôle direct du gouvernement, ont suscité en réaction une véritable grève des juges et notaires : un mois plus tard, lors de la séance du Conseil du 9 octobre, le podestat expose que « iudices et notarii, sentientes se gravatos et lesos, indignati non consulunt, non advocant, non procurant, non contractus rogant aut aliqua conficiunt instrumenta »[17]. Toute l’activité contractuelle et judiciaire s’en trouve paralysée, et de nombreux citoyens viennent intercéder auprès des Neuf, aux côtés de juges et notaires, en faveur d’un compromis. Cependant, certains notaires ayant proféré des injures et menaces à l’égard des membres de la commission qui avait préparé ces mesures et de ceux qui les ont soutenues au Conseil, le podestat appelle à prendre des sanctions à leur égard. Messer Sozzo Tolomei appuie cette demande ; mais devant la paralysie du système juridique, le Conseil décide finalement, sur l’avis d’un autre magnat, de repousser leur vote de huit jours et d’envisager leur ajournement définitif si entre-temps les juges et notaires mettent fin à leur grève et se soumettent au gouvernement. On est frappé par l’attitude de certains magnats dans ces débats au Conseil, oscillant entre répression et conciliation[18]. Dans le cas de Sozzo Tolomei, il peut s’agir d’un double jeu, car il était par ailleurs le leader des nobles conjurés.

Dix jours plus tard, le 19 octobre, le podestat expose que les juges et notaires ont repris leurs activités et envoyé une délégation faire leur soumission aux Neuf ; il demande au Conseil de délibérer sur les mesures à prendre dans l’intérêt de la commune et pour la sécurité des personnes menacées. Il s’agit d’envisager un modus vivendi avec les juges et notaires, mais il exclut d’emblée qu’on leur restitue leurs statuts ou une quelconque autonomie normative : ils doivent rester sous la tutelle directe des autorités communales. Un conseiller propose de faire nommer par les Neuf une commission chargée de réviser les taxations des salaires des juges, notaires et procurateurs (enjeu au cœur des affrontements depuis plusieurs années, entre la volonté du gouvernement de combattre l’influence sociale et politique des juges et notaires et la résistance des intéressés). Cette commission devra aussi statuer pour la sécurité des personnes menacées pour avoir élaboré ou soutenu les mesures de sanctions. Il propose enfin que la commission soit assistée, pour élaborer ou rédiger le texte des mesures, d’un juge et d’un notaire étrangers ou citoyens, selon la préférence des Neuf. La proposition est adoptée malgré une opposition encore substantielle (142 voix pour, 63 contre[19]). On a conservé les mesures élaborées par cette commission en octobre : elles fixent des sanctions contre les auteurs des injures et menaces, et octroient à chacun des Neuf une escorte d’une ou deux personnes aux frais de la commune[20].

Durant toute cette première phase, à la différence des chroniques, les délibérations et textes législatifs n’évoquent pas comme motif des sanctions la conjuration contre le régime ; ils reprennent seulement la dénonciation des abus des juges et notaires (notamment en matière de salaires) que celui-ci emploie depuis des années pour combattre leur influence[21]. Il est clair que les Neuf manœuvraient secrètement pour endiguer la menace d’insurrection sans en aviser le Conseil, craignant sans doute les appuis que les conjurés pourraient y trouver.

Cependant, après l’échec du bras de fer des juges et notaires avec le gouvernement, la révolte a finalement éclaté, le 26 octobre selon le chroniqueur Agnolo. Les conjurés, menés par un groupe de notaires et de bouchers, « con molti di loro seguaci popolari minuti », ont surgi en armes sur le Campo et attaqué le palais communal et les maisons et boutiques des Neuf et d’autres riches familles, aux cris de « mort aux Neuf et vive le popolo ». Les Neuf avaient fait discrètement armer des troupes ; de nombreux habitants ont rejoint les deux partis, et une « grande bataille » s’est engagée sur le Campo et alentour. Les magnats conjurés, assemblés à cheval avec leurs partisans sur la piazza San Cristoforo, devant le palais Tolomei, devaient se joindre aux insurgés ; mais ils sont finalement restés à l’écart. Il est probable que les magnats rivaux aient montré leur résolution à les combattre, « préférant encore une fois l’exclusion paritaire du gouvernement au risque de laisser prévaloir une famille sur les autres[22] ». Les insurgés ont finalement dû prendre la fuite, ainsi que les magnats impliqués. Agnolo estime que l’affrontement a été rude, faisant de nombreux morts, et que sans la défection des magnats, les conjurés « ronpevano l’ordine de’ Nove e mutavano regimento[23] ».

Le surlendemain, quatre bouchers faits prisonniers étaient décapités après lecture publique du procès des conjurés, qui s’était ouvert en secret dès le 22 juillet selon Agnolo ; les autres responsables en fuite étaient bannis et leurs biens frappés de pillage ou de destruction.

Une fois encore, les décisions les plus délicates durant la gestion directe de la crise ont été prises sans l’avis du Conseil. Celui-ci n’a été sollicité à nouveau, durant les semaines suivantes, que pour avaliser des mesures moins urgentes de répression et de renforcement de la sécurité des gouvernants et pour tenter de resserrer le consensus autour du régime.

  1. La réponse politique à l’insurrection : le Conseil, entre arène politique et instance de légitimation formelle

Durant toute l’époque des Neuf (et au-delà), le Conseil a conservé en apparence un rôle politique central. En effet, le régime entendait démonter son respect des formes de la légitimité communale en faisant entériner par le Conseil les nouvelles orientations législatives ou institutionnelles, quand bien même l’initiative des décisions et la nomination des commissions chargées d’en préparer la teneur avaient depuis longtemps été accaparées par l’office des Neuf, au nom de la sécurité de l’Etat ou des principes d’urgence ou de nécessité[24].

Le régime s’est cependant doté d’un certain nombre de garanties pour contrôler les débats. En premier lieu, leur mise par écrit était politiquement très contrôlée : depuis 1292, la charge de notaire des Riformagioni était confiée à un étranger, et non plus à un citoyen comme auparavant. De même, dans les années 1290, la plupart des postes clefs de notaires ou de juges dans la structure politique de la commune, traditionnellement réservés à Sienne à des citoyens, ont été transférés à des étrangers, recrutés et salariés pour la durée d’un semestre, et ainsi soustraits aux intérêts familiaux ou corporatistes des techniciens du droit locaux[25]. La retranscription des débats du Conseil, comme la rédaction des actes officiels de la commune, était ainsi bien contrôlée par l’élite dirigeante ; et de fait, les échos de conflits internes ou de critiques à l’égard de la conduite du gouvernement y sont rares ou atténués[26]. D’autant que les interventions des orateurs ne sont transcrites et traduites en latin que sous une forme concise : souvent, seules une ou deux interventions jugées significatives ont été consignées, ou celles qui ont été finalement soumises au vote du Conseil. C’est parfois à travers un vote plus ou moins serré que l’on perçoit les divisions ou l’existence d’une opposition.

Mais surtout, l’élite dirigeante s’est assuré un large contrôle des débats en se réservant la nomination des membres du Conseil. Néanmoins, on voit s’y exprimer durant cette crise de fortes oppositions : cela peut indiquer que l’évolution de la pratique politique avait fragilisé le consensus au sein même des milieux sur lesquels le groupe dirigeant croyait pouvoir compter. Mais cela suggère aussi qu’encore au début du XIVe siècle, le contrôle du gouvernement sur l’accès au Conseil restait assez lâche au nom du respect affiché des institutions communales, et devait ménager un certain nombre de personnalités suffisamment influentes pour se rendre indispensables au Conseil. Celui-ci, au moins jusqu’en 1318, n’était pas une assemblée monolithique et laissait s’exprimer une pluralité d’intérêts sociaux et politiques[27]. Il semble même que la conjuration ait été organisée au sein du Conseil : en effet, trois des notaires conjurés, dont les deux principaux meneurs, y siégeaient au second semestre 1318, ainsi que le leader des Tolomei dissidents[28]. Le recrutement des membres du Conseil a sans doute été davantage contrôlé par la suite ; on peut noter à cet égard que les listes des conseillers, conservées dans les registres au début de chaque semestre depuis l’origine de la série, disparaissent peu de temps après la révolte[29].

Les tensions sont palpables lors du vote des mesures politiques qui suit la répression de la révolte. Le 30 octobre, soit quatre jours après, des ordonnances sur la sécurité des Neuf, préparées par une commission, sont votées au Conseil sur proposition du plus puissant des magnats, messer Benuccio Salimbeni, avec une ample majorité certes, mais non sans une opposition substantielle (308 voix pour, 80 contre le vote de nécessité)[30]. Le 8 novembre, d’autres provisions sur la sécurité des Neuf sont approuvées par une assemblée plus réduite[31].

Le 21 novembre sont soumises au vote du Conseil des ordonnances punitives contre les rebelles, préparées par une commission élue par les Neuf. Il s’agit pour partie d’entériner des sanctions déjà prises. L’atmosphère doit être pesante au Conseil, car contrairement à l’ordinaire, personne ne prend la parole pour soutenir le texte ou s’y opposer ; il est mis au vote automatiquement en vertu d’une disposition des statuts en ce sens. De fait, une part consistante de l’assemblée (près du quart) exprime encore son opposition à la dureté des sanctions promues par le gouvernement : 178 voix pour, 47 contre[32]. De plus, afin d’éviter à l’avenir que des menaces ou intimidations n’entravent le vote de mesures répressives, les mêmes ordonnances instituent un nouveau système de discussion lors des débats sur les rebelles au Conseil, permettant à chaque conseiller de s’exprimer de façon anonyme, « sine alicuius timore », grâce à la présentation écrite des motions. Le régime tirait ainsi la leçon des injures et menaces subies par ceux qui avaient élaboré ou défendu les sanctions contre le collège des juges et notaires[33]. En outre, il est établi que désormais, le podestat devra chaque semestre poser systématiquement au Conseil la question d’éventuelles mesures à prendre contre les rebelles en liberté, sans que personne n’ait à la soulever ; de fait, elle a été posée régulièrement durant plusieurs décennies[34]. Ainsi, des mesures répressives pouvaient dorénavant être votées sans que personne n’ait à les proposer ou les défendre publiquement.

Après avoir surmonté l’écueil politique de la légitimation par le Conseil des mesures répressives, le régime a entrepris d’y mettre en scène une réponse aux attentes exprimées par une partie des citoyens en faveur d’un élargissement du système politique (notamment par la voix des juges et notaires venus en délégation fin juillet, et par la force des insurgés et de leurs soutiens). Au préalable, lors d’une réunion interne au parti de gouvernement, 109 noveschi (membres de familles siégeant ou ayant siégé parmi les Neuf) ont délibéré sur la manière de répondre au mécontentement ; ils ont décidé de soumettre au Conseil une sorte de question de confiance, à savoir si la Seigneurie « devait continuer ou être modifiée, et quel genre de personnes devait servir à la Seigneurie ». Or, durant la réunion du Conseil organisée à cette fin, le 6 décembre, le gouvernement a reçu un soutien de poids : Benuccio, le chef de file des Salimbeni et le plus puissant des magnats de la ville, a proposé que l’office de gouvernement « soit régi et gouverné par la mezzana gente, comme il a été justement gouverné par le passé[35] », tandis qu’un autre magnat (du casato des Piccolomini) soutenait la demande d’un élargissement politique. La majeure partie des magnats a donc renouvelé son soutien au gouvernement dont ils étaient eux-mêmes formellement exclus, et ce soutien a été décisif. La proposition a été adoptée par 298 voix contre 140 : l’opposition a pu compter ses forces, mais a été mise en échec. Un élargissement symbolique de l’accès au gouvernement a bien été voté, mais il est resté sans effet en raison du contrôle par cooptation des membres du régime. Le chroniqueur Agnolo interprète cette séance du 6 décembre comme une mascarade orchestrée par le régime et la frange dominante des magnats « per dare pastura agli artefici e tenerli in isperanza (…) d’essare per l’avenire de’ Nove ». Du reste, nul n’était dupe : « gli artefici e popolo minuto, e i più dei grandi si tenero ingannati, e furo poi più malcontenti che prima[36] ».

Conclusion

Au-delà de la continuité revendiquée par le régime des Neuf avec les institutions communales, la révolte de 1318 marque bien une césure, par la mise en cause des équilibres politiques issus d’un glissement progressif depuis la prise du pouvoir des marchands guelfes en 1271. Les débats au Conseil durant cette crise montrent bien que celui-ci, tout en étant toujours formellement conçu comme l’instance primordiale de légitimation des choix politiques et institutionnels, était passé sous le contrôle de l’élite dirigeante et ne jouait plus qu’un rôle soigneusement encadré par celle-ci. Cette révolte apparaît comme un moment particulier de ce glissement de la pratique politique, dont elle a mis au jour les contradictions : le Conseil restait encore pour partie une arène politique, mais tendait à se voir réduit dans les faits à un rôle de légitimation formelle de dynamiques politiques dont l’impulsion était accaparée par les magistratures et commissions temporaires contrôlées par l’élite dirigeante. L’échec de la révolte a conduit finalement à clarifier cette soumission, même si la portée de l’événement a été largement minorée dans les sources officielles, soucieuses de souligner la continuité des institutions et procédures de la commune et du popolo.


[1] Pour un bilan historiographique et une révision d’ensemble de cette thématique, voir notamment Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento, dir. M. Bourin, G. Cherubini, G. Pinto, Florence, 2008.

[2] Pour une récente relecture de l’histoire politique siennoise de la période, v. Fedeltà ghibellina, affari guelfi. Saggi e riletture intorno alla storia di Siena fra Due e Trecento, dir. G. Piccinni, Pise, 2008 et Siena nello specchio del suo Costituto in volgare del 1309-1310, dir. N. Giordano, G. Piccinni, Pise, 2014. Sur le régime des Neuf, la référence reste W. Bowsky, A Medieval Italian Commune. Siena under the Nine, 1287-1355, Berkeley, 1981, trad. it. Un comune italiano nel Medioevo : Siena sotto il regime dei Nove, 1287-1355, Bologne, 1986.

[3] V. Costantini, « Siena 1318 : la congiura di ‘carnaioli’, notai e magnati contro il governo dei Nove », Studi storici, 52-1 (2011), p. 229-252.

[4] M. Allingri, Le métier de notaire en Europe méridionale à la fin du Moyen Âge. Etude comparée de deux modèles régionaux (Italie communale, pays catalans, v. 1280-1420), thèse de doctorat inédite, Lyon, 2014.

[5] O. Redon, « Le Conseil général de la commune de Sienne au milieu du XIIIe siècle. Laici et iudices », dans Liber largitorius. Etudes offertes à Pierre Toubert par ses élèves, dir. D. Barthélemy, J.-M. Martin, Genève, 2003, p. 173-194 ; W. Bowsky, Un Comune…, p. 135 et s. Sur la logique de contrôle des équilibres politiques au sein des institutions qui a guidé l’instauration de pratiques d’enregistrement dès l’époque des régimes de podestat, v. L. Baietto, « Elaborazione di sistemi documentari e trasformazioni politiche nei comuni piemontesi (sec. XIII) : una relazione di circolarità », Società e storia, 98 (2002), p. 645-679.

[6] W. Bowsky, Un Comune…, spéc. p. 57, 97 et s., 125-127, 137.

[7] W. Bowsky, Un Comune…, p. 135-138.

[8] V. en part. les contributions réunies dans Fedeltà ghibellina, affari guelfi…, vol. I.

[9] V. en part. R. Mucciarelli, « Il traghettamento dei mercatores dal fronte imperiale alla pars ecclesiae », dans Fedeltà ghibellina…, I, p. 63-104.

[10] Sur cet office, W. Bowsky, Un Comune…, p. 70-81.

[11] Sur les bouchers, V. Costantini, « Tra lavoro e rivolta : i carnaioli », dans Siena nello specchio…, p. 219-247 ; sur les rapports entre le régime guelfe et les organisations de métier, M. Allingri, Le métier de notaire…, chap. 2.

[12] Pour un premier décryptage de cette contestation politique, largement oblitérée dans les sources par la construction idéologique du régime des Neuf, v. en part. G. Piccinni, « Siena 1309-1310 : il contesto », dans Siena nello specchio…, p. 15-49.

[13] C’est le chroniqueur Agnolo di Tura qui expose le plan des conjurés, révélé lors du procès. Sur l’interprétation de ce programme populaire et le rapprochement avec Bologne, voir M. Allingri, Le métier…, p. 155-156. Sur le modèle bolonais, v. notamment A. I. Pini, « Manovre di regime in una città-partito. Il falso teodosiano, Rolandino Passaggeri, la Società della Croce e il barisello nella Bologna di fine Duecento », Atti e memorie della Diputazione di storia patria per le provincie di Romagna, n. s., 49 (1999), p. 281-318.

[14] Pour l’analyse détaillée du contexte, des acteurs de la révolte et de leurs motivations, voir V. Costantini, « Siena 1318… » et M. Allingri, Le métier…, chap. 2.

[15] Cronaca senese attribuita ad Agnolo di Tura del Grasso, detta la Cronaca Maggiore, dans Cronache senesi, éd. A. Lisini, F. Iacometti, Bologne, 1931-1937 (Rerum Italicarum Scriptores, n. s., XV, 6), vol. I, p. 371-374.

[16] Archivio di Stato di Siena, Consiglio Generale [ci-après CG] 91, f. 91v-94.

[17] CG 91, f. 116v-117v.

[18] Ainsi messer Vecchietta degli Accarigi, conseiller très actif à cette époque et qui apparaît comme un soutien du régime, semble tempérer sa position répressive de manière pragmatique au gré des tensions. C’est lui qui, après le vote de nécessité, propose l’approbation des sanctions le 13 septembre ; mais le 8 octobre, il propose d’ajourner de huit jours le vote de sanctions contre les auteurs des menaces, pour favoriser l’abandon de la grève (CG 91, f. 117). Le 8 novembre, il apporte un soutien direct au régime en proposant au Conseil général de déléguer au conseil restreint des Neuf le vote de mesures sur leur propre sécurité (f. 131r-v).

[19] CG 91, f. 126-127.

[20] Archivio di Stato di Siena, Statuti di Siena [ci-après SSi] 18, f. 416v-417.

[21] V. par ex. SSi 18, f. 405 : « Cum iudices et notarii civitatis Senarum, propter largas habenas quas habuerunt huc usque, eorum libera licentia sint abusi, tam extorquendo a comuni Senarum et a singularibus personis dicti comunis, et maxime popularibus, incongrua et illicita salaria et pretia, quam alia faciendo et ordinando in grave dampnum, preiudicium et dedecus comunis Senarum et singularium comunis ipsius, et hoc acciderit propter eorum breve seu brevia et propter consules sive rectores quos habuerunt huc usque… ».

[22] V. Costantini, « Siena 1318… », p. 241-242.

[23] Agnolo, Cronaca…, p. 372-373. D’autres sources indiquent que les assaillants du palais étaient plus de trois cents, dont le magnat Gabriello di Speranza Forteguerri : V. Costantini, « Siena 1318… », p. 241.

[24] Sur l’analyse du lexique justifiant ces principes d’exception dans les délibérations de plusieurs communes toscanes, v. L. Tanzini, « Emergenza, eccezione, deroga : tecniche e retoriche del potere nei comuni toscani del XIV secolo », dans Tecniche di potere nel tardo Medioevo, dir. M. Vallerani, Rome, 2010, p. 149-181.

[25] M. Allingri, Le métier…, p. 127. Curieusement, la seule exception concerne le notaire des Neuf, sans doute parce qu’il était sous leur contrôle direct et librement nommé par eux.

[26] V. par ex. l’écho diffus de profondes divisions internes au groupe dirigeant sur la politique en matière de crédit lors de la crise des années 1330 : G. Piccinni, « Il sistema senese del credito nella fase di smobilitazione dei suoi banchi internazionali. Politiche comunali, spesa pubblica, propaganda contro l’usura (1332-1340) », dans Fedeltà ghibellina…, I, p. 209-289.

[27] Le cas des notaires est fort significatif : en dépit de l’opposition souvent frontale du régime aux intérêts de la corporation depuis les années 1290, dans des termes parfois très durs, ils sont encore une vingtaine à siéger au Conseil chaque semestre jusqu’en 1318 (et jusqu’à 35 au premier semestre 1315 : CG 85, f. 5-14). En revanche, ils ne sont plus que 6 au second semestre 1319, et 10 au semestre suivant (CG 92, f. 16-20 ; CG 93, f. 16-20).

[28] CG 91, f. 16-25. Les notaires impliqués sont les deux meneurs cités plus haut et ser Feo di Grazia.

[29] D’après les sondages non exhaustifs que j’ai effectués, la liste semble disparaître au début des années 1320.

[30] CG 91, f. 127v-130v. Le texte de ces mesures n’est pas conservé à ma connaissance.

[31] CG 91, f. 131r-v.

[32] CG 91, f. 138.

[33] Voir ces ordonnances dans SSi 18, f. 418-424v (f. 423 pour la réforme du mode de discussion sur les rebelles).

[34] W. Bowsky, Un Comune…, p. 158.

[35] CG 91, f. 139v-141v. Cette séance est rapportée et analysée par W. Bowsky, Un Comune…, p. 109-110.

[36] Agnolo, Cronaca, p. 373-374.

Pour citer cet article : Allingri Matthieu, « La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite », in REGIDEL-Registres de délibérations urbains au Moyen Âge, 06/03/2018, https://regidel.hypotheses.org/623.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search